Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum
Apprendre à dessiner ensemble!
Apprend à dessiner et à créer un manga grâce à la communauté du blog http://draw.eklablog.com qui te propose concours, tutoriaux et articles marrants ou sérieux. Attention, si t'es pas déjà inscrit: Un chou unijambiste risque de venir te voler ton goûter!
 
Apprendre à dessiner ensemble! Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: La Déesse de l'Imagination ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum -> Partie Art -> Textes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
sebast20
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2011
Messages: 739
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Dim 16 Sep - 09:46 (2012)    Sujet du message: La Déesse de l'Imagination Répondre en citant

Bonjour tout le monde ^^


Me voilà avec une histoire finie (je dis bien Finie !) et que j'avais envoyé à une maison d'édition pour voir, mais ça a été rejeté (a mon grand étonnement vu le chef d'oeuvre 8D)^^


Donc j'aimerais avoir votre avis là-dessus ;)


Commençons sans tarder par le prologue.



                                                          PROLOGUE
 
Lors d’une nuit ordinaire se déroulait un champ de bataille. Plusieurs créatures inconnues du monde ressemblant à des petits singes, étaient apparues mystérieusement, semant la pagaille dans la ville. Plusieurs personnes étaient en train de combattre ces envahisseurs nocturnes. Parmi eux, un jeune garçon qui courait dans une rue, poursuivant deux de ces créatures.


« Fais attention, elles sont dangereuses.


-Je sais Cass’têt’ ! »


Il trancha en deux un des monstres. Celui-ci disparut dans une poussière ressemblant fort à de la poudreuse. Le deuxième monstre, incontrôlable, donna un coup de poing sur le garçon qui fut projeté contre le mur.


« Lied ! Ca va ?


-Oui, ces Anomalies sont coriaces.


-Je t’ai bien dit de faire attention pourtant ! »


L’épée parlait avec colère. Elle en avait marre de l’imprudence de son partenaire. Le garçon se releva, déterminé. Et d’un seul pas, s’élança vers l’Anomalie, et la fit disparaitre.


« Ouf… »


L’adolescent s’assit par terre, le souffle haletant.


« J’ai bien cru que j’allais me faire avoir. Mine de rien, cette Anomalie avait du punch.


-Si tu ne baissais pas ta garde aussi. On n’en serait pas là.


-Bah dis donc, on voit bien que la Déesse de l’Imagination est dans cette ville. »


Lied tourna la tête vers la source de la voix et vit un garçon, caché dans l’ombre des maisons.


« Encore toi ! Qu’est ce que tu veux ?


-Je ne fais qu’observer… Mais sachez, que tôt ou tard des innocents seront impliqués. La Déesse de l’Imagination a mit les pieds ici, cet endroit risque donc d’être le centre de toutes les Anomalies.


-Je suis sur que tu sais quelque chose à propose de ce qui risque de se passer. »


La silhouette leva ses bras en guise de réponse.


« Qui sait ? Bon je vous laisse à votre boulot, qui va devenir beaucoup plus éprouvant maintenant. Tchao. »
Elle les laissa seuls, face à ces petits débuts de révélations. Des bouts de réponse qui n’auront surement pas de fin…


« Ce type est vraiment étrange. Lied on devrait être sur nos gardes et le surveiller de près.


-Je suis certains qu’il va provoquer un bordel pas possible. De toute  manière, je l’ai déjà vu trainer au lycée. On pourra le surveiller la journée.


-Pour l’instant ce n’est pas le plus important, on devrait finir ce qu’on a commencé. »


L’adolescent jeta un coup d’œil au bout de la rue et vit trois de ses compagnons se faire repousser par les Anomalies. Il soupira et accourut vers eux.


« Pff… On a ce type à surveiller ainsi que la Déesse de l’Imagination et en plus on doit s’occuper de ces Anomalies. Je sens qu’aujourd’hui marque une nouvelle vie pour moi.


-Arrêtes de te plaindre ! On n’a pas le choix.


-C’est ça qui m’énerve, je n’ai jamais accepté ce boulot. Je n’ai jamais voulu être ce que je suis maintenant et me voilà en train de combattre des monstres qui peuvent provoquer des catastrophes. Tout ça à cause de la Déesse de l’Imagination…


Lied se mordit les lèvres, la rancune qu’il avait envers cette fameuse déesse lui donnait une rage qui mis à exécution sur les Anomalies. Une rude nuit les attendait.


La Déesse de l’Imagination a mis les pieds ici, et provoquera pas mal de problèmes pour certains innocents surement. Une histoire entre Imaginaire et Réalité commença. Qui allait avoir le dessus sur l’autre ? Il était difficile de répondre à la question.


Voilà ^^
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 16 Sep - 09:46 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
mokham
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2011
Messages: 709
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Dim 16 Sep - 10:40 (2012)    Sujet du message: La Déesse de l'Imagination Répondre en citant

salut Sebast ^^
Dommage que tu n'as pas réussie à le faire édité, la prochaine fois peut être. Accroche toi mon ami ;)

Bon comme d'habitude l'écriture est bien soigné, mais j'avoue que coté histoire et intingre ça manque un peu d'originalité. des combats contre des monstres, un héros qui se trouve malgé lui façe à eux et doit les exterminer pour sauver le monde, tout ça on le voit dans pas mal de shonen. De plus la fin du prologue manque énormément de suspens, tu devrais décrire une scène bourré de suspens et terminer avec un retournement de situation ( je n'ai pas bien cerné l'univers de ton histoire pour te donner une idée, désolé).

Bref, je dois attendre de lire le 1er chapitre pour te donner un avis plus constructif.

Bonne continuation :)
_________________
Revenir en haut
kubota
L'Equipe

Hors ligne

Inscrit le: 27 Aoû 2012
Messages: 262
Spécialité: Dessin

MessagePosté le: Dim 16 Sep - 10:58 (2012)    Sujet du message: La Déesse de l'Imagination Répondre en citant

Salut
Je trouve ton texte bien et MokMok a presque tout dis mais je vais pouvoir un peu critiquer Gwahahaha
Alors déjà tu aurai du mettre moins de dialogue et commencer par autre chose que combat. L'instant avant la bataille aurait était selon moi un meilleur prologue. Bon dernier truc décris un peu plus le sentiment du perso.
Voila j’espère que je t'ai aider et continue comme sa ses super Yess!

_________________
♥♥♥♥ Le cochon d'Inde il est mignon surtout quand il est cuit !! ♥♥♥♥ The guinea pig is cute especially when it is cooked !! ♥♥♥♥
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
sebast20
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2011
Messages: 739
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Dim 16 Sep - 12:35 (2012)    Sujet du message: La Déesse de l'Imagination Répondre en citant

Merci pour vos critiques ^^
Le prologue a été le plus dur, j'ai mis une semaine pour l'écrire tellement il me saoulait --" Rassures toi, mok les combats ce n'est même pas secondaire, c'est au 10e plan ^^


Bref, voilà le début du chap 1.


CHAPITRE 1 

Deux personnes reliées par l’imaginaire. 
 
 
La sonnerie du lycée retentit dans tout l’établissement, surtout dans le foyer réveillant soudainement un adolescent qui s’était assoupie sur une des tables de la salle. Le jeune garçon regarda de ses yeux verts pommes autour de lui avec fatigue. Il se gratta la tête avec un grognement, mettant en désordre ses cheveux roux orangés qui étaient bien coiffés habituellement. Il souffla sur l’une de ses mèches lui cachant la vue, prit son sac et sortit du foyer d’un pas tranquille. Il tourna dans un couloir et se fit aussitôt renverser par un adolescent. 
 
« Désolé… Je ne t’avais pas vu Tail. » 
 
Une main aidante vint donner un coup de pouce à Tail pour se relever. Juste après il regarda le type qui lui avait foncé dessus, et rien qu’en voyant ses yeux bleus perçants donnant  l’impression de tout savoir, il le reconnut. 
 
« Tu aurais pu faire gaffe Chris… On n’a pas idée de courir dans les couloirs. 
 
-Et on n’a pas idée de trainer alors qu’on est déjà en retard à son cours. » 
 
Il secoua sa tête pour montrer sa désapprobation en faisant balancer ses cheveux bruns. Une expression narquoise apparut sur son visage. 
 
« Tu devrais aller vite en cours, on ne sait jamais sur qui tu pourrais tomber. 
 
-J’y allais, j’y allais. » 
 
Tail ne comprenait pas du tout pourquoi Chris avait cet air qui lui allait si bien, signalant souvent que quelque chose allait arriver. Mais cela ne l’affectait pas vraiment, il continua de son pas tranquille vers son cours où il était déjà très en retard. Il n’était pas le genre de personne à se presser pour des choses futiles. Il avait toujours le sourire aux lèvres et s’entendait bien avec tout le monde. Enfin… presque tout le monde, car il y avait dans ce lycée une personne avec qui Tail ne pouvait s’entendre. Elle était caractérielle, explosive et surtout chercheuse d’ennuis. Jamais l’adolescent n’avait vu une personne pareille. Et comme si la vie avait décidé de le mettre plus en retard qu’il ne l’était déjà, il se trouva face à cette personne.  
 
« Mince la revoilà… 
 
-Revoilà ce crétin de renard. » 
 
De nouveau, cette personne avait lancé les hostilités. Tail avait fermé les yeux quand il avait entendu l’insulte et les ouvrit de nouveau d’un air las.  
 
Il trouva en face de lui une fille un peu plus petite que lui qui arborait une chevelure châtaigne ondulée lui arrivant aux épaules avec une longue mèche de chaque coté du visage. Ses yeux marron brillaient d’une lumière sympathique avec tout le monde, mais elle ne réservait son regard méprisant qu’à Tail. Son apparence gentille et douce contrastait lourdement avec son caractère. Et ce fut à cause de cela que Tail, aussi gentil qu’il était, à être méchant. 
 
« Je n’ai pas le temps de causer à une indigène. » 
 
La fille s’énerva et lui balança des remarques que Tail n’entendit pas. Il esquissa un sourire en repensant à la phrase qu’il avait lancé dont il était fier.  
 
En temps normal la remarque « Indigène » n’était pas vraiment une insulte, mais cela rappelait lourdement à la fille ce qui s’était passé lors de sa représentation de théâtre il y avait peu de temps. Sa tenue d’indigène avait comme qui dirait… tombé. Révélant donc son corps de seize ans aux yeux de tous les spectateurs dont Tail faisait parti. Et donc, cet événement la mettait hors d’elle à chaque fois qu’on le lui rappelait. Le garçon n’hésitait pas une seule seconde à utiliser cette arme qu’il nommait « l’arme ultime contre la bête ». 
 
Il arriva finalement devant la porte de sa salle de cours et remarqua un message de son professeur. Celui-ci était absent ! Tail poussa un cri de joie. Il allait pouvoir rattraper ses heures de sommeil qu’il avait perdu hier à cause de ses « devoirs ». Avec un pas beaucoup plus pressé par rapport à l’aller, il se mit en direction du foyer espérant que sa table était toujours libre en train de l’attendre sagement. 
 
  
 
La cloche sonna de nouveau réveillant encore une fois Tail. Il s’étira longuement, et montra un visage en pleine forme. Comme il était l’heure de son goûter il sortit de son sac une pomme appétissante et commença à la déguster.  
 
Il fut bientôt rejoint par un garçon au visage souriant, on dirait un smiley. Il prit une chaise et se mit à coté de Tail qui n’était nullement dérangé par cette venue. Ce garçon avait des cheveux blonds qui tiraient un peu vers le foncés, des yeux bleus très clair et toujours un perpétuel sourire sur son visage. Il se nommait Sylvain. C’était quelqu’un de très sympa, intelligent, sociable et drôle. C’était le genre de personne que Tail appréciait particulièrement. 
 
« Au fait Tail, est tu au courant de la nouvelle qui a fait un carton dans le bahut ? 
 
-Quelle nouvelle ?  
 
-Et bien… » 
 
Sylvain s’interrompit soudain lorsqu’il remarqua une chevelure dorée lui passer sous le nez. Même Tail avait interrompit ce qu’il était en train de faire pour regarder la propriétaire de ces cheveux. Son visage était finement dessiné, il portait des yeux d’un bleu vert comme l’eau d’un lac en forêt et son regard était ferme et franc. Elle avait aussi une frange peu épaisse qui lui couvrait le front. 
 
La jeune fille était en train d’accrocher une affiche sur le panneau où les demandes des lycéens pouvaient être mises. Elle remarqua aussitôt le regard intrigué des deux garçons. Son visage stupéfait, fronça aussitôt les sourcils. 
 
« Qu’est ce que vous voulez ? » 
 
Sa voie glaciale fit frissonner Tail. 
 
Pourquoi elle est si agressive ? 
 
« Euh… Rien. 
 
-Alors ne me regardez pas comme ça ! A moins que vous êtes intéressé par mon affiche. » 
 
Son visage froid laissa apparaître un sourire. Ce qui déconcerta encore plus Tail. Sylvain, lui, s’amusait de voir son ami comme ça. 
 
« Et c’est quoi l’objet de l’affiche ? 
 
-Tu es au lycée non ? Je suppose donc que tu sais lire.  
 
-Elle n’a pas tort. » 
 
Sylvain était à deux doigts d’éclater de rire en voyant la tête ahurie de Tail. Il se faisait littéralement envoyé bouler. Poussé par la curiosité, il se résigna tout de même à lire l’affiche. Et quelle affiche ! 
 
Notre Monde conserve bon nombre de secrets qu’il essaie tant bien que mal de cacher. Personne jusqu’à maintenant à réussi à découvrir ce qu’il avait à nous montrer. Mais moi ! Yuna Hiki vais découvrir tout ça ! 
 
Si vous êtes intéressés par les créatures soi disant imaginaires ! 
 
Si vous voulez les rencontrer ! 
 
Si vous adorez rigoler ! 
 
Alors n’hésitez pas à rejoindre mon groupe de chasse aux créatures imaginaires ! 
 
Vous pouvez me contacter directement à la salle F002 le midi tout les jours de la semaine sauf le week-end. 
 
Yuna Hiki. 
 
Tail resta bouche bée devant ça. La jeune fille qui devait surement se nommer Yuna était très fière d’elle. Mais le garçon n’arrivait absolument pas à se détacher de cette affiche qui montrait à quel point une personne pouvait être dingue. 
 
Je vois… J’espère qu’elle n’est pas sérieuse. Ca doit être une blague. 
 
« Alors, vous voulez rejoindre mon groupe ? » 
 
Ce n’est donc pas une blague…  
 
Tail la regardait avec la plus totale incompréhension. 
 
« Je suis pris déjà dans un autre club. » 
 
Sylvain s’en était sorti avec brio, et cela grâce à son club d’humour qui lui prenait beaucoup de temps mais Tail n’avait aucun club. Cependant, il n’avait pas du tout l’intention de s’impliquer dans une activité de ce genre. 
 
« Désolé… Ca ne m’intéresse pas tellement. » 
 
Yuna était déçue de ces deux réponses négatives. Elle avait l’air d’une petite fille à qui on avait refusé une poupée qu’elle voulait depuis longtemps. Elle regarda Tail boudeuse. Cela rendit notre adolescent mal à l’aise. 
 
« Je pensais que tu étais différent des autres. 
 
-… ? » 
 
Sylvain et Tail furent surpris et regardèrent Yuna quitter le foyer. 
 
« J’ai l’impression qu’elle est intéressée par toi. » 
 
Sylvain avait dit ça d’un ton impassible mais on pouvait déceler facilement de l’amusement derrière. 
 
« Qu’est ce que tu racontes ? 
 
-Je dis juste qu’à ses yeux tu avais l’air beaucoup plus important que moi. 
 
-Tu penses vraiment à des choses bizarres. Mais cette fille… 
 
-Yuna. 
 
-Yuna donc… Est très étrange. » 
 
Tail continuait de regarder l’affiche avec curiosité se demandant toujours si elle était vraiment sérieuse. 
 
« Pourquoi elle veut voir des créatures imaginaires ? 
 
-C’était de cette nouvelle que je voulais te parler. 
 
-Ah… Elle est là depuis combien de temps ? 
 
-Cela va faire une semaine. Et en même pas une seule journée elle a réussi de passer à « nouvelle sans histoire assez mignonne » à « la cinglée du lycée. ». Tout ça avec une seule phrase qu’elle avait dit en maths : « La science ne sert qu’à renfermer le cerveau sur des valeurs sures. Ce n’est pas avec ça qu’on pourra casser la monotonie de la vie. Si on est trop scientifique on ne pourra jamais voir les créatures imaginaires qui nous entourent ! ». » 
 
Un grand sourire était apparu sur le visage de Sylvain content de voir la réaction de Tail qui l’avait quitté mentalement. 
 
« Je vois… C’est une façon de voir les choses qui n’est pas bête pourtant. Mais ça ne m’étonne pas qu’elle soit connue dans le  lycée. 
 
-Ce qui est le plus étonnant c’est d’apprendre que tu n’étais pas encore au courant de ça alors que c’est devenu le sujet de conversation principal du lycée. 
 
-Je ne m’intéresse pas aux ragots et puis je ne suis pas du genre à montrer de l’intérêt aux filles qui viennent juste d’arriver au lycée et qui balancent des trucs comme ça. 
 
-C’est vrai que le genre de fille qui t’intéresse serait plus de ce genre là. » 
 
Avec un sourire il montra à Tail une fille aux cheveux châtains… la même qu’il avait rencontré il n’y avait pas si longtemps. Voyant cela, l’adolescent failli s‘étouffer avec sa pomme. 
 
« Tu… Tu plaisantes j’espère ?! 
 
-Vous avez l’air tellement complice pourtant. » 
 
Sylvain lui fit un clin d’œil plein de sous-entendus que Tail pouvait détecter à des kilomètres à la ronde.  Il regarda la jeune fille qui ne les avait pas remarqués. Il en était bien content, il en avait marre de ces disputes avec elle. 
 
« Complice ? Tu te trompes complètement ! Cette fille n’est pas du tout mon genre. 
 
-Pourtant Zoé à l’air tellement gentille et douce. 
 
-Elle à l’air mais elle ne l’est pas. » 
 
Il rencontra soudain le regard de Zoé. Le remarquant la fille lui fit une grimace digne des élèves de primaires. 
 
Elle n’est vraiment pas bien cette fille… Sur qu’elle doit avoir un problème au cerveau.  
 
« Tu m’as l’air troublé ? 
 
-Troublé ? Ce n’est pas ça. Je me disais simplement que Zoé avait l’air d’avoir un grain au cerveau. 
 
-Tu vois ! Tu es encore sur elle ! » 
 
Sylvain avait maintenant l’attitude d’une personne ayant enfin prouvé quelque chose qu’une personne avait toujours nié. 
 
« Je me demande où tu vas chercher tes interprétations totalement déjantées. 
 
-Je donne juste une piste qui pourrait être envisageable. » 
 
Il haussa les épaules, toujours avec sa tête souriante qui exaspérait Tail dans ces moments là. 
 
« Tu devrais garder tes pistes pour toi. Un de ces jours tu vas finir par provoquer un malentendu. 
 
-Ca serait tellement marrant. Notre vie de lycéen en serait que beaucoup plus drôle avec des petits problèmes de ce genre. 
 
-Tu parles vraiment comme un philosophe des fois. » 
 
Son ami hocha la tête en réponse à ça. Il adorait philosopher, c’était ancré dans ses gènes car son père était philosophe à ses temps perdus. La sonnerie retentit, annonça la fin de la pause.


Voilà voilà ^^
Revenir en haut
mokham
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2011
Messages: 709
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Dim 16 Sep - 17:58 (2012)    Sujet du message: La Déesse de l'Imagination Répondre en citant

Me revoilà sebast ;)

Alors j'ai lu le texte et j'avoue que ce n'est pas vraiment ton meilleur. Il y a trop de description au début, tu as trop tarder sur les détails de chaque perso en négligent l'histoire.  l'histoire commence tard( apparition de Yuna) et j'avais un sentiment d’ennuis.
De plus il y a trop de dialogues ( il y a aussi pas mal de dialogue qui ne font pas avancer l'histoire " peut être que je ne suis pas fan de ce genre d'humour ^^)  et peu d’événement. ce genre de scénario pourras plaire aux autres, donc c'est juste un avis perso.


voici quelque petite remarque :

Citation:


Il avait toujours le sourire aux lèvres et s’entendait bien avec tout le monde. Enfin… presque tout le monde

Il avait toujours le sourire aux lèvres et s’entendait bien avec tout le monde. Enfin… presque, car...

Citation:


Il trouva en face de lui une fille un peu plus petite que lui qui arborait une chevelure châtaigne ondulée lui arrivant aux épaules avec une longue mèche de chaque coté du visage.


Il trouva en face de lui une fille un peu plus petite. Elle arborait une chevelure châtaigne ondulée qui lui arrive aux épaules avec une longue mèche de chaque coté du visage.

je n'ai pas relever le reste. La flemme, désolé ):

On tout cas je laisse les autres membres commenter. Je te souhaite bonne continuation Yeah!
_________________
Revenir en haut
Kenpachi90
L'Equipe

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2012
Messages: 415
Spécialité: Dessin et scénario

MessagePosté le: Dim 16 Sep - 20:45 (2012)    Sujet du message: La Déesse de l'Imagination Répondre en citant

Salut!


Bon alors ton prologue manque énormement de suspens!!!
Il manque un semblant de renversement de situation à la fin comme :
"Cass'tête s'écroula lourdement par terre. Lied s'écroula à genous et sentit un lourde pression sur ses tempes..." ou un truc qui fait vraiment croire au lecteur qu'un truc horrible se passe, mais en faite on découvrira plus tard que c'est juste son grand frère, père ou oncle qui lui avait fait ça car il ne voulait pas l'exposer à la bataille ou laid se dirigeait? ou je sais pas je te donne une idée ^^'


Sinon pour ton 1er chapitre :
Citation:
aussi gentil qu’il était, à être méchant. 

N'est pas bien formulé, il faudrait trouver autre chose de plus pertinant ;)


Pareil pour celle ci :
Citation:
on dirait un smiley 

Tu pourrais mettre genre "on aurait dit un smiley" ou encore "ça tête rappela à Tail un smailey" ou autre...


Citation:
Sylvain avait dit ça d’un ton impassible mais on pouvait déceler facilement de l’amusement derrière.  

Si c'est impassible, c'est impassible, donc n'utilise pas ce terme mais un autre plus flexible :)


Ton texte à l'air drôlement intéressant!
Et la bataille prends tout son sens dans le prologue avec le 1er chapitre ;)
C'est super bien écrit malgré donc la fin du prologue que je t'ai souligné en haut de mon post :)


J'ai hate de voir la suite! Bonne chance!
_________________
3 en 1 ^^
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
hinata31
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2011
Messages: 1 723
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Mer 19 Sep - 21:44 (2012)    Sujet du message: La Déesse de l'Imagination Répondre en citant

Salut sebasket! :D

Alors! Tout d'abord, ton intro est super! Tu crée du suspens en commençant comme ça.
Mai tu ne décris pas assez :s

Beaucoup de répétitions : "monstres"; "Déesse de l'Imagination";  "Anomalies"  ...

L'idée est bonne mais espérons qu'il n'y a pas que de la bagarre dans ton histoire, sinon, ce sera vite lassant! ;) (petit conseil! ... En trop peut-être *.*)

Ensuite, je continue sur ton intro. Il y a beaucoup de dialogues et je trouve qu'il manque du "texte" (arf, j'ai oubliée le nom! xD, bon disons que c'est la fatigue! :p <---- t'es toujours fatiguée o.o). ça touche aussi ton premier chapitre je pense ^^

Voila! Je reviendrai pour le chapitre number one ! ;p
Revenir en haut
sebast20
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2011
Messages: 739
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Sam 24 Nov - 16:30 (2012)    Sujet du message: La Déesse de l'Imagination Répondre en citant

Surement ^^
En fait ce n'est pas un roman que je fais, mais une light novel.
C'est comme un roman mais avec beaucoup plus de dialogue et mois de passage narratif.


Je remets le prologue et la chapitre 1, ainsi que le reste en un coup ^^



PROLOGUE
 
Lors d’une nuit ordinaire se déroulait un champ de bataille. Plusieurs créatures inconnues du monde ressemblant à des petits singes, étaient apparues mystérieusement, semant la pagaille dans la ville. Plusieurs personnes étaient en train de combattre ces envahisseurs nocturnes. Parmi eux, un jeune garçon qui courait dans une rue, poursuivant deux de ces créatures.
« Fais attention, elles sont dangereuses.
-Je sais Cass’têt’ ! »
Il trancha en deux un des monstres. Celui-ci disparut dans une poussière ressemblant fort à de la poudreuse. Le deuxième monstre, incontrôlable, donna un coup de poing sur le garçon qui fut projeté contre le mur.
« Lied ! Ca va ?
-Oui, ces Anomalies sont coriaces.
-Je t’ai bien dit de faire attention pourtant ! »
L’épée parlait avec colère. Elle en avait marre de l’imprudence de son partenaire. Le garçon se releva, déterminé. Et d’un seul pas, s’élança vers l’Anomalie, et la fit disparaitre.
« Ouf… »
L’adolescent s’assit par terre, le souffle haletant.
« J’ai bien cru que j’allais me faire avoir. Mine de rien, cette Anomalie avait du punch.
-Si tu ne baissais pas ta garde aussi. On n’en serait pas là.
-Bah dis donc, on voit bien que la Déesse de l’Imagination est dans cette ville. »
Lied tourna la tête vers la source de la voix et vit un garçon, caché dans l’ombre des maisons.
« Encore toi ! Qu’est ce que tu veux ?
-Je ne fais qu’observer… Mais sachez, que tôt ou tard des innocents seront impliqués. La Déesse de l’Imagination a mit les pieds ici, cet endroit risque donc d’être le centre de toutes les Anomalies.
-Je suis sur que tu sais quelque chose à propose de ce qui risque de se passer. »
La silhouette leva ses bras en guise de réponse.
« Qui sait ? Bon je vous laisse à votre boulot, qui va devenir beaucoup plus éprouvant maintenant. Tchao. »
Elle les laissa seuls, face à ces petits débuts de révélations. Des bouts de réponse qui n’auront surement pas de fin…
« Ce type est vraiment étrange. Lied on devrait être sur nos gardes et le surveiller de près.
-Je suis certains qu’il va provoquer un bordel pas possible. De toute  manière, je l’ai déjà vu trainer au lycée. On pourra le surveiller la journée.
-Pour l’instant ce n’est pas le plus important, on devrait finir ce qu’on a commencé. »
L’adolescent jeta un coup d’œil au bout de la rue et vit trois de ses compagnons se faire repousser par les Anomalies. Il soupira et accourut vers eux.
« Pff… On a ce type à surveiller ainsi que la Déesse de l’Imagination et en plus on doit s’occuper de ces Anomalies. Je sens qu’aujourd’hui marque une nouvelle vie pour moi.
-Arrêtes de te plaindre ! On n’a pas le choix.
-C’est ça qui m’énerve, je n’ai jamais accepté ce boulot. Je n’ai jamais voulu être ce que je suis maintenant et me voilà en train de combattre des monstres qui peuvent provoquer des catastrophes. Tout ça à cause de la Déesse de l’Imagination…
Lied se mordit les lèvres, la rancune qu’il avait envers cette fameuse déesse lui donnait une rage qui mis à exécution sur les Anomalies. Une rude nuit les attendait.
La Déesse de l’Imagination a mis les pieds ici, et provoquera pas mal de problèmes pour certains innocents surement. Une histoire entre Imaginaire et Réalité commença. Qui allait avoir le dessus sur l’autre ? Il était difficile de répondre à la question.







CHAPITRE 1  
 
 
Deux personnes reliées par l’imaginaire. 
 
 
 
La sonnerie du lycée retentit dans tout l’établissement, surtout dans le foyer réveillant soudainement un adolescent qui s’était assoupie sur une des tables de la salle. Le jeune garçon regarda de ses yeux verts pommes autour de lui avec fatigue. Il se gratta la tête avec un grognement, mettant en désordre ses cheveux roux orangés qui étaient bien coiffés habituellement. Il souffla sur l’une de ses mèches lui cachant la vue, prit son sac et sortit du foyer d’un pas tranquille. Il tourna dans un couloir et se fit aussitôt renverser par un adolescent. 
 
 
« Désolé… Je ne t’avais pas vu Tail. » 
 
 
Une main aidante vint donner un coup de pouce à Tail pour se relever. Juste après il regarda le type qui lui avait foncé dessus, et rien qu’en voyant ses yeux bleus perçants donnant  l’impression de tout savoir, il le reconnut. 
 
 
« Tu aurais pu faire gaffe Chris… On n’a pas idée de courir dans les couloirs. 
 
 
-Et on n’a pas idée de trainer alors qu’on est déjà en retard à son cours. » 
 
 
Il secoua sa tête pour montrer sa désapprobation en faisant balancer ses cheveux bruns. Une expression narquoise apparut sur son visage. 
 
 
« Tu devrais aller vite en cours, on ne sait jamais sur qui tu pourrais tomber. 
 
 
-J’y allais, j’y allais. » 
 
 
Tail ne comprenait pas du tout pourquoi Chris avait cet air qui lui allait si bien, signalant souvent que quelque chose allait arriver. Mais cela ne l’affectait pas vraiment, il continua de son pas tranquille vers son cours où il était déjà très en retard. Il n’était pas le genre de personne à se presser pour des choses futiles. Il avait toujours le sourire aux lèvres et s’entendait bien avec tout le monde. Enfin… presque tout le monde, car il y avait dans ce lycée une personne avec qui Tail ne pouvait s’entendre. Elle était caractérielle, explosive et surtout chercheuse d’ennuis. Jamais l’adolescent n’avait vu une personne pareille. Et comme si la vie avait décidé de le mettre plus en retard qu’il ne l’était déjà, il se trouva face à cette personne.  
 
 
« Mince la revoilà… 
 
 
-Revoilà ce crétin de renard. » 
 
 
De nouveau, cette personne avait lancé les hostilités. Tail avait fermé les yeux quand il avait entendu l’insulte et les ouvrit de nouveau d’un air las.  
 
 
Il trouva en face de lui une fille un peu plus petite que lui qui arborait une chevelure châtaigne ondulée lui arrivant aux épaules avec une longue mèche de chaque coté du visage. Ses yeux marron brillaient d’une lumière sympathique avec tout le monde, mais elle ne réservait son regard méprisant qu’à Tail. Son apparence gentille et douce contrastait lourdement avec son caractère. Et ce fut à cause de cela que Tail, aussi gentil qu’il était, à être méchant. 
 
 
« Je n’ai pas le temps de causer à une indigène. » 
 
 
La fille s’énerva et lui balança des remarques que Tail n’entendit pas. Il esquissa un sourire en repensant à la phrase qu’il avait lancé dont il était fier.  
 
 
En temps normal la remarque « Indigène » n’était pas vraiment une insulte, mais cela rappelait lourdement à la fille ce qui s’était passé lors de sa représentation de théâtre il y avait peu de temps. Sa tenue d’indigène avait comme qui dirait… tombé. Révélant donc son corps de seize ans aux yeux de tous les spectateurs dont Tail faisait parti. Et donc, cet événement la mettait hors d’elle à chaque fois qu’on le lui rappelait. Le garçon n’hésitait pas une seule seconde à utiliser cette arme qu’il nommait « l’arme ultime contre la bête ». 
 
 
Il arriva finalement devant la porte de sa salle de cours et remarqua un message de son professeur. Celui-ci était absent ! Tail poussa un cri de joie. Il allait pouvoir rattraper ses heures de sommeil qu’il avait perdu hier à cause de ses « devoirs ». Avec un pas beaucoup plus pressé par rapport à l’aller, il se mit en direction du foyer espérant que sa table était toujours libre en train de l’attendre sagement. 
 
 
  
 
 
La cloche sonna de nouveau réveillant encore une fois Tail. Il s’étira longuement, et montra un visage en pleine forme. Comme il était l’heure de son goûter il sortit de son sac une pomme appétissante et commença à la déguster.  
 
 
Il fut bientôt rejoint par un garçon au visage souriant, on dirait un smiley. Il prit une chaise et se mit à coté de Tail qui n’était nullement dérangé par cette venue. Ce garçon avait des cheveux blonds qui tiraient un peu vers le foncés, des yeux bleus très clair et toujours un perpétuel sourire sur son visage. Il se nommait Sylvain. C’était quelqu’un de très sympa, intelligent, sociable et drôle. C’était le genre de personne que Tail appréciait particulièrement. 
 
 
« Au fait Tail, est tu au courant de la nouvelle qui a fait un carton dans le bahut ? 
 
 
-Quelle nouvelle ?  
 
 
-Et bien… » 
 
 
Sylvain s’interrompit soudain lorsqu’il remarqua une chevelure dorée lui passer sous le nez. Même Tail avait interrompit ce qu’il était en train de faire pour regarder la propriétaire de ces cheveux. Son visage était finement dessiné, il portait des yeux d’un bleu vert comme l’eau d’un lac en forêt et son regard était ferme et franc. Elle avait aussi une frange peu épaisse qui lui couvrait le front. 
 
 
La jeune fille était en train d’accrocher une affiche sur le panneau où les demandes des lycéens pouvaient être mises. Elle remarqua aussitôt le regard intrigué des deux garçons. Son visage stupéfait, fronça aussitôt les sourcils. 
 
 
« Qu’est ce que vous voulez ? » 
 
 
Sa voie glaciale fit frissonner Tail. 
 
 
Pourquoi elle est si agressive ? 
 
 
« Euh… Rien. 
 
 
-Alors ne me regardez pas comme ça ! A moins que vous êtes intéressé par mon affiche. » 
 
 
Son visage froid laissa apparaître un sourire. Ce qui déconcerta encore plus Tail. Sylvain, lui, s’amusait de voir son ami comme ça. 
 
 
« Et c’est quoi l’objet de l’affiche ? 
 
 
-Tu es au lycée non ? Je suppose donc que tu sais lire.  
 
 
-Elle n’a pas tort. » 
 
 
Sylvain était à deux doigts d’éclater de rire en voyant la tête ahurie de Tail. Il se faisait littéralement envoyé bouler. Poussé par la curiosité, il se résigna tout de même à lire l’affiche. Et quelle affiche ! 
 
 
Notre Monde conserve bon nombre de secrets qu’il essaie tant bien que mal de cacher. Personne jusqu’à maintenant à réussi à découvrir ce qu’il avait à nous montrer. Mais moi ! Yuna Hiki vais découvrir tout ça ! 
 
 
Si vous êtes intéressés par les créatures soi disant imaginaires ! 
 
 
Si vous voulez les rencontrer ! 
 
 
Si vous adorez rigoler ! 
 
 
Alors n’hésitez pas à rejoindre mon groupe de chasse aux créatures imaginaires ! 
 
 
Vous pouvez me contacter directement à la salle F002 le midi tout les jours de la semaine sauf le week-end. 
 
 
Yuna Hiki. 
 
 
Tail resta bouche bée devant ça. La jeune fille qui devait surement se nommer Yuna était très fière d’elle. Mais le garçon n’arrivait absolument pas à se détacher de cette affiche qui montrait à quel point une personne pouvait être dingue. 
 
 
Je vois… J’espère qu’elle n’est pas sérieuse. Ca doit être une blague. 
 
 
« Alors, vous voulez rejoindre mon groupe ? » 
 
 
Ce n’est donc pas une blague…  
 
 
Tail la regardait avec la plus totale incompréhension. 
 
 
« Je suis pris déjà dans un autre club. » 
 
 
Sylvain s’en était sorti avec brio, et cela grâce à son club d’humour qui lui prenait beaucoup de temps mais Tail n’avait aucun club. Cependant, il n’avait pas du tout l’intention de s’impliquer dans une activité de ce genre. 
 
 
« Désolé… Ca ne m’intéresse pas tellement. » 
 
 
Yuna était déçue de ces deux réponses négatives. Elle avait l’air d’une petite fille à qui on avait refusé une poupée qu’elle voulait depuis longtemps. Elle regarda Tail boudeuse. Cela rendit notre adolescent mal à l’aise. 
 
 
« Je pensais que tu étais différent des autres. 
 
 
-… ? » 
 
 
Sylvain et Tail furent surpris et regardèrent Yuna quitter le foyer. 
 
 
« J’ai l’impression qu’elle est intéressée par toi. » 
 
 
Sylvain avait dit ça d’un ton impassible mais on pouvait déceler facilement de l’amusement derrière. 
 
 
« Qu’est ce que tu racontes ? 
 
 
-Je dis juste qu’à ses yeux tu avais l’air beaucoup plus important que moi. 
 
 
-Tu penses vraiment à des choses bizarres. Mais cette fille… 
 
 
-Yuna. 
 
 
-Yuna donc… Est très étrange. » 
 
 
Tail continuait de regarder l’affiche avec curiosité se demandant toujours si elle était vraiment sérieuse. 
 
 
« Pourquoi elle veut voir des créatures imaginaires ? 
 
 
-C’était de cette nouvelle que je voulais te parler. 
 
 
-Ah… Elle est là depuis combien de temps ? 
 
 
-Cela va faire une semaine. Et en même pas une seule journée elle a réussi de passer à « nouvelle sans histoire assez mignonne » à « la cinglée du lycée. ». Tout ça avec une seule phrase qu’elle avait dit en maths : « La science ne sert qu’à renfermer le cerveau sur des valeurs sures. Ce n’est pas avec ça qu’on pourra casser la monotonie de la vie. Si on est trop scientifique on ne pourra jamais voir les créatures imaginaires qui nous entourent ! ». » 
 
 
Un grand sourire était apparu sur le visage de Sylvain content de voir la réaction de Tail qui l’avait quitté mentalement. 
 
 
« Je vois… C’est une façon de voir les choses qui n’est pas bête pourtant. Mais ça ne m’étonne pas qu’elle soit connue dans le  lycée. 
 
 
-Ce qui est le plus étonnant c’est d’apprendre que tu n’étais pas encore au courant de ça alors que c’est devenu le sujet de conversation principal du lycée. 
 
 
-Je ne m’intéresse pas aux ragots et puis je ne suis pas du genre à montrer de l’intérêt aux filles qui viennent juste d’arriver au lycée et qui balancent des trucs comme ça. 
 
 
-C’est vrai que le genre de fille qui t’intéresse serait plus de ce genre là. » 
 
 
Avec un sourire il montra à Tail une fille aux cheveux châtains… la même qu’il avait rencontré il n’y avait pas si longtemps. Voyant cela, l’adolescent failli s‘étouffer avec sa pomme. 
 
 
« Tu… Tu plaisantes j’espère ?! 
 
 
-Vous avez l’air tellement complice pourtant. » 
 
 
Sylvain lui fit un clin d’œil plein de sous-entendus que Tail pouvait détecter à des kilomètres à la ronde.  Il regarda la jeune fille qui ne les avait pas remarqués. Il en était bien content, il en avait marre de ces disputes avec elle. 
 
 
« Complice ? Tu te trompes complètement ! Cette fille n’est pas du tout mon genre. 
 
 
-Pourtant Zoé à l’air tellement gentille et douce. 
 
 
-Elle à l’air mais elle ne l’est pas. » 
 
 
Il rencontra soudain le regard de Zoé. Le remarquant la fille lui fit une grimace digne des élèves de primaires. 
 
 
Elle n’est vraiment pas bien cette fille… Sur qu’elle doit avoir un problème au cerveau.  
 
 
« Tu m’as l’air troublé ? 
 
 
-Troublé ? Ce n’est pas ça. Je me disais simplement que Zoé avait l’air d’avoir un grain au cerveau. 
 
 
-Tu vois ! Tu es encore sur elle ! » 
 
 
Sylvain avait maintenant l’attitude d’une personne ayant enfin prouvé quelque chose qu’une personne avait toujours nié. 
 
 
« Je me demande où tu vas chercher tes interprétations totalement déjantées. 
 
 
-Je donne juste une piste qui pourrait être envisageable. » 
 
 
Il haussa les épaules, toujours avec sa tête souriante qui exaspérait Tail dans ces moments là. 
 
 
« Tu devrais garder tes pistes pour toi. Un de ces jours tu vas finir par provoquer un malentendu. 
 
 
-Ca serait tellement marrant. Notre vie de lycéen en serait que beaucoup plus drôle avec des petits problèmes de ce genre. 
 
 
-Tu parles vraiment comme un philosophe des fois. » 
 
 
Son ami hocha la tête en réponse à ça. Il adorait philosopher, c’était ancré dans ses gènes car son père était philosophe à ses temps perdus. La sonnerie retentit, annonça la fin de la pause. 
 
 
  
 
 
La fin de journée fut accueilli avec plaisir par Tail. Il se prépara à rentrée chez lui lorsqu’une personne attira son regard. Bien qu’elle fût de dos il la reconnut assez facilement grâce à sa chevelure dorée. Yuna avait l’air bien occupé. 
 
 
Qu’est ce qu’elle peut bien faire ? A tous les coups elle est en train de chercher des créatures imaginaires autour du lycée… 
 
 
Rien qu’à cette pensée il rit. 
 
 
Impossible. Cette fille se fait juste un petit délire pour être originale à mon avis… Pas moyen qu’elle y croit vraiment. 
 
 
Il avait beau se dire ça, la curiosité le rongeait. Il prit donc la décision de la filer discrètement pour arriver près du jardin du lycée. Il se cacha derrière un lampadaire et regarda Yuna examiner les fleurs du jardin. 
 
 
Elle doit bien savoir que c’est interdit d’aller dans le jardin à cette heure là. C’est l’heure où le proviseur se balade. Si elle se fait prendre ça risque de barder. 
 
 
Le jardin du lycée était ouvert tout les jours, mais il était interdit après les cours. Selon des histoires, le proviseur allait se promener dedans et voulait être tranquille. La première et dernière personne avait été exclue une journée pour un motif dit de « non respect à la sécurité d’autrui ». Tail se devait donc de prévenir Yuna. Il jeta un coup d’œil autour de lui et ne vit personne. 
 
 
Au pire je peux encore regarder ce qu’elle va faire… Cela serait vraiment intéressant de la voir trouver une quelconque trace de quelque chose d’anormale. 
 
 
Yuna était maintenant accroupie, regardant attentivement le sol dans l’espoir de trouver quelque chose sortant de l’ordinaire. Après dix minutes à analyser d’un œil expert, elle se releva et poussa un soupir. 
 
 
« Il n’y pas le moindre indice sur la fée renarde on dirait.  
 
 
-Hmf ! » 
 
 
Tail mit aussitôt les mains à sa bouche pour ne pas se faire entendre. C’était sorti tout seul lorsqu’il avait entendu les mots « fée renarde ». Il dut se rendre à l’évidence que Yuna était sérieuse sur ça. 
 
 
Un bruit de pas vint le ramener un peu à la réalité. Lui et Yuna étaient proches du jardin, s’ils étaient trouvés ils auraient surement des comptes à rendre. Un surveillant passait par là en train de lire un livre. Il n’avait donc pas remarqué Yuna et elle non plus d’ailleurs. 
 
 
« Yuna… Yuna… » 
 
 
Il l’appela à vois basse, mais elle ne l’avait pas entendu. Après plusieurs tentatives qui avaient toutes échouées, il eut une autre idée. Il prit un caillou et la visa espérant attirer son attention… Cela avait mieux marché qu’il ne l’avait espérer, car le projectile au lieu d’atteindre la cible qu’était le sac, avait touché la tête de Yuna.  
 
 
« Aïe ! » 
 
 
EPIC FAIL ! 
 
 
Le surveillant avait finalement entendu Yuna et leva les yeux vers elle, assez surpris. Il l’était deux fois plus quand il vit un garçon agripper le bras de la fille et partir aussi rapide qu’une souris face à un chat. La surprise passée, le surveillant rigola. Il fut intrigué par une masse sombre au pied du lampadaire. 
 
 
  
 
 
  
 
 
« Pourquoi tu m’as balancé un caillou sur la tête ? Ca ne va pas bien ou quoi ?! 
 
 
-Car il y avait un surveillant ! Et je t’ai déjà dit que j’étais désolé. » 
 
 
Yuna avait balancé tout son venin sur Tail qui avait du s’aplatir d’excuses. Mais la jeune fille ne se contenterait pas que de ça. En plus de l’avoir « attaquée » il l’avait « dérangée » lors de ses recherches. Deux bonnes raisons pour le détester. 
 
 
« De ta faute je n’ai pas pu continuer mes recherches. 
 
 
-Tu parles de la fée renarde ? » 
 
 
Il dut se mordre les lèvres pour ne pas sourire. Le regard glacial que Yuna lui adressait le forçait à être sérieux. 
 
 
-Exactement ! Je recherche la fée renarde qui, j’en suis certaine, se trouve dans ce jardin. Enfin… Je cherchais plus des indices là. » 
 
 
Elle se sentait agacée de parler à un type qui ne comprenait rien à rien. Et vu par le visage de Tail, il était évident qu’il ne comprenait pas du tout. 
 
 
Je dois nager en plein délire… C’est évident. 
 
 
Il voulait faire ouvrir les yeux à Yuna mais il ne la connaissait pas du tout et en plus il avait appris à ne pas se moquer des rêves de chacun. 
 
 
« Une fée renarde tu dis ?... 
 
 
-Une créature qui a des ailes et qui ressemble à un renard. Comme toi d’ailleurs. » 
 
 
Toute froideur sur son visage s’était envolée. L’émerveillement avait pris la place de cette dernière. Elle regardait Tail comme s’il était un animal rare. Le « Comme toi d’ailleurs » avait frappé le garçon de plein fouet. 
 
 
« Je ne ressemble pas à un renard… 
 
 
-Bien sur que si ! Tes cheveux ont la même couleur que le pelage du renard et tes yeux font vaguement penser à ceux des renards. Donc tu es un renard. » 
 
 
Comment a-t-on pu passer de « tu ressembles à un renard » à « tu es un renard » en si peu de temps ? 
 
 
Yuna s’était subitement rapprochée de Tail pour analyser chaque partie de son visage. Le garçon n’avait pas bougé d’un poil. Il en avait marre d’entendre ce genre de réflexion de la part des gens. Certes, il ressemblait fort à un renard mais c’était tout. La chose aussi qui faisait penser à un renard était le prénom « Tail » choisi par sa mère en référence à un personnage de jeux vidéo. Voilà toute l’histoire. 
 
 
« En plus de ça, j’avais senti que j’allai découvrir quelque chose si j’avais eu plus de temps. 
 
 
-Si je ne t’avais pas aidé tu aurais eu de graves problèmes. As-tu oublié que le jardin du lycée était interdit à la fin des cours ? 
 
 
-Bien sur que non ! Tu me prends pour qui ? » 
 
 
Elle fusilla Tail du regard mais afficha un sourire supérieur juste après. 
 
 
« En parlant d’oublie… N’aurais-tu pas oublié quelque chose ? » 
 
 
A cette phrase Tail comprit ce qu’elle voulait dire. Son sac à dos était étrangement plus léger depuis qu’il l’avait posé près du lampadaire… Près du lampadaire… Aussi rapide qu’une fusée,  ces trois mots réussirent à faire comprendre à Tail qu’il avait oublié son sac. 
 
 
« Je te souhaite bonne chance. » 
 
 
De mauvaise humeur elle laissa Tail qui se demandait bien comment il pourrait récupérer son sac sans se faire avoir. Il espérait que le surveillant était parti et avec ce mince espoir il se faufila comme une ombre en direction du jardin. 
 
 
Résultat… 
 
 
« J’ai reçu deux heures de colles. 
 
 
-Tu t’en es bien tiré quand même. 
 
 
-J’ai eu de la chance de tomber sur quelqu’un de sympa. » 
 
 
Il avait raconté à Sylvain ce qu’il lui était arrivé la veille tout en portant une oreille attentive à la leçon. Son ami avait bien rit lorsqu’il lui avait raconté le coup du sac. 
 
 
« Alors elle est actuellement à la recherche d’une fée renarde ? » 
 
 
Sylvain était intrigué par cela essayant de s’imaginer l’apparence de cette créature. Tail avait aussi essayé mais à part une paire d’aile, des oreilles et une queue de renard, il ne savait pas à quoi ça pouvait bien ressembler exactement. 
 
 
« Cette Yuna est vraiment la personne la plus étrange que j’ai jamais rencontré. 
 
 
-Tu trouves que c’est la plus bizarre ? Pourtant il y a des cas plus graves qu’elle je pense. 
 
 
-Peut être. Mais tu l’aurais vu quand elle parlait de la fée renarde, elle avait le visage d’une fille de six ans. 
 
 
-Elle à encore une âme d’enfant surement. Moi aussi quand j’avais six ans je m’imaginais des combats mythiques à  l’épée contre de vilains monstres pour sauver une princesse en danger. » 
 
 
Le regard vague, Sylvain repensait à ces moments où il s’imaginait être un héros. Tail avait aussi imaginé des choses de ce genre là étant petit mais il se demandait bien ce qui pouvait pousser Yuna à penser à ces choses là à son âge. Comment elle pouvait encore y croire ? Cette absence de réponse lui embrouillait l’esprit. Il avait horreur de ne pas avoir de solution à une question et surtout aussi étrange.  
 
 
Sylvain avait profité de ce moment pour lui coller un morceau de scotch sur le front avec un message écrit : « Pigeon ! ». La contre attaque ne se fit pas attendre. 
 
 
  
 
 
  
 
 
« Cette fois pas de coups foireux comme ce matin ! 
 
 
-C’était juste pour rigoler voyons. Où est passé ton sens de l’humour et ta bonne humeur habituelle ? 
 
 
-Je suis toujours de bonne humeur. Je te préviens juste…» 
 
 
Sylvain était encore amusé par l’expression qu’avait eue le professeur de ce matin voyant une bagarre de scotch entre deux lycéens. 
 
 
Le cours d’anglais était partagé avec une autre classe et allait débuter. Tail avait horreur de ce cours. Ce n’était pas la matière qu’il détestait, ni l’enseignante… c’était autre chose. 
 
 
« Aujourd’hui vous allez vous regrouper en groupe de quatre que j’ai déjà défini. 
 
 
-Oh bah non madame ! 
 
 
-On est capable de faire des groupes quand même ! » 
 
 
Les réclamations fusèrent mais cela ne servait à rien. 
 
 
« Continuez comme ça et je vous mets un contrôle. » 
 
 
Silence total. 
 
 
« Maintenant au boulot ! » 
 
 
Sylvain regarda la liste des groupes et avec un sourire sournois il jeta un coup d’œil au visage de Tail qui exprimait un grand malheur. Dans son groupe il y avait Sylvain et… 
 
 
« Dire que je suis encore avec cette animal roux… » 
 
 
Et oui… Tail se retrouvait avec Zoé et une des ses amies, Chloé. Une bonne raison de ne pas aimer l’anglais. Sylvain la mine réjouie se demandait bien qui allait être la personne à gagner ce bras de fer qui s’annonçait diaboliquement drôle. 
 
 
Dix minutes plus tard, l’ambiance tendue finit par éclater malgré les efforts de Chloé pour calmer la situation. Dix minutes avaient finis par user la patience de Zoé et elle attaqua. 
 
 
« Sais-tu que ton anglais est aussi bon que ton français ? On ne comprend pas du tout ce que tu veux nous dire. 
 
 
-Un point à zéro en faveur de Zoé ! Elle passe enfin à l’offensive permettant de commencer le match ! Comment Tail va-t-il répliquer face à ça ? » 
 
 
Sylvain était à fond dans son rôle de commentateur et y prenait grand plaisir. Aussi bien que Tail détestait l’anglais à cause de Zoé, aussi bien que Sylvain pouvait apprécier ce cours grâce à elle. Il regarda Tail avec espérance et il ne fut pas déçu. 
 
 
« C’est juste que tu n’es pas assez intelligente pour comprendre mon vocabulaire beaucoup trop évolué pour une indigène comme toi. Comme on pourrait le dire, tu as tout dans ton agressivité mais rien dans l’intelligence. 
 
 
-Tail rattrape son retard en faisant une égalité avec une réplique cinglante ! Le dernier match avait été gagné par Zoé mais est ce que ça va être différent aujourd’hui ? Ceci est une bonne question ! » 
 
 
Le sourire méprisant de Zoé laissa vite place à une grimace de colère. Chloé, sachant comment cela allait se terminer tenta une vaine trêve entre eux. 
 
 
« Restez calme vous deux. Pourquoi vous battre alors que vous êtes pareils ?  
 
 
-Tu oses me dire que je suis comme ce renard ?! 
 
 
-Et moi comme  elle ?! 
 
 
-Voici Chloé qui tente de calmer le jeu pour la énième fois. Mais malheureusement elle se fait aussi incendier. Arrivera-t-elle à calmer ces deux énormités de la nature ? La réponse est déjà en route ! » 
 
 
Sylvain se laissait emporter par son rôle, glissant dans ses phrases pleines d’idioties des petites remarques sur Tail et Zoé qui n’y faisaient même pas attention.  
 
 
Dans ces quatre là, il était évident de dire que la plus normale était Chloé. Son apparence n’avait rien de très extraordinaire, elle avait des cheveux courts noir parsemés de reflets bleus, ainsi qu’un regard réservé et mystérieux. C’était une fille assez renfermée qui avait du mal à démarrer le contact avec les gens. Comparé à Zoé qui n’avait aucun mal à parler aux autres, elles n’avaient rien en commun. Mais Chloé était celle qui pouvait calmer la fureur de Zoé, cela fonctionnait toujours…  sauf quand Tail était concerné. Là ça coinçait. 
 
 
Tail et Zoé continuaient leur dispute tandis que Sylvain commentait, rajoutant par la même occasion quelques remarques venant égayer la situation. 
 
 
Chloé chercha une quelconque aide mais le professeur était occupé avec un groupe. Un peu d’aide ne serait pas refus. Soudain une voix se fit entendre dans le couloir coupant court aux discussions de la classe. 
 
 
« Hé la fille barge ! Pourquoi tu ne partirais pas d’ici avec tes créatures imaginaires ? 
 
 
-Et toi pourquoi tu ne me laisserais pas tranquille ? 
 
 
-Une fille cinglée comme toi ne devrait pas être ici. 
 
 
-Tu as tout à fait raison… Mais un conseil, je te conseille de te taire. Ma patience à des limites espèce d’idiot qui a autant d’intelligence qu’une poule. » 
 
 
La voix n’avait même pas haussé le ton, elle était devenue simplement glaciale qui calma son le destinataire de cette insulte. On aurait pu croire qu’il avait été congelé sur place. 
 
 
Un silence s’était infiltré dans la classe mais tout redevint normal après quelques minutes. 
 
 
« Elle ne sera jamais tranquille on dirait… Pourquoi les gens se moquent-ils autant ? 
 
 
-Tu la connais ? » 
 
 
Voyant que Zoé était énervée par le harcèlement que subissait Yuna, Tail en avait déduit qu’elle la connaissait surement. 
 
 
« Elle est dans notre classe. » 
 
 
Un peu soulagée que la dispute avait pris fin, Chloé avait répondu. Sylvain voyait comment Zoé réagissait et eut une question en tête. 
 
 
« Tu m’as l’air d’être assez proche de Yuna, non ? 
 
 
-Pas vraiment… Je lui ai juste parlé quelques fois sur son projet. Mais ça me gave que d’autres se moquent d’elle ! 
 
 
-Ne t’énerve pas Zoé. Yuna n’a pas l’air d’y prêter grande attention à ces remarques. » 
 
 
Chloé lui donna une tape à l’épaule avec un sourire rassurant.  
 
 
« Qui aurait cru que tu sois aussi sensible. » 
 
 
Zoé regarda aussitôt Tail avec des yeux ronds. Elle vit un sourire resplendissant lui étant destiné. Elle tourna brusquement la tête mal à l’aise. Même si ce sourire était innocent, elle n’aurait jamais crue recevoir un tel sourire de sa part. 
 
 
Chloé n’avait pas remarqué le malaise de Zoé. Elle était inquiète pour autre chose. 
 
 
« Elle à finalement séché le cours d’anglais pour rechercher la fée renarde. 
 
 
-Elle est obstinée dis donc. Je l’ai vue hier la chercher aussi. 
 
 
-Selon elle, la fée renarde apparait souvent dans l’après midi pour s’occuper de la nature environnante. » 
 
 
Cela avait amusé un peu Chloé lorsque Yuna lui avait dit ça. Elle avait eu l’impression de se trouver devant un documentaire animalier un peu spécial. 
 
 
« Elle est passionnée dis donc… » 
 
 
Sylvain avait fini par poser sa tête sur sa main et regardant le plafond l’air pensif. 
 
 
« Elle est quand même bizarre. 
 
 
-C’est toi qui est bizarre. » 
 
 
Zoé, qui avait fini par se remettre de cette vision, jeta un regard noir à Tail qui eut la bonne idée de ne rien ajouter de peur de relancer la dispute. 
 
 
« Ca existe peut être. On n’a aucunes preuves que ces créatures imaginaires n’existent pas ! Donc on devrait arrêter de la harceler sur ça. 
 
 
-Tu l’apprécies bien on dirait. » 
 
 
Voilà qui confirmait de nouveau à Sylvain que Zoé n’agissait méchamment qu’envers Tail. Et il avait bien l’intention d’en savoir la vraie raison. 
 
 
« C’est que…  dans un sens on agit de la même façon. 
 
 
-Tu veux dire que lorsqu’une personne te casses les pieds tu l’envoies bouler rapidement et proprement ? » 
 
 
Tail se souvenait bien de la manière qu’avait eue Yuna pour l’envoyer paître ailleurs après qu’il l’ait généreusement sauvé d’une situation dangereuse pour sa carrière scolaire. Il avait remarqué le regard froid que Zoé lui envoyait en réponse à ce qu’il venait de dire. 
 
 
Sur. Elles se ressemblent beaucoup même… 
 
 
  
 
 
********** 
 
 
Comment cela se faisait-il que je n’arrivais pas à trouver cette fée renarde ? Même après avoir passé au peigne fin tout le jardin, je n’avais trouvé aucun indice de sa présence. Elle devait être douée pour se cacher. 
 
 
Je m’assis sur un banc en  poussant un long soupir. 
 
 
J’avais entendu quelques rumeurs à propos de cette ville où il y avait pas mal de créatures comme l’elfe épéiste, la diablesse-dragonne, la sirène forestière et encore d’autres. J’avais donc très envie d’y aller et par chance mes parents avaient l’intention d’y emménager. Depuis que j’étais arrivé ici, je m’étais efforcée de trouver ces fameuses créatures. Malheureusement toutes mes recherches avaient été des échecs. Et mon cher petit cahier ne s’était plus rempli d’informations depuis bien longtemps. 
 
 
Je fis tourner une de mèches de cheveux avec agacement. Peut être que tout cela n’était qu’un simple rêve… Que tous ces indices n’étaient qu’une énorme blague dont j’étais la piégée. Pour être franche j’avais vraiment du mal à croire que tout cela était vrai. Mais je continuais quand même mes recherches. Cela me plaisait bien de chercher des choses qui n’existaient peut être pas. Le seul inconvénient c’était que tout le monde me prenait pour une folle et donc à cause de ça j’étais seule lors de mes recherches ce qui n’aidait pas dans la traque de tout ce petit monde. 
 
 
Je remarquai mon visage exaspéré à travers une fenêtre et me reprit aussitôt. Pas moyen de déprimer pour si peu. J’avais des priorités. 
 
 
J’ouvris mon petit cahier chargé d’informations sur les créatures imaginaires. Le voilà ! Mon seul indice qui me prouvait à 99 % que la fée renarde existait ! Bon d’accord, la photo était un peu floue mais on pouvait voir la queue de renard et les petites ailes sur son dos. Rien qu’en la voyant mon excitation atteignit le seuil critique. Il fallait la trouver ! 
 
 
Regonflée à bloc, je m’apprêtai à repartir à sa rechercher. Mais mon estomac en avait jugé autrement, je décidai donc de me rendre à la cafétéria histoire de prendre quelque chose à manger. 
 
 
La cloche retentit et regardant ma montre je me rendis compte que c’était la récréation. Il y allait avoir surement beaucoup de monde à cette heure.  C’était le moment du goûter donc tout les affamés allaient s’y rendre. Si je tenais à être tranquille je ferais mieux de me dépêcher. 
 
 
Une fois dans la cafétéria j’aperçus deux filles qui s’approchèrent de moi avec un grand sourire. Je les reconnus aussitôt, la gentille Zoé et la réservée Cholé. 
 
 
« Tu as encore séché le cours d’anglais pour la fée renarde je suppose. Du nouveau alors ? » 
 
 
Comme tous les jours, Zoé avait l’air particulièrement intéressée par mes recherches. Son visage souriant n’exprimait aucune moquerie sur ce que je faisais. Croyait-elle vraiment à ce que je cherchais ? Je n’en avais aucune idée, mais j’appréciais beaucoup cette attention de sa part qui différait totalement des autres. 
 
 
« Non je n’ai encore rien trouvé mais je n’ai aucunement l’intention de lâcher prise. 
 
 
-Tu devrais faire tes recherches sans sécher les cours quand même… » 
 
 
Encore une fois, Chloé me sermonnait sur mon assiduité dans les cours. J’avais l’impression qu’elle me surveillait de près… Je me demandais même si elle ne savait pas tout ce que je faisais. Un sentiment vraiment bizarre. Elle avait continué à me parler mais je n’entendis que la dernière phrase. 
 
 
« … sinon tu vas avoir des problèmes. » 
 
 
Cette fille était réservée mais elle était capable d’être directe. J’eus l’impression de voir ma mère en face de moi lorsqu’elle m’adressait la parole sur l’importance des cours plutôt que mes actions « irréfléchies ». 
 
 
« Rien ne peut m’empêcher de faire ce que j’ai envie de faire.  
 
 
-Ca se voit déjà. C’est pour ça que je ne tente même pas de te convaincre de passer les cours avant tes activités. 
 
 
-Zoé a raison… Je me demande bien pourquoi je continue à te convaincre d’être raisonnable. » 
 
 
Chloé soupira devant sa énième tentative qui avait échoué et qui était sa dernière. J’allais enfin être un peu tranquille. 
 
 
« Bon Chloé, je te paie quoi comme boisson ? 
 
 
-Je n’ai pas soif… 
 
 
-Arrêtes d’être gênée pour si peu. Tu m’en as payé une hier, c’est donc à moi de faire de même aujourd’hui. » 
 
 
Cholé essayait tant bien que mal de lui faire abandonner cette idée mais Zoé ne l’écoutait pas, et avait choisi la boisson préférée de son amie. Ces deux personnes aussi différentes qu’elles étaient, étaient vraiment drôles. La façon dont elles s’adressaient à moi me faisait penser à des amies. Entre celle qui m’encourageait et celle qui me faisait la morale à chaque fois, me donnait l’impression d’être amie avec elles. 
 
 
« Oh, Tail et Sylvain venez ici ! 
 
 
-On arrive, on arrive. » 
 
 
Je tournai la tête par curiosité et aperçus le garçon d’hier qui m’avait empêché de continuer mes recherches. Rien qu’à le voir il m’énervait. Mais son apparence m’intéressait, il avait quelques similitudes avec les renards bien que je savais pertinemment qu’il était humain. J’espérais qu’il ne me gênera plus dans mes prochaines recherches. J’aurais bien aimé voir comment il avait fait pour récupérer son sac. Avec un peu de chance il avait du recevoir une colle.  
 
 
Ce garçon et son ami étaient autour d’un groupe de personnes qui riaient à s’en faire mal au ventre. D’après ce que je voyais son ami et lui étaient en train de faire un sketch qui devait être particulièrement drôle pour faire rire les autres. 
 
 
« Cet idiot ne sera jamais sérieux en groupe on dirait.  
 
 
-Sylvain n’est pas mal non plus dans le genre. » 
 
 
Les deux filles étaient à coté de moi buvant leur canette et regardant le groupe qui rigolait. Une expression amère passa sur le visage de Zoé lorsqu’un garçon dans le groupe prit une fille dans ses bras, tandis que les deux garçons continuaient leur numéro. 
 
 
« Tch… Vraiment navrant de voir ça. 
 
 
-Pourtant leur sketch a l’air d’être marrant à les entendre.  
 
 
-Même un singe ferait mieux que Tail. 
 
 
-Tu continues de t’en prendre à lui dis donc. Je vais finir par croire que tu craques pour lui. 
 
 
-Alors là n’importe quoi ! Je préfère largement être avec toi et Yuna. » 
 
 
Chloé sourit en entendant cela, à mon avis cela ne devait pas être la première fois qu’elle taquinait Zoé sur sa relation avec Tail. Mais ce qui me frappa c’était qu’elle préférait être avec moi. Etrange, alors qu’on ne se connaissait pas depuis super longtemps. Ca faisait toujours plaisir quand même. Au moins ces deux filles n’étaient pas idiotes, elles avaient de la jugeote et donc elles pourraient surement m’aider dans mes recherches. Mais oui ! Pourquoi pas leur demander de me rejoindre ? 
 
 
Juste au moment où cette idée me traversa la tête, une phrase attira mon attention. 
 
 
« Tu connais la rumeur sur l’elfe épéiste ? 
 
 
-Oui j’en ai déjà entendu parler. Mais ce n’est qu’une bêtise que les anciens ont inventé. 
 
 
-Surement. Mais j’ai eu des précisions sur ça… » 
 
 
A l’écoute de cette conversation je tournai la tête. C’était incroyable ! Enfin quelque chose d’utile depuis des lustres ! Il me fallait en savoir plus !  
 
 
Je me dirigeai vers les personnes parlant de ça avec précipitation. 
 
 
« Dites moi tout ce que vous savez sur l’elfe épéiste ! 
 
 
-… ? » 
 
 
Les deux garçons me regardèrent abasourdis. Je ne comprenais pas pourquoi ils tiraient une tête pareille, on dirait que je venais de leur annoncer la destruction de la terre par une explosion du à un pet de singe. Enfin bref, tant qu’ils me donnaient ce que je voulais je m’en fichais. 
 
 
  
 
 
  
 
 
********** 
 
 
  
 
 
Il était treize heures quinze exactement lors un mardi banal et Tail n’avait rien de mieux à faire durant son temps libre que de trainer dans une galerie marchande en pleine activité. 
 
 
Sylvain n’était pas avec lui, car il avait option sport à cette heure là. Tail profita donc de se balader tranquillement en écoutant les bruits des conversations. Se grattant la tête il jeta un coup d’œil aux boutiques présentes dont la plupart ne vendaient que des vêtements. Chose qui ne l’intéressait pas du tout. 
 
 
Marchant sur les pavés blancs, il se dirigea vers le centre de la galerie. Une fois arrivé il s’assit sur un banc et observa les terrasses appartenant aux cafés d’ici en face de lui. L’endroit était très joli, plusieurs bacs à fleurs venaient égayer la décoration ainsi qu’une statue de pierre au centre.  
 
 
Elle était un peu spéciale car elle représentait une personne en position de combat avec son épée, mais le plus extraordinaire c’était ses oreilles en pointes ressemblant exactement à ceux des elfes qu’on pouvait trouver dans les histoires de fantasy. 
 
 
Cette statue avait nourrie quelques histoires. La plus connue était celle d’un elfe qui aurait vaincu un monstre horrible pour protéger le village qui était maintenant devenue une ville pleine d’activité.  
 
 
Selon des études, cette statue daterait de plusieurs centaines d’années. Mais bien entendu, les citadins ne croyaient pas une seule seconde à une histoire de ce genre. Pratiquement tout le monde était d’accord sur ça. Cependant, il restait encore quelques personnes pour y croire et une d’elle se trouvait en ce moment même devant la statue. 
 
 
Au plus grand étonnement de Tail… ou pas,  il remarqua que cette personne était en fait Yuna. Elle touchait chaque partie de la statue, faisait le tour de celle-ci plusieurs fois et tentait même de la pousser. 
 
 
Cette fille n’abandonne donc jamais. 
 
 
Comme s’il n’avait rien de mieux à faire, il regarda avec amusement les efforts de Yuna pour chercher une quelconque trace d’un truc imaginaire. Pendant qu’il profitait de ce spectacle, un garçon vint d’asseoir à coté de lui. Tail le reconnut aussitôt. 
 
 
« Chris ? 
 
 
-En chair et en os. » 
 
 
Il avait répondu ça avec un claquement de doigt voulant surement se donner un air cool. 
 
 
« Tu espionnes Yuna on dirait… » 
 
 
Il jeta un Tail un regard plein de sous entendu que le garçon comprit. 
 
 
« J’admire juste l’obstination de Yuna. La dernière fois elle cherchait une fée renarde et maintenant l’elfe épéiste. 
 
 
-C’est obligé même. Je pense que seule, elle doit avoir un peu de mal, il lui faudrait du monde. 
 
 
-Pour la suivre faudrait être fou ou être très proche d’elle.  
 
 
-Tu te mets dans lequel des deux ? » 
 
 
Chris avait un petit sourire qui cachait pas mal de mystère sur sa personnalité. Tail savait à quel jeu il jouait lorsqu’il lui avait posé la question. 
 
 
« J’avoue que Yuna est intéressante. Mais je ne ferais pas parti d’une de ces deux catégories. Si je lui porte autant d’attention c’est que ce n’est pas tout les jours qu’on peut voir une fille intéressée par les créatures imaginaires. 
 
 
-Alors pour un gars nullement intéressé par elle, à part sa passion, tu la regarde d’une façon assez spéciale. 
 
 
- Arrêtes un peu… Je vais devoir te laisser. » 
 
 
Tail se leva, il ne voulait pas continuer sur cette discussion. Pourquoi Chris posait autant de questions d’ailleurs ? C’était plutôt l’inverse en général, car il avait toujours un train d’avance sur les autres. 
 
 
Yuna avait jeté un rapide coup d’œil à Tail qui partait et le suivit. 
 
 
« Si tu savais à quel point Yuna était intéressé par toi et Zoé tu ne réagirais pas comme ça. » 
 
 
Bien qu’il ait dit ça avec amusement, il était réellement perplexe. Mais d’une façon, il avait hâte de voir ce qu’il allait arriver. Il avait déjà préparé le terrain et attendait donc tranquillement.  Il se leva et eut juste le temps d’entendre une Zoé inquiète. 
 
 
« Bah… Où est Yuna ? 
 
 
-Je ne sais pas… » 
 
 
Zoé et Chloé regardèrent autour d’elle pour essayer de la voir mais elle était déjà partie. 
 
 
  
 
 
« Ohé ! 
 
 
- ? » 
 
 
Surpris, Tail se retourna pour voir qui était la personne qui avait crié ça.  
 
 
« Ah c’est toi.  
 
 
-Bah oui c’est moi. 
 
 
-Tu veux quoi ? 
 
 
-Te demander quelque chose… même si tu m’énerves je pense que tu pourrais m’être utile. » 
 
 
Tail la regarda avec des yeux ronds. Il n’était pas bête, il avait une vague idée de ce qu’elle voulait lui demander. 
 
 
« Tu vas rejoindre mon groupe !  
 
 
-… Et c’est comme ça que tu me demandes quelque chose ? 
 
 
-Rejoins moi c’est tout ! » 
 
 
Alors là j’aurais tout entendu. Saleté de Chris, il devait savoir quelque chose sur ça et ne me l’a pas dit… Quoiqu’il le fait toujours. 
 
 
« Et pourquoi spécialement moi ? 
 
 
-Car… euh… c’est que… » 
 
 
Pour la première fois Yuna ne savait pas quoi dire. Bizarrement cela la troublait. 
 
 
« Bon… Tu le dis ou non ? 
 
 
-C’est que quand je t’ai vu regarder la statue tu m’avais l’air intéressé par ça. 
 
 
-Juste pour ça ? Et pourquoi tu avais l’air gênée pour me demander ça ? » 
 
 
Tail n’était pas dupe, il y avait quelque chose d’autre pour qu’elle réagissait comme ça. 
 
 
« Parce que Chris m’a dit que tu étais dingue… de moi. Et donc je ne savais pas comment te demander ça, sans que tu le prennes pour une avance de ma part. » 
 
 
Je me doutais bien qu’il avait fait quelque chose celui-là. 
 
 
« Tu le connais ? 
 
 
-Oui, je l’ai rencontré dès le premier jour et avant-hier il m’avait dit que tu en pinçais pour moi. Ce qui explique pourquoi tu m’as aidé la dernière fois bien que tu ais interrompu mes recherches. » 
 
 
Elle joua avec ses doigts, embarrassée. 
 
 
« Tu te fais des idées. Ce que Chris à dit n’était qu’un de ses délires habituels. Si je t’ai aidé c’est que… ça  c’est une bonne question. Je ne sais même pas pourquoi je t’ai aidé. » 
 
 
Il se gratta le coup, se souvenant de la situation et du pourquoi il avait aidé Yuna. 
 
 
« Tu veux donc dire que tu m’as aidé comme ça sans arrière pensée ? 
 
 
-Bah oui. Et je croyais que je t’avais plus gêné que t’aider ? » 
 
 
Les joues de Yuna rosirent un tout petit peu et détourna le regard. 
 
 
« Je ne peux pas être aussi hypocrite… Tu m’as aidé alors je ne pouvais pas rester là sans te remercier… » 
 
 
Les joues de Yuna étaient encore plus rouges et Tail comprit quelque chose qui le fit sourire. 
 
 
« En fait, tu donnes l’impression d’être parfaitement à l’aise mais tu as vraiment du mal avec les gens. C’est marrant. 
 
 
-N-N’importe quoi ! » 
 
 
Elle s’était carrément mise de dos. Elle n’arrivait pas à croire que Tail pouvait la cerner aussi facilement. Il s’apprêta à dire quelque chose mais une personne vint le couper dans sa lancée. 
 
 
« Yuna te voilà ! On se demander où tu étais ? » 
 
 
Tail vit sans ravissement Zoé s’approcher d’eux. Voulant éviter une énième confrontation qui n’apporterait rien de bon, il laissa Yuna. 
 
 
« Bon je te laisse en bonne compagnie. Salut !  
 
 
-Et la réponse ? » 
 
 
Mais Tail était déjà loin, il avait marché très vite pour mettre le plus de distance entre lui et Zoé. 
 
 
« Ca va Yuna ? Tu es toute rouge ? 
 
 
-Ah… euh… Oui ça va… Il n’y a pas de problème Chloé. 
 
 
-Qu’est ce que ce crétin à dit ? Il n’a pas osé balancer des trucs débiles au moins ? 
 
 
-Ah… euh non. » 
 
 
Zoé et Chloé étaient vraiment étonnées de voir Yuna dans cet état là. Elles se demandaient bien ce qui avait bien pu se passer entre elle et Tail. 
 
 
« Sinon Yuna, on a enfin réussi à trouver la personne qui connait l’histoire de l’elfe épéiste. Tu veux l’entendre ? » 
 
 
Zoé s’était dit qu’il valait mieux changer de sujet. 
 
 
« Bien sur ! Je n’ai jamais entendu cette histoire. Peut être que ça donnera des indices ! 
 
 
-Alors allons-y. » 
 
 
Zoé emmena Yuna suivit de Chloé à destination de la personne. Tail quand à lui avait déjà atteint l’entrée du lycée et continuait de sourire en voyant la réaction qu’avait eu Yuna. 
 
 
« Elle n’est pas aussi insensible qu’elle veut nous faire croire dis donc… » 
 
 
Chris lui aussi était à l’entrée du lycée et ayant entendu Tail, un sourire satisfait traversa son visage. 
 
 
« Tu as tout à fait raison. Mais sache que ce n’est pas toujours bien. » 
 
 
  
 
 
  
 
 
« Sortie de la ville. Près du petit bois. 14 heures. Important. » 
 
 
Ce message est vraiment bizarre. Le pire c’est que j’ai reçu ça dans la nuit alors que tout était fermé… Je me demande bien qui c’est l’émetteur de ce message. 
 
 
Tail se dirigeait vers le lieu du message, l’esprit confus. L’apparition de ce mot sur son bureau l’avait stupéfait, encore plus lorsqu’il avait vu sa fenêtre ouverte. Ce qui laissait entendre que la personne qui avait mis ce mot était passé par là sauf que… pour arriver jusqu’à la fenêtre il fallait : soit avoir des pouvoirs magiques ou être un type surentrainé de l’armée. Donc c’était peu probable que cette personne faisait partie d’une des deux catégories. 
 
 
Encore une fois, la curiosité de Tail avait fini par obtenir victoire et il avait donc choisit d’y aller, même si la personne était un dangereux psychopathe. 
 
 
Il était presque arrivé à destination quand il se demanda si c’était vraiment bon de suivre les instructions de ce mot… De toute manière il était trop tard, il n’avait pas marché trente minutes pour rien. Tant pis si la personne était dangereuse, au moins il pourrait apprécier la tranquillité du petit bois avant qu’elle n’arrive. 
 
 
Le hasard faisait bien les choses, car une autre personne se tenait debout près du petit bois. Et c’était la personne que Tail ne voulait surtout pas en entendre parler le week-end. Il était surpris de la voir ici. 
 
 
« Zoé ? Qu’est ce que tu fais ici ? » 
 
 
Elle sursauta en entendant Tail. Elle se retourna et avec une mine stupéfaite regarda Tail mais fronça aussitôt les sourcils. 
 
 
« Et toi qu’est ce que tu fais ici ? 
 
 
-J’attends quelqu’un. » 
 
 
Le mot que Zoé tenait dans sa main fit titiller l’esprit de Tail. Il avait le même, avec les mêmes caractères.  
 
 
« Je parie que tu attends quelqu’un aussi. 
 
 
-Oui. Et j’ai l’impression que la personne que toi et moi attendons est la même. 
 
 
-C’est même sur. » 
 
 
Pourquoi avoir fait en sorte que Zoé et moi soyons au même endroit ? Que pouvait bien être l’objectif de cette personne ? 
 
 
Pendant que Zoé et Tail étaient en train de réfléchir à des hypothèses de plus en plus tordues, une jeune fille à la marche chancelante s’approcha d’eux. Zoé reconnut la jeune fille. 
 
 
« Y-Yuna ?!  
 
 
- ? » 
 
 
S’apercevant que quelque chose n’allait pas, Zoé se précipita sur sa camarade de classe. 
 
 
« Yuna, c’est toi l’origine de ce message ? Qu’est ce qu’il y a ? » 
 
 
Aucune réponse.  
 
 
Zoé leva ses yeux vers le visage de Yuna et savait qu’elle n’était pas dans son état normal. Elle se tourna vers Tail espérant avoir une réponse sur ce qu’il se passait. Mais il ne répondit que par un haussement d’épaules avec un visage inquiet. Zoé avait raison de s’inquiétait, le visage de Yuna n’avait plus aucune couleur, ainsi que ses yeux et il était aussi rigide que de la pierre. Zoé le tapota avec l’espoir d’avoir une réaction de sa part. 
 
 
« Qu’est ce que tu as Yuna ? » 
 
 
Comme réponse, une brume sortit de nulle part entourant Yuna. 
 
 
Par réflexe, Tail saisit le bras de Zoé et la ramena vers elle. 
 
 
« Qu’est ce que tu… » 
 
 
Elle ne finit même pas sa phrase, car Yuna était dorénavant couverte par la brume. On ne pouvait plus la voir. Un sentiment d’angoisse s’empara de Tail et Zoé. 
 
 
Cette brume… Elle me rappelle quelque chose… Je me souviens du sentiment terrifiant qui m’avait envahi mais je ne sais plus quand c’était… 
 
 
Tail tenait son sac avec force pour essayer de se calmer. Il se souvenait de ce qu’il avait ressenti lorsqu’il avait vu la brume, mais le problème c’était de savoir quand et où. Il était sur d’une chose cependant, si lui et Zoé ne bougeaient pas, ils auraient de graves problèmes. 
 
 
Malheureusement ni lui, ni Zoé était capables de bouger un membre. Ils étaient pétrifiés par la peur qui les envahissait peu à peu. 
 
 
La sueur perlait sur le visage de Zoé, le souffle haletant, elle tentait de dire quelque chose mais aucun son ne sortit. Même le bruit venant du bois avait disparut, le bruissement des feuilles, le chant des oiseaux et le bruit des bêtes se faufilant entre les feuillages étaient comme engloutis par cette aura terrifiante.  L’absence de ces bruit avaient rendus l’atmosphère encore plus angoissante. 
 
 
A ce moment là les corps des deux adolescents étaient parfaitement synchrones. 
 
 
Leur cœur battait à l’unisson. 
 
 
Leur respiration était en parfaite synchronisation. 
 
 
Et même leurs paupières étaient sur la même longueur d’onde. 
 
 
Ce calme annonçait une catastrophe. 
 
 
Soudain, Tail s’effondra tenant sa tête avec douleur. Il sentait comme une main invisible lui  arracher ses souvenirs, ses pensées, ses émotions… En d’autres termes il avait l’impression que quelque chose ou quelqu’un essayait de prendre son esprit. La souffrance était d’une telle force qu’un son effrayant aurait du sortir de sa bouche, mais il en était incapable. 
 
 
C’est quoi ça ? J’ai le sentiment qu’on essaie d’enlever mon esprit… Mais je ne vois aucune personne faire ça… Tout ça… Tout ça se passe à l’intérieur de moi. B-Bon sang ! Zoé aide moi ! 
 
 
Zoé n’était pas en état pour l’aider. Elle n’avait même pas remarqué que Tail s’était effondré. Pour elle il n’y avait que la brume, elle était hypnotisée par cette couleur entre le blanc et jaune. 
 
 
D’un coup,  le trou noir… 
 
 
  
 
 
La vision revint lentement à Zoé, qui après avoir cligné plusieurs fois des yeux s’habituaient enfin à cette luminosité. Elle était toujours près du petit bois qui avait reprit ses bruits habituels. Mais il n’y avait plus aucune trace de Yuna ni même de la brume. A croire que tout ce qui venait de se passer n’était qu’un rêve. 
 
 
Un mal de crâne douloureux lui fit pencher la tête vers le sol. Par terre se trouvait un bras inerte. Surprise et inquiète elle suivait le bras comme des randonneurs qui suivaient un sentier, jusqu’à découvrir le corps de Tail. La peur lui prit au cœur. 
 
 
« Tail ! » 
 
 
Elle secoua le garçon avec force pour le réveiller. 
 
 
« Tail ! Tail ! Réveilles toi crétin de faux renard ! 
 
 
-S’il te plait Zoé parle plus bas. Tu me donnes mal à la tête là. » 
 
 
Cette voix venait littéralement de nulle part. Zoé pensait que c’était une hallucination sous la peur. A part elle et Tail, qui était toujours inconscient, il n’y avait personne dans les alentours. Pourtant cette voix ressemblait fort à celle de Tail. 
 
 
« Tail, c’est toi ? 
 
 
-Tu veux que ça soit qui ? » 
 
 
La voix semblait amusée par la lenteur de Zoé. Si cette voix pouvait encore avoir un ton amusé, c’était parce que Zoé n’avait pas encore dit ce qui était en train de se passer en ce moment même. Elle avait regardé attentivement le visage de Tail et il n’y avait eu aucun mouvement. 
 
 
« Tail, qu’est ce que tu vois ? 
 
 
-Maintenant que tu viens de m’y faire penser, je vois un corps inanimé qui ressemble fort à… » 
 
 
Le dernier mot était surement « Moi », mais le garçon avait perdu sa voix comprenant dans quelle situation il était. Zoé avait confirmé ses craintes. 
 
 
« Ne me dis pas que je suis… 
 
 
-A l’intérieur de moi ? J’en ai bien peur. » 
 
 
Suite à ça, ils se turent face à cette conclusion anormale. Ils se posaient tout deux la même question. 
 
 
« Comment c’est arriver ? C’est impossible voyons. 
 
 
- Je pense que ça à un rapport avec Yuna. 
 
 
-Et elle est où ?! » 
 
 
Zoé grimaça en entendant la voix forte de Tail. Ecouter quelqu’un parler dans sa tête était particulièrement désagréable. 
 
 
« Parles moins fort s’il te plait. 
 
 
-Pardon. Mais il faut rattraper Yuna ! » 
 
 
La jeune fille acquiesça, avoir un crétin comme Tail dans sa tête qui voyait tout ce qu’elle faisait était la pire chose qu’il pouvait lui arriver. 
 
 
« Je suis d’accord avec toi sur le fait que je suis un crétin et que c’est la pire chose qu’il pouvait nous arriver. » 
 
 
Zoé s’arrêta horrifiée. Tail ne pouvait pas voir son visage, mais il savait un peu prêt sa réaction. 
 
 
« Et oui… Je peux entendre toutes tes pensées. 
 
 
-T-Toutes ? 
 
 
-Oui, même les plus intimes… Et ça ne m’amuse pas du tout. 
 
 
-I-Il faut à tout pris que tu sors de ma tête. Dépêchons nous d’aller voir Yuna ! 
 
 
-Pas de problème. Mais avant ça… on fait quoi de mon corps ? » 
 
 
Le corps du garçon ne pouvait pas rester comme ça, vulnérable aux bêtes du bois. Et il se demandait ce qui pouvait bien arriver à un corps qui n’a plus d’esprit aux commandes. Zoé l’était aussi, et après avoir posé son oreille contre le cœur du garçon, la panique l’envahit. 
 
 
« Il faut à tout pris appeler une ambulance ! 
 
 
-Quoi ?! » 
 
 
Voilà donc ce qui arrivait quand un corps n’avait plus d’esprit. Zoé téléphona en hâte au Samu. Ils allaient arriver dans dix minutes, ce qui était beaucoup trop long pour Tail. Mais son inquiétude laissa place à l’amusement lorsque Zoé, qui avait totalement oublié qu’il était dans sa tête, soutenait le corps. 
 
 
« Tiens le coup Tail ! Restes avec moi ! 
 
 
-Je n’ai pas le choix que de rester avec toi. » 
 
 
Zoé se figea remarquant son action idiote qui en temps normal aurait été tout à fait normale, mais à ce moment là c’était anormal. Tail avait entendu la pensée de la fille comme un « J’avais complètement oublié ! » 
 
 
« Je n’arrive pas à croire que t’ai pu oublier ça en si peu de temps.  
 
 
-C’est bon ! Je me suis laissé emporter par la panique. » 
 
 
Une ambulance était en vue. Zoé continuait de se mordre les lèvres pour diminuer son stress mais Tail continuait de penser à « l’oubli » de la fille. 
 
 
Leur sens commun allait être mis à rude épreuve. 
 
 






CHAPITRE 2 
 
 
Une cohabitation difficile 
 
 
  
 
 
  
 
 
« Enfin rentré ! » 
 
 
Zoé se laissa tomber sur son lit, l’après midi avait été rude. Elle regarda le plafond blanc, pensive. 
 
 
« J’aurais jamais cru qu’on puisse en finir. 
 
 
-C’est vrai que c’était long et finalement mon corps est en période de « sommeil ». » 
 
 
Tail était soulagé de savoir qu’il n’y avait pas d’autres problèmes. Les médecins en avaient conclu qu’il était dans un profond sommeil et que sur le coup les organes s’étaient arrêtés. Mais après une réanimation, le corps avait atteint un état stable. La seule chose à faire selon les médecins était  d’attendre que Tail se réveille.  
 
 
Zoé et Tail s’étaient mis d’accord pour ne rien dire. De plus, personne n’allait croire Zoé si elle annonçait qu’une brume avait piégé Tail dans son corps. Elle aurait été sans doute emmenée dans un hôpital psychiatrique. Cela avait déjà assez dur d’expliquer comment Tail s’était effondré.  
 
 
« Il s’est cogné tête la première contre un arbre en tombant. », était la version officielle de son accident. Cette explication avait faire rire rapidement un des médecins mais il avait été rattrapé par la gravité de la situation. Il n’était pas le seul à avoir ri, même si personne à part Zoé ne pouvait entendre, le concerné avait bien rigolé en entendant ça. 
 
 
Cependant son moral avait vite redescendu lorsque sa famille était dans la chambre. Sa mère avait été sur le point de fondre en larmes, son père qui d’habitude faisait toujours une petite réflexion drôle lorsque Tail était à l’hôpital n’avait fait que de regarder son fils étendu sur le lit, sa sœur avait du mal à cacher sa tristesse –impassible jusqu’au bout lorsqu’il s’agissait de son grand frère- et son petit frère harcelait les médecins avec une question qui avait déchiré le cœur de Zoé et de Tail –bien que techniquement il n’était pas en mesure de ressentir quoi que ce soir-. 
 
 
L’après midi avait très rude pour Zoé qui avait du répondre à des questions sur l’état de Tail.  Mais après avoir contenté toutes les personnes qui suivaient le cas de Tail, elle avait pu rentrer chez elle accompagnée de sa mère qui était venue la rechercher. Bien que Tail ne fût pas d’humeur à plaisanter dans l’hôpital, comme il faisait d’habitude, son moral avait remonté d’un coup une fois que la vision de sa famille et son corps avait disparue. 
 
 
« Demain il faut qu’on parle à Yuna. 
 
 
-Non, il faut que TU parles à Yuna. Moi je ne suis qu’un esprit dans un corps de fille… Je viens de me rendre compte qu’un de mes cauchemars vient de se réaliser. 
 
 
-Et moi je devrais en dire quoi ? Avoir un crétin que je ne peux pas voir en peinture qui se trouve dans ma tête. 
 
 
-Vois le bon coté des choses, tu ne verras plus ma tête d’abrutie avant un bout de temps. 
 
 
-Bref, on doit à tout prix voir Yuna demain et lui demander des explications sur ce qu’il s’est passé tout à l’heure. 
 
 
-Est-ce qu’elle sait au moins qu’elle a fait ça ? Car vu dans l’état qu’elle était elle ne me semblait pas consciente du tout. Elle était comme qui dirait, dans une transe. 
 
 
-Hm… » 
 
 
Zoé s’accorda un moment de réflexion laissant Tail tuer le temps en attendant.  
 
 
Il jeta un coup d’œil dans la chambre de son hôte. Le premier mot qui vint à l’esprit de Tail était « sobre ». La chambre n’était pas surchargée de posters et autres trucs qui ne servaient à rien comme dans la chambre de sa sœur. Bien entendu les murs étaient de couleur rose comme on faisait souvent pour une petite fille qui indiquait que Zoé avait toujours eu cette chambre. Elle avait aussi un bureau où toutes ses affaires d’école étaient parfaitement rangées, une armoire qui cachait beaucoup plus que des vêtements à la vue de la boîte de couture et des tissus qui trainaient au bas et ainsi qu’une table basse où un petit bric à brac s’entassait. 
 
 
Tail se disait que Zoé avait une personnalité bordélique mais que sa chambre était bien rangée. 
 
 
« Tu sais, je peux entendre aussi tes pensées. » 
 
 
Zoé avait froncé les sourcils en entendant cette remarque du fond de sa tête. Tail ne semblait pas du tout affecté par ce qu’il se passait en ce moment dans la tête de la fille. 
 
 
« Ce n’était pas méchant voyons. Donc pas la peine de me traiter de crétin et d’autres insultes dont je ne répéterais pas. » 
 
 
Zoé se leva brusquement se tenant la tête en la secouant. Elle espérait peut être faire sortir Tail de sa tête ? 
 
 
« Je vais devenir cinglée ! J’ai l’impression d’être espionnée ! 
 
 
-C’est vrai que ce n’est pas de chance ce qui t’arrive. Mais je pense que le plus à plaindre c’est moi. » 
 
 
Malgré cela, Tail ne trouvait pas la situation si dramatique. Surement que le fait de savoir que son corps ne risquait apparemment rien l’avait calmé. Zoé par contre ne trouvait pas du tout la situation amusante, son expression inquiète montrait toute les questions qu’elles se passaient en tête. Et si le corps finissait par mourir si l’esprit n’était plus à l’intérieur ? Cette interrogation était la seule que Tail avait réussi à lire dans les milliers de pensées qui traversaient le cerveau de Zoé. 
 
 
« Je ne pense pas que mon corps risque quelque chose. Tant que le cœur fonctionne encore, je ne risque rien. 
 
 
-M-Mais je ne m’inquiètes pas pour toi. Quelles raisons me pousseraient à m’inquiéter pour un type comme toi ? 
 
 
-Et c’est reparti pour un tour. Pourquoi as-tu autant de mal à avouer un truc si futile que ça ?  
 
 
-T-Tais toi ! » 
 
 
Zoé était énervée, pas par le fait que Tail avait découvert cet élan de gentillesse envers lui mais parce qu’à partir de maintenant elle allait faire attention à tout ce qu’elle pensait pour éviter qu’il n’en apprenne plus. 
 
 
Soudain quelqu’un frappa à la porte et une voix contrariée retentit dans la pièce. 
 
 
« Ca va cousine ? On t’entend parler toute seule depuis dix minutes. Donc on se demande si tu n’étais pas en état de choc pour le garçon à l’hôpital. 
 
 
- Ca ne va pas la tête ! Arrêtez donc de dire que je suis inquiète pour lui ! Un idiot pareil ne mérite pas ça. » 
 
 
Y’avait pas à dire, Tail s’amusait comme un gamin. La cousine de Zoé avait douloureusement enfoncé le clou. Mais se doutant que Zoé était à l’état de cocotte-minute, ni lui ni la cousine ne continuèrent sur ce sujet. 
 
 
« Tata Christine m’a demandé de te dire d’aller de laver aussi. Voilà. » 
 
 
Cette phrase fut accueillie par Tail et Zoé avec autant de plaisir qu’une facture qui coutait la moitié du SMIC. Se laver impliquait de se déshabiller, se déshabiller impliquait donc d’être nue. Et cela ne plaisait pas du tout aux deux adolescents.  
 
 
Tail pouvait déjà sentir la menace de Zoé à des années lumières à la ronde. Rien qu’en pensant à la salle de bains, Zoé se sentit extrêmement mal à l’aise. Elle ne voulait pas exposer son corps de nouveau à quelqu’un. 
 
 
« Si jamais… Si jamais tu viens à laisser le moindre petit espace entre tes paupières pour me regarder, je te promets que ton corps risque de subir de lourds dommages. Compris ? » 
 
 
Sa voix tremblait légèrement. Cette menace, bien qu’elle n’en ait pas besoin, avait eu quand même beaucoup d’effets sur Tail qui savait bien qu’elle était capable de la mettre à exécution. Une remarque lui vint à l’esprit. 
 
 
« Pas de problème. De toute manière je ne suis pas fan des films d’horreurs. Et revoir une deuxième fois le même risque de me dégouter à tout jamais du corps féminin. » 
 
 
Un craquement se fit entendre à cette réponse qui venait de faire une victime… un pauvre stylo entre les mains de Zoé venait de rendre l’âme. 
 
 
« Cette remarque va se payer crois moi… Rassures toi, je n’ai pas l’intention de te remontrer cette vision d’horreur. 
 
 
-On est d’accord sur un point. Alors à la douche ! » 
 
 
  
 
 
Le bruit de la douche se fit entendre… 
 
 
Ne penses à rien… 
 
 
Le bruit de la bouteille de shampoing s’ajouta… 
 
 
Ne penses à rien… 
 
 
Entendre Zoé se laver avec le contact du gant de toilette sur la peau… 
 
 
Ne penses… surtout à rien ! 
 
 
Tail bataillait ferme contre sa virilité. Même s’il avait dit que le corps de Zoé était digne des films d’horreur, des pensées venant du coté obscur lui titillaient l’esprit. Un garçon restait toujours un garçon, peu importe la quantité d’innocence en lui. Cette situation rendait l’adolescent très gêné et il n’était pas le seul… 
 
 
Zoé, qui était toujours détendue sous une douche chaude était complètement stressée et avait les joues en feu. Si cela ne tenait qu’à elle, elle ne se serait pas lavé autant de jours qu’il aurait fallu pour faire sortir Tail de son corps, mais elle devait être impeccable car le lendemain elle avait une visite médicale et donc cela allait surement faire mauvaise impression.  
 
 
Tandis qu’elle était ailleurs essayant de ne pas penser à cette situation gênante, Tail se concentrait de toutes ses forces pour résister à la tentation. Tellement concentré qu’une nouvelle chose anormale montra le bout de son nez. Et la première au courante était Zoé. 
 
 
« Je ne contrôle plus mon corps ! 
 
 
-Quoi ?! Tu plaisantes ?! 
 
 
-Crois-tu vraiment que j’ai envie de plaisanter ? En plus tu as ouvert les yeux ! 
 
 
-N’importe quoi ! 
 
 
-Mais si ! Je vois mon corps en train de faire du yoga debout ! Alors ne vas pas me dire que tu n’as pas ouvert les yeux ! » 
 
 
Tail regarda dans le miroir et vit qu’en effet le corps de Zoé était en train de faire du yoga debout. Il dut réprimer un sourire en voyant ça, avant de se souvenir qu’il était en train de contrôler le corps de Zoé et qu’elle, était à sa place. 
 
 
« Comment ça se fait que je me retrouve dans ma propre tête ? 
 
 
-Je ne sais pas, mais c’est problématique. 
 
 
-A tout les coups c’est toi qui va récupérer mon corps et moi le tien… » 
 
 
Cette pensée les paniqua. 
 
 
« Ne pense pas tout de suite à des fatalités de ce genre… Il doit bien avoir un truc pour nous remettre à nos places. 
 
 
-Mais quoi ?! 
 
 
-J’y réfléchis justement… » 
 
 
Le corps de Zoé se mit à gratter son front avec un air réfléchi.  
 
 
« C’est vraiment bizarre de regarder mon corps bouger tout seul… 
 
 
-On s’y habitue vite crois moi. 
 
 
-Je n’ai pas vraiment envie d’avoir cette habitude. » 
 
 
Soudain une voix venant du rez de chaussé leur fit rappeler où ils étaient. 
 
 
« Zoé il est temps de quitter la salle de bains ! » 
 
 
Le corps de Zoé se figea sur place. Tail avait complètement zappé qu’il était dans la salle de bain, dans le corps nu de Zoé. Il ferma aussitôt les yeux. Bien que Zoé n’avait pas de consistance, Tail pouvait sentir les tremblements de son esprit dans sa tête. 
 
 
« Tu t’es quand même bien rincé l’œil ! 
 
 
-Tu me fais passer pour qui là ?! Je ne suis pas un pervers ! 
 
 
- Alors dis-moi que tu n’as rien vu… 
 
 
-… Je n’ai rien vue alors calmes toi. » 
 
 
Même si Tail avait hésité à répondre, il avait dit la vérité. Ou plutôt qu’il avait tout fait pour ne pas regarder plus d’une demi seconde histoire de ne pas avoir cette image en tête. Zoé se rendit à l’évidence qu’il n’avait pas prêté attention à ça. Petit soulagement. 
 
 
« Bon fermes les yeux maintenant. Je vais te guider pour m’habiller. 
 
 
-Impossible. 
 
 
-Et pourquoi impossible ? 
 
 
-Regardes par toi-même. » 
 
 
Tail ferma les yeux plongeant Zoé dans le noir. 
 
 
« Ton esprit est quand même relié au corps, donc tu ne peux voir que ce que le corps voit. 
 
 
-Je ne vais pas te laisser m’habiller quand même ! 
 
 
-Tu veux qu’on fasse quoi alors ? Tu veux demander à ta cousine de donner un coup de main ? » 
 
 
Cette petite réflexion fit sourire Tail. Il adorerait voir Zoé se faire habillée comme si elle avait de nouveau trois ans. Par contre, cela n’avait pas du tout amusé la jeune fille qui se résigna finalement à quelque chose qui allait la suivre toute sa vie. 
 
 
« Alors qu’est ce que tu attends ? Je t’ai à l’œil sur ce coup. Si tu restes plus d’une seconde à regarder ma poitrine tu risqueras d’avoir une belle réputation au lycée. 
 
 
-Oui madame… » 
 
 
Cinq minutes plus tard, le corps de Zoé était enfin couvert par des vêtements. Mais un problème de taille gêna Tail. Quelque chose lui grattait le dos… 
 
 
« Ne t’avises même pas de le retirer par inadvertance… » 
 
 
La voix glaciale de Zoé avait résonné dans la tête de Tail qui stoppa tout de suite son action. Elle faisait vraiment peur par moment. 
 
 
Il regarda avec amusement le pyjama en forme avec des poneys. 
 
 
« Qu’est ce que tu as ? 
 
 
-Rien, rien…  
 
 
-Alors tu attends quoi pour descendre ? 
 
 
-Et bien… Ca me fait bizarre de manger à table avec des inconnus. En général on sait tout de suite quand une personne n’agit pas comme d’habitude. 
 
 
-Serais-tu stressé ? » 
 
 
Un petit ton moqueur avait touché les tympans de Tail. La question était évidente, il se sentait comme un intrus dans cette maison et en plus il allait parler à des gens qu’il ne connaissait pas. A moins d’être une personne extrêmement sociable, n’importe qui pouvait se sentir inquiet. 
 
 
« T’occupes ! Ca passera à l’aise… De toute manière je n’agis toujours pas pareil. 
 
 
-C’est vrai qu’entre la personne gentille et la colérique y’a une différence. 
 
 
-Tais toi et avance ! » 
 
 
Tail inspira un grand coup et entra dans la salle à manger, une fois les escaliers descendus. Il découvrit pour la première fois la famille de Zoé, un homme au visage dur –sans doute le père- se tenait à table en train de lire une revue économique, une fille qui devait avoir douze ans était en train de jouer avec un gros chat roux ressemblant fort à Garfield. Sur ce coup là Tail hésitait si cette fille était la sœur ou la cousine de Zoé. 
 
 
« C’est ma petite sœur. La femme aux cheveux bruns c’est ma mère et la fille blonde avec la natte c’est ma cousine. Maintenant que tu sais tout, ne restes pas ici comme un clampin et assis toi ! 
 
 
-Oki mademoiselle. 
 
 
-Mais ne me réponds pas crétin ! Ils vont dire quoi s’ils me voient parler toute seule ? 
 
 
- Ah oui, désolé je n’ai pas ce réflexe. Oups pardon… » 
 
 
Zoé était en train de piquer une crise qui fit un vacarme pas possible dans la tête de Tail qui d’ailleurs avait vraiment du mal à s’y faire. 
 
 
Une seule personne avait remarqué que Zoé parlait toute seule et sa cousine s’en inquiéta. 
 
 
« Zoé ça va ? » 
 
 
Mais pas de réponse. Tail n’avait pas encore compris que son nom pour le moment était Zoé. 
 
 
« Zoé ? Tu es avec nous ? 
 
 
-Mais réponds andouille ! Tu ne vois pas qu’on te parle ? » 
 
 
Si cela continuait ainsi, la pauvre Zoé allait se faire passer pour une folle. Mais grâce à elle, Tail se rendit compte que c’était lui le concerné dans la question. 
 
 
« Désolé euh… 
 
 
-Aurore, souffla Zoé. 
 
 
-Aurore. J’étais dans mes pensées. » 
 
 
Avec le visage de Zoé il prit un air désolé. Mais cela ne fit pas disparaitre les doutes d’Aurore, elle trouvait sa cousine très bizarre là. 
 
 
« Tu as vraiment du mal à avoir les pieds sur terre aujourd’hui. 
 
 
-Ca doit être à cause du garçon à l’hôpital. » 
 
 
La mère de Zoé fit un petit clin d’œil à Aurore en disant ça, qui n’hésita pas une seule seconde à suivre sa tante. 
 
 
« C’est vrai qu’un garçon aussi mignon qui se trouve sur un lit d’hôpital pour une raison inconnue a de quoi inquiéter. » 
 
 
Tail se sentit gêné, normalement il ne devrait même pas entendre ce propos, il ne devrait pas être là tout court même ! Il avait la désagréable impression que s’il ne changeait pas de sujet elles allaient continuer sur son cas et donc à la vrai raison de son effondrement. Zoé pressentait la même chose. 
 
 
« Demandes à Aurore comment ça va à la fac. 
 
 
-Elle est à la fac ? 
 
 
-Ne parle pas ! 
 
 
-Mais je n’ai pas parlé. » 
 
 
Il avait dit la vérité. Aucun son n’était sorti de sa bouche. Il avait simplement pensé. 
 
 
« Comment tu as fais ça ? 
 
 
-Bah… j’ai émis l’hypothèse que tu pouvais lire les pensées, tu pouvais tout aussi bien les entendre si on s’adressait à toi directement. 
 
 
-Je vois… Bon lance le sujet avant qu’elles ne reviennent à la charge. » 
 
 
Tail acquiesça entendant ça. Heureusement, personne ne l’avait vue.  
 
 
« Sinon Aurore, comment ça va la fac ?  
 
 
-Très bien. Les profs sont sympas et les cours sont intéressants. 
 
 
-Au lieu de t’intéresser aux études d’Aurore, tu ferais mieux de t’occuper des tiennes. Faire du théâtre c’est bien, mais ta moyenne n’est pas suffisante. » 
 
 
Le père de Zoé avait dit ça avec fermeté, regardant sa fille avec sévérité. Rien qu’à percevoir la pensée de Zoé, Tail répondit la même chose qu’elle avait pensée. 
 
 
« J’ai au dessus de la moyenne et mes notes son correctes ! Pourquoi tu es aussi dur ? 
 
 
-Correct certes, mais avoir juste deux points au dessus de la moyenne ce n’est pas suffisant. Si tu ne montes pas ta moyenne d’ici le prochain trimestre je serais dans l’obligation de suspendre ton activité de théâtre.  
 
 
-Tu ne peux pas faire ça ! » 
 
 
Tail se laissait complètement dominé par l’injustice et la rancœur de Zoé envers son père. Il n’avait pratiquement plus aucun contrôle. 
 
 
« On ne crie pas à table. Si tu continues comme ça tu passeras tes week-ends enfermée et Chloé ne remettra plus les pieds avant un bout de temps. 
 
 
-M-Mais… 
 
 
-Zoé, calmes toi. Ne relance pas la dispute. » 
 
 
Sa mère la regarda avec douceur pour la calmer. Zoé se rassit donc, la mine dépitée. Son père agissait toujours aussi durement avec elle sur ses études. Tail ne pouvait s’empêcher de se sentir triste pour la jeune fille. Il avait aussi connu des parents comme son père. Son ami travaillait vraiment dur malgré la pression de ses parents et à la fin il avait fini par exploser. Le résultat en fut mitigé. 
 
 
Tail savait quelque chose qui pourrait faire plaisir à Zoé. 
 
 
« Je n’ai pas besoin de ta pitié. 
 
 
- Dis pas ça. Je suis sur que tu vas apprécier cette bonne nouvelle. Essaye donc de bouger ton bras. » 
 
 
Perplexe, elle suivit la recommandation de l’adolescent et fut surprise de vois son bras lui répondre. Un grand sourire apparut sur son visage. 
 
 
« J’ai repris mon corps ! » 
 
 
Tail s’écroula instantanément de rires. Enfin… il aurait pu s’il avait eu son corps. S’il riait autant c’était parce que Zoé s’était levée en criant ça. Elle avait oublié que si elle ne faisait pas attention de parler par la pensée à Tail, elle parlerait à voix haute. Or c’était juste ce qu’elle venait de faire. Tout le monde dans la pièce la regardait, stupéfait. Avec amusement Aurore ramena sa cousine sur sa chaise. 
 
 
« C’était donc pour ça que tu étais à l’ouest. 
 
 
-Je me disais bien que tu n’étais pas normale. » 
 
 
Sa petite sœur la regarda avec une tête désespérée. Zoé mit ses mains à ses joues qui avaient rosies un peu. 
 
 
« Oh non… 
 
 
-On dirait que tu n’as pas eu besoin de moi pour te faire passer pour une folle. » 
 
 
Tail continuait toujours de rire tandis que Zoé voulait s’enfuir. Mais grâce à cela l’ambiance à table s’était de nouveau détendue oubliant la dispute qu’avait eut lieu à l’instant. 
 
 
  
 
 
« Maintenant ils vont me rabâcher ça pendant un mois. » 
 
 
Zoé s’avachit sur la chaise de son bureau en repensant à la honte qu’elle avait eu lors du repas. Sa petite sœur avait fait une très belle imitation d’elle à la fin du repas en prime qui avait été applaudie par Tail et Aurore. 
 
 
« Ce n’est pas grave. Le plus important c’est que tu ais récupéré ton corps. 
 
 
-Mais comment a-t-on pu changer nos places de nouveau ? 
 
 
-Je ne le sais pas. Cela s’est passé sans que je ne le remarque. 
 
 
-Pareil pour moi. Mais il faudrait vraiment savoir comme c’est possible… Pour éviter des situations galères à gérer. » 
 
 
Tail approuvait cette idée, bien qu’il espérait un autre petit changement de place pour savoir comment se faisait l’échange. Encore une fois la curiosité l’envahissait, pour pas grand-chose bien entendu. En plus, contrôler quelque chose autre que son esprit lui manquait déjà. 
 
 
« Arrêtes de penser trop fort. Tu me déconcentres là… » 
 
 
A la grande stupéfaction de Tail, Zoé lui avait dit ça calmement sans même glisser un « crétin » dans la phrase. On dirait que lorsqu’elle était sur ses devoirs, elle était moins explosive. La regarder travailler si sérieusement fit remonter une remarque du père dans la mémoire du garçon. 
 
 
« Ne t’inquiètes pas pour si peu. C’est toujours comme ça depuis que j’ai commencé le théâtre, donc cela ne sert à rien de me poser de questions là-dessus car je ne te dirais rien. » 
 
 
Le crayon à son oreille, elle effectua une formule sur sa calculatrice. 
 
 
« Tu fais la grande calme alors qu’au fond de toi tu te sens incomprise par ton père. Ta passion reste ta passion et tu devrais mettre les choses au clair avec lui, sinon plus tard les conséquences pourraient être graves. 
 
 
-Tu fais psy maintenant ? » 
 
 
Un vague sourire apparut sur son visage. 
 
 
« Cela est mon problème et pour l’instant nous en avons un de plus important. 
 
 
-C’est vrai que ton problème de physique sur ton bureau est un peu dur. Tu veux que je t’explique ? J’ai déjà fait cette partie. 
 
 
-Je parlais plutôt de notre problème de corps dont l’enjeu est très important. Si on ne le résout pas, tu passeras ta vie à l’intérieur de moi et je n’en ai pas tellement envie. Et je suis sûre que toi aussi. » 
 
 
Elle se rendit compte que son calcul était faux et le railla sur sa feuille en poussant un soupir. 
 
 
« Ca ne marche pas… 
 
 
-En même temps la vitesse de la lumière ce n’est pas cette valeur. Je me débrouille assez bien en physique donc si tu me le demandes je t’aiderais avec plaisir. Pour l’instant, le truc à régler en priorité est ce problème de physique. Pour mon corps on s’en occupera demain. 
 
 
-Si tu veux. J’ai bien envie de voir comment un crétin comme toi s’en sort lorsqu’il utilise son cerveau. » 
 
 
Tail lui montra donc de quoi un « crétin » comme lui était capable de faire. Il leur fallut pas moins de dix minutes pour résoudre ce problème. Car même si Tail avait assuré qu’il se débrouillait, cela ne voulait pas dire qu’il était sur de le résoudre. Le principal c’était que l’exercice fut résolu.  
 
 
Voyant son réveil lui indiquer vingt et une heure trente, elle rangea ses affaires et resta assise sur sa chaise avec une idée en tête. Mais  elle hésitait à la mettre à exécution. Tail s’amusait en sentant son malaise. 
 
 
« Tu attends quoi pour faire ton truc ? Ne sois pas gênée par si peu.» 
 
 
La jeune fille sursauta à l’écoute de cette phrase. Elle avait oublié qu’à l’intérieur on pouvait savoir ce que l’autre pensait. 
 
 
« C-Comme si ta présence me gênait. Tu es vraiment un idiot. 
 
 
-L’idiot ici c’est la personne qui ne veut pas faire ce qu’elle à envie car il y a quelqu’un qui la regarde. Etre gênée pour quelque chose de si fu… » 
 
 
Mais il se tut aussitôt lorsque Zoé sortit une tenue de bunny girl. Certains endroits étaient déchirés et la queue de lapin pendouillait, retenu par un fil. 
 
 
« Tu vas mettre ça ? 
 
 
-Bien sur que non ! C’est pour quelqu’un de mon club de théâtre. Mais comme son poignet est cassé, elle ne peut pas s’en occuper donc je me suis proposé de le refaire. » 
 
 
Cet élan de gentillesse n’étonna pas Tail d’une certaine façon. Zoé était désagréable et énervant avec quelques personnes, et le garçon faisait parti de l’une d’elles. Mais avec les autres qu’elle appréciait, elle était sympathique. 
 
 
Leur première altercation s’était déroulée en décembre il y avait trois mois de cela. Suite à un malentendu, le costume de Zoé avait été envoyé à l’adresse de Tail qui attendait lui aussi le même. Ne faisant pas attention au nom de la commande, il s’était dépêché de le mettre pour son job de Noël. Et lorsqu’il était arrivé au centre ville habillé en père noël, il avait été remarqué par Zoé qui avait reconnu tout de suite le sien. Sur les manches il y avait des boutons dorés avec des chevaux gravés dessus, chose que Tail n’avait pas fait attention. La dispute avait donc éclaté et l’adolescent avait reconnut son tort. Cependant, ils s’étaient balancés tellement de remarques, qu’ils avaient finis par se haïr cordialement. Résultat, Tail s’était fait une ennemie et en plus son costume était sur un bateau en direction de la Chine. 
 
 
Depuis lors, leur relation avait toujours était tendue. Si Tail évitait toute dispute inutile, Zoé n’hésitait pas à trouver le moindre détail pour démarrer la guerre. Rapprocher d’un coup deux personnes avec une telle relation aurait pu avoir de graves conséquences mais pour l’instant tout se passait bien. Leur attitude l’un envers l’autre aura peut être évolué après ça. Bien sur, pour ça il fallait à tout prix régler ce problème. 
 
 
  
 
 
Zoé était restée tellement de temps sur le costume qu’elle n’avait pas fait attention à l’heure, ce qui fit qu’elle eut beaucoup de mal à se lever. Tail dut s’époumoner pour pouvoir lui faire bouger ses paupières. Cette fille avait vraiment un sommeil de plomb. 
 
 
Sans prêter la moindre attention à Tail elle se leva, se changea et ce ne fut qu’une fois parti chercher son sac qu’elle s’aperçut enfin de sa présence. 
 
 
« Mais tu es là ?! 
 
 
-Bravo Sherlock ! Depuis que t’ai levé, j’essaie de te parler mais pas de réponse. » 
 
 
L’épisode de la douche passa tout de suite dans le cerveau de Zoé et elle s’apprêtait à dire quelque chose mais Tail la devança. 
 
 
« J’ai fermé les yeux donc ne t’inquiètes pas. 
 
 
-J’espères vraiment pour toi. 
 
 
-Si tu voulais en être sure, il ne fallait pas te comporter en zombie ce matin. 
 
 
-J’aime bien être tranquille et j’ai encore le cerveau sur off quand je me lève. 
 
 
-J’ai vu ça… Heureusement que je t’ai réveillé. Bien que ça n’ait pas été de la tarte, j’avais l’impression de réveiller un ours en train d’hibernait. 
 
 
-Tu commences à peine le matin à me chercher ? 
 
 
-Mais non mais non. Comparé à toi mon cerveau a été actif toute la nuit. » 
 
 
Zoé arrêta aussitôt de se coiffer une fois entendu ça. Elle se regarda dans le miroir, surprise. 
 
 
« Tu ne peux pas dormir ? 
 
 
-Ca ne m’étonne pas. D’un point de vue logique, il est tout à fait normal que je ne peux pas dormir car je n’ai pas de corps et donc je ne peux pas ressentir la fatigue. 
 
 
-Vu comme ça… » 
 
 
Tail était content de ne pas ressentir la fatigue, surtout qu’il était habitué à se coucher à des heures perdues et que le sommeil finissait toujours par le rattraper aussi sur que le soleil se lever à l’ouest. La cause à tout ça revenait souvent aux jeux vidéo et aux livres. Cette nuit blanche avait été sa première où il n’avait ressenti aucune fatigue mais rester sans rien faire et écouter les pensées endormies de Zoé était très long.  
 
 
Une fois finie de se coiffer et d’avoir pris son petit déjeuner, elle se mit en route vers le lycée. 
 
 
« J’espère que Yuna sera là. 
 
 
-Pourquoi elle ne serait pas là aujourd’hui ? Je suis certain qu’elle va venir pour aller chasser. » 
 
 
Mais cela ne se passa comme Tail l’avait prédit. 
 
 
« Monsieur, Yuna est absente. 
 
 
-Et satané-mercredi… » 
 
 
Cette nouvelle ne fit pas le bonheur de Tail et Zoé. Surtout pour la jeune fille qui ne voulait pas que Tail en apprenait plus sur sa vie privée. 
 
 
« Pourquoi elle n’est pas là ? 
 
 
-J’en sais rien moi ! J’ai beau être dans sa classe, je ne sais pas tout sur elle. 
 
 
-Vous auriez pu échanger vos numéros de portable quand même… A ton avis, tu crois que ça a un lien avec ce qu’il s’est passé hier ? 
 
 
-Bah oui c’est sur ! Réfléchis avant de poser des questions idiotes ! 
 
 
-Quelle humeur massacrante… » 
 
 
Et encore le mot était faible pour décrire l’humeur de Zoé. Elle avait même cassé quelques pauvres crayons de bois qui avaient eu le malheur de se trouver sur sa trajectoire.  
 
 
Chloé, qui était à coté d’elle, la trouvait bizarre. C’était la première fois qu’elle se comportait comme ça. En plus de ça elle parlait toute seule, ce qui inquiéta encore plus son amie. 
 
 
« Arrêtes de marmonner. Tu es en train de faire peur à Chloé. » 
 
 
Comme d’habitude, Tail ne prenait pas ça au sérieux. On dirait qu’il faisait tout pour énerver Zoé, même s’il n’en avait pas du tout l’intention. 
 
 
« Ce n’est pas mon problème, si ça ne leur va pas ils n’ont qu’à dégager ! 
 
 
-Zoé, je pense qu’il serait mieux pour votre cas d’arrêter de parler toute seule. » 
 
 
Tous les regards se tournèrent aussitôt vers elle. Grâce au professeur elle s’était faite remarquée. Tail était tiraillé entre lui annoncer un « Je te l’avais dis. » et rigoler. Il ne fit aucun des deux car les menaces intérieures d’une Zoé gênée l’avaient calmé. 
 
 
  
 
 
********** 
 
 
  
 
 
« Yuna ! J’ai prévenu le lycée que tu ne serais pas là aujourd’hui ! J’aurais aimé rester mais il y a un boulot important qui m’attend. Reposes toi bien ! 
 
 
-D’accord maman… » 
 
 
Cet effort m’avait couté une bonne quantité d’énergie. 
 
 
Même enroulée dans une couverture bien épaisse je n’arrêtais pas de trembler. Mon corps suait de partout, rendant mes vêtements humides que j’avais à peine changés il y avait trois heures. 
 
 
J’avais beaucoup de mal à respirer, chaque fois que je prenais une inspiration mes poumons criaient leur mécontentement. Ajouter à ça ma tête qui me donnait le sentiment d’exploser à tout moment. J’étais vraiment en piteux état. Cette journée allait être terriblement épuisante et douloureuse… 
 
 
Depuis le temps j’aurais du m’habituer à ça mais c’était toujours la même chose. Je n’étais pas capable de tenir la douleur qui m’assommait presque.  
 
 
La première fois que j’avais fait une crise comme celle-là remontait à mes sept ans. Ma mère était venue dans ma chambre pour voir si je dormais bien et au lieu de trouver une fille qui somnolait paisiblement, elle avait trouvé une agonisante. Paniquée, elle avait appelé mon père pour m’emmener à l’hôpital. Ils étaient vraiment fou à ce moment là, et moi tout ce que je faisais c’était d’essayer d’être consciente. Mais les médecins n’avaient été d’aucune aide, car ils ne pouvaient ni calmer ma crise ni en déterminer la cause. Finalement le lendemain matin, j’avais repris mon énergie habituelle, ce qui avait rendu perplexe le personnel hospitalier. 
 
 
Depuis cet évènement il m’arrivait de temps à autre des crises de ce genre, sachant bien que m’emmener vers les médecins ne servait à rien, mes parents ne pouvaient qu’attendre.  
 
 
Mes crises étaient insupportables, mais celle là battait tous les records. Jamais je n’avais autant voulu voir mon corps disparaître pour effacer cette douleur. 
 
 
Par chance, des cas comme ça c’était rares, et à chaque fois que j’étais cloué sur mon lit, je ne me souvenais plus de ce que j’avais fait la veille. En ce moment, je n’avais plus aucun souvenir de ce qui s’était passé hier après midi. Ce n’était pas une perte de mémoire, car je n’avais aucun ressenti sur hier même pas une micro émotion. Ce qui me donnait l’impression qu’un étranger avait pris mon corps hier et avait emporté avec lui les souvenirs qu’il avait fait… Cela me mettait dans l’inconfort total… Penser que quelqu’un pouvait prendre mon corps me faisait froid dans le dos. 
 
 
Une douleur écrasante me traversa le corps. Un gémissement s’échappa de ma bouche et je me retrouvai par terre… Le sol était si froid, c’était merveilleux ! Mon corps était comme la roche près d’un volcan.  
 
 
Un visage pâle digne des fantômes qu’on voyait à la télé, des yeux qui avait perdu toute vie et des cheveux emmêlés comme des fils. Voilà ce que je voyais dans le miroir. Je me fis un sourire moqueur à moi-même. 
 
 
« J’ai vraiment une tête à faire peur aujourd’hui. Je crois que mon enquête d’aujourd’hui va être ajournée… » 
 
 
Je remontai dans mon lit aussi rapidement qu’un paresseux et dans cet ultime effort je me laissai tomber comme une loque. Ce simple mouvement m’avait vidé de toutes forces. 
 
 
Dire que j’avais eu l’intention d’inviter Zoé à mes recherches et redemander la réponse à Tail. J’avais du mal à imaginer qu’un garçon comme lui pouvait me cerner aussi rapidement… Ainsi qu’une fille comme Zoé, populaire et tout était capable de m’adresser la parole. Elle était devenue une bonne copine… ainsi que Chloé. Quelle misère… 
 
 
Je devrais attendre demain pour les ramener avec moi. En attendant, je devais prendre mon mal en patience. Il n’y avait que ça à faire de toute façon. 
 
 
  
 
 
********** 
 
 
  
 
 
Pendant l’heure libre du matin, Zoé, Chloé et quelques une de leurs camarades étaient dans le foyer profitant du peu de monde pour être tranquille. 
 
 
« C’est vraiment long… » 
 
 
Tail était las de ne rien faire, à part regarder tout ce que faisait Zoé il n’avait pas de grandes activités. Il avait du subir deux heures d’histoire où il devait garder le silence complet pour ne pas la déconcentrer. Chose qu’il n’avait jamais fait avant… Pour sûr, son mental en avait pris un coup. 
 
 
Zoé ne fit pas attention à cette remarque inutile. Elle était plutôt occupée à discuter avec Cholé et les filles de sa classe en faisant semblant de ne pas remarquer Tail qui commençait à croire qu’il était un fantôme – ce qu’il était dans un sens-. 
 
 
Une entrée bruyante dans la salle fit tourner les yeux de tout le monde vers le garçon qui remettait en place la chaise qu’il venait de faire tomber. Un sourire sur son visage leur expliqua qu’il n’avait rien de cassé. Il jeta un coup d’œil et trouva enfin la personne qu’il cherchait. 
 
 
« Zoé ! Je peux te demander quelque chose ? » 
 
 
Il ne fallait pas être un génie pour savoir ce que Sylvain voulait. 
 
 
« J’ai entendu dire que tu étais avec Tail lors de son hospitalisation. Qu’est ce qu’il a ? » 
 
 
Une pointe d’inquiétude pouvait être décelée dans sa voix, même s’il ne le faisait pas paraître. Zoé ne pouvait pas dire la vraie raison, surtout en présence de tout ce monde. Elle répéta donc la version officielle. 
 
 
Sylvain soupira en entendant cela. 
 
 
« Tu as l’air soulagé. » 
 
 
Chloé regardait le garçon avec son air impassible. 
 
 
« Dans un sens oui. Je pensais qu’il avait quelque chose de pire… Merci  Zoé. » 
 
 
Avec gaieté il leur fit un signe de la main et s’apprêtait à partir mais Zoé, stupéfaite de son comportement, l’arrêta. 
 
 
« Tu n’as pas l’air vraiment inquiet pour Tail alors que tu passes tout ton temps avec lui. Tu arrives quand même à sourire. » 
 
 
Surpris, Sylvain la regarda. Il pencha sa tête avec un sourire. 
 
 
« C’est la confiance… Voilà pourquoi je ne m’en fait pas pour Tail. Ce type est quelqu’un qui ne peut pas dormir indéfiniment. Il est insomniaque de nature… Franchement, je le vois mal dormir toute une vie. » 
 
 
Cette réponse choqua toutes les filles. Tail lui n’en était pas du tout surpris, même le ton moqueur sur lequel il avait dit ça ne le contrariait pas. C’était du Sylvain tout craché, il ne perdait jamais une occasion pour se moquer gentiment de ses amis. 
 
 
Content de les voir muettes, Sylvain les laissa. 
 
 
A cause de lui, une conversation allait avoir lieu qui ne plaira pas à Zoé. Les filles de sa classe se regardèrent tour à tour et avec un hochement de tête et lancèrent un regard malicieux à la jeune fille. 
 
 
« Qu’est ce que tu faisais avec un type que tu ne pouvais même pas voir en peinture ? 
 
 
-Ne me dis pas que tu sors avec lui ? 
 
 
-En fait tu l’apprécies non ? » 
 
 
Le bombardement avait commencé et Zoé n’était pas en position de force. Si elle n’y répondait pas, des rumeurs se propageraient sur sa relation avec Tail. Ce qui ferait énormément plaisir à Sylvain. 
 
 
« Ne vous faites pas d’idées. Je l’ai simplement rencontré par hasard… En plus ce n’est pas mon type de garçon. 
 
 
-C’est vrai que le tien est plutôt un type nommé Thibault qui apparait souvent dans tes rêves. » 
 
 
Cette remarque venant du fond de sa tête la déstabilisa. Comment il avait pu savoir ça ? 
 
 
« Lorsque le corps dort, tu continues quand même d’avoir des pensées sauf que tu ne les contrôles pas. C’est ton inconscient qui les émet. Voilà la théorie que j’ai eue cette nuit. » 
 
 
Le rouge monta au visage de la pauvre Zoé aussi bien attaquée intérieurement qu’extérieurement. Son secret avait été découvert par la personne qu’elle détestait le plus au monde. Cette nouvelle couleur attira l’attention de Chloé et les filles. Celles-ci eurent tout de suite une interprétation que Sylvain aurait applaudi. 
 
 
« Tu rougis ! Tu rougis ! Cela veut donc dire que tu craques pour ce renard ! » 
 
 
Cette parole eut l’effet d’une flèche sur Tail. Même les autres l’appelaient comme ça. Mais la plus à plaindre là, c’était Zoé qui devait contre attaqué face à ses six assaillants. 
 
 
« M-Mais non, je ne rougissais pas pour ça… C’était pour… » 
 
 
Elle mit soudain la main à sa bouche pour éviter de dire une bêtise. Comme une idiote, elle s’était piégée toute seule. Pour nier son « amour » envers Tail elle devait avouer pour Thibault. Ce rougissement avait apporté tout ça et le mérite en revenait entièrement à Tail, qui ne souriait même pas de cette situation inconfortable pour Zoé. Sa remarque avait été placée au mauvais moment et au mauvais endroit, causant surement dans peu de temps une rumeur sur le couple Zoé/Tail. Quand il reviendra au lycée, il serait surement harcelé sur ça. 
 
 
« Je crois que je vais rester dans ton corps pendant au moins un ou deux mois, le temps que ça se tasse. 
 
 
-Même pas en rêve ! C’est à cause de toi, donc tu devras assumer les conséquences ! 
 
 
-Pourquoi avoir rougi aussi… » 
 
 
Comme pour aggraver le compte de Zoé, le fameux Thibault avec ses cheveux bruns dont Tail et Sylvain n’arrêtaient pas de vanter l’allure sauvage apparut avec un groupe. Aussitôt, les filles certaines de leur conclusion, se dirigèrent vers le groupe. Seule Chloé n’avait pas bougé, elle ne croyait pas une seule seconde à cette histoire entre Zoé et Tail. L’amie de Zoé qualifiait de cette relation de « lutte contre la monotonie », pour faire simple, Tail était le défouloir de la jeune fille. Après chaque dispute elle semblait détendue. 
 
 
Chloé, même si elle essayait de les arrêter à chaque fois, trouvait par moments que leurs disputes étaient divertissantes. D’ailleurs, une sorte de combat avait été engagé entre Sylvain et elle. Si elle tentait d’éteindre l’incendie, Sylvain rajouté de l’huile avec quelques remarques bien placées. On pouvait dire dans un sens que ces deux là étaient rivaux. 
 
 
C’était donc pour toutes ces raisons que Chloé ne croyait pas une seule seconde que Zoé pouvait en pincer pour Tail. Si cela venait à arriver, elle se sentirait bien seule. Une rumeur n’était jamais vraie la plupart du temps et Thibault voulait confirmer celle-ci. 
 
 
« Alors comme ça tu craques pour Tail ? » 
 
 
Question directe qui embarrassa la jeune fille. Tail n’avait jamais vu cette partie de sa personnalité. 
 
 
Les regards étaient tournée vers Thibault, qui en passant était un ami de Tail. Un visage moqueur apparut, ce qui lui ressemblait fortement. 
 
 
« Mon dieu ! Ca me déçoit de ta part. Craquer pour un mec comme lui, c’est vraiment la honte. » 
 
 
Cette révélation choqua tout le monde et particulièrement Tail qui n’en croyait pas ses oreilles. Ils étaient connus pour être toujours ensemble aux pauses et rigolaient souvent ensemble. Les personnes autour nageaient dans l’incompréhension totale. 
 
 
« C’est vrai ! Quelle personne normale pourrait tomber raide dingue d’un débile comme lui ? En plus de ça il fait son ami-ami avec n’importe qui, des boutonneux aux geeks, même avec ce cas désespéré de Yuna. » 
 
 
Chloé fronça aussitôt les sourcils et jeta un regard froid à Thibault qui n’y prêtait guère attention, trop occupé à dire le fond de sa pensée. Un mélange de colère et de gêne apparut sur son visage. Elle ne pouvait pas croire qu’il était comme ça.  
 
 
Zoé aussi était énervée par ce qu’il venait de déclarer. Elle se rendit compte que le type dont elle était amoureuse n’était pas comme elle le voyait. 
 
 
« Un conseil, laisse tomber ce type. La raison du fait que je l’accompagne c’est qu’il est divertissant surtout quand il est avec l’autre bouffon souriant. On m’a toujours appris à trainer avec des gens qui divertissent. En gros, ils sont mes bouffons et moi le Roi. Pour eux ça doit être le pied d’avoir une personne populaire comme moi, comme ami. » 
 
 
Si la plupart des personnes approuvaient, certaines n’étaient pas d’accord avec ça. 
 
 
Tail quand à lui était toujours choqué. Entendre une telle déclaration de la part d’un type qui croyait être son ami était… imprévisible. Mais il avait enfin entendu le fond de la pensée de son soi disant ami, pour être franc Tail avait déjà des doutes sur Thibault. Il trouvait même ça drôle, drôle de le voir croire que Tail amusait la galerie pour ses beaux yeux. C’était vraiment désopilant et pathétique d’entendre ça. 
 
 
Au moment où Chloé s’était levée brutalement, bien décidé à rabattre le caquet de ce type, Zoé éclata de rire à la surprise générale. Elle riait tellement qu’elle en avait les larmes aux yeux. 
 
 
« Tu es trop drôle ! Dire ce genre de truc est vraiment digne d’une personne comme toi ! 
 
 
-Q-Que ? Tail qu’est ce que tu fais ? » 
 
 
Tail avait échangé de nouveau sa place avec Zoé mais celui-ci n’avait pas du tout remarqué ce changement de rôle. 
 
 
« Quand tu es arrivé aux bouffons qui te divertissaient ça m’a tué ! J’applaudis ta franchise. » 
 
 
Tout le monde regardait le corps de Zoé avec un air ahuri. A voir leur tête, ils ne s’attendaient pas du tout à ce genre de réaction. Si Tail s’éclatait, Zoé se sentait de plus en plus énervée. Si ça continuait, elle allait devenir la risée du lycée. 
 
 
« Ca suffit ! » 
 
 
Ces deux mots avaient résonné dans le foyer avec la puissance d’une cloche. La jeune fille s’était brutalement levée reprenant de nouveau les rennes de son corps, croyant éviter une crise… Mais les regards incompréhensifs que les autres lui lançaient signalaient le contraire. Et Tail ne trouvait rien de mieux qu’a continuer de rire.  
 
 
  
 
 
« La honte… » 
 
 
Zoé soupira tandis qu’elle se rendait à l’infirmerie accompagnée de Chloé. 
 
 
« Tu as vraiment agi bizarrement.  
 
 
-C’est que j’ai pas mal de trucs qui se mélangent dans ma tête. 
 
 
-Dis plutôt que tu n’as qu’un seul truc qui mélange ta tête. » 
 
 
Disait Tail d’une voix tranquille.  
 
 
Zoé fronça aussitôt les sourcils. 
 
 
« Je ne veux pas t’entendre ! 
 
 
-Okay, okay… T’énerves pas. 
 
 
-N’empêches Thibault est vraiment un sale type. » 
 
 
La voix de Chloé était devenue soudain amer. Elle aurait bien voulu lui dire tout ce qu’elle pensait, mais l’intervention de Zoé l’en avait empêché. 
 
 
« Comment peut-il dire autant de mal de Yuna ? Elle vaut cent fois mieux que lui. 
 
 
-Je suis d’accord avec toi Zoé. Ce type mérite une bonne correction. Je suis certaine que Tail et Thibault lui aurait réglé son compte. 
 
 
-Je pense plutôt qu’ils auraient rigolés. » 
 
 
Le souvenir de tout à l’heure était encore frais d’ailleurs. 
 
 
« C’est vrai que ça correspondrait plus à leur caractère. 
 
 
-En même temps il y a un crétin dans le lot donc c’est normal. 
 
 
-Le jour où tu arrêteras de m’appeler crétin il y aura un blizzard au Sahara. 
 
 
-Bon je vais te laisser à ta visite médicale. » 
 
 
Chloé lui fit la bise et la laissa devant la porte de l’infirmerie.  
 
 
Zoé regarda la porte avec appréhension, déglutit avec difficulté et frappa. 
 
 
« Entrez. » 
 
 
Elle était sur le point d’ouvrir la porte quand Tail l’arrêta. 
 
 
« Stop ! 
 
 
-Quoi ? 
 
 
-Pourquoi tu as une visite médicale ? 
 
 
-C’est maintenant que tu me le demande ?! T’es débile ou quoi ? 
 
 
-C’est que je n’avais pas vraiment fais attention en fait. 
 
 
-Pff… Laisse tomber, tu le sauras bien assez tôt je suppose. La seule chose que tu as à faire, c’est d’éviter à tout prix un changement de personnalité. 
 
 
-Comme si c’était ma faute. Je ne contrôle pas ça tu sais ? 
 
 
-Enfin bref, ça ne sert à rien de faire attendre l’infirmière. » 
 
 
Zoé ouvrit la porte espérant de toutes ses forces que rien ne se passerait. 
 
 
Hélas… 
 
 
« Ca va Zoé ? » 
 
 
Lors du repas, Chloé semblait troublée par le visage de Zoé. Mélange de colère et de honte étaient les mots pouvant être utilisé pour le décrire. 
 
 
« Si je te disais que je me suis rendu ridicule lors de la visite médicale, cela répond à ta question ? 
 
 
-Pas vraiment… Il s’est passé quoi ? » 
 
 
Le rouge monta aussitôt jusqu’aux oreilles de Zoé. Tail sentit soudain de mauvaises ondes dans sa direction. Il comprenait parfaitement qu’elle lui en voulait après tout ce qu’il avait fait lors de la visite médicale. 
 
 
« Selon elle je suis atteinte d’une myopie extrêmement grave et… et… 
 
 
-Et… ? 
 
 
-Non je ne peux pas le dire, tellement c’est la honte…  
 
 
-D’accord, si tu le dis… Mais toi atteinte de myopie c’est bizarre. Tu as une très bonne vue pourtant. » 
 
 
Zoé approuvait ce soutien de la part de son amie ainsi que Tail. 
 
 
Lors de la visite médicale il y avait encore eu un changement de personnalité et au plus grand malheur de Zoé, Tail avait fais exprès de mal lire le tableau pour tester la vue. Mais il y avait pire, lorsque l’infirmière avait commencé à parler de cycle mensuel, c’était devenue la catastrophe. Zoé ne savait pas si Tail avait fait exprès ou non de demander ce que c’était car il ne connaissait pas ce terme. Zoé du apparaitre comme une idiote face à l’infirmière qui l’avait regardé à ce moment là avec des yeux ronds. Elle en avait conclu que l’adolescente ne devait pas se sentir bien et avait donc décidé de lui refaire passer une visite médicale dans une semaine. 
 
 
Malgré ça et les excuses de Tail, Zoé n’était pas prête de le pardonner.  
 
 
Le reste du repas se passa dans un silence total ponctué de quelques tentatives de Chloé pour relancer la conversation. 
 
 
  
 
 
« Pourquoi tu ne veux pas aller voir Yuna ? 
 
 
-Parce que d’après la vie scolaire elle est malade. 
 
 
-Même malade elle doit surement être capable de nous expliquer ce qui s’est passé hier. 
 
 
-Laisse tomber, on peut attendre une journée de plus. 
 
 
-C’est la fille qui n’a pas arrêté de me reprocher mes interventions aujourd’hui qui dit ça ? Tu plaisantes ? 
 
 
-Je suis sérieuse. Je n’ai pas envie d’importuner Yuna alors qu’elle est malade. Elle a droit à sa tranquillité. 
 
 
-Si tu le dis… Mais je te signale que je suis dans ton corps. » 
 
 
Voici la discussion qui se déroulait dans une rue silencieuse –en fait pas vraiment, car Zoé parlait à haute voix-. La jeune fille avait pris la décision de laisser Yuna se reposer malgré les réclamations de Tail. Ils étaient tellement aspirés dans la dispute qu’ils n’avaient pas fais attention que quelqu’un les suivait. 
 
 
« J’arrive parfaitement à la sentir… Cette Anomalie d’une telle puissance risque d’être un gros problème. 
 
 
-Elle est bizarre par rapport aux autres. Si j’étais toi, j’attendrais Lied. 
 
 
-Pas de temps à perdre Cass’têt, elle présente une menace. Il faut donc l’éliminer. » 
 
 
La silhouette dégaina son épée, plia ses jambes afin de se mettre en position et se propulsa près des maisons. Il se rapprochait de Zoé à très grande vitesse. La lycéenne n’avait pas remarqué qu’elle était la cible d’une attaque.  
 
 
Elle haussa soudain le ton en réponse à Tail, faisant du bruit dans toute la rue. Encore dix mètres et elle était cuite. Soudain le champ de vision de l’assaillant devint noir, et juste après, un bruit sourd se fit entendre. Un homme avait ouvert la porte avec colère. 
 
 
« Eh la folle ! Que tu parles seule m’importe peu mais fais le avec moins de bruits ! Sinon j’appelle l’hôpital et ils s’occuperont de ton cas ! 
 
 
-D-Désolé… » 
 
 
Zoé était terriblement embarrassée et n’hésita pas une seule seconde à rejeter la faute sur Tail. 
 
 
« Je n’y peux rien si tu n’es pas capable de parler par la pensée. » 
 
 
La jeune fille continua sa route, tandis que l’homme referma sa porte laissant une masse sombre au sol. La masse se releva avec un mal de tête affreux. 
 
 
« Bravo partenaire ! Te prendre une porte ! J’ai du mal à garder mon sérieux là… 
 
 
-C’est bon, ça arrive… Et depuis quand on met des portes s’ouvrant vers l’extérieur maintenant ? Il faut à tout prix détruire cette Anomalie. Mais le plus bizarre dans tout ça, c’est qu’elle a prise forme humaine en plein jour en plus. 
 
 
-Fais attention… Je sens que cette histoire cache quelque chose de beaucoup plus complexe que ça en a l’air. 
 
 
-Le mieux est de régler tout ça. Laissons tomber la discrétion. » 
 
 
Avec une vitesse hors du commun la silhouette se dressa devant Zoé. Celle-ci s’arrêta nette, et poussa un cri de surprise en voyant la personne en face d’elle, un garçon du même âge qu’elle surement, avec des cheveux bleus-noirs, des yeux verts comme les bêtes sauvages et pour combler le tout il avait des oreilles pointues. Ce type était armé en plus, il portait une épée sur le dos. Cette apparence troubla à la fois Tail et Zoé. 
 
 
« Q-Qui es-tu ? » 
 
 
Le garçon dégaina son épée avec un sourire mauvais. 
 
 
« Tu n’as pas besoin de le savoir, puisque tu vas disparaître dans les secondes qui suivent. » 
 
 
Il brandit son épée qui était sur le point de toucher Zoé. Par réflexe, elle se protégea le visage avec ses mains, perdant tout son contrôle. Cependant Tail prit la chose en main, au sens propre du terme. La main gauche sur celle où leur assaillant tenait son épée, la main droite par le col et le pied droit faisant tomber le garçon qui lâcha son arme. 
 
 
L’agresseur fut choqué de voir qu’il avait été paré aussi facilement et encore plus lorsqu’il remarqua que le visage de Zoé avait changé soudainement de comportement. Le garçon était maintenant désarmé face à l’Anomalie mais il ne tremblait pas d’un pouce. Avec une expression enragée que Zoé n’a jamais eue, Tail demanda. 
 
 
« Qu’est ce que tu nous veux ? 
 
 
-Nous ? Tu veux dire que vous êtes plusieurs ? 
 
 
-Pourquoi tu as tenté de nous tuer ? 
 
 
-Car vous êtes une Anomalie et que vous devez disparaître ! Vous n’êtes pas censé exister dans ce monde ! » 
 
 
L’agresseur se releva, sortit un poignard prêt à en découdre avec cette future source de problème. Entendre de la part du garçon « vous n’êtes pas censé exister » fit oublier toute peur à Zoé. 
 
 
« Nous existons depuis seize ans dans ce monde ! Tu crois que tu peux nous dire ça comme ça ?! 
 
 
-Seize ans ? C’est impossible ! J’ai senti l’Anomalie qu’hier ! » 
 
 
Le garçon était paumé, de toute évidence l’Anomalie essayait de s’en sortir en le faisant nager dans l’incompréhension. Mais cela n’allait pas marcher ! Pourtant, il hésitait à l’attaquer. Le doute avait envahi son esprit et pendant qu’il tiré cela au clair dans sa tête, Zoé et Tail eurent le temps de parler. 
 
 
« Anomalie ? A tous les coups c’est surement due à ce que Yuna nous a fait. 
 
 
-Il faut donc clarifier la situation ! Il sera peut être en mesure de nous aider. 
 
 
-Fais, fais… 
 
 
-Au fait Tail… 
 
 
-Hum ? 
 
 
-Merci pour m’avoir sauvé… 
 
 
-… J’ai du mal à croire ce que je viens d’entendre… Toi, tu me remercie de t’avoir sauvé ? Mon dieu, le choc t’a-t-il fait perdre les pédales ? En passant, si tu meurs je meurs… Donc il y avait un intérêt personnel dans tout ça. » 
 
 
 - Crétin… Je ne te remercierais plus pour la peine. » 
 
 
Zoé fit une moue, fâchée de voir que ce remerciement n’avait pas eu plus d’effet que ça sur Tail. Elle entendit les marmonnements du garçon aux oreilles pointues. 
 
 
« Lorsque tu parles d’hier… tu dois surement dire ce qui s’est passé avec Yuna ? » 
 
 
Zoé regardait avec inquiétude l’aspect menaçant du poignard toujours brandit vers elle. Quand au garçon, il ne savait plus quoi penser. Soudain, un claquement métallique vint troubler ce silence plein de tension. 
 
 
« Lied, elle dit vrai. Tu es face à deux personnes dans un corps.  
 
 
-… ! » 
 
 
Avec des yeux ronds Zoé jeta un rapide coup d’œil à l’épée qui venait juste de parler, Tail résuma la pensée de la fille en quelques mots. 
 
 
« Mais c’est dément ! » 
 
 
Lied remit son épée dans son fourreau en poussant un soupir. 
 
 
« Je n’ai jamais vu ça… Une Anomalie qui est vraiment humaine.  
 
 
-Je suis d’accord avec toi. Yuna Hiri à fait fort sur ce coup là ! 
 
 
-Euh… Qui êtes-vous ? » 
 
 
On dirait que Lied attendait d’une certaine manière cette question, il adopta une position glorieuse et avec un grand sourire se présenta. 
 
 
« Je suis Lied ! Un elfe épéiste et cette épée se nomme Cass’têt ‘ ! 
 
 
-Ravie de vous rencontrer les jeunes ! » 
 
 
Sans même s’en rendre compte Tail et Zoé s’étaient fait de nouvelles connaissances qui les firent entrer plus dans ce délire. 
 
 
« Mon dieu… 
 
 
-Dire que je croyais que c’était qu’une simple statue. » 
 
 






Chapitre 3 
 
 
La déesse de l’imagination à la traque de la fée renarde 
 
 
  
 
 
  
 
 
Deux personnes coincées dans le même corps sans en connaitre le pourquoi du comment. Deux personnes qui avaient vécus les changements aléatoires de personnalité et qui viennent juste d’échapper à la mort. Deux personnes qui venaient voir leur sens commun remis en question avec cette soudaine révélation.  
 
 
Lied n’était pas en reste. C’était la première fois qu’il voyait une Anomalie humaine. Pour lui tout ça était absolument dingue et impossible comme pour son existence aux yeux de Tail et Zoé. Il devait clarifier la situation. 
 
 
« Je me doute bien que vous annoncer que je suis un elfe épéiste de but en blanc, n’aide pas. 
 
 
-Non pas du tout même. 
 
 
-Donc, si vous m’expliquez les circonstances de ce qui s’est passé avec vous. J’expliquerais à mon tour ce que je suis. Ca vous va ? 
 
 
-Et ne vous inquiétez pas, j’empêcherais Lied de vous trancher menu. » 
 
 
Assura Cass’têt’. 
 
 
Lied eut un sourire désolé, se disant qu’il avait eu beaucoup de chance d’avoir raté son coup. Tuer deux humains n’était pas vraiment dans les règles qu’il devait respecter.  
 
 
Tail était tout à fait d’accord avec cette proposition mais Zoé était encore méfiante. Ses yeux noisette reflétaient encore le sourire désolé de Lied. Si elle disait tout, serait-il en mesure de les aider ? Ou n’aurait-il pas le choix que de les éliminer ? D’après lui, elle et Tail seraient un danger… Même si l’épée avait assuré de ne pas essayer de les tuer, Zoé n’étais pas certaine de la voir garder cet avis si rien ne pouvait être fait pour les aider. 
 
 
« Zoé, ce n’est pas en réfléchissant comme ça qu’on va s’en sortir. Je suis confiant dans l’idée qu’il y a un moyen de nous aider. Après tout, on vient de mettre les deux pieds dans l’imaginaire, donc tout est possible non ? » 
 
 
Il n’y avait même pas une once d’inquiétude dans tout ce que Tail avait dit. Chaque mot était imprégné d’assurance. Zoé arrivait parfaitement à ressentir cette sérénité, à croire que Tail commençait à déteindre sur elle. 
 
 
« Je vais  donc vous expliquer ce qui nous est arrivé hier. » 
 
 
Elle raconta tout ce qui était arrivé la veille. De la lettre sur leur bureau, jusqu’à l’esprit de Tail enfermé dans le corps de Zoé. Lied avait écouté tout ça avec attention cachant son malaise face à ça. Une fois finit, il plongea dans une grande réflexion mais ne trouva rien de mieux à dire avec sérieux. 
 
 
« Effectivement vous êtes dans le pétrin… 
 
 
-Non mais tu te fiches de nous ma parole ! 
 
 
-Calme Zoé, calme. Laisse-le finir. » 
 
 
Mais la jeune fille n’écouta pas un seul mot de Tail et continua. 
 
 
« Et d’ailleurs pourquoi tu es un elfe épéiste ? A tous les coups ce n’est qu’une mauvaise blague. Je ne sais pas comment vous avez fait mais en tout cas c’est réussi. 
 
 
-Déesse de l’Imagination… C’est ça la source de vos problèmes. 
 
 
-… Déesse de l’Imagination ? C’est quoi encore ce truc ?! 
 
 
-C’est ce qu’est Yuna, elle est la Déesse de l’Imagination. 
 
 
-… » 
 
 
Tail et Zoé tiquèrent devant la réponse. Mais la jeune fille se reprit assez rapidement. 
 
 
« Q-Quoi ?! Tu rigoles j’espère ! 
 
 
-Je suis tout à fait sérieux. 
 
 
-As-tu des preuves au moins ? 
 
 
-Juste en face de moi il y a Tail enfermé dans ton corps. Je crois que c’est suffisant. 
 
 
-Lied, tu devrais mieux expliquer, car là ils ne comprennent pas du tout. » 
 
 
Cass’têt’ n’était pas loin de la vérité. Tout ce que disait Lied ne faisait qu’accentuer l’incompréhension de Tail et Zoé. Tout ce que l’elfe épéiste racontait pouvait aussi bien se comparer à du chinois. Lied avait horreur de rentrer dans les détails, donc il expliqua brièvement la nature de Yuna. 
 
 
« Comme je viens de dire, Yuna est la Déesse de l’Imagination. Selon certaines personnes elle est à l’origine de tout ce qui est imaginaire.  
 
 
-Cela veut donc dire qu’elle t’a crée ? » 
 
 
Tail était en déjà en déroute totale, mais Zoé tenait encore le coup. Elle avait cependant du mal à y croire… Une déesse, puis quoi encore ? Lied sourit devant la perspicacité de la jeune fille. 
 
 
« Exactement ! Moi et mes compères avons été crée par Yuna. Enfin, c’est que je pense malgré le fait que certains ne sont pas d’accord avec cette théorie. Nous même sommes des Anomalies puisqu’on vient de Yuna mais pour une étrange raison nous ne sommes pas un danger pour ce monde. 
 
 
-Et comment elles sont créées ? » 
 
 
Zoé comprit petit à petit, mais gardait toujours un recul sur ça. Elle ne voulait pas y croire tout de suite. Quand à Tail, il se tenait la tête douloureuse face à toutes ces révélations aussi bienvenue qu’un huissier à la porte pour régler les dettes.  
 
 
Lied afficha un regard amusé par la question posée. 
 
 
« De son imagination bien sur. 
 
 
-Alors si tout ce qu’elle créait provient de son imagination, pourquoi ce monde est-il aussi centré sur les faits et la science ? Je cite une de ses phrases « J’ai horreur de tout ce qu’il y a trait à la science. Ce que je veux voir c’est l’imaginaire ». 
 
 
-Parce qu’elle n’est pas aussi idiote qu’elle le laisse paraître. Elle arrive à matérialiser ses certitudes et de ce qu’elle a envie d’avoir. Elle reste encore très attachée à ce monde et ne veut pas le voir changer. Je fais parti d’une de ses certitudes car elle croit dur comme fer que les créatures de mon genre existent. 
 
 
-Et pour nous ? Ne me dis pas qu’elle est certaine que moi et Tail sommes dans le même corps, car je ne te croirais pas. 
 
 
-Bien sur que non. Mais peut être qu’elle avait envie de voir deux personnes dans le même corps. Tout ce que je peux dire à partir de là ne sont que des suppositions qui ne s’appuient sur aucune preuve. » 
 
 
Zoé mit la main à sa tête en plissant les yeux avec douleur. Elle avait le sentiment qu’une explosion avait eu lieu dan sa tête. Tail ressentait aussi la même chose mais dix fois plus fort. La jeune fille n’y fit pas attention, trop concentrée sur la discussion avec Lied. 
 
 
« Donc Yuna est responsable de ce qui nous arrive alors ? 
 
 
-C’est ce que je me tue à vous dire depuis le début. Vous êtes une Anomalie qu’elle a fait apparaître, la plus puissante que j’ai vu jusqu’à maintenant. » 
 
 
Il n’osait pas imaginer ce qui se passerait si l’Anomalie venait à atteindre son point de rupture. 
 
 
« En quoi on est un danger exactement ? » 
 
 
Zoé avait de plus en plus mal au crâne et elle n’arrivait même plus à se concentrer assez pour demander l’avis de Tail. Ces informations lui avaient fait mal à la tête. 
 
 
« Si l’Anomalie vient à atteindre son point de rupture, elle provoque un souffle qui fait disparaître tout ce qui l’entoure. Dans votre cas, ça serait une partie de la région qui risquerait de disparaitre. » 
 
 
Cette annonce dramatique fit donner des frissons à Zoé. Elle et Tail n’étaient qu’une bombe à retardement, dont chaque secondes les faisait approcher vers le zéro pour pouvoir emporter tout sur son passage. Elle était terrifiée par ça. 
 
 
« … Y a-t-il un moyen pour éviter ça, sans notre mort bien sur. » 
 
 
Lied soupira, puis sortit Cass’tête regardant chaque zone de l’arme avec tristesse. 
 
 
« J’en ai aucun qui me vient à l’esprit maintenant. Tout ce que je peux vous dire c’est que vous êtes très instable, surtout Tail vu qu’il n’est pas dans son corps. Selon mes calculs, vous allez atteindre votre point de rupture demain en fin d’après midi. » 
 
 
Il n’eut même pas besoin d’expliquer ce qui pourrait se passer si Tail et Zoé n’avaient pas retrouver leur état normal. Pour le bien de la région, Lied n’hésiterait pas une seule seconde à les faire disparaître, même s’ils étaient humains. 
 
 
« Venez me voir cette nuit sur la place de la ville vers vingt deux heures. J’aurais peut-être des informations. » 
 
 
Il remit Cass’têt dans son fourreau et celui-ci parla aussitôt. 
 
 
« Au fait, ton mal de tête carabiné signifie surement que le garçon à l’intérieur est en train de passer un sale quart d’heure, donc il va disparaître un moment. Mais s’il vient à disparaître pendant plus de deux heures, préviens-nous. » 
 
 
D’un pas tranquille, Lied laissa Zoé avec cette inquiétante remarque. Elle était probablement seule à cet instant. 
 
 
« T-Tail ? » 
 
 
Elle refoula tant bien que mal sa peur. Même si ce n’était qu’un moment, elle s’était habitué à attendre une voix dans sa tête et ce moment là ne faisait que représenter ce qui se passerait demain. 
 
 
« … Tail ? Réponds-moi… » 
 
 
Toujours aucun signe de vie. Le garçon s’était comme désintégré à l’intérieur de la tête de Zoé. Soudain une main caressa ses cheveux. Elle se retourna et vit un garçon aux cheveux bruns avec son habituel sourire mystérieux. 
 
 
« Yo Zoé. Pourquoi tu tires une tête pareille ? On dirait que tu as perdu ta fougue habituelle. 
 
 
-Je n’ai rien. » 
 
 
Chris adopta une position de réflexion propre à lui-même, un doit sur son œil droit en regardant le ciel. 
 
 
« Je sais ! C’est parce que Tail n’est pas là aujourd’hui ? C’est pour ça que tu as une tête comme ça. 
 
 
-Chris… Tu n’as pas marre de foutre de moi à chaque fois et d’ailleurs comment tu sais que Tail n’est pas là aujourd’hui ? 
 
 
-Tout simplement qu’il n’était pas dans le foyer en train de rattraper ses heures de sommeils. Et Sylvain m’a dit juste après qu’il rattrapait son sommeil à l’hôpital. 
 
 
-Si seulement ce n’était que ça… » 
 
 
Marmonna Zoé. 
 
 
Chris approcha aussitôt sa tête de la jeune fille qui n’eut aucune réaction. 
 
 
« Tu m’as l’air de savoir quelque chose que les autres ne savent pas. » 
 
 
Sa question ne semblait pas innocente, ses yeux exprimaient la malice à l’état pure. Zoé était mal à l’aise face à ce visage plein de sous entendus. Mais le garçon arrêta son numéro et avec sa main sur la tête de la fille, il dit. 
 
 
« Je plaisante voyons. Si même les médecins ne sont pas capables de trouver l’embrouille, je doute fort que tu puisses y arriver ? Je te souhaite une bonne journée ! » 
 
 
Sa brève apparition avait perturbé Zoé qui commença à se poser des questions sur lui. 
 
 
« Tu commences à soupçonner Chris maintenant ? 
 
 
-En même temps il agit comme s’il savait plus de choses que nous… 
 
 
-… 
 
 
-… Tail ?! 
 
 
-Oui, c’est mon prénom. 
 
 
-Qu’est ce qui s’est passé ? 
 
 
-Juste un mal de crâne IMMENSE qui m’a empêché de parler. Je suis bien content que ça soit fini. 
 
 
-Tu entendu ce que l’elfe a dit ? 
 
 
-Comme quoi il nous restait jusqu’à demain pour trouver une solution ? Si c’est bien ça, alors la réponse est oui. Mais je ne crois pas une seule seconde à toutes ces histoires. 
 
 
-Hein ? 
 
 
-Je trouve ça tiré par les cheveux. Lied dit qu’il vient de l’imagination de Zoé mais les elfes épéistes étaient une légende bien avant sa naissance. Donc, ses suppositions ne tiennent pas debout. 
 
 
-Mais tu ne vas pas me dire que ce qui nous est arrivés n’est pas à cause de Yuna ? 
 
 
-Bon d’accord c’est vrai qu’il y a certaines choses de bizarres qu’on ne peut pas expliquer par la science mais je suis certain que la théorie de Lied comme quoi il a été conçu par Yuna n’est pas la bonne. Cela voudrait donc dire que Yuna a réussi à manipuler des années d’histoires sur les elfes épéistes ? 
 
 
-… C’est vrai que de ce point de vue là l’explication n’est pas cohérente. Faudrait qu’on en demande plus à Lied ce soir. » 
 
 
Soudain, son téléphone sonna. Sa cousine l’avait appelé pour la faire rentrer. 
 
 
  
 
 
La nuit était enfin tombée. 
 
 
Après s’être rapidement habillée, Zoé ouvrit sa fenêtre de chambre, l’enjamba pour arriver sur le toit du garage et glissa le long d’une gouttière pour atteindre le sol. Elle avait fait ça tellement facilement qu’on aurait pu croire qu’elle l’avait fait toute sa vie, ce que Tail n’hésita pas à faire remarquer. 
 
 
« On dirait que tu es habitué à faire ça. 
 
 
-Depuis l’âge de sept ans je fais ça, lorsque Chloé dormait chez moi on faisait des balades nocturnes. 
 
 
-Je me demande comment ta mauvaise influence n’a pas eu d’effet sur Chloé. 
 
 
-C’était Chloé qui avait eu cette idée à l’origine. » 
 
 
Dit Zoé avec un petit sourire.  
 
 
Elle parvint enfin à dégager sa bicyclette du bazar qui était entassé devant. Tail était surpris d’apprendre ça. 
 
 
« J’ai du mal à croire que Chloé soit comme ça. Quoique… » 
 
 
Il se souvint des moments où elle n’avait pas hésité une seule seconde à prendre plus d’un dessert au self, en réussissant l’exploit de ne pas se faire attraper. 
 
 
« Tu as raison, je m’incline. 
 
 
-Encore heureux que j’ai raison. Ca me ferait mal qu’un hybride comme toi me dise que j’ai tort sur ma meilleure amie. » 
 
 
Elle passa la langue à une personne invisible, dont le destinataire était sans aucun doute Tail.  
 
 
Elle avait encore proférer une insulte sur son apparence de renard, le garçon dû se retenir pour ne pas répondre à cette déclaration de guerre. Et il n’était pas en état de mener une énième bataille. Pour une raison bizarre, il avait constamment mal à la tête, surement au fait qu’il était instable. 
 
 
Pendant qu’elle pédalait dans la fraicheur de la nuit, Zoé sifflotait une de ses chansons préférées. Cette balade en vélo la rendait nostalgique. Elle se voyait, pédalant avec Chloé en direction du lac où les étoiles se reflétaient dessus. L’adolescente se souvenait des heures passées, ressassant sans cesse de vieilles histoires aussi vieilles que la folle fana de poissons rouges qui étaient sa voisine. Tout ça lui redonnait l’envie d’inviter Chloé à dormir chez elle. 
 
 
Une fois la rue du lycée traversée ainsi que le « Jardin des Plantes » plus communément appelé « Jardin du Lydée », occupé par des jeunes un peu éméché, elle finit par arriver au centre ville qui lui rappelait tant la normalité de ce monde… ou pas. 
 
 
« Qu’est ce que c’est que ça ? » 
 
 
Tail avait formulé la pensée de Zoé à sa place. 
 
 
Tout deux virent six personnes qui étaient de la même espèce que Lied. Ils étaient en train de se battre contre des créatures, ressemblant fort à des lapins roses avec des traits violets et jaunes. Si une jeune fille niaise à souhait qui n’avait pas la maturité nécessaire pour se dire que ces choses étaient anormales, elle aurait certainement criée « Ils sont trop mignons ! ». Cette idée qui avait effleuré Tail et Zoé les fit frissonner. 
 
 
« Ah, enfin vous voilà ! » 
 
 
Lied venait juste de faire disparaître un de ces mignons petits lapins quand il les remarqua. 
 
 
« Je me demandais si vous alliez venir. Comme vous le voyez on a du pain sur la planche. » 
 
 
Il montra deux de ses coéquipiers entouré d’une dizaine de lapins. 
 
 
« Sont-elles des Anomalies ? 
 
 
-Tout à fait ! Notre chère Yuna fait la belle au bois dormant, nous donnant donc du boulot. 
 
 
-Lied, faudrait peut être les aider. Ils ont l’air d’avoir du mal. » 
 
 
Cass’têt’ avait raison de dire ça, car les deux elfes étaient encerclés. Ils étaient terrifiés. Voyant ce spectacle qui pouvait prêter à sourire pour une personne normale mais qu’il ne l’était pas pour celles au courante, Tail fut pris d’un fou rire quand même. 
 
 
« Impossible que ces animaux là puissent être dangereux. » 
 
 
Mais une mâchoire faisant la taille d’un couvercle de poubelle, accompagné de couteaux en guise de dents vinrent contredire ses propos. Par chance, Lied arriva à le détruire juste avant qu’il ne gobe la tête de son compagnon. 
 
 
Ayant assisté à ce spectacle traumatisant, Zoé et Tail ne verraient plus du tout les lapins de la même façon. 
 
 
« C’est décidé ! Une fois que je regagne ma chambre, j’enferme Panpan dans un coffre fort et je jetterais la clé dans l’océan. 
 
 
-Je vais faire de même. » 
 
 
Une fois débarrassé de ces créatures, Lied revint vers eux le visage fatigué. 
 
 
« Pfiou… Cette nuit risque d’être un peu plus longue que prévu. 
 
 
-Donc tant que Yuna dort des Anomalies se créaient ? 
 
 
-Pour être un peu plus précis c’est à chaque fois qu’elle rêve. Comme on le sait tous, nos rêves sont l’endroit où notre sens commun disparaît et retranscrivent tout ce qu’on veut où nos pensées les plus folles. 
 
 
-C’est la théorie de Sigmund Freud. » 
 
 
Zoé sentit un petit courant d’air la geler, elle se frotta les bras pour se réchauffer. 
 
 
« Tout à fait. En gros, les Anomalies présentes sont la représentation des rêves de Yuna et notre boulot est de les détruire avant qu’elles ne deviennent instables. » 
 
 
Zoé et Tail regardèrent les Anomalies d’un air déconfis. Tout deux se posaient la même question. 
 
 
« Mais de quoi elle peut bien rêver ?!» 
 
 
Encore une preuve que Yuna était une fille toute, sauf normale. 
 
 
« Mais donc, vous devez rester ici jusqu’à ce que Yuna se réveille alors ? 
 
 
-Ca ne veut rien dire, la plupart du temps on ne reste qu’une ou deux heures. Mais il arrive de faire des nuits blanches. 
 
 
-Mais pourquoi c’est à vous de faire ça ? » 
 
 
Lied la regarda avec un faible sourire. 
 
 
« Parmi les créatures imaginaires, les elfes épéistes sont réputés pour leur talent au combat. D’après les histoires qu’on raconte, il y en a même un qui avait réussi à détruire un dragon menaçant la ville. Et depuis on nous surnomme les « Gardiens ». C’est pourquoi, je pense, qu’on doit protéger cette ville contre les Anomalies. 
 
 
-En parlant de ça… C’est impossible que vous avez étés créés par Yuna, car les histoires qu’on raconte sur vous datent d’avant sa naissance donc ça ne peut pas être plausible. » 
 
 
Lied rit faiblement. 
 
 
« Je vois que vous avez bien réfléchi à tout ça. Mais la réponse qu’on peut donner c’est que lors de notre création, elle a inventé aussi toutes les informations à notre sujet. Nous ne sommes que de vulgaires créations. » 
 
 
Rien que prononcer ces mots lui faisaient perdre sa bonne humeur. La rancœur avait pris place, il ne pouvait pas accepter une réponse comme ça mais c’était l’évidence pure. Cass’têt’ voyait bien que son partenaire ne voulait plus en parler, il remit donc la conversation à l’objectif principal des deux jeunes. 
 
 
« Vous n’étiez pas censés nous demander un moyen de vous en sortir ? 
 
 
-Ah oui ! J’ai trouvé des informations qui pourraient vous intéresser. » 
 
 
Lied remit de nouveau une pause le temps de reprendre son souffle, deux lapins venaient de tenter une offensive sur lui mais furent balayés en un instant. 
 
 
« Bon tu le dis ? » 
 
 
Zoé était pressée d’en finir, elle avait froid et elle voulait rentrer chez elle retrouver son lit. 
 
 
« J’y viens, j’y viens… D’après ce que j’ai entendu dire, il n’y a qu’une seule personne capable de vous aider et cette personne est la fée renarde. 
 
 
-… 
 
 
-… Ne me dis pas qu’elle existe aussi ? » 
 
 
Si Tail avait bloqué, Zoé avait tout de suite demandé la réponse. 
 
 
« Et bien si elle existe. A ce que je vois vous en avez déjà entendu parler. 
 
 
-Oui par Yuna. Elle est à sa recherche depuis qu’elle est ici. 
 
 
-Alors servez-vous d’elle pour la trouver. Je ne l’ai jamais vu donc je ne peux pas vous donner d’indications. » 
 
 
En entendant que Yuna pouvait les aider, Tail eut un rire sans joie. 
 
 
« Tu ne sais même pas où sont les autre Anomalies ? 
 
 
-Même entre nous il est dur de découvrir la nature des autres.  
 
 
-Si pour Lied c’est dur de la trouver, je doute qu’avec Yuna on pourra y arriver à quelque chose. Elle a passé des jours entiers dans le jardin du lycée en faisant attention au moindre endroit. » 
 
 
Ce qu’avait dit Tail était juste et cela tracassa Zoé. Elle non plus ne croyait pas du tout à la trouver si facilement. Même si Yuna avait certaines informations, cela risquait d’être dur, voir impossible de la trouver. 
 
 
« Ne vous en faites pas. Les Anomalies sont capables de remarquer les Anomalies que les humains ne peuvent pas voir. La fée renarde est une Anomalie du même type que moi, c'est-à-dire qu’elle est inoffensive et qui a aussi une couverture humaine face aux autres. Mais cela n’est pas aussi simple. » 
 
 
Il s’adossa contre le lampadaire, regardant les étoiles. 
 
 
« Vous ne pourrez la voir que si elle décide de se montrer à vous ou que vous  découvriez sa vraie nature lorsqu’elle baissera sa garde. » 
 
 
Zoé avait absorbé toutes ces informations avec autant d’efficacité qu’une éponge absorbant l’eau. Mais dans ce lot de donnée, elle remarqua une incohérence flagrante. 
 
 
« Mais toi, on n’a pas eu besoin de te voir sous ta forme humaine. On a tout de suite vu ta vraie nature. 
 
 
-Parce que c’est un idiot ! Il a la fâcheuse habitude de se balader sous sa vraie nature. » 
 
 
Lied se contenta juste d’hausser les épaules. 
 
 
« J’y peux rien. J’ai tellement l’habitude de cette forme que je n’y fais plus attention. Enfin bref, ce qui compte c’est qu’avec les informations de Yuna et votre capacité de voir les Anomalies vous avez une chance de la trouver. Par contre, vous devez retenir une règle qui ne doit en aucun cas être brisée que toutes les autres Anomalies comme moi connaissent. Il ne faut en aucun cas que Yuna découvre notre existence. » 
 
 
La surprise gagna Zoé et Tail qui ne comprenaient pas de toute évidence la raison derrière ça. Voyant la tête de la jeune fille, Lied conclut qu’elle n’avait rien compris. 
 
 
« Je vous ai dit que Yuna pouvait créer ce qu’elle imaginait. C’est pour ça que les créatures de notre genre sommes ici. Cependant, Yuna se repose quand même sur une base scientifique même si elle le nie. Comme tout le monde ici, nous continuons de vivre avec ces certitudes qui sont la réalité. Je suis certain que toi et Tail avaient tout de suite imaginé un monde imaginaire en ayant découvert mon existence. » 
 
 
Cette réflexion n’était pas fausse, Tail avait tout de suite imaginé à une forêt avec des fées et des arbres parlants. Zoé avait pensé de même. Mais les deux adolescents ne voyaient pas du tout pourquoi ils devaient cacher l’existence des Anomalies. 
 
 
« Je vois que je ne m’étais pas trompé. Eh bien que pensez-vous de ce qui risque d’arriver si Yuna découvrait notre existence ? » 
 
 
Zoé comprit enfin où Lied voulait en venir mais elle avait encore un contre argument. 
 
 
« C’est vrai qu’on s’était imaginé un monde une fois avoir appris l’existence de personnes comme toi, mais cela ne veut pas dire qu’on croit à ce monde. Notre imaginaire avait simplement pris le dessus sur notre raison, mais cela n’a pas duré trois mille ans non plus. Donc rien ne veut dire que Yuna va certainement y croire. » 
 
 
Lied soupira, apparemment Zoé n’avait pas encore tout compris. Cass’têt’ décida d’intervenir pour rendre l’explication plus claire. 
 
 
« Pour faire simple, le rêve de Yuna est de voir des êtres imaginaires comme nous. Si ce rêve devenait réalité, alors cela certifierait qu’on existe vraiment, ainsi que le monde qu’elle risquerait d’imaginer. Prenons un exemple, imaginez une personne dont le rêve est de devenir un acteur célèbre et que ce rêve devient réalité. Alors ses certitudes et habitudes vont changer, elle ne croit plus en son rêve car celui-ci fait déjà parti de son quotidien. Ceci est la même chose avec Yuna. 
 
 
-Dans un sens c’est logique… Voilà pourquoi elle ne doit pas savoir. 
 
 
-Ce n’est que de la psychologie tout ça. Même s’ils ont raison, il est impossible de deviner le comportement d’une personne. » 
 
 
Tail était toujours sceptique, pour lui c’était assez dur de croire que Yuna pouvait changer tout un monde rien qu’en l’imaginant. 
 
 
« Au fait, avez-vous eu des changements de place ? » 
 
 
Zoé fut étonnée de la question de Cass’têt’. 
 
 
« Euh… oui. Justement, on se demandait comment cela se faisait… 
 
 
-Cela arrive parce que l’un de vous l’emporte sur l’autre. L’esprit le plus fort gagne le contrôle du corps, cela arrive lorsque vous ressentez de grosses émotions comme la colère, le rire ou lorsque vous êtes concentré. » 
 
 
Zoé se souvint de la colère qu’elle avait éprouvée lors du repas d’hier et de la joie de Tail ce matin. Tail se rappela de la scène de la douche, lorsqu’il avait utilisé toute sa concentration pour éviter la tentation. 
 
 
« C’est donc pour ça… 
 
 
-Eh bien évitez à l’avenir. » 
 
 
Lied regarda Zoé avec le plus profond sérieux. 
 
 
« Plus vous faites ça, plus le corps devient instable, car il doit supporter des changements contre nature. Alors essayez de garder votre place. 
 
 
-Ce n’est pas comme si on le faisait exprès. Mais merci de ce renseignement. 
 
 
-Et n’oubliez pas. Si demain Tail disparait de ta conscience pendant plus de deux heures, préviens-nous.  » 
 
 
Dit Lied le visage sombre. Il aurait sans doute beaucoup de mal à faire ce qu’il doit être fait. Eliminer des créatures qui n’avaient jamais existé était une chose, mais éliminer deux humains qui avaient leur propre existence dans ce monde en était une autre. 
 
 
Zoé enfourcha son vélo et prit un air se voulant confiant. 
 
 
« Je n’aurais pas besoin de vous prévenir car on la trouvera surement. » 
 
 
Et elle laissa Lied et Cass’têt’ à leur boulot d’un coup de pédale. L’elfe sourit en entendant cela. 
 
 
« Tu devrais être plus confiante que ça. J’ai senti un léger doute sur ta déclaration pleine d’espoir. 
 
 
-Tais-toi ! Tu dis ça de moi, mais toi tu n’as fait que de douter sur ce que Lied nous a dit. 
 
 
-Parce que tout ça est purement dingue. Je n’ai rien contre l’existence des créatures imaginaires, au contraire je trouve ça super, mais ce qui me gêne c’est qu’il dit que Yuna est une déesse de l’imagination capable de changer un monde… Je trouve ça tordue. 
 
 
-C’est la seule explication qu’il y a, même si elle est totalement dingue on ne peut pas dire qu’il a totalement faux. Après tout, c’est bien Yuna qui t’a enfermé dans mon corps, me privant ainsi de mon intimité. 
 
 
-Oui mais… c’est quand même difficile à avaler cette solution.  
 
 
-On devra faire avec jusqu’à ce qu’on trouve une meilleure explication. 
 
 
-Tu as l’intention d’enquêter sur ça ? 
 
 
-Si j’ai bien horreur d’une chose, c’est un problème dont je ne peux pas trouver une solution qui me convienne. » 
 
 
Elle tourna dans une rue et s’arrêta à la lumière d’un lampadaire. 
 
 
« Je suis certaine qu’il y a quelque chose qui cloche dans cette histoire de Déesse de l’Imagination. Les créatures comme Lied ont été dans des légendes qui datent depuis longtemps, je ne vois pas en quoi Yuna peut interférer dans l’esprit des gens. Lied nous a bien dit que lui et d’autres espèces ont été crées par Yuna car elle voulait en voir, mais pour ce qui est des indices et autres, je ne pense pas qu’elle en soit responsable. 
 
 
-Je commence à avoir mal à la tête… D’abord on règle notre problème corporel et spirituel et après on pourra enquêter mais là j’en ai un peu marre. 
 
 
-Je me disais bien que tu étais plus énervé que d’habitude. » 
 
 
La jeune fille avait perçut l’énervement de Tail depuis qu’ils étaient sur la place. Surement du au fait qu’il était inquiet de savoir ce qui allait arriver demain. 
 
 
« Ce qui m’énerve, c’est d’entendre de la bouche d’un elfe que Yuna est quasiment un Dieu. Entendre ça m’énerve et je ne sais pas pourquoi. Tout ce que je veux pour l’instant, c’est de se sortir de ce pétrin afin d’éviter qu’ont soit tranché menu tout ça à cause d’une fille qui s’amuse à mettre les esprits des gens dans les corps des autres. » 
 
 
Cette réflexion le fit rire. 
 
 
« Tout ça n’est pas dans mes plans. 
 
 
-Crétin ! Prends la situation un peu plus au sérieux ! 
 
 
-Je n’ai pas pu m’en empêcher. Mais demain on devra partir à la recherche de la fée renarde toute la journée, donc on devra sécher les cours. 
 
 
-Pourquoi je devrais sécher ? 
 
 
-Il est évident qu’il sera impossible de trouver ce qu’on cherche en une heure. 
 
 
-C’est une remarque intelligente… Etonnant de ta part. 
 
 
-Je prends ça comme un compliment. » 
 
 
Même si Tail ne le disait pas, il ne se sentait pas autant confiant qu’il pouvait laisser croire. Il avait un peu peur de ce qui pourrait se passer demain et Zoé le savait parfaitement. Il n’était pas difficile de percevoir les émotions du garçon. Leur réussite dépendrait uniquement de la qualité des informations de Yuna, tout en espérant qu’elle serait là. 
 
 
Quelqu’un avait surement entendu les espoirs de Zoé… 
 
 
  
 
 
Une fille blonde avec une frange se tenait debout devant la salle de classe en train de lire son cahier. Emporté par ce soulagement, Zoé se jeta sur elle comme les vagues sur une plage, sans même la saluer. 
 
 
« Yuna ! Allons chercher la fée renarde ! » 
 
 
La jeune fille blonde resta impassible, puis cinq secondes après fit un sourire radieux. 
 
 
« Je suis contente qu’une personne s’intéresse enfin à ce que je cherche. J’ai du mal à y croire… » 
 
 
Elle était surement heureuse d’entendre une telle demande. Même si Zoé et Chloé l’avait accompagné la dernière fois à sa demande, elle était contente que cette fois, c’était une d’elle qui se proposait. 
 
 
« Je suis hyper contente que tu veuilles la chercher, mais elle n’apparaît qu’à partir de quinze heures dans le jardin du lycée. Il va falloir attendre donc. » 
 
 
La motivation de Zoé venait de passer de cent à zéro. Cela voulait donc dire qu’ils n’auraient pas beaucoup de temps pour aller à sa recherche. La panique la gagna facilement. 
 
 
« Ne panique pas pour ça. On ne peut qu’attendre. 
 
 
-On n’a pas le choix finalement… 
 
 
-De quoi tu n’as pas le choix ? » 
 
 
Zoé se retourna aussitôt pour faire face à Chloé. 
 
 
« P-Pour rien… 
 
 
-Depuis hier tu agis bizarrement. Il t’est arrivé quelque chose ? 
 
 
-Rien je t’assure…  
 
 
-Je ne suis pas bête, tu n’es pas comme d’habitude… » 
 
 
Chloé haussa les épaules avec résignation. 
 
 
« Mais si tu ne veux pas me le dire, ce n’est pas grave… Mais saches que je suis là si tu as besoin de quelqu’un. » 
 
 
Et sur ces mots elle suivit Yuna dans la salle de classe. 
 
 
« Elle s’inquiète beaucoup pour toi on dirait. En même temps, si t’arrêtais de parler à voix haute lorsque tu t’adresses à moi, ça éviterais de fâcheux problèmes. » 
 
 
Zoé fit semblant de ne pas l’entendre et entra dans la classe. 
 
 
  
 
 
La matinée était passée aussi vite qu’un coup de vent, sans compter le début d’après midi qui avait filé deux fois plus vite.  
 
 
Si Yuna était toute excitée à l’idée d’aller chercher la fée renarde, Tail et Zoé espéraient que le temps allait ralentir. Ils n’étaient pas sur de trouver ce qu’ils cherchaient, et plus ils avaient de temps mieux c’était. Finalement, quinze heures arriva. Yuna, qui avait l’habitude de sécher les cours, n’était pas du tout inquiète, mais Zoé, qui n’avait jusque là jamais séché de cours, se demandaient comment ses parents allaient réagir… Surtout son père. 
 
 
« Ce n’est pas comme si tu avais le choix. 
 
 
-Tu peux parler tu n’auras aucun problème toi. 
 
 
-Normal, mon corps attend patiemment dans un lit d’hôpital. Et continues de me parler à voix haute et les gens vont vraiment te prendre pour une folle. » 
 
 
Par chance il n’y avait pratiquement personne dans les environs. Yuna s’était déjà rendu dans le jardin du lycée et n’avait donc pas entendu le monologue de Zoé. Celle-ci se promit qu’une fois que Tail aurait récupéré les sensations de son corps, il allait amèrement regretter ce qu’il lui avait fait subir depuis le début de cette histoire. Le garçon pensait tellement à autre chose qu’il n’avait pas perçu la menace planer sur lui… le pauvre, il ne savait pas quelle correction il allait recevoir. 
 
 
« Te voilà Zoé ! Prête ? » 
 
 
La jeune fille hocha la tête, espérant qu’elle pourra dénicher cette fée renarde. 
 
 
« Selon mes informations, la fée renarde se trouve dans le jardin du lycée comme je te l’ai déjà dit. Cependant après une semaine de recherche, je n’ai pas trouvé un seul indice… A deux ça va être plus facile je pense. Alors, même si ça doit nous prendre une année on la trouvera ! 
 
 
-J’aimerais avoir tout ce temps pour récupérer mon corps. 
 
 
-Que la chasse commence ! » 
 
 
Yuna s’était déjà mise à la recherche, analysant chaque recoin avec un œil d’expert. Zoé la suivit, se demandant bien par où commencer. 
 
 
« Maintenant je trouve ça un peu stupide de se mettre à quatre pattes et chercher… 
 
 
-Fais pas la difficile, tu dois le faire. Allez mets un peu de cœur à l’ouvrage. 
 
 
-Facile à dire, j’ai l’air d’une débile. 
 
 
-Pas grave ça. N’oublies pas que plus tu perds du temps à te plaindre, moins on  a de temps pour la trouver. 
 
 
-C’est bon, je vais la chercher. » 
 
 
Elle se résigna donc à inspecter chaque plante et chaque carré de terre, mais au bout de dix minutes elle déclara forfait. 
 
 
« Pas de trace d’elle… On a pratiquement fait tout le jardin ! Pourquoi on ne la trouve pas ? 
 
 
-Je viens de me souvenir d’une chose que Lied nous a dit. Il nous a expliqué que les créatures comme lui étaient humaines à la base… 
 
 
-Alors ça veut dire qu’on l’aurait vu depuis longtemps !  
 
 
-Tu l’as trouvé ?! » 
 
 
Yuna déboula des parterres de fleurs toute excitée. Ses vêtements étaient couverts de terre, transformant son pant à court bleu en marron. Si Zoé tirait une tête de déterrée, Yuna avait les yeux d’un enfant découvrant pour la première fois Disneyland. 
 
 
« Il faut jeter un coup d’œil à son cahier. » 
 
 
Tail voulait voir les informations de ses propres yeux, ou plutôt des yeux à Zoé. Sa tête devenait de plus en plus douloureuse. 
 
 
« Non je ne l’ai pas encore trouvé. Mais est ce qu’il serait possible de me montrer ton cahier pour les informations sur notre cible ? 
 
 
-… C’est un objet auquel je tiens beaucoup… Mais si ça peut nous aider pourquoi pas. » 
 
 
Elle n’était pas motivée à l’idée de montrer ses précieuses informations, mais si cela pouvait permettre de la trouver c’était le mieux à faire. 
 
 
Zoé jeta un rapide un coup d’œil à la photo qui était attachée et confirma ce que Lied avait dit. Sur la photo était représentée une personne humaine, qui devait être assise sur un banc. Mais cela était difficile de remarquer les détails car la photographie était floue. Elle s’interrogea sur l’intelligence de Yuna pour ne pas avoir réfléchis à ça. La jeune fille voyait bien l’air perplexe de Zoé. 
 
 
« Comme tu peux le voir, elle à une taille humaine comme nous mais lorsqu’elle va dans les jardins, parc ou forêt elle fait la taille d’une balle de golf. C’est pour cela qu’il faut chercher dans tous les petits coins possibles. 
 
 
-Je comprends maintenant… Et donc, dans ce carnet se trouve les informations sur la fée renarde ? 
 
 
-Tout à fait. 
 
 
-Je me demande comment tu as fait pour découvrir tout ça. » 
 
 
Zoé était stupéfaite de voir autant de choses sur des créatures apriori imaginaires.  
 
 
« J’ai trouvé tout ça en fouinant un peu partout. » 
 
 
Elle n’était même pas fière. Pourtant, cela aurait bien mérité des applaudissements, il n’était pas dur d’imaginer combien de temps elle avait du mettre pour avoir cette mine d’informations aussi complète qu’un documentaire. 
 
 
« Hm… » 
 
 
Zoé lisait rapidement ce qui se trouvait sur la page. Tout ce qui était écrit correspondait pourtant bien aux conditions présentes. Alors pourquoi il était impossible de la voir ? La peur commençait à envahir Zoé, peut être que la fée renarde n’existait pas… Peut être que l’elfe épéiste était la seule espèce existante… Mais elle n’eut pas le temps d’y réfléchir plus longuement car un violent mal de tête se fit sentir. Cela n’annonçait rien de bon. 
 
 
Malgré cela Tail gardait parfaitement son calme, relisant et relisant la page dans l’espoir de trouver quelque chose qui leur aurait échappé. Ces tentatives finirent par payer car il découvrit une erreur. 
 
 
« Zoé, tu lis quoi juste à coté de localisation ? 
 
 
-Euh… jardin du lycée. 
 
 
-Et si « lycée » voulait dire « Lydée », c’est le nom du jardin des plantes !  
 
 
-Mais oui !  
 
 
-Tu as découvert quelque chose ? » 
 
 
L’excitation de Yuna était de nouveau ravivée. 
 
 
« On pourra enfin trouver cette fée renarde ! » 
 
 
Tail aussi était emportée par l’excitation et la joie de savoir que tout allait bien se terminer. 
 
 
« J’ai hâte de voir à quoi elle res… » 
 
 
Soudain silence radio… Tail ne finit jamais sa phrase signalant à Zoé qu’il ne leur restait plus que deux heures avant d’être éliminé. Une vague de panique la frappa de plein fouet. Se réveillant, elle expliqua rapidement ce que Tail avait trouvé. Suite à ça… 
 
 
« Mais c’est vraiment fantastique ! Je n’arrive pas à croire que j’ai fais une erreur comme ça ! Pas un instant à perdre on se bouge ! » 
 
 
Zoé était tout à fait d’accord avec Yuna, le temps pouvait être pratiquement compté sur les doigts de la main. Elle et Tail étaient dans la dernière ligne droite et il fallait à tout pris atteindre la ligne d’arrivée avant le point de rupture. 
 
 
Remontée à bloc, Yuna agrippa sa collègue par le bras et fila vers le Jardin du Lydée, entrainant une fille qui n’avait pas compris ce qu’il se passait. Elles passèrent devant des lycéens qui se trouvaient à l’entrée. Ceux-ci étaient étonnés de voir deux filles courir à toute vitesse. Parmi ceux là se trouvait Chris qui était satisfait de voir enfin du mouvement. 
 
 
  
 
 
« Commençons nos recherches ! » 
 
 
Elles étaient enfin arrivées à destination. Zoé s’était assise le souffle court alors que Yuna continuait d’exploser d’énergie. Elle avait déjà commencé les recherches sur une série de fleurs roses. Zoé se leva difficilement, les jambes encore tremblantes et reçut les instructions de la part de Yuna. 
 
 
« Zoé, tu t’occupes de la droite et moi de la gauche. 
 
 
-D’a… d’accord… » 
 
 
Elle avait beaucoup de mal à reprendre une respiration normal et continuait d’inspirer à grandes bouffées.  
 
 
« Zoé, tu es sûre que ça va ? Tu es toute pâle. 
 
 
- O-Oui, ne t’en fais pas… C’est juste la course qui m’a un peu épuisée, c’est tout. 
 
 
-Désolé pour ça… J’étais tellement contente à l’idée d’avoir un nouveau terrain de recherche où j’étais certaine de la trouver que je n’ai pas fait attention à toi. 
 
 
-C’est pas grave… Plus vite on la trouve mieux c’est. Je vais bien, ne t’inquiètes pas… 
 
 
-Si tu le dis… Mais dès que tu as un problème dis le moi… » 
 
 
Yuna était assez inquiète de l’état de Zoé, elle était en sueur et anormalement blanche. On dirait qu’elle couvait une grippe. Mais sa camarade lui fit un petit sourire pour lui dire de nouveau que tout allait bien. Elle se résigna donc à la laisser et partit de son coté. 
 
 
Zoé essuya la sueur sur son front et se mit au « travail ». Elle regarda avec précision les fleurs, le sol et même le tronc des arbres mais au bout d’une demi-heure toujours bredouille elle commença à s’interroger sur ce qu’avait dit Tail. Peut être que ce n’était pas à cet endroit où se trouvait la créature imaginaire… Alors où elle pouvait bien se trouver ?  
 
 
Il lui était devenu impossible de garder son calme. Elle devait absolument faire une pause pour se calmer, reprendre des forces et réfléchir un peu mieux à tout ça. Pour une étrange raison, surement dû à la course effrénée que lui avait fait subir Yuna, elle ne sentait plus ses jambes. Elle lança un regard autour d’elle et aperçut un banc, certes occupé, mais elle ne pouvait pas aller plus loin. 
 
 
« Excuse-moi… Est-ce que je peux… m’asseoir ici ? 
 
 
-B-Bien sur… 
 
 
-Merci. » 
 
 
La collégienne qui occupait le banc était mal à l’aise quand Zoé lui avait demandé cela. Elle avait l’impression de voir un zombie en face d’elle. 
 
 
Zoé se laissa tomber sur le banc, ne pouvant plus bouger un muscle. Elle était vidée de toute force. Elle devait prendre une pose car même si elle voulait continuer les recherches, son état physique  lui montrait le contraire. 
 
 
La collégienne lui jeta un coup d’œil inquiet, elle l’entendait murmurer « Je dois la trouver… ». Mais elle n’eut pas le cran de lui demandé si ça allait, et se contenta de dégager ses cheveux roux qui lui cachaient le visage à cause du vent. 
 
 
Au même moment… 
 
 
« Mince ! J’ai mal calculé ! Il faut à tout pris que je les retrouve ! 
 
 
-Mais est ce que tu auras le courage de faire ce qu’il doit être fait ? » 
 
 
Cass’têt’ doutait vraiment de la capacité de Lied à tué deux humains, car même s’ils étaient des Anomalies, ils continuaient d’être humain. 
 
 
« Je n’ai pas le choix Cass’têt’ ! Je dois le faire, même si ça doit me faire ressentir de la culpabilité à vie. 
 
 
-Voilà quelqu’un qui fait son devoir jusqu’au bout. » 
 
 
Une voix moqueuse venant de derrière lui avait parlé. C’était Chris, toujours avec son sourire mystérieux. 
 
 
« Chris, tu sais où est ce qu’ils sont ?  
 
 
-Qui sait ? 
 
 
-Ne joues pas avec moi ! On n’a plus le temps maintenant ! » 
 
 
Lied était énervé de voir que Chris ne s’inquiétait même pas de la situation auquel ils faisaient face.  
 
 
« Tu sais Lied… Tu te tracasses beaucoup trop pour si peu… 
 
 
-Pour si peu ?! 
 
 
- Laisse-moi finir s’il te plait… Je dis que tu te tracasses beaucoup trop, car j’ai aperçus Zoé et Yuna sortir du lycée en courant. Je pense donc qu’ils ont trouvés où est caché Garence… 
 
 
-Tu le savais depuis le début ! Avoue ! » 
 
 
Chris haussa les épaules avec indifférence. 
 
 
« Que le sais depuis le début ou non, importe peu. Ce qui compte c’est que Tail et Zoé vont trouver la fée renarde et s’en sortir. 
 
 
- Dis-moi gamin, pourquoi tu n’as pas dit à Tail et Zoé où se trouvait cette fée renarde nommée Garence. » 
 
 
Cass’têt’ ne semblait pas être remarqué par les lycéens qui étaient dans la cour de récréation. Seul Chris et Lied pouvait le voir. Chris se gratta aussitôt la tête, regardant au loin les bâtiments du lycée. 
 
 
« Car je ne suis qu’un observateur. Je ne dois en aucun cas interférer avec ce qui se passe ici. Ce lieu regroupe tout un tas d’êtres particulièrement intéressants et je ne dois pas me mêler des histoires qui s’y déroulent, même si ça ne me fait pas plaisir. 
 
 
-Depuis le début tu es difficile à cerner. » 
 
 
Lied lança un regard intense à Chris, qui ne changea pas du tout d’expression. 
 
 
« En même temps, même moi je n’arrive pas à me cerner. Mais si tu veux voir Zoé, tu sais où les attendre. Bonne journée. » 
 
 
Il repartit les mains dans les poches, sifflant à tue tête. 
 
 
« Ce garçon est à surveiller de près. Je suis sur qu’il sait beaucoup plus de choses que nous. 
 
 
-Je suis d’accord avec toi Cass’têt’. Pour l’instant, même si elle ne réussit pas à trouver la fée renarde, je sais que Zoé va aller à l’hôpital. » 
 
 
Il fila donc aussi vite que l’éclair. 
 
 
  
 
 
Une heure était passée et Zoé n’avait toujours pas trouvée la fée renarde. La collégienne était toujours là, en train de se faire bercer par le vent. Zoé ne ressentait toujours pas la présence de Tail et elle avait l’impression que sa tête allait se fendre en deux. Elle était en phase terminale, les minutes pouvaient être comptées maintenant.  
 
 
La douleur lui fit monter les larmes aux yeux mais n’allèrent pas plus loin lorsqu’elle vit des yeux bleus foncés de la collégienne. Mais quelque chose d’encore plus étonnant se trouvait sur sa tête, elle avait une paire d’oreille… Comme celle des renards ! Zoé se gratta les yeux, n’arrivant pas à y croire. Pour être certaine que ce n’était pas une hallucination, elle jeta un coup d’œil à son dos et vit une paire d’ailes ainsi qu’une queue… Pas de doute, c’était bien elle. 
 
 
« C’est toi la fée renarde ?! 
 
 
-Hein ?! » 
 
 
La collégienne avait crié d’une voix aigue, elle avait été découverte et de plus, par un être humain. Il y avait quelque chose de bizarre. 
 
 
Zoé avait comme oublié la douleur qui lui tiraillait la tête et s’approcha encore plus de la fille. 
 
 
« J’ai besoin de ton aide ! S’il te plait viens avec moi ! 
 
 
-P-Pourquoi ? »  
 
 
La jeune fille était rouge jusqu’aux oreilles. Elle était surement timide. 
 
 
« Je veux que tu nous sauves ! 
 
 
-M-Mais… » 
 
 
Elle n’eut pas le temps de finir car Zoé, à la manière de Yuna, agrippa son bras. Cette pause d’une heure, même si elle n’avait pas eut l’attention de se reposer autant, lui avait fait du bien. La collégienne se laissa entrainer malgré elle, ne sachant pas quoi faire. 
 
 
« Où… t-tu me conduis ? 
 
 
-A l’hôpital ! » 
 
 
Zoé ne devait pas perdre une seconde, maintenant qu’elle l’avait trouvé, elle était obligée de l’amener près de Tail. Il valait mieux être sur place et le temps de répondre aux questions de la fille, il serait surement trop tard. Yuna les rejoignit en annonça d’une voix joyeuse, malgré qu’elle n’avait pas trouvé la fée renarde. 
 
 
« On arrêtes là pour aujourd’hui. On recommencera la prochaine fois ! » 
 
 
Son visage joyeux laissa place à un air surpris, elle remarqua que Zoé n’était pas seule, il y avait juste derrière elle une fille qui ne savait pas où se mettre, la tête en feu. 
 
 
« Mais tu es Garence de la troisième du Collège François Brune ! Tu la conduis où ? 
 
 
-A l’hôpital ! Elle doit voir quelqu’un et on ne doit pas trainer ! » 
 
 
Sur ces mots, Zoé continua son chemin trainant toujours la pauvre Garence. Mais un barrage à l’entrée l’empêcha d’aller plus loin. Zoé jeta un regard féroce aux filles qui lui barraient le passage. L’une d’elles s’approcha de la fille. 
 
 
« Pourquoi tu nous regardes comme ça miss ? 
 
 
-Excusez moi, mais pouvez vous nous laisser passer on est pressée !  
 
 
-Désolé, on attend quelqu’un donc on ne bougera pas. » 
 
 
Les filles rigolèrent, ce qui avait pour effet d’accentuer la colère de Zoé. Elle n’allait pas se laisser faire, si elle devait passer de force elle le ferait. Mais Garence n’était pas du même avis, voulant éviter à tout prix les ennuis elle tira le bras de Zoé. 
 
 
« On… devrait les laisser. 
 
 
-Il est hors de question ! On n’a pas le temps d’attendre ! Tu ne comprends donc pas ? 
 
 
-Revoilà les guenons de la dernière fois. » 
 
 
Une voix glaciale venant de derrière Zoé, fit taire le rire des filles. Yuna avança lentement, le visage froid. 
 
 
« Tiens, revoilà la folle de l’imaginaire. » 
 
 
Cette remarque qui était toute sauf drôle, fit écrouler les filles. Mais Yuna ne réagit pas et continua toujours d’avancer. Son regard avait quelque chose d’effrayant, jamais Zoé n’avait vu ça de sa part et Garence essayait tant bien que mal de se dépêtrer de la prise de son « kidnappeur ». 
 
 
« Je crois que mon amie vous a demandé gentiment de la laisser passer non ? Alors dégagez du chemin. » 
 
 
Elle n’haussa même pas le ton, mais il n’était pas difficile de sentir de la colère. Zoé et Garence retinrent leur souffle. La moindre étincelle pourrait surement amener à une bagarre. 
 
 
« Je vais te le dire la folle, on n’est pas du genre à obéir aux demandes de gamines comme vous. Alors si on vous dit d’attendre, vous attendrez compris ? » 
 
 
La fille lui jeta un regard noir. Un sourire plein de méchanceté apparut sur son doux visage. Yuna continuait toujours de se contrôler, mais si elle devait encore attendre, cela allait mal se finir. 
 
 
« Je vous repose la question, laissez nous passer bande de gorilles femelles sans cervelle ! » 
 
 
Un coup se fit entendre, la fille avait perdu patience et avait décidé de la frapper. Yuna la regarda sans réagir. 
 
 
« Alors tu as compris qu’il ne faut pas m’énerver ? Moi je ne suis pas comme les autres filles qui ne font que donner des claques, je donne aussi des coups de po… » 
 
 
Mais elle n’eut pas le temps de finir sa phrase, car Yuna avait répliqué elle aussi. 
 
 
« Tu n’es pas la seule à savoir donner des coups, abrutie. » 
 
 
Elle prit aussitôt l’autre bras de Garence et courut à toute vitesse avec Zoé. La pauvre collégienne ne pouvait pas s’échapper. 
 
 
« On doit aller à l’hôpital alors ? » 
 
 
Yuna avait repris son air joyeux habituel. 
 
 
« Oui ! J’ai quelqu’un à montrer à Garence… Mais ta joue va bien ? » 
 
 
Elle voyait encore la marque sur la joue de Yuna. 
 
 
« Ce n’est rien de bien grave… Garence, prépares-toi !  
 
 
-… ? » 
 
 
La pauvre fille ne savait pas comment s’en sortir. Mais Yuna ne lui laissa pas vraiment le temps de réfléchir, car elle accéléra le rythme que Zoé parvenait à suivre mais difficilement. Le regard terrifié de Garence regarda le dos des deux filles, dont une qu’elle ne connaissait pas les emmenait vers un garçon, dont elle n’était même pas sûre de l’aider. Par ailleurs, elle avait ressenti une énergie étrange chez la fille inconnue, celle-ci était instable lui signalant qu’elle était une Anomalie qui était presque au point de rupture. Elle commençait à comprendre ce qu’il se passait, elle avait entendu des rumeurs comme quoi il existait depuis quelques jours une Anomalie humaine. Garence ne voyait pourtant pas en quoi elle pouvait aider. 
 
 
Ils montèrent maintenant une pente, qui ne les fit pas ralentir pour autant. Malgré leurs jambes qui criaient à la torture, Yuna et Zoé ne stoppèrent pas leur course. Quand à Garence, elle se servait de ses ailes pour aller sur leur rythme, mais les deux lycéennes étaient trop obnubilées par leur destination qu’elles ne firent pas attention à ça. 
 
 
Cinq minutes plus tard, les filles étaient aux portes de l’hôpital et s’autorisèrent une pause. L’optimisme de Zoé voyait enfin le bout du tunnel. Elle se laissa tomber sur le béton, Yuna se pencha les mains sur ses jambes pour récupérer son souffle. Toute deux étaient couvertes de sueur et avaient l’impression que leurs jambes allaient se séparer de leur corps. Garence se sentait en pleine forme par contre, et jeta un coup d’œil à l’entrée de l’hôpital. Une grande entrée s’y trouvait, surmontée d’un préau pour les fumeurs et juste à coté se trouvait un parking réservé aux ambulances. Une personne sortit de l’entrée et fit un sourire en voyant Zoé. 
 
 
« Je savais bien que tu viendrais ici. 
 
 
-L-Lied ? » 
 
 
Zoé se demanda si c’était bien lui, il n’était pas habillé comme d’habitude. Sa tunique bleue et ses épaulières grises avaient disparues pour laisser place à une veste marron claire, un maillot bleu en dessous et un jean. Un air triste apparut sur le visage du garçon. 
 
 
« Je suppose que Tail a déjà disparu… » 
 
 
Ce n’était pas une question, il l’affirmait. Heureusement, Yuna était trop occupée à se reposer pour faire attention à ce que disait Lied. 
 
 
« Je suis désolé mais tu ne peux pas continuer comme ça… 
 
 
-Attends ! Je l’ai trouvé ! » 
 
 
Elle montra aussitôt Garence qui sursauta en se voyant désignée. Lied entrevit une queue de renard et une paire d’ailes… C’était bien la fée renarde !  
 
 
Maintenant qu’elle était sûre que Lied ne tenterait rien, Zoé attrapa brusquement la main de la collégienne et l’emmena de force à l’intérieur du bâtiment. 
 
 
Satisfaite, Yuna marcha tranquillement sur ses pas alors que Lied resta à sa place, déconcerté et l’air idiot. Il se gratta la tête, puis avec un sourire il dit à Cass’têt, qui avait pris l’apparence d’un bracelet. 
 
 
« Je devrais les rejoindre. » 
 
 
Les trois filles étaient enfin arrivées devant la chambre de Tail. Zoé remarqua que Yuna les suivait et se souvint de ce qu’avait expliqué Lied, comme quoi elle ne devait pas savoir pour les créatures imaginaires. 
 
 
« Yuna, je suis désolé de te demander ça alors que tu m’as aidé mais ça ne te gêne pas de rester ici ? 
 
 
-Hum… ? Non ça ne me gêne pas mais ça ne sera pas gratuit. » 
 
 
Elle lui fit un clin d’œil avec un grand sourire.  
 
 
« Merci. Viens Garence. » 
 
 
La mine apeurée, elle suivit Zoé dans la chambre d’hôpital. 
 
 
Yuna soupira et griffonna dans son carnet et s’étira. Elle se doutait bien que Zoé lui cachait quelque chose. 
 
 
« Je découvrirais tôt ou tard ce que tu trames avec Tail et Garence. Je suis une super enquêtrice, n’oublies pas Zoé. » 
 
 
Elle émit un petit rire puis toussa. 
 
 
« Hum…  J’ai la gorge sèche, je vais boire un truc tiens. » 
 
 
  
 
 
A l’instant où Garence vit le corps du garçon elle le reconnut aussitôt ainsi que la situation. Elle prit la parole la première, toujours aussi mal à l’aise. 
 
 
«C-C’est un emprisonnement d’âme.  
 
 
-On peut décrire la situation comme ça. Ca fait ça de moins à expliquer, pour ce qui est de la cause je n’ai pas le temps de te le dire. 
 
 
-P-Pas besoin… Il n’est pas difficile de deviner la cause. » 
 
 
Zoé eut un petit rire nerveux. Elle s’approcha de Garence le visage suppliant. 
 
 
« S’il te plait aides-nous… Sinon on risque de mourir… » 
 
 
Elle était désespérée et Garence était son seul espoir. La fée renarde pouvait fournir son aide, mais c’était quelque chose de très gênant à mettre en œuvre. Rien que d’y penser elle rougit aussi vite qu’une main sur une  plaque chauffante. Jouant avec ses cheveux roux, tout en évitant le regard de Zoé, elle dit. 
 
 
« I-Il y a bien… un moyen. Je… Je dois prendre l’âme qui est à l’intérieur de toi… et la remettre au garçon… 
 
 
-Et comment tu fais ça ? » 
 
 
Elle eut soudain un geste de recul en voyant le visage de Garence se rapprochait brusquement du sien. 
 
 
« Qu’est ce… » 
 
 
Mais elle s’interrompit brusquement, pas parce qu’elle l’avait décidé, mais parce que Garence avait joint ses lèvres aux siennes. Avec des yeux stupéfaits, Zoé regarda la fille qui était rouge cramoisie, elle pouvait même sentir la chaleur que son visage produisait. La lycéenne sentit une partie de l’intérieur de sa tête être aspiré puis deux secondes après, Garence se retira. 
 
 
« D-Désolé, c’était le seul moyen de… de… » 
 
 
Mais elle était incapable de finir sa phrase. Elle était tellement embarrassée qu’elle avait envie de disparaitre à l’instant. Elle ne pouvait même pas regarder Zoé en face, qui était toute aussi gênée qu’elle. Mais elle cacha cette gêne avec un rire, Garence agissait comme un animal craintif. Elle trouvait cela mignon… 
 
 
« B-Bon, je vais rendre l’âme… » 
 
 
Elle s’approcha de Tail, pendant que Zoé se rendit compte qu’une fille l’avait embrassée à l’instant… Et pas n’importe laquelle, c’était la fée renarde ! 
 
 
« Mon dieu, faites que ce souvenir disparait de  ma mémoire. » 
 
 
Juste après, Lied et Yuna entrèrent brusquement dans la chambre. L’elfe s’apprêtait à dire quelque chose mais il s’arrêta dans sa lancée, voyant ce qui se passait en ce moment même sur le lit. Yuna jeta un coup d’œil intéressé et n’était nullement choquée. Il n’y avait rien de bizarre de voir une fille embrassée un garçon… Quoique, ce baiser durait un peu longtemps quand même. 
 
 
…. ? Je sens quelque chose… on dirait un drap… Un drap ? Je suis capable de toucher un drap ? Aurais je récupérer mon corps ?! 
 
 
Tail ouvrit brusquement les yeux et vit en face de lui une fille avec des oreilles bien étranges sur sa tête et un visage rouge comme un nez de clown. Plus intriguant encore… voir plus inquiétant, elle était en train de l’embrasser. 
 
 
C’était donc ça que je sentais à mes lèvres… Mais qu’est ce qu’elle fait ?! 
 
 
S’apercevant que le garçon avait repris conscience, Garence retira ses lèvres et se retourna. Elle ne pouvait pas imaginer pire situation, il y avait deux personnes de plus qui avaient assisté à la scène. Cachant son visage, elle se précipita vers la sortie. 
 
 
« Désolé !  
 
 
-Pourquoi elle s’excuse ? Elle vient juste de nous sauver… » 
 
 
Zoé était étonnée de la voir réagir comme ça, il était évident que Garence était timide mais là… Zoé n’avait même pas eu le temps de la remercier. 
 
 
Un silence s’installa, Tail était encore tout retourné par ce qu’il venait de se passer. 
 
 
Récapitulons… J’étais dans la tête de Zoé, une douleur m’avait attaquée, ensuite j’ai pu retrouver mon corps et une fille qui me dit quelque chose vient tout juste de m’embrasser et est partie en courant… En plus de ça je trouve un elfe épéiste qui a changé de style vestimentaire dans ma chambre ainsi que celle qui est responsable de tout… Pour un réveil ça fait beaucoup… 
 
 
Tail se massa la tête remettant en ordre les pensées dans son cerveau. Lied était soulagé de voir que tout se finissait bien. Yuna était comme d’habitude et décida de réveiller tout ce petit monde avec une annonce qui n’allait surement pas enchanter certaines personnes. 
 
 
« Je déclare le groupe de recherche de créature imaginaire ouvert ! Zoé et Tail sont les deux nouveaux membres ! 
 
 
-Quoi ?! » 
 
 
Zoé et Tail s’étaient exclamés en même temps. 
 
 
« Bah oui, pour je ne sais quelle raison, je sens que vous serez capable de trouver des créatures imaginaires et comme je l’ai dit à Zoé ce n’était pas gratuit. Donc je vous attends demain ! Tail repose toi bien, je pense que tu as assez dormi maintenant. Bonne fin de journée ! » 
 
 
Elle quitta la pièce, les laissant dans l’incompréhension. 
 
 
« Elle vient de m’appeler Tail là ? Je ne rêve pas ? » 
 
 
Lied hocha la tête avec un sourire. Tail sentait qu’il allait fondre en larmes. 
 
 
« Incroyable ! J’ai vraiment retrouvé mon corps ! On est sauvé ! » 
 
 
Il bondit du lit et prit Lied dans ses bras. 
 
 
« Merci Lied pour tes informations ! 
 
 
-Lâches moi ! » 
 
 
Lied le repoussa, il trouvait que Tail exagérait un peu. Celui-ci se dirigea vers Zoé et lui fit une étreinte qui lui coupa le souffle. 
 
 
« Merci Zoé ! Merci Zoé ! Merci ! Heureusement que tu étais là ! Je te serais reconnaissant jusqu’à la fin. 
 
 
-M-Mais arrêtes crétin ! Tout l’hôpital va t’entendre. 
 
 
-Désolé, mais c’est plus fort que moi… Ca fait tellement du bien de sentir quelque chose avec son corps… Je ne me suis jamais senti aussi vivant ! » 
 
 
A la surprise générale, Tail pleurait à chaudes larmes. Toute cette pression accumulée depuis ces deux jours était en train de s’évacuer. Zoé était choquée de le voir craquer comme ça, elle eut un faible sourire… 
 
 
« Il n’y a pas eu que moi. Il y a Yuna et Garence qui ont aidé. 
 
 
-Garence ?  
 
 
-Oui c’est la fée renarde, celle qui nous a aidés. » 
 
 
Tail lâcha prise sous la surprise. 
 
 
« Tu veux dire que Garence est la fée renarde ? Bon sang, je n’arrive pas à y croire… 
 
 
-Tu l’as connait ? 
 
 
-Oui, c’est une amie de ma sœur… 
 
 
-Elle ne l’a pas dit pourtant. » 
 
 
Tail rigola en voyant la tête ahurie de Zoé. 
 
 
« Elle a une timidité maladive… Mais attends, je viens d’y penser… Pourquoi elle m’a embrassé ?! » 
 
 
Tail était d’un coup rouge, il venait de se faire embrasser par la meilleure amie de sa sœur. Lied s’approcha d’eux, l’air intelligent. 
 
 
« Je vais vous expliquer, même si Zoé est au courante bien entendu. La fée renarde est une créature capable de manipuler les âmes, qu’elles soient humaines ou autre. Elle peut les apaiser, leur rendre la joie de vivre ou dans ce cas précis remettre l’âme dans son corps. C’est elle qui s’occupe principalement de la nature de la ville. 
 
 
-Si tu en sais autant sur elle, alors pourquoi tu ne savais pas où elle se trouvait ? 
 
 
-Car cette fille se fait aussi discrète que les phénix lumineux. 
 
 
-… 
 
 
-… » 
 
 
Tail et Zoé avaient du manquer un épisode, car ils ne comprenaient pas la comparaison. Lied avait oublié qu’ils ne savaient pratiquement rien sur les créatures imaginaires. 
 
 
« Lied ! Utilises des mots compréhensibles, car là tu parles chinois en ce moment. Comment ils peuvent te comprendre s’ils ne savent pas ce qu’est un phénix lumineux ! 
 
 
-Ah oui ! Alors oublions ça, je pensais que ça pourrait mettre une touche d’humour. Désolé. Cass’têt me reprend toujours… Enfin bref, le plus important c’est que vous êtes sains et saufs. 
 
 
-Oui, c’est le plus important. 
 
 
-Maintenant j’ai repris mon corps, je vais pouvoir te dire quelque chose de vive voix. » 
 
 
Tail se rapprocha de Lied avec sérieux qui inquiéta l’elfe, mais cet air sérieux fut bref car un sourire le suivit. 
 
 
« Je ne crois pas une seule seconde que Yuna est capable de modifier l’esprit des gens ! Je suis certains que vous existez depuis votre naissance. Et je vous le prouverais. » 
 
 
Il avait dit tout cela avec éloquence et fierté. Lied éclata de rire, ce garçon qu’il ne connaissait qu’à travers Zoé était vraiment drôle. 
 
 
« Si tu t’en crois capable de démolir nos théories, alors je ne peux qu’être avec toi. 
 
 
-Je ne serais pas seul. Cette fille présente… » 
 
 
Il désigna vivement du doigt Zoé qui fut stupéfaite. 
 
 
« Sera celle qui trouvera la solution.  
 
 
-…  
 
 
-Tu ne venais pas de dire à l’instant que tu allais me prouver que j’étais dans le faux. 
 
 
-J’étais pas sérieux. Je ne suis pas assez fou pour rejoindre le club de Yuna. 
 
 
-Mais tu n’auras pas le choix, toi et moi devons y aller. C’est la moindre des choses pour ce qu’elle a fait. 
 
 
-Je la remercierais, mais après c’est tout. 
 
 
-Crois-tu vraiment, qu’elle va se contenter que de ça ? » 
 
 
Zoé réussi à semer le doute dans l’esprit de Tail mais il n’eut pas le temps de réfléchir car quelqu’un déboula dans la pièce. C’était sa sœur. 
 
 
« Euh… Tail tu es debout ? » 
 
 
Elle dévisagea le garçon, puis les larmes aux yeux se jeta sur son frère, chose qu’elle n’avait jamais fait jusqu’à maintenant. Mais elle n’était pas seule, toute sa famille était là. Son frère et son père se joignirent à la partie, écrasant le pauvre convalescent. Sa mère failli tomber de soulagement, mais Lied la rattrapa. Lui et Zoé étaient touchés par cette scène et prirent la décision de les laisser seul. 
 
 
« Merci Lied. 
 
 
-Tu n’as pas à me remercier, je n’avais pas envie de vous voir disparaître. Vous êtes les seuls humains à savoir pour mon existence en tant qu’elfe, et je suis content. 
 
 
-Lied, Zoé attendez ! » 
 
 
Tail déboula sur eux, mit ses bras autour de leur cou. 
 
 
« Merci encore !  
 
 
- Lâches-nous ! 
 
 
-Fous nous la paix, crétin ! » 
 
 
Lied et Zoé réussirent à se défèrent de la prise et laissèrent l’adolescent montrer sa joie avec sa famille. 
 
 






  
 
 
EPILOGUE 
 
 
  
 
 
  
 
 
Après quelques examens, les médecins avaient conclus que Tail était en pleine forme et qu’il pouvait sortir. Cette nouvelle enchanta sa famille, dont les retrouvailles avaient été larmoyantes pour son petit frère et sa mère. Son père n’avait certes pas pleuré, mais s’était quand même jeté sur lui. Sa sœur l’avait fait aussi, même si elle s’était reprise juste après. Tail était vraiment heureux d’avoir retrouvé sa famille. Se sentir dans un lieu familier, garder ses pensées secrètes et pouvoir mouvoir son corps lui avaient manqués. 
 
 
De plus, il avait réussi à apprécier Zoé qui n’était pas si dure avec lui qu’elle ne le laissait paraître. 
 
 
Son père avait décidé de fêter tout ça dans un restaurant. Tail et sa sœur pouvaient inviter un de leurs amis. L’adolescent, saisissant cette chance, supplia sa sœur pour inviter Garence. 
 
 
« Pourquoi ? Tu craques pour elle ? 
 
 
-Peut être bien. 
 
 
-Abruti. 
 
 
-Je plaisante, mais invites là s’il te plait, je dois la remercier pour quelque chose qu’elle m’a faite. 
 
 
-Je ne vais pas te demander ce qu’elle t’a fait. De toute façon j’allais l’inviter, ça serait un comble de ne pas inviter sa meilleure amie quand même. » 
 
 
Tail avait invité Sylvain aussi qui avait juste répondu par un « OK ». Ce qui fit qu’une fois ensemble, Sylvain se rua sur son ami. 
 
 
« Tail ! Tu es vivant ! Dieu merci ! » 
 
 
Les gens autour d’eux riaient en voyant l’adolescent prendre Tail par le coup en train de coller sa tête contre la sienne avec un sourire rayonnant. 
 
 
« Syl-Sylvain, lâches moi. Tu m’étouffes. 
 
 
-Oh pardon ! Ca serait bête que tu doives revenir à l’hôpital juste après en être sortit. » 
 
 
Il rigola joyeusement et lui donna une tape dans le dos avec amitié. Tail avait reprit son souffle et dévisagea son ami qui saluait sa famille, toujours avec le sourire. Comme à son habitude, il faisait semblant de jouer la comédie pour ne pas laisser découvrir ses sentiments.  
 
 
La bonne humeur de Tail augmenta d’un cran lorsqu’il aperçut Garence se diriger vers eux. Sans un mot, il se précipita vers elle et joignit ses mains aux siennes. 
 
 
« Merci infiniment Garence ! 
 
 
-Ah euh… de quoi ? 
 
 
-Fais pas l’innocente, c’était toi qui m’a embrassé et qui m’… 
 
 
-DE QUOI ?! » 
 
 
Une voix suraiguë glaça le sang de Tail. Sa sœur avait entendu la conversation. Garence était devenue écarlate lorsque le garçon lui avait rappelé ça. 
 
 
« Comment ça Garence t’a embrassé ?! Arrêtes de rêver un peu ! Jamais elle ne ferait une chose pareille, surtout à toi ! N’est ce pas Garence ? » 
 
 
Son amie hocha la tête, toujours embarrassée, elle jeta un regard suppliant à Tail pour lui faire comprendre de ne pas continuer. Le garçon lui fit un clin d’œil qu’elle accueillit avec un petit sourire gêné. Sa sœur par contre, continuait de le fusiller du regard. 
 
 
« Tu en fais des rêves dis donc mon ami. 
 
 
-Si tu savais tout ce que j’ai fait comme rêve Sylvain. 
 
 
-Tu as toute la soirée pour me les raconter. » 
 
 
Il amena Tail dans le restaurant, discutant des dernières nouvelles au lycée tandis que Garence écoutait son amie sur les théories de l’âme des plantes. Une belle soirée s’annonçait en perspective… 
 
 
« Tail, mon chérie, t’aurais pu inviter la jeune fille qui a appelé l’ambulance quand même… 
 
 
-J’ai complètement oublié maman. 
 
 
-Dommage pour toi, tu aurais pu avoir un repas en amoureux. 
 
 
-Arrêtes Sylvain ! 
 
 
-Racontes moi un peu tout ça tiens, en tant que père je suis intéressé. 
 
 
-Pas de problème Monsieur. » 
 
 
Pendant ce temps là, Zoé était occupé à continuer son costume. Elle parlait en même temps à Chloé et marmonna des remarques sur Tail. 
 
 
« Franchement… Qu’est ce qui lui a pris à ce crétin de me prendre dans ses bras en criant « Merci ! » comme un damné ? Ca ne va pas bien dans sa tête ou quoi ? » 
 
 
Son portable vibra et un message s’afficha : 
 
 
« Alors Tail est réveillé ! C’est super comme nouvelle ! 
 
 
-Super comme nouvelle ? Tu plaisantes, j’espère ? Je vais devoir le supporter ! 
 
 
-Arrêtes de faire la fille qui le déteste, je suis certaine que tu l’apprécies un petit peu… 
 
 
-Pas du tout ! » 
 
 
Zoé se repassa la scène de l’hôpital et malheureusement la scène où Garence avait pris l’âme de Tail dans son corps. Elle devint rouge. 
 
 
« B-Bon sang ! Ces deux là m’en auront fait voir de toutes les couleurs, même si je sais que Garence n’avait pas le choix et que Tail avait fait ça juste pour me remercier. Ca me remue le cœur. » 
 
 
Elle se souvint aussi de la promenade en vélo et envoya un message à Chloé. 
 
 
« Ca te dirais de dormir chez moi demain ? » 
 
 
Dix secondes plus tard. 
 
 
« Ah ouais ! On pourra refaire un tour au lac ! Ca faisait longtemps qu’on ne l’avait plus fait ! 
 
 
-Tu l’as dit, alors prépares tes affaires ! 
 
 
-Je suis déjà en train de les préparer là. » 
 
 
Zoé rigola, Chloé était vraiment une impatiente, même si peu de personnes le savaient. De nouveau, son portable vibra. 
 
 
« Je vais me coucher, bonne nuit. 
 
 
-Bonne nuit à demain. 
 
 
-Surtout ne pense pas à Tail. 
 
 
-Crétine va ! » 
 
 
Elle referma son portable irritée. Chloé avait aussi cette manie de la taquiner avec ça. Avant, cela ne lui faisait pas beaucoup d’effets, mais maintenant ça l’agaçait ferme. Il était vrai que ces deux jours avec Tail, lui avaient appris à le connaitre mieux et à moins le détester. Mais il restait le même crétin qu’il était avant. 
 
 
Elle aussi alla se coucher et remarqua que c’était rudement devenu calme. 
 
 
« Ah oui, je n’entends plus ses pensées. C’est pour ça que c’est tellement silencieux… » 
 
 
Elle ferma les yeux avec un sourire. 
 
 
Même si leur esprit était séparé ils avaient pensés tout les deux à la même chose, leur lapin en peluche était enfermé dans un coffre et la clé, cachée quelque part. 
 
 
  
 
 
Si les deux rescapés dormaient, la responsable de tout ce bazar était encore en chasse. Elle se baladait près de l’église. 
 
 
« A ce qui parait la diablesse dragonne se trouve quelque part ici. » 
 
 
Elle grimpa vers le clocher à l’aide d’une échelle qui trainait par là. 
 
 
« Foi de Yuna, je trouverais ces créatures imaginaires. En plus j’ai deux nouveaux membres dans le groupe, ça sera plus facile ! C’est sur que ça va être fun ! » 
 
 
Une voix confiante atteignit les cieux avec espoir de voir son souhait exaucer. Qu’elle était la Déesse de l’Imagination importait peu pour dire vrai… Pour elle, l’elfe épéiste, la fée renarde, la diablesse dragonne, existait depuis que le présent avait un futur ou  un passé ! 
 
 



Voilà voilà ^^
J'espères vraiment que vous apprécierez la lecture ^^
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:52 (2016)    Sujet du message: La Déesse de l'Imagination

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum -> Partie Art -> Textes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com