Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum
Apprendre à dessiner ensemble!
Apprend à dessiner et à créer un manga grâce à la communauté du blog http://draw.eklablog.com qui te propose concours, tutoriaux et articles marrants ou sérieux. Attention, si t'es pas déjà inscrit: Un chou unijambiste risque de venir te voler ton goûter!
 
Apprendre à dessiner ensemble! Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Victime ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum -> Partie Art -> Textes
Sujet précédent :: Sujet suivant  

cette histoire est...
génial!
16%
 16%  [ 1 ]
bien
16%
 16%  [ 1 ]
peux mieux faire
0%
 0%  [ 0 ]
psycologique
66%
 66%  [ 4 ]
nulle
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 6

Auteur Message
enilorak
Plume grandissante

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2011
Messages: 285
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Ven 20 Mai - 15:34 (2011)    Sujet du message: Victime Répondre en citant

J'ai un petit problème à vous soumettre:

J'ai écris un début de fiction et je suis pas sur qu'elle soit valable pourtant l'histoire sur lequelle la fiction est basé est une de mes meilleur en matière originalité.
Donc dites moi ce que vous en pensez (si vous avez le temps).

introduction:
Fashion victime 


Les bruits résonnent dans ma tête je ne sais pas ou je suis. des gens s’agitent autour de moi. Je suis incapable de bouger. J’aimerai ouvrir mes paupières mais aucun de mes membres ne réagissent a mes appelles je reste muette malgré tout mes efforts mentaux pour appeler quelqu’un, n’importe qui mais quelqu’un. Pourtant je ne suis pas inquiète je reste la allongé je ne sais où, j'attends simplement, le temps n’a plus de limites. Je cherche tout de même à comprendre se qui m’arrive. Je commence à percevoir les sons alors je reste attentive. Au début je ne distingue pas la façon de parler des personnes près de mon corps immobile puis je deviens ouïe pure, l’essence même de l’écoute. Plusieurs personnes parlent, mes seulement deux sont assez poche pour que je puisse distinguer leurs paroles. Et je devine leur sujet de conversation :« _ Oh mon dieu quelle age a-t-elle, dit une voix de femme._15 ans je crois, pas de tant à perdre il faut opérer._c’est bon l’équipe est prête._ Kelly menden accident de circulation, traumatisme crânien, multiple fracture et hémorragie interne et externe. »Si j’avais pu pleurer je l’aurais fais. J’allais simplement mourir, rien que ça. J’aurais voulut voir ma vie défilée dans ma tête, rien que les moment heureux, mais je ne sentit qu’un vide. Je ne pouvais appeler au secours, je ne me battais même plus, j’entendais de moins en moins bien que des effleurements sonore. Bientôt le peu de conscience qui me restais disparu, peut être était on en train de m’opérer, peut être étais je morte. Dans le peu de raison qui me restais je me mis à supplier un dieu en qui je n’avait aucune foie, je supplier la vie de me laisser encore une chance je promis même de changer de réparer mes fautes. Dans mes moments de délires je me rendis que compte que ma vie avez était remplis avec bien trop de chose futile. Je voulais continuer à vivre même si je devais souffrir. Mes promesses me paraissaient infime en vu de ce que je demandais : personne n’était immortelle. Maintenant je me mis à regretter de ne pas avoir assez profité de mon existence qui m’avais paru jusque la bien ordinaire et naturelle mais je regretté de ne pas avoir dégusté chaque seconde car maintenant je risqué de tout perdre. Pourquoi tout devait ce finir ainsi ? De quoi étais je rendu coupable ? je pourrais m’excuser milles fois que cela ne servirait à rien . J’étais complètement assommé, et dire que quelques heures plutôt je sortais de mon lycée un sourire aux lèvres. En rentrant chez moi j’ai embrassé ma mère, pour la dernière fois peut être, puis fièrement j’ai brandit une copie de l’un de mes contrôles ou mon professeur avait noté en grosses lettres rouges toutes ses félicitations.
Si j’avais pu utiliser un autre sens que l’ouïe, j’aurais sentis un goût amère dans la bouche, une saveur assez aigre pour me provoquer un rictus mais il n’en fut rien. Je croyais que dans ce genre de cas on souffrait beaucoup. Mais je ne ressentais rien de désagréable puisque je ne ressentais rien. D’ailleurs je n’avais rien d’autre à faire que penser, même si je n’arrivais à me concentrer sur une idée, j’étais dérangé par ma situation. Comme si mon corps était détaché de mes pensées. J’eus la vision d’un corps inerte et pâle, soudain un esprit opaque en sortit et s’éleva lentement vers les cieux. Puis je pris conscience que je mourrais, à cette idée je ne ressentis aucune peur, se qui me conforta dans l’idée que ma vie quittait mon pauvre corps. Je ne voulais pas savoir ce qu’il y avait après la mort, j’avais plein d’autre chose à vivre avant d’en arriver la. Mon triste sort me fit ressentir de la pitié pour moi-même, je décris de la pitié sans émotion, puisque je suis à l’état d’un légume. Je pris même le temps de faire comme dans les films, je voulais revoir les moments important de ma vie avant de mourir. Plus j’y pensais plus je me rendais compte qu’aucun moment de mon existence ne m’avais particulièrement marqué, triste vie qui s’en va. Je ne devais rien regretter mais pourtant je ne pouvais pas, l’instinct de survie sûrement ou simplement de l’entêtement. Finalement je sombrais dans l’inconscience la plus totale, mourir si jeune, s’en était presque ridicule. Puis avant de ne plus pouvoir pensait je me disais que je rêvais sûrement puisque je ne me rappelais de rien avant de me retrouver dans cette étrange état mais a peine cette idée m’a effleuré l’esprit que je me plongeais dans l’inconscience la plus totale peut être bien que finalement j’étais en train de mourir et que je ne pouvais plus rien y faire.

 

 
 
Je ne pense pas pouvoir l'adapter en bd car les sentiments humains dessinés ne sont pas facile à faire comprendre.


Chapitre 1:

 
 
Je me suis réveillée un samedi matin, vers six heures. Le soleil peinait à se lever.

Je ne me rappelais plus de rien, évidemment. Mais, quand je battis des paupières, j’ai su que je venais de re-échapper d’un bien sombre destin. Tout d’abord; un flot de pensées m’assaillit. Puis je compris que j’étais dans une chambre d’hôpital. Très petite. J’eus un choc supplémentaire en voyant qu’un appareil m’aidait à respirer.
J’eus carrément peur quand je me suis dis que m’a vie dépendait presque d’un tas de plastique assemblé avec un moteur électrique. Je vis aussi des petites électrodes me parcourant le buste.
Je faillis presque tourner de l’œil quand je vis une aiguille plantée dans une de mes veines - qui était reliée à une poche me distribuant des nutriments.

Les rumeurs étaient donc vrais, les chambres d’hôpitaux sont vraiment affreuses.



Tout était blanc dans la pièce. Le papier peint était décollé par endroits. On trouvait également une petite table de nuit avec un bouquet de fleurs, puis; au fond de la chambre, il y avait une simple armoire. Par la fenêtre il y avait un ciel gris qui semblait assez pesant et moite de chaleur. Ce qui paraissait plutôt étonnant pour un plein mois d’avril.
A peine m’étais-je réveillée que j’analysais déjà mon environnement comme une vulgaire machine. Je n’étais même pas choquée de me retrouver dans une chambre d’hôpital. A vrai dire je savais qu’un jour ça m’arriverait.


Une infirmière entra dans ma chambre et poussa un cri de surprise quand elle me vit les yeux grand ouverts. La scrutant d’un air lasse.
Elle appela un médecin en toute urgence, ce dernier pris mon poux, ma tension, et fit plein d’autres tests dont je me souciais guère car mon regard ce perdait déjà à travers ma vielle fenêtre. Puis il jugea bon de me retirer mon appareil respiratoire. Je me forçais à inspirer comme pour la première fois. J’eus un peu de mal puis l’instinct reprit le dessus et ma respiration fut plus régulière.
Le médecin s’assit à mon chevet avec un sourire rassurant que je vis à peine car mon regard était toujours envoûté par le paysage extérieur. Il me demanda comment je me sentais, en toute formalité.
Je ne dis rien.



Il posait sûrement cette question à des centaines de malades dans la journée, dont certains revenaient d’un dur combat.
Comment peut on aller bien dans de pareilles circonstances ? Cette question est des plus offensantes et stupide. Je n’eus même pas le respect de me tourner vers lui alors qu’il continuait de me parler. Tout ses mots, tous les mots de l’univers ne pourraient formuler mon état d’esprit en cet instant. Malgré moi, je ne pus retenir une larme qui coula le long de ma joue, chatouilleuse et cruelle par ça lenteur.
J’aurais voulut demander à ce médecin si il connaissait la mort. S'il savait ce que c’était de ce retrouver face à elle. Car maintenant, les souvenirs de ce terrible moment remontaient dans mes pensées et s’écoulaient le long de mes joues; maintenant humides de larmes.
Le chirurgien tenta de me réconforter en me disant que je me sentais bizarre a cause du choc émotionnel. Peut être, peut être pas. Cela revenais à la même situation, c'est si tourmentant.
Je venais d’avoir quinze ans, et je venais de me confronter à la mort. Ce jeu ne me plaisait pas, je me sentais très mal, un poids immense m’appuyait le thorax d’une pression insupportable. L’infirmière sortit de la chambre, inquiète. Vu son jeune âge; elle devait avoir finit ses études il y a quelques jours seulement. Décidément, pour l’une de ses premières patientes, je n’étais pas un cadeau. Le médecin se plaça quant à lui devant la fenêtre pour me forcer à l’écouter.

Cela m’énervait d’autant plus car je voulais rester seule.
Je n’allait pas bien et je n’avait pas envie qu’on me le rappelle. Et, comme pour m’affliger encore plus, le médecin me dit d’une voix rassurante qui me faisait horreur :
« - L’infirmière est aller prévenir tes parents de ton réveil, ils ne vont pas tarder. »

Il se dirigea vers la porte, les mains dans les poches de sa blouse blanche, caractéristique du corps médical :
« - Si tu as besoin de quelque chose, appuis sur le bouton rouge à ta gauche. » 

 
voila la suite du chapitre: 
 
 
Il referma la porte doucement et j’entendis ses pas s’éloigner dans le couloir. J'entrepris de continuer mon exploration de la vue de la chambre.
Un pauvre arbre trônait dans la cours de l’hôpital. Des bancs étaient dispersés ça et là. De pauvres malades déambulaient aux bras de l’un de leurs proches tandis que d’autre étaient accompagnés par des infirmières. J’aurais voulu sauter par la fenêtre et m’enfuir à toutes jambes de ce cauchemar.
Cet hôpital me répugnait. Tout me paraissait froid et en mauvais état. Comme les patients.

Ce qui me paraissait étrange, c’est que je me rappelais de tout; même un peu de l’accident. Je croyais que, pendant le coma, seul le subconscient restait eveillé. Alors pourquoi est-ce que je me rappelais du moindre détail ?
Soudain j’eu l’envie d’aller à la fenêtre pour respirer un bon bol d’air frais. C’est là que je réalisais que je ne pouvais pas. Au début je ne compris pas, je me redressais dans mon lit comme pour m’asseoir mais l’un de mes bras était dans un plâtre. Quand à l’autre, un grand bandage le recouvrait sur mon avant bras. Je commençais a m’inquiéter et, de peur de deviner ce qui était advenu de mes bras, je continuais l’inspection de mon corps endolori.
Je vis aussi sur mon flan gauche un autre bandage, beaucoup plus conséquent que celui qui entourait mon bras droit. Je me surpris à constater que j’avais perdu beaucoup de poids car mes côtes saillaient sous la peau de mon ventre. Même si le constat présent était affligeant; cela aurait pû être pire. La plupart des graves accidentés finissent en fauteuil roulant. Je me sentais mieux car je n’avais pas mal aux jambes et il n’y avait que quelques bandages sur celles-ci. Au moins mes jambes n’avaient rien eu puisque je ne sentais rien.

...

Je ne sentais rien ?


Puis je compris.
Des sueurs froides me traversaient le corps, des sanglots nerveux me secouaient. Les larmes me remplirent de nouveau les yeux. Je ne voulais plus y penser. Je levais mon bras droit piqué d’une aiguille vers mon visage pour essuyer mes larmes. La perfusion brilla sous les rayons du soleil. Et ma main destinée a se poser sur ma joue, se retrouva sur un bandage humide. Mes doigts tremblant glissèrent vers le sommet de mon crane, comme s’ils voulaient trouver refuge dans ma longue chevelure. C’est alors que tout mon corps s’arreta.
J’avais froid, terriblement froid. Mon regard terrorisé resté fixé sur le mur. Il avait surement peur de regarder ailleurs. La réalité me rattrapa trop vite. Mais j’avais peur de constater ce que j’étais devenue. La moitié de mon crâne était recouvert d’un lourd pansement, aussi pesant que mes constas. L’autre partis avait étée rasée. Voila ce que j’étais devenue. Je ne ressemblais plus a rien. Je ne savais même plus quoi penser. Je n’avais plus qu’une envie : me rendormir; retourner dans un profond coma pour ne jamais me réveiller. J’aurais du mourir.
Je suis défigurée et peut être handicapé a vie.


 
 
 

 

_________________
"Les plus désespérés sont les chants les plus beaux"- Musset


Dernière édition par enilorak le Ven 9 Déc - 18:27 (2011); édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 20 Mai - 15:34 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Patate-Powa
Plume grandissante

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2011
Messages: 312
Spécialité: Dessin

MessagePosté le: Mer 25 Mai - 15:45 (2011)    Sujet du message: Victime Répondre en citant

Moi je trouve ça génial,
Le seul truc qui me gêne c'est quand elle dit: "Bientôt le peu de conscience qui me restais disparu, peut être était on en train de m’opérer, peut être étais je morte"
Je pense qu'il aurai plus ça place en fin de texte du genre:"... lettres rouges toutes ses félicitations.Et bientôt le peu de conscience qui me restais disparu, peut être était on en train de m’opérer, peut être étais je morte ....
et si tu voudrais l'adapter en bd ça serait possible mais faudrait que ça soit pour adulte enfin je pense ...
Je ne suis pas un pro en matière de scénario alors voila ... ça se trouve je répond même pas a t'es attente >.<
mais en tout cas je trouve que c'est super continue Nini (  j'ai trouvé un surnom =3) Happy!!
_________________
Toujours se donner à 100% au travail : 12% le lundi, 23% le mardi, 40% le mercredi, 20% le jeudi et 5% le vendredi
Revenir en haut
enilorak
Plume grandissante

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2011
Messages: 285
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Mer 1 Juin - 20:39 (2011)    Sujet du message: Victime Répondre en citant

Détrompe toi patate powa tu es le seul personne qui m'a commenté et en plus ton commentaire est utile: en faite dans la phrase ou elle perd conscience je cherchais à dire qu'elle est de plus en plus assommée avec d'autre mot mais ça reussi pas trop.


Sinon je sais pas si je doit continuer ce texte ou me concentrer sur mes scénarios (d'ailleurs j'en est inventé un aujourd'hui.
_________________
"Les plus désespérés sont les chants les plus beaux"- Musset
Revenir en haut
Heezy D
Plume grandissante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2011
Messages: 212
Spécialité: Dessin

MessagePosté le: Ven 3 Juin - 00:33 (2011)    Sujet du message: Victime Répondre en citant

Me voici de retouuuur =)


Alors... Déjà pas mal de fautes... Ce qui ne rend pas forcément bien ton histoire mais bon on accroche quand même. J'ai  pleuré ... :'(((( C'est trop triste !! Continuue stp :m ! J'ai bien envie de connaître la suite ! ( Moi aussi j'ai eu un traumatisme cranien... C'EST CHAUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUD !!!! )
_________________
Je n'ai plus de bannière pour l'instaaant... ! :'(
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
enilorak
Plume grandissante

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2011
Messages: 285
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Ven 3 Juin - 17:03 (2011)    Sujet du message: Victime Répondre en citant

Ben moi justement j'ai jamais eu de traumatisme crânien.
Mais je voulais me mettre a la place de quelqu'un qui a déjà subit cela.
Je vais essayé de continuer cette histoire vu que je connais assez bien le milieu de l'hôpital.
Merci pour tes encouragements Heezy rien que ça, ça me donne envie de continuer.
Et je vais faire des efforts pour l'orthographe.

Merci.
_________________
"Les plus désespérés sont les chants les plus beaux"- Musset
Revenir en haut
lalex
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juin 2011
Messages: 29
Spécialité: Dessin

MessagePosté le: Lun 13 Juin - 20:43 (2011)    Sujet du message: Victime Répondre en citant

J'ai eu un trauma crânien même une fracture du rocher (os du crane) et franchement, ça fait bizarre mais je me souviens de rien enfin si vite fait de m'être relevé et d'avoir voulu continuer à jouer, de shooter et c'est un trou noir....
Alors peut-être que c'est comme les personnes qui sont dans le coma et se souviennent de truc, moi je ne me souviens d'absolument rien et pourtant je suis restée 2 semaines dans la coma.

Ton histoire est pas mal je trouve, plutôt bonne même. Mais ça reste étrange de se souvenir de ça, tous mes souvenirs d'après mon réveil sont très flous alors je ne sais pas, je ne parle que de mon expérience personnelle. Voilà, en tout cas, bon courage !
_________________
Le dessin représente ce que nous sommes incapables de dire...
Revenir en haut
enilorak
Plume grandissante

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2011
Messages: 285
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Ven 24 Juin - 16:00 (2011)    Sujet du message: Victime Répondre en citant

Voici la suite de l'introduction est le début du premier chapitre.

Si j’avais pu utiliser un autre sens que l’ouïe, j’aurais sentis un goût amère dans la bouche, une saveur assez aigre pour me provoquer un rictus mais il n’en fut rien. Je croyais que dans ce genre de cas on souffrait beaucoup. Mais je ne ressentais rien de désagréable puisque je ne ressentais rien. D’ailleurs je n’avais rien d’autre à faire que penser, même si je n’arrivais à me concentrer sur une idée, j’étais dérangé par ma situation. Comme si mon corps était détaché de mes pensées. J’eus la vision d’un corps inerte et pâle, soudain un esprit opaque en sortit et s’éleva lentement vers les cieux. Puis je pris conscience que je mourrais, à cette idée je ne ressentis aucune peur, se qui me conforta dans l’idée que ma vie quittait mon pauvre corps. Je ne voulais pas savoir ce qu’il y avait après la mort, j’avais plein d’autre chose à vivre avant d’en arriver la. Mon triste sort me fit ressentir de la pitié pour moi-même, je décris de la pitié sans émotion, puisque je suis à l’état d’un légume. Je pris même le temps de faire comme dans les films, je voulais revoir les moments important de ma vie avant de mourir. Plus j’y pensais plus je me rendais compte qu’aucun moment de mon existence ne m’avais particulièrement marqué, triste vie qui s’en va. Je ne devais rien regretter mais pourtant je ne pouvais pas, l’instinct de survie sûrement ou simplement de l’entêtement. Finalement je sombrais dans l’inconscience la plus totale, mourir si jeune, s’en était presque ridicule. Puis avant de ne plus pouvoir pensait je me disais que je rêvais sûrement puisque je ne me rappelais de rien avant de me retrouver dans cette étrange état mais a peine cette idée m’a effleuré l’esprit que je me plongeais dans l’inconscience la plus totale peut être bien que finalement j’étais en train de mourir et que je ne pouvais plus rien y faire.


_________________
"Les plus désespérés sont les chants les plus beaux"- Musset


Dernière édition par enilorak le Sam 5 Nov - 15:25 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Heezy D
Plume grandissante

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2011
Messages: 212
Spécialité: Dessin

MessagePosté le: Mer 29 Juin - 07:48 (2011)    Sujet du message: Victime Répondre en citant

^_^ Le fond de l'histoire à l'air pas mal... Je demande à voir la suite =) 
Mais comme d'habitude^^ De nombreuses fautes d'ortho, de conjugaison, et je crois que j'ai vu une faute de syntaxe en qque part... mais où?


Enfin =) Continue Ma chère :D Enii-san :D Yeah!
_________________
Je n'ai plus de bannière pour l'instaaant... ! :'(
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Yakira
Plume ambitieuse

Hors ligne

Inscrit le: 18 Sep 2010
Messages: 537
Spécialité: Dessin et scénario

MessagePosté le: Sam 2 Juil - 00:09 (2011)    Sujet du message: Victime Répondre en citant

Waw! C'est génial cette histoire! C'est très original! :D Je vais dire comme Heezy, les fautes, mais bon, tout s'arenge! Et quand tu as dit que Kelly ne pouvais plus bouger les jambes, j'en déduis qu'elle devra maintenant se déplacer en chaise-roulante! :( Mais bon, ya un type dans mon école en chaise roulante et la vie continue! Il se marre bien avec ça aussi. -.-

Bon bah continue comme ça! J'veux la suite!! :D
_________________
Revenir en haut
enilorak
Plume grandissante

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2011
Messages: 285
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Sam 5 Nov - 20:59 (2011)    Sujet du message: Victime Répondre en citant

Salut salut je viens de reprendre la suite de mon texte (que j'avais fait il y a 4 mois)
Enfin bref j'ai supprimé le début du premier chapitre parce qu'il était nul et vu que le nouveau sera très long je vais le couper en plusieurs parties pour que ça ne sois pas trop embêtant à lire.
Mais cette fois il n'y auras pas de fautes d'orthographe car j'ai fais appelle a la meilleure correctrice. Hachi! D’ailleurs elle s'est bien embêté a tout corrigé donc bravo a toi Hachi!


Chapitre 1 :




Je me suis réveillée un samedi matin, vers six heures. Le soleil peinait à se lever.

Je ne me rappelais plus de rien, évidemment. Mais, quand je battis des paupières, j’ai su que je venais de re-échapper d’un bien sombre destin. Tout d’abord; un flot de pensées m’assaillit. Puis je compris que j’étais dans une chambre d’hôpital. Très petite. J’eus un choc supplémentaire en voyant qu’un appareil m’aidait à respirer.
J’eus carrément peur quand je me suis dis que m’a vie dépendait presque d’un tas de plastique assemblé avec un moteur électrique. Je vis aussi des petites électrodes me parcourant le buste.
Je faillis presque tourner de l’œil quand je vis une aiguille plantée dans une de mes veines - qui était reliée à une poche me distribuant des nutriments.

Les rumeurs étaient donc vrais, les chambres d’hôpitaux sont vraiment affreuses.



Tout était blanc dans la pièce. Le papier peint était décollé par endroits. On trouvait également une petite table de nuit avec un bouquet de fleurs, puis; au fond de la chambre, il y avait une simple armoire. Par la fenêtre il y avait un ciel gris qui semblait assez pesant et moite de chaleur. Ce qui paraissait plutôt étonnant pour un plein mois d’avril.
A peine m’étais-je réveillée que j’analysais déjà mon environnement comme une vulgaire machine. Je n’étais même pas choquée de me retrouver dans une chambre d’hôpital. A vrai dire je savais qu’un jour ça m’arriverait.


Une infirmière entra dans ma chambre et poussa un cri de surprise quand elle me vit les yeux grand ouverts. La scrutant d’un air lasse.
Elle appela un médecin en toute urgence, ce dernier pris mon poux, ma tension, et fit plein d’autres tests dont je me souciais guère car mon regard ce perdait déjà à travers ma vielle fenêtre. Puis il jugea bon de me retirer mon appareil respiratoire. Je me forçais à inspirer comme pour la première fois. J’eus un peu de mal puis l’instinct reprit le dessus et ma respiration fut plus régulière.
Le médecin s’assit à mon chevet avec un sourire rassurant que je vis à peine car mon regard était toujours envoûté par le paysage extérieur. Il me demanda comment je me sentais, en toute formalité.
Je ne dis rien.



Il posait sûrement cette question à des centaines de malades dans la journée, dont certains revenaient d’un dur combat.
Comment peut on aller bien dans de pareilles circonstances ? Cette question est des plus offensantes et stupide. Je n’eus même pas le respect de me tourner vers lui alors qu’il continuait de me parler. Tout ses mots, tous les mots de l’univers ne pourraient formuler mon état d’esprit en cet instant. Malgré moi, je ne pus retenir une larme qui coula le long de ma joue, chatouilleuse et cruelle par ça lenteur.
J’aurais voulut demander à ce médecin si il connaissait la mort. S'il savait ce que c’était de ce retrouver face à elle. Car maintenant, les souvenirs de ce terrible moment remontaient dans mes pensées et s’écoulaient le long de mes joues; maintenant humides de larmes.
Le chirurgien tenta de me réconforter en me disant que je me sentais bizarre a cause du choc émotionnel. Peut être, peut être pas. Cela revenais à la même situation, c'est si tourmentant.
Je venais d’avoir quinze ans, et je venais de me confronter à la mort. Ce jeu ne me plaisait pas, je me sentais très mal, un poids immense m’appuyait le thorax d’une pression insupportable. L’infirmière sortit de la chambre, inquiète. Vu son jeune âge; elle devait avoir finit ses études il y a quelques jours seulement. Décidément, pour l’une de ses premières patientes, je n’étais pas un cadeau. Le médecin se plaça quant à lui devant la fenêtre pour me forcer à l’écouter.

Cela m’énervait d’autant plus car je voulais rester seule.
Je n’allait pas bien et je n’avait pas envie qu’on me le rappelle. Et, comme pour m’affliger encore plus, le médecin me dit d’une voix rassurante qui me faisait horreur :
« - L’infirmière est aller prévenir tes parents de ton réveil, ils ne vont pas tarder. »

Il se dirigea vers la porte, les mains dans les poches de sa blouse blanche, caractéristique du corps médical :
« - Si tu as besoin de quelque chose, appuis sur le bouton rouge à ta gauche. »



voila voila^^

Laissez une critique!


_________________
"Les plus désespérés sont les chants les plus beaux"- Musset
Revenir en haut
sebast20
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2011
Messages: 739
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Ven 11 Nov - 19:23 (2011)    Sujet du message: Victime Répondre en citant

Salut, salut^^

Alors commençons^^
Je trouve ce premier chapitre très bien, très psychologique tout ça^^
Tu décris bien les émotions du personnage, et tu met en place un univers pesant et monotone, la chambre pratiquement vide et les nuages gris, mettent une ambiance qui correspondent bien à l'esprit du personnage à ce moment.
Voilà, sorry c'est out ce que je peux dire^^

P.S: Les chambres d'hopital sont vraiment affreuse. Tout a fait raison, sauf quand tu partage ta chambre avec des mecs turbulents Gwahahaha
J'attend de voir la suite^^
Alors faisons le officiellement : LLLLLLAAAAAAAAAAA SSSSSUUUUIIIIIIIIIIITTTTEEEEEEEEE !!!!! Yess!
Revenir en haut
mokham
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2011
Messages: 709
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Sam 12 Nov - 11:21 (2011)    Sujet du message: Victime Répondre en citant

voila , je peux pas très bien juger cette histoire vu qu'il y a qu'une partie introductive du chapitre 01 . mais je dirai que t'a façon de présenter l'histoire est remarquable Yeah! , on imagine facilement les scènes et on arrive à ressentir les pensés du personnage.
pour le temps de récit j'espère que par la suite ça sera au présent pour mieux plonger dans ton histoire. le temps de récit de cette partie correspond parfaitement vu que c'est le personnages qui raconte l'histoire.
j'aime les histoires psychologique dosé d'un univers sombre( j'espère qu'il y aura des raison pour cette accident et que ce n'est pas une histoire qui raconte seulement la souffrance d'un patient qui a eu un accident ). j'ai hâte de voir la suite.
bonne chance ^^
_________________
Revenir en haut
enilorak
Plume grandissante

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2011
Messages: 285
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Ven 9 Déc - 18:37 (2011)    Sujet du message: Victime Répondre en citant

Merci pour vos commentaires ^^

Oui tu as raison sébast les chambres d'hopitaux sont affreuses, mais je ne pense pas que l'héroine restera seule très longtemps dans sa chambre.

Après pour te répondre mokham, l'idée de l'histoire au départ et de raconter l'histoire d'une fille qui ce bat toute sa vie, donc a mon tour de poser une question est ce qu'il est utile d'avoir une raison pour tout perdre du jour au lendemain? ce qui est fait est fait, et elle doit apprendre a vivre avec, mais qui en ai réellement capable? 

C'est bizarre de ce demander qu'est que l'on ferait si on était a sa place!

Sinon voila j'ai posté la suite et j'ai tout mis dans le premier post et j'attends vos critiques!
_________________
"Les plus désespérés sont les chants les plus beaux"- Musset
Revenir en haut
ellia
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2011
Messages: 1 332
Spécialité: Dessin
Membre du Mois

MessagePosté le: Lun 12 Déc - 19:06 (2011)    Sujet du message: Victime Répondre en citant

J'ai lu l'intro et je poste tout de suite, j'éditerai au fur et à mesure de ma progression.
J'aime bien le sujet, et comme d'habitude les émotions sont très bien peintes. Il y a cependant pas mal da fautes d'orthographe, et c'est le plus gros défaut.
Ensuite, pense à aérer un peu les paragraphes et les paroles des médecins. Tout s’enchaine, on a un peu de mal à suivre.
Laisse nous le temps de respirer un peu...


Chapitre un.
L'analyse que ton personnage fait de son environnement et des gens qui l'entourent est excellente. Il y a quelques répétitions (notamment deux "il y avait") et certaines tournures de phrases, mais c'est normal, hein, sont encore une fois un peu maladroite.
Il se dégage une réelle impression de solitude et de lassitude de ton texte. Mélancolique à souhait...

Partie 2
Là, il y a un petit problème. On ne comprend pas bien qu'elle regarde par la fenêtre depuis sont lit. Alors quand elle dit vouloir se lever pour y aller... Quelques répétitions, encore (les pauvres malades et le pauvre arbre), et une mise en page étrange. Mais de jolies figures de style, un bon rythme et une très bonne ambiance (je veux dire par là qu'elle cadre bien avec le sujet, pas qu'elle donne envie de danser...)

Continue!
_________________
"J'étais du mauvais côté du flingue, mais du bon côté de la pelle"
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
sebast20
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2011
Messages: 739
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Lun 12 Déc - 19:29 (2011)    Sujet du message: Victime Répondre en citant

Une suite comment dire .... Warrgh..

Tu ne fais pas de cadeaux à l'héroine cela se voit^^ En tout cas c'est toujours aussi bien, les reflexions psychologiques et la description^^ Et surtout c'est facile à lire, c'est entrainant^^
Encore heureux que ça ne te donne pas envie ed danser ellia^^

Continu, continu et continu Yess!
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:39 (2016)    Sujet du message: Victime

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum -> Partie Art -> Textes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com