Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum
Apprendre à dessiner ensemble!
Apprend à dessiner et à créer un manga grâce à la communauté du blog http://draw.eklablog.com qui te propose concours, tutoriaux et articles marrants ou sérieux. Attention, si t'es pas déjà inscrit: Un chou unijambiste risque de venir te voler ton goûter!
 
Apprendre à dessiner ensemble! Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Spirit of the Moon ::
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum -> Partie Art -> Textes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aoi
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2011
Messages: 863
Spécialité: Scénario
Gagnant Dessin du Forum

MessagePosté le: Dim 2 Oct - 11:37 (2011)    Sujet du message: Spirit of the Moon Répondre en citant

Bon, alors, Erane a dit, en general ce que je voulais dire.
Pour les descriptions, j'arriverais pas a expliquer...
J'ai encore trouvé des erreurs! (mechante!! >.<) Quand tu ecris une phrase, par exemple "Bonjour Lena. dit Anne.Tu as bien dormis?" Ce que je voudrais dire, c'est que ca devrait etre tourné comme cace serait plus
: "Bonjour Lena; dit Anne, tu as bien dormit?"
Tu comprends?
_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 2 Oct - 11:37 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
sebast20
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2011
Messages: 739
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Dim 2 Oct - 12:06 (2011)    Sujet du message: Spirit of the Moon Répondre en citant

Oui je comprends ce que tu veux dire^^
Bon voila le chapitre NORMALEMENT améliorer
Le soleil commençait à se lever doucement dans la ville de Milio. A l’extérieure de la ville se trouvait un orphelinat à l’apparence pittoresque, situé sur une colline au bord de la ville, on pouvait y voir un trou sur le toit et  les fenêtres étaient encore fermés sauf une au dernier étage. Dans une des chambres du premier étage se trouvait un jeune garçon qui dormait paisiblement, les doux rayons du soleil lui caressaient son visage de leur tendre chaleur. Tout était calme, pas étonnant il était très tôt. Soudain, quelqu’un frappa à la porte de la chambre qui rompit le silence, et le jeune garçon se réveilla brutalement. Une voix se fit entendre en dehors de la chambre :
-Debout ! Réveilles toi, il est l’heure de préparer le petit déjeuner !
-Ooouuuuaaaiis. bailla le jeune garçon.
Le jeune garçon commença à s’habiller lentement, il devrait être plus actif cela fais onze ans qu’il se lève toujours à la même heure, mais il aime bien faire les choses à son rythme c'est-à-dire, très lentement. Sa chambre était aussi bien rangée qu’un placard, mais cependant on pouvait apercevoir des photos, une des photos montrait un jeune garçon grand, élancé avec des cheveux en batailles d’un bel orangé, il regardait en face de lui avec son œil gauche qui était vert clair et l’autre œil d’un bleu étincelant. A côté de lui se dressait une jeune fille un peu plus petite que lui, elle avait de longs cheveux bleus comme du cristal, ses yeux étaient bleus comme l’azur, et elle avait un visage souriant, cette fille s’appelait  Rosie, c’était la meilleure amie du jeune garçon.
Le garçon qui était enfin habillé descendit les escaliers mais …
-Zut ! s’écria t il en dévalant les escaliers, il avait encore manqué une marche et se cogna par terre. Aïe aïe aïe. se plaigna t il en se grattant la tête.
Mais visiblement il n’avait rien de cassé, car il se dirigea vers la cuisine et commença à préparer le petit-déjeuner. A peine qu’il commençait à préparer les ustensiles, qu’une personne entra dans la cuisine et s’arrêta derrière lui. Le jeune garçon se tourna et se trouva face à une femme à l’air sévère, elle était grande, ses cheveux blonds étaient attachés en chignon, son nez était aquilin. C’était Anne Hildgarde.
-Ah, enfin te voilà ! Il était temps, et puis c’était quoi se bruit dans les escaliers ? demanda t elle. Mais le garçon n’eut pas le temps de répondre car elle ajouta : Laisse moi deviner… Je parie que tu es tombé encore une fois dans les escaliers comme d’habitude.
-Euh … Oui. répondit celui-ci mal à l’aise.
-Bonjour tout le monde. dit une jeune fille en robe de chambre qui venait de s’asseoir.
-Bonjour Lena, dit  Anne, tu as bien dormi ?
-Apparemment oui, regarde ses cheveux on dirait une folle. ricana le garçon.
-Très drôle Denis. Peut-être que j’ai l’air d’une  folle, mais au moins je ne tombe pas des escaliers à chaque fois, rétorqua t elle, je t’ai entendu.
-Elle n’a pas tord, c’est vrai que  tu es vraiment maladroit et ça ne s’arrange pas au fil des années. lui fit remarquer Anne.
-Et alors, je n’y peux rien c’est comme ça, peut-être qu’un de mes parents était maladroit et que j’en ai hérité. Dit-il d’un air vague.
-Hum… Peut-être, mais bon, il y a plus important regarde ce que tu fais. lui dit Anne en regardant  la poêle qui commençait à s’enflammer.
-Ah ! Zut ! hurla Denis en éteignant le feu. C’est de votre faute, vous m’avez déconcentré. Leur reprocha t il.
-Mais oui, mais oui, dit Lena qui n’en croyait de toute évidence pas un mot, dépêche toi s’il te plait, j’ai vraiment faim.
-Tu as toujours faim, tu es vraiment un estomac sur patte, ce qui est bizarre pour une fille si obsédée par son apparence. Et d’ailleurs, si je suis tellement maladroit, pourquoi c’est moi qui dois m’occuper tout les jours des repas ? Vous n’avez pas peur que j’explose la maison ?
-Premièrement, parce que tu cuisine bien et deuxièmement si ça explose  Tyler et Ken seront les premiers au courant, puisque leur chambre est juste au dessus. dit Lena.
-Ah oui ! Ils dorment encore ces deux la, je vais aller les réveiller. dit Anne.
Elle monta les escaliers et deux minutes après Denis et Lena entendirent un Boum. Comme à son habitude Anne a utilisé la force pour les réveiller. Elle revint juste après accompagnée de deux adolescents qui avaient l’air à moitiés endormis et à moitiés sonnés avec une bosse qui commençait à se former sur leur tête. Cela ne leur fait pas plus d’effets que ça, pensa Denis, moi ça fais onze ans que je suis ici, et j’ai toujours évité de me faire réveiller par Anne, une fois m’a suffit amplement.
-Denis ! dit Anne, qui coupa celui-ci dans ses pensées. Tu attends quoi pour servir le petit-déjeuner ?
-Désolé, voilà le petit-déjeuner. dit celui-ci.
-Merci beaucoup ! répondirent les trois.
-Et toi Anne tu ne viens pas manger ? demanda Denis.
-Non, je dois me rendre à Expan, pour essayer d’avoir une aide pour l’orphelinat, car on est dans le rouge et on n’a pas les moyens de réparer le trou dans le plafond du grenier à cause de l’orage de la dernière fois. Alors n’oubliez pas votre petit boulot après vos cours.
-D’accord, à tout à l’heure alors. Dirent les quatre en chœur.
- J’espère que ça va s’arranger. s’inquiéta Lena.
-Ne t’en fais pas, depuis onze ans je vis ici et on à tout le temps eu des problèmes d’argent mais on s’en est toujours sorti.  Rassura Denis.
Onze ans déjà, pensa t il, je n’ai pas vu le temps passé depuis ce fameux jour où Anne m’a récupérer, d’après elle  je n’avais que six ans ce jour là et je n’ai jamais su qui était mes parents, ni ma famille et bizarrement mes souvenirs ont étés mystérieusement effacés. Mais bon cela n’est pas grave, j’ai dix sept ans maintenant, je suis grand et je dois aider au mieux Anne.
-Ah, c’était bon comme toujours. dit  Tyler.
-Oui, t’es peut être maladroit, tête en l’air et vraiment à coté de la plaque par moment mais tu assures en cuisine. ajouta Ken.
-Tu sais Ken, lorsqu’on veut faire un compliment on ne descend pas les gens avant.  Marmonna Lena. Bon les gars, vous vous occupez du rangement, je vais aller me laver.
-Ok, mais ne mets pas vingt minutes  comme à chaque fois. dit Ken.
-Ca ne sert à rien de lui dire ça Ken. Dit Tyler. Tu l’as connais, elle prend toujours tout son temps dans la salle de bains.
-Dites vous deux, vous pourriez faire la vaisselle, s’il vous plait ? leur demanda Denis. J’ai oublié quelque chose dans ma chambre.
Comme à leur habitude Ken et Tyler commençait à se chamailler pour savoir qui fais quoi. Ken avait seize ans il était très grand et mince, il avait des cheveux courts châtains et ses yeux étaient verts foncés. C’était quelqu’un d’introverti, lunatique et solitaire. Tyler était l’exact opposé de Ken, celui-ci avait seize ans, il était de taille moyenne, gros, ses cheveux étaient bruns et bouclés et il avait des lunettes. C’était une personne jovial, qui adorait vivre en groupe, il était vif et c’était quelqu’un de très imaginatif. Bien qu’ils fussent tout les deux différents, ils étaient inséparables.
Pendant ce temps Denis cherchait quelque chose, après quelques minute à fouiller dans son bazar il sorti une jolie boucle d’oreille dorée. Elle appartenait à Rosie, elle l’avait oublié ici la dernière fois qu’elle était venue. En regardant la boucle d’oreille celui-ci pensa à Rosie et ressenti soudain un profond malaise, comme si quelque chose allait se passer. Mais il pensa que c’était son imagination, il regarda la pendule qui était au dessus de son lit, elle indiquée sept heures et cinquante minutes… Sept heures et cinquante minutes.
-Mince on va être en retard ! dit-il en se rendant compte que c’était bientôt l’heure d’y aller. Il se dépêcha de descendre les escaliers et cria :
-Dépêchez vous il est presque l’heure ! Si Anne apprend que vous êtes en retard à cause de moi, je n’ose pas  imaginer ce qu’elle me fera.
-Voilà, voilà j’arrive. Il n’y pas de quoi s’inquiéter. Dit Lena en descendant les escaliers.
Comme toujours elle faisait toujours attention à son apparence elle avait de longs cheveux blond vénitiens, ses yeux étaient de couleur noisette et elle avait une fleur jaune sur sa joue droite. Bien qu’elle soit intelligente et organisée elle mettait toujours autant de temps à se préparer. Ce qui était un grand mystère pour les garçons de la maison.
-Tu ressemble enfin à une personne saine d’esprit. fit remarquer Tyler qui avait fini la vaisselle.
-Ah bon ? demanda Denis. Elle paraît un peu plus normale, mais bon on voit toujours un peu son côté un peu folle ressortir.
-Ce que vous êtes drôles toi et Denis. dit Lena un peu énervée en voyant Denis et Tyler éclataient de rire.
-Bon, il est temps de partir Denis. lui lança Ken.
-Oui tu as raison.
-Et n’oublis pas d’aller voir Rosie. Ajouta-t-il.
- Oui, ne t’en fais pas et arrêtes de me dire à chaque ce que j’ai à faire, à croire que je ne suis pas capable de me souvenir de quelque chose. Aller on y va.
Tout le monde sortit, et Denis ferma la porte. Voilà une journée qui commençait comme d’habitude pour Denis… Si seulement il savait qu’à partir de ce jour tout allait changer.

Si vous trouvé que c'est devenu pire qu'avant n'hésitez pas a le dire^^
Revenir en haut
Aoi
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2011
Messages: 863
Spécialité: Scénario
Gagnant Dessin du Forum

MessagePosté le: Dim 2 Oct - 12:19 (2011)    Sujet du message: Spirit of the Moon Répondre en citant

Bon, j'ai lu que le debut, j'ai pas le courage de me lire tout maintenant.
Alors, les critiques: a certains moments, assez nombreux, tu as laissé des points au lieu de mettre des virgules! rooh nan mais dis donc!  > . <'
Il y a toujours des répétitions, des le debut par exemple: "
sauf une au dernier étage. Dans une des chambres du premier étage" repetition d' "étage"
Voila, tu vas pas en finir avec moi ^^' mais tu vois, je te dirais les autres erreurs plus tard, étant donné que là, tout de suite, je suis flemmarde XD

_________________
Revenir en haut
sebast20
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2011
Messages: 739
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Dim 2 Oct - 17:09 (2011)    Sujet du message: Spirit of the Moon Répondre en citant

Ah oui, c'est bon j'ai compris le truc pour les virgules, j'ai cette facheuse manie à coller des points au lieu de ça.^^'
Là, j'ai relu relu et relu, pour éviter les répétitions. Je vous le mets :



Chapitre 1 : Une journée comme les autres.  
          Le soleil commençait à se lever doucement dans la ville de Milio. A l’extérieure de celle-ci se trouvait un orphelinat à l’apparence pittoresque, situé sur une colline au bord de la ville, on pouvait y voir un trou sur le toit et  les fenêtres étaient encore fermés sauf une au dernier étage. Dans une des chambres du premier, se trouvait un jeune garçon qui dormait paisiblement, les doux rayons du soleil lui caressaient son visage de leur tendre chaleur. Tout était calme, pas étonnant il était encore très tôt. Soudain, quelqu’un frappa à la porte de la chambre qui rompit le silence, et le jeune garçon se réveilla brutalement. Une voix se fit entendre en dehors de la chambre :  
 
-Debout ! Réveilles toi, il est l’heure de préparer le petit déjeuner !  
 
-Ooouuuuaaaiis, bailla le jeune garçon.  
 
          Le jeune garçon commença à s’habiller lentement, il devrait être plus actif cela fait onze ans qu’il se lève toujours à la même heure, mais il aime bien faire les choses à son rythme c'est-à-dire, très lentement. Sa chambre était aussi bien rangée qu’un placard, mais cependant on pouvait apercevoir des photos, une des photos montrait un jeune garçon grand, élancé avec des cheveux en batailles d’un bel orangé, il regardait en face de lui avec son œil gauche d’un vert très claire et l’autre œil d’un bleu étincelant. A côté de lui se dressait une jeune fille un peu plus petite que lui, elle avait de longs cheveux bleus comme du cristal, ses yeux étaient bleus comme l’azur, et elle avait un visage souriant, cette fille s’appelait  Rosie, c’était la meilleure amie du jeune garçon.  
Le garçon qui était enfin habillé descendit les escaliers mais …  
 
-Zut ! s’écria t il en dévalant les escaliers, il avait encore manqué une marche et se cogna par terre. Aïe aïe aïe, se plaigna-t-il en se grattant la tête.  
 
Mais visiblement il n’avait rien de cassé, car il se dirigea vers la cuisine et commença à préparer le petit-déjeuner. A peine qu’il commençait à préparer les ustensiles, qu’une personne entra dans la pièce et s’arrêta derrière lui. Le jeune garçon se tourna et se trouva face à une femme à l’air sévère, elle était grande, ses cheveux blonds étaient attachés en chignon et elle avait un nez aquilin. C’était Anne Hildgarde.  
 
-Ah, enfin te voilà ! Il était temps, et puis c’était quoi ce bruit dans les escaliers ? demanda-t- elle. Mais le garçon n’eut pas le temps de répondre car elle ajouta : Laisse moi deviner… Je parie que tu es tombé encore une fois dans les escaliers comme d’habitude.  
 
-Euh … Oui, répondit celui-ci mal à l’aise.  
 
-Bonjour tout le monde, dit une jeune fille en robe de chambre qui venait de s’asseoir.  
 
-Bonjour Lena, dit  Anne. Tu as bien dormi ?  
 
-Apparemment oui, regarde ses cheveux on dirait une folle, ricana le garçon.  
 
-Très drôle Denis. Peut-être que j’ai l’air d’une  folle, mais au moins je ne tombe pas des escaliers à chaque fois, rétorqua t elle. Je t’ai entendu, dit-elle avec un petit sourire supérieur.  
 
-Elle n’a pas tord, c’est vrai que  tu es vraiment maladroit et cela ne s’arrange pas au fil des années, lui fit remarquer Anne.   
 
-Et alors, je n’y peux rien c’est comme ça, peut-être qu’un de mes parents était maladroit et que j’en ai hérité, dit-il d’un air vague.  
 
-Hum… Peut-être, mais bon, il y a plus important regarde ce que tu fais, lui dit Anne en regardant  la poêle qui commençait à s’enflammer.  
 
-Ah ! Zut ! hurla Denis en éteignant le feu. C’est de votre faute, vous m’avez déconcentré, leur reprocha-t-il.  
-Mais oui, mais oui, dit Lena qui n’en croyait de toute évidence pas un mot, dépêche toi s’il te plait, j’ai vraiment faim.  
 
-Tu as toujours faim, tu es vraiment un estomac sur pattes, ce qui est bizarre pour une fille si obsédée par son apparence. Et d’ailleurs, si je suis tellement maladroit, pourquoi c’est moi qui dois m’occuper tout les jours des repas ? Vous n’avez pas peur que j’explose la maison ?  
 
-Premièrement, parce que tu cuisines bien et deuxièmement si ça explose Tyler et Ken seront les premiers au courant, puisque leur chambre est juste au dessus, dit Lena.  
 
-Ah oui ! Ils dorment encore ces deux la, je vais aller les réveiller, dit Anne.  
 
          Elle monta les escaliers et deux minutes après Denis et Lena entendirent un Boum. Comme à son habitude Anne a utilisé la force pour les réveiller. Elle revint juste après accompagnée de deux adolescents qui avaient l’air à moitiés endormis et à moitiés sonnés avec une bosse qui commençait à se former sur leur tête. Cela ne leur fait pas plus d’effets que ça, pensa Denis, moi ça fais onze ans que je suis ici, et j’ai toujours évité de me faire réveiller par Anne, une fois m’a suffit amplement.  
 
-Denis ! dit Anne, qui coupa celui-ci dans ses pensées. Tu attends quoi pour servir le petit-déjeuner ?  
 
-Désolé, voilà le petit-déjeuner, dit celui-ci.  
 
-Merci beaucoup ! répondirent les trois.  
 
-Et toi Anne tu ne viens pas manger ? demanda Denis.  
 
-Non, je dois me rendre à Expan, pour essayer d’avoir une aide pour l’orphelinat, car on est dans le rouge et on n’a pas les moyens de réparer le trou dans le plafond du grenier à cause de l’orage de la dernière fois. Alors n’oubliez pas votre petit boulot après vos cours.  
 
-D’accord, à tout à l’heure alors, dirent les quatre en chœur.  
 
- J’espère que ça va s’arranger, s’inquiéta Lena.  
 
-Ne t’en fais pas, depuis onze ans je vis ici et on à tout le temps eut des problèmes d’argent mais on s’en est toujours sorti, la rassura Denis.  
 
          Onze ans déjà, pensa-t-il, je n’ai pas vu le temps passer depuis ce fameux jour où Anne m’a récupérer, d’après elle  je n’avais que six ans ce jour là et je n’ai jamais su qui était mes parents, ni ma famille et bizarrement mes souvenirs ont étés mystérieusement effacés. Mais bon cela n’est pas grave, j’ai dix sept ans maintenant, je suis grand et je dois aider au mieux Anne. C’est la moindre des choses, après tout ce qu’elle a fait pour moi.  
 
-Ah, c’était bon comme toujours, dit  Tyler.  
 
-Oui, t’es peut être maladroit, tête en l’air et vraiment à coté de la plaque par moment mais tu assures en cuisine, ajouta Ken.  
 
-Tu sais Ken, lorsqu’on veut faire un compliment on ne descend pas les gens avant,  marmonna Lena. Bon les gars, vous vous occupez du rangement, je vais aller me laver.  
 
-Ok, mais ne mets pas vingt minutes comme à chaque fois, dit Ken.  
 
-Ca ne sert à rien de lui dire ça Ken, dit Tyler. Tu l’as connais, elle prend toujours tout son temps dans la salle de bains.   
 
-Dites vous deux, vous pourriez faire la vaisselle, s’il vous plait ? leur demanda Denis. J’ai oublié quelque chose dans ma chambre.   
 
Comme à leur habitude Ken et Tyler commençait à se chamailler pour savoir qui fait quoi. Ken avait seize ans il était très grand et mince, il avait des cheveux courts châtains et ses yeux étaient verts foncés. C’était quelqu’un d’introverti, lunatique et solitaire. Tyler était l’exact opposé de Ken, celui-ci avait seize ans, il était de taille moyenne, gros, ses cheveux étaient bruns et bouclés et il avait des lunettes. C’était une personne jovial, qui adorait vivre en groupe, il était vif et c’était quelqu’un de très imaginatif. Bien qu’ils fussent tout les deux très différents, ils étaient inséparables.  
 
          Pendant ce temps Denis cherchait quelque chose, après quelques minutes à fouiller dans son bazar il sortit une jolie boucle d’oreille dorée. Elle appartenait à Rosie, elle l’avait oublié ici la dernière fois qu’elle était venue. En regardant la boucle d’oreille celui-ci pensa à Rosie et ressenti soudain un profond malaise, comme si quelque chose allait se passer. Mais il pensa que c’était son imagination, il regarda la pendule qui était au dessus de son lit, elle indiquée sept heures et cinquante minutes… Sept heures et cinquante minutes.  
-Mince on va être en retard ! dit-il en se rendant compte que c’était bientôt l’heure d’y aller. Il se dépêcha de descendre les escaliers et cria :  
 
- Dépêchez-vous il est presque l’heure ! Si Anne apprend que vous êtes en retard à cause de moi, je n’ose pas  imaginer ce qu’elle me fera.  
 
-Voilà, voilà j’arrive. Il n’y pas de quoi s’inquiéter, dit Lena en descendant les escaliers.  
 
Comme toujours elle faisait toujours attention à son apparence elle avait de longs cheveux blond vénitiens, ses yeux étaient de couleur noisette et elle avait une fleur jaune sur sa joue droite. Bien qu’elle soit intelligente et organisée elle mettait toujours autant de temps à se préparer. Ce qui était un grand mystère pour les garçons de la maison.  
 
-Tu ressemble enfin à une personne saine d’esprit, fit remarquer Tyler qui avait fini la vaisselle.  
-Ah bon ? demanda Denis. C’est vrai qu’elle paraît un peu plus normale, mais bon on voit toujours son côté un peu folle ressortir avec sa fleur jaune sur sa joue.  
 
-Ce que vous êtes drôles toi et Denis, dit Lena un peu énervée en voyant Denis et Tyler éclater de rire.  
 
-Bon, il est temps de partir Denis, lui lança Ken.  
 
-Oui,  tu as raison.  
 
-Et n’oublis pas d’aller voir Rosie, ajouta-t-il.  
 
- Oui, ne t’en fais pas et arrêtes de me dire à chaque fois ce que j’ai à faire, à croire que je ne suis pas capable de me souvenir de quelque chose. Aller on y va.  
 
Tout le monde sortit, et Denis ferma la porte. Voilà une journée qui commençait comme d’habitude pour Denis… Si seulement il savait qu’à partir de ce jour tout allait changer.  
Voilà, voilà.



Bonjour à tous et à toutes je vous présente le 2e chapitre.




Chapitre 2 : Malédiction de la lune
Pendant que Lena, Ken et Tyler se dirigeaient vers l’école, Denis lui, se dirigeait vers la maison de son amie. Le temps était splendide, il n’y avait pas un nuage dans le ciel. Il prit le chemin de la rue commercial, le chemin était pavé et des deux côtés se dressaient des boutiques qui allaient de la boulangerie à la menuiserie, on trouvait de tout dans cette rue, c’était assez calme mais on voyait que certains commerçants commençaient à ouvrir. Un vieil homme portait des cartons, c’était Monsieur Clip, il était libraire et c’était le patron de Denis et Rosie, il avait l’air d’avoir du mal, Denis décida de l’aider.
-Merci Denis, répondit celui-ci avec reconnaissance. Tu arrives de bonheur dis donc, tu n’étais pas censé chercher Rosie ?

-Si, si. Mais je voulais prendre mon temps, et puis ce n’est pas comme si elle allait aller mal pour quelques minutes de retard.

-Hé hé… Tu as raison, vous êtes jeunes prenez votre temps, vous avez toute la vie devant vous. Mais n’oubliez pas d’être à l’heure, sinon je ferais en sorte que vous ne recommencerais plus, lui dit Mr Clip d’un air grave.

-Vous en faites pas, Rosie et moi allons être à l’heure et en pleine forme en plus.

-Ah bah j’espère bien, à tout à l’heure alors. Ah oui aussi, je voudrais qu’aujourd’hui tu ne fasses pas de dégâts comme d’habitude.

-Je vais essayer mais je ne vous promets rien, lui répondit Denis avant de se prendre un chariot et de s’excuser auprès d’un commerçant en colère.

Denis continua son chemin, il pensa à la journée qu’il allait avoir après son travail Denis avait promis à Rosie d’aller voir la pluie d’étoiles filantes cette nuit comme chaque année, on dit que lorsque deux personnes voyaient cette pluie d’étoiles filantes ensemble alors ils seront toujours là l’un pour l’autre. Rosie y tenait beaucoup et Denis n’y voyait pas d’inconvénients car depuis qu’il est ici Rosie a été sa première amie, alors il ne pouvait pas lui dire non. Mais Denis avait l’étrange impression depuis ce matin que cette journée n’allait pas être aussi parfaite qu’elle le laisse paraître, un malaise grandissait au fur et à mesure qu’il marchait. Mais le garçon essaya de chasser cette sensation en se disant que tout ça était le fruit de son imagination. Il arriva devant la maison de Rosie, il y avait un étage, la façade était blanche avec des oiseaux bleus peint sur celle-ci et un petit portail se dressait devant la maison. On pouvait même entendre à l’arrière de la maison une fontaine. Denis frappa à la porte mais pas de réponse alors il entra… Mais dès qu’il mit le premier pied, il se rendit compte que quelque chose n’allait pas, la maison qui était d’habitude chaleureuse et lumineuse était devenue glaciale et sinistre.

-Il y a quelqu’un ? cria-t-il. Monsieur Loon ? Rosie ?

-Denis c’est toi ? demanda une voix grave.

-Oui. Monsieur Loon qu’est ce qui se passe ?

-Monte en haut, tu verras, dit-il d’une voix que Denis ne lui connaissait pas, habituellement elle était paisible et rassurante mais là elle tremblait.

Denis s’inquiéta de plus en plus et monta les escaliers rapidement. Il arriva devant une chambre qui était celle de Rosie, il entendit tousser. Il décida d’entrer. Mais, au moment où il rentra il sentit son cœur se retourner, il voyait Rosie allongée dans son lit, toute en sueur et elle était pâle. Jamais Denis ne l’avait vu comme ça.

-Mon…Monsieur Loon ? Pourquoi elle est dans cet état ? demanda Denis.

-De…Denis tu… es là ? demande Rosie, d’une voix haletante.

-Oui Rosie, il est là, répondit son grand-père.

-Pourquoi elle est comme ça ? répéta Denis d’une voix faible.

-Elle a attrapé… elle a attrapé la… la Lunaria ! cria le grand père avec désespoir.

-La Lunaria ? C’est quoi ?

-C’est une… une maladie très rare qui à la fin fini par… par tuer la personne atteinte, répondit Monsieur Loon avec tristesse.

-Mais il doit y avoir un remède, non ? demanda Denis la peur au ventre.

-Oui, il y en a un, cela s’appelle la Gouttes de Lune, c’est une fleur qui pousse au Mont Golem, mais elle ne fleurit qu’à la pleine lune qui est dans trois jours.

-Alors il faut vite la chercher, dit Denis avec empressement.

-Impossible ! Cette endroit est extrêmement dangereux, même les aventuriers endurcis évitent de s’y aventurer alors pour toi il est hors de question. On dit que cet endroit est truffé de pièges en tous genres et qu’un Golem garde l’entrée au sommet. En plus le Mont Golem se trouve à deux jours de routes, tu comptes une journée de plus pour attendre la pleine lune et deux jours pour le retour. Ce qui donne cinq jours et Rosie n’a que quatre jours à vivre.

-Et alors ! Vous voulez dire qu’on doit se tourner les pouces en attendant la fin ! C’est ce que vous voulez ?! s’emporta Denis.

-Je n’ai jamais dit ça ! cria Monsieur Loon. C’est trop dangereux, et en plus tu risquerais ta vie pour rien car même si tu as le remède tu n’arriveras pas à temps.
-Je trouverais le moyen. Mais hors de question de rester là à glandouiller.
-Hors de question, si tu veux aider Rosie alors reste ici pour veiller sur elle c’est la meilleure chose à fai…

-Grand… Père, l’interrompit Rosie. Laisse-le… laisse-le y aller, je… je t’en supplie.

En voyant l’état de sa petite fille Monsieur Loon ne pouvait pas ignorer sa demande, il se décida donc :

-Je n’ai pas le choix alors, mais j’ai peur que tu ne reviennes pas Denis et que à cause de ça Anne soit triste à jamais. Mais si Rosie pense que tu peux le faire alors je la crois, Denis je te confie la vie de ma petite fille. Fais tout ton possible pour la sauver, mais avant de partir préviens Anne.

-Ne vous inquiétez pas, je reviendrais avec cette fleur, dit Denis déterminé.

Il s’apprêta à sortir, mais Lena lui parla :

-Désolé Denis… On devait voir la pluie d’étoiles filantes ce soir, mais à cause de moi… On ne pourra pas, dit-elle d’une voix de plus en plus faible.

-Ne dit pas de bêtises, lui répondit Denis en s’approchant d’elle, tu n’y peux rien et puis il y aura encore l’année prochaine. Au faites, tu avais oublié ta boucle d’oreille chez moi, alors je te l’ai ramené, lui dit-il en posant la boucle d’oreille sur sa table de chevet. Ne t’en fais, je reviendrais avec cette fleur coûte que coûte. Alors tu as intérêt de tenir le coup. J’y vais.

-Fais attention gamin, dit Monsieur Loon, pendant que Denis était déjà en train de descendre les escaliers.

Un bruit se fit entendre… PADABOUM !! Encore une fois, Denis était tombé des escaliers.

-Je commence en avoir marre de ce gag ! cria-t-il.

-C’est pas vrai, même à un moment comme celui-là, il arrive à être maladroit, dit Monsieur Loon d’un ton désespéré. Et cela te fais sourire Rosie, lui dit-il en faisant de même, tandis que Rosie souriait.


Denis sortit de la maison en se grattant la tête à l’endroit juste où il était tombé, et se dépêcha de rentrer chez lui. En ce moment, les pensées se bousculaient dans sa tête. Il s’en voulait de ne pas avoir pris au sérieux les sensations de malaise qu’il avait eu ce matin. Il était prêt à tout pour sauver Rosie. Il arriva à la rue commerçante, et continua en allant de plus en plus vite. Monsieur Clip qui était en train d’ouvrir la librairie, l’aperçut et lui adressa la parole :

-Denis, tu arrives juste à temps. Et où est Lena ? Denis ? dit-il d’un air stupéfait en voyant que celui-ci l’ignorait et qui continuait de courir.

Dix minutes plus tard, le souffle court il arriva finalement à l’orphelinat. Il entra et vit Anne, celle-ci lui demanda :

-Qu’est ce qui se passe Denis tu es tout en sueur ?

-Rosie est… Rosie est terriblement malade elle a la Lunaria, dit-il le souffle court.

A ces mots Anne pâlit.

-La Lunaria ? répéta-t-elle.

-Exact, et je n’ai pas le temps de tout t’expliquer, je dois vite me dépêcher pour pouvoir partir au Mont Golem, et même si tu n’es pas d’accord, lui lança Denis d’un air déterminé. Mais voyant qu’Anne ne répondit pas il ajouta : Je suis désolé de te parler comme ça, mais je n’ai vraiment pas le temps de discuter avec toi, Rosie n’a que quatre jours à vivre et je dois donc me dépêcher, ajouta-t-il avant de monter dans sa chambre.

Cependant…

-Vas-y et fais tout ce que tu peux pour la sauver.

Denis la regarda, les yeux ronds, puis sourit et alla dans sa chambre. Cinq minutes plus tard, il descendit les escaliers avec un sac à dos, il s’apprêta à sortir quand Anne l’interrompit :

-Attend ! Tiens, prend cette carte et cette bague, dit-elle en lui tendant une vieille carte et une bague serti d’une pierre précieuse qui ressemblait fort à un topaze. Cela te sera utile, surtout fais attention à la bague elle appartenait à ma meilleure amie qui me l’a donné, alors évite de la perdre. Et surtout, évite d’être trop maladroit car ce voyage ne sera pas du tout une partie de plaisir.

-Merci Anne, mais pourquoi tu me donnes la bague ? demanda Denis interloqué.

-Parce que je sais qu’elle te sera utile, et comme ça je pourrais de surveiller. Surtout que je vois que tu as de nouveau une bosse, lui fit-elle remarquer.

-Euh… Tu as vraiment l’œil pour voir ces choses là. Mais merci. J’éviterais d’être maladroit, dit Denis en partant.

-Fais tout ce que tu peux pour la sauver, dit Anne à voix basse pour que Denis ne puisse l’entendre . Je ne veux plus voir de vies gâchées à cause de cette malédiction.

Voilà à vos critiques Yeah!
Revenir en haut
Aoi
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2011
Messages: 863
Spécialité: Scénario
Gagnant Dessin du Forum

MessagePosté le: Lun 10 Oct - 14:43 (2011)    Sujet du message: Spirit of the Moon Répondre en citant

Critiques:
Encore et toujours des repetitions des noms, par exemple au liu de toujours repeter "Denis" tu peux dire "le jeune garçon", "notre heros", "celui-ci", "ce dernier", "il"....
Tu vois, j'en ai trouvé plein!
Ensuite, tu as fait une autre erreur, tu as mis Lena au lieu de Rosie.
Là, pour le coup, avec l'oeil vitreux, c'est tout ce que j'ai vu.
_________________
Revenir en haut
sebast20
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2011
Messages: 739
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Dim 16 Oct - 18:33 (2011)    Sujet du message: Spirit of the Moon Répondre en citant

Merci Aoi, répétition c'est tabou j'en viendrais à bout^^
Voilà un partie du chapitre 3 car sinon cela ferait trop long^^








Chapitre 3 : Une forêt entouré de mysteres et de bruits       
          Denis était enfin sorti de la ville, il prit la carte que lui avait donnée Anne. Il la regarda et vit que pour aller au Mont Golem, il devait passer par la forêt des Quatres Sons, il avait entendu dire que celle-ci était un labyrinthe, et que pour réussir à sortir il fallait percer son secret, pour l’instant l’adolescent ne s’en souciait guère il se dit qu’il verrait cela une fois sur place. Il continua d’examiner la carte, ensuite il devait traverser le Grand Ravin Argenté qui, paraît-il qu’une fois entré, on se trouvait dans un piège où tout pouvait arriver cela pouvait aller aux éboulements jusqu’aux attaques de bêtes féroces. Denis avait entendu d’un explorateur que traverser ce ravin était question de chance, certaines personnes avaient réussi à passer cela sans encombre. Et enfin, il y avait le Mont Golem, la destination finale.       
Après avoir regardé la carte il poussa un profond soupir :       
 
-Eh ben, ça promet. Je comprends maintenant ce que voulais dire Anne. Mais cela n’est rien face aux souffrances de Rosie, alors je dois être courageux. Mont Golem à nous deux !       
 
          Et à ces mots, il se dirigea vers sa destination. Tandis qu’il marchait, le soleil s’éleva de plus en plus haut dans le ciel, ses rayons chaleureux auraient pu réchauffer n’importe quels cœurs, mais cela n’avait aucun effet pour Denis, l’inquiétude et la peur qui le rongeaient semblaient empêcher les rayons de répandre leur chaleur. Le jeune garçon avait l’habitude de sortir en dehors de la ville, mais là c’était différent des fois d’avant, car cette sortie n’était pas pour le fun, mais avec un but précis.        
 
         Le soleil était déjà haut dans le ciel, il était un peu près midi, Denis aperçut enfin la forêt des Quatres Sons au loin, elle était à environ deux km. Ses pas se transformaient en grandes enjambés il ne devait pas perdre de temps. Au bout de dix minutes il arriva à l’entrée de la forêt le souffle court. Il se leva et vit qu’un panneau était planté au début du sentier, il y était écrit :        
 
A toi aventurier qui t’apprêtes à fouler cet endroit qui mène au Mont Golem, sache que pour passer cette forêt tu devras mettre un de tes sens à l’épreuve, voilà l’énigme qui t’aidera dans cette épreuve et  te permettra ainsi d’accéder au Grand Ravin Argenté :        
 
Petit et rapide, on ne peut pas le distinguer, seul le tapage saccadé te permettra de le reconnaître, il ne fait pas du bruit pour s’amuser mais pour se nourrir, tu es entouré par une partie de son nom.  Autrefois adoré par Mars car il annonçait la pluie mais maintenant ce n’est plus qu’une bruyante petite chose. Pourras-tu le reconnaitre lorsqu’il se mettra en quête de nourriture ?        
 
Sans elle, l’être humain ne pourrait se nourrir, jours après jours elle aide Mère Nature à s’épanouir, mais à cause de sa taille digne d’un insecte on ne lui prête que très peu d’attention, bien quelle soit dirigée par une Reine a qui elle voue corps et âmes. Voyageur pourra tu l’entendre lorsqu’elle vaguera à ses occupations ?        
 
Petite et discrète on ne fait jamais attention au premier abord, mais pourtant c’est à cause d’elle qu’on se fait remarquer, autrefois vivante et source de vie, maintenant elle n’est plus qu’un objet inanimé. Seras tu capable de la repérer alors qu’elle est tapie dans le sol et qu’elle n’attend plus qu’un être vivant passe dessus pour exister ?        
 
Et enfin, source de beauté elle est capable de transformer une forêt morne et terne en un endroit tout en couleur. Elle est une base de nourriture pour certains êtres vivants. Elle naît du printemps, mais quand vint l’automne elle se laisse mourir pour laisser place à la prochaine génération. Seras tu assez attentif pour la détecter, lorsqu’une d’elle tombera ?        


 
Avec cela tu es prêt à affronter cette épreuve.         
Courage aventurier.       
       
       Après avoir lu ces mots Denis était perplexe qu’est ce que ça pouvait bien signifier. Il était au moins sur d’une chose, le sens mis à l’épreuve sera l’ouïe puisqu’il y a le mot « son », dans le nom de la forêt. Notre jeune garçon regarda droit devant, le sentier était partiellement éclairé par des rayons du soleil qui traversaient les arbres, aucun bruit ne semblait s’échapper de la forêt, ce qui était franchement bizarre. Mais Denis ne pouvait pas rester planté là, et il se mit en marche.
Voilà, Aoi tu me dis si je fais encore des répétitions^^Sinon, j'espère que ça vous plaira.Voilà la suite du chapitre 3^^



           La forêt était sombre et sinistre, c’était comme si notre héros était dans une ville fantôme, car il n’y avait aucun bruit, d’habitude dans un endroit comme celui-ci il devrait déborder d’animation, tandis qu’il continuait de marcher Denis avait l’étrange impression qu’on l’observait, il se retourna à plusieurs reprises, mais rien et toujours pas de bruit. Ce silence pesant commençait à le rendre inquiet. Celui-ci s’arrêta net, et se souvint de l’énigme à l’entrée de la forêt, alors il se concentra de toute son âme pour essayer de détecter le moindre son. Et là c’est comme si la forêt avait explosé, plusieurs sons s’étaient mélangés : chant d’oiseaux, cris d’animaux etc… Ce qui avait pour effet d’amplifier le son, et Denis s’écroula par terre, mettant ses mains à ses oreilles car ce bruit était si fort qu’a tout moment ses tympans allaient exploser.  
-ARRETEZ CE BOUCAN ! hurla Denis.


Mais aucun effet, c’était tellement bruyant que la voix de Denis était devenue imperceptible.



-Il faut que je quitte cette forêt, si ça continues ça va mal se finir pour moi, dit-il en se retournant pour sortir de cet endroit mais la sortie avait comme disparue, comment ça se fait ? demanda-t-il. Je n’ai même pas fais 100 mètres.   

En plus de la sortie qui avait disparu, le bruit devenait de plus en plus fort. Alors notre jeune héros, courra essayant à tout pris d’échapper à ce brouhaha. Il tourna à gauche, puis à 200 mètres il tourna à droite mais impossible de trouver une sortie, cette forêt était bien un labyrinthe, toujours en essayant d’atténuer le son qui parvenait à ses oreilles de ce boucan infernal,  il tourna de nouveau à droite, cherchant la sortie mais ce qu’il vit était quelque chose d’autre. Tout droit, un endroit de la forêt était plus ensoleillé que toutes les autres zones, d’instinct Denis fonça à toute vitesse tandis que ses oreilles sifflaient de plus en plus, et finalement il arriva à destination, et il s’écroula par terre tout essoufflé. Cet endroit était bizarre… Tout était calme, l’adolescent se leva et regarda autour de lui, pas un seul bruit, il se sentit soulagé, et ferma les yeux, jamais il n’avait apprécié un silence comme celui là. Après quelques minutes, à gouter à ce calme, il ouvrit les yeux et aperçut un autel tout en marbre, intrigué il s’approcha et vit qu’il y avait quatre creux et que par terre il y avait plusieurs cercles de même taille que les creux. Et sur ceux-ci il y avait des formes. Denis s’intéressa  aussi à ce qu’il y était écrit sur la pierre :  

Aventurier, tu as trouvé la clé qui permet de sortir de la Forêt des Quatre Sons.   
 
Pour réussir cette épreuve il suffit juste de mettre les cercles qui correspondent aux réponses des énigmes se trouvant à l’entrée de la forêt. Mais sache une chose, tu n’as pas le droit à l’erreur si tu viendrais à en commettre une, alors abandonne tout espoir de sortir.   
 
Que la chance soit avec toi valeureux aventurier.   
 
Après avoir lut ces indications, Denis réfléchit :
-Alors si je comprends bien, je dois trouver la réponse aux énigmes puis mettre ces cercles dans les emplacements prévus, et je pourrais sortir de cet endroit. Je suis sur que le sens mit à l’épreuve est l’ouïe. Il faut donc que j’entende les sons et le tour est joué.  
Il se dirigea dans la zone sombre et essaya de percevoir les sons, mais d’un coup il mit les mains à ses oreilles et fit demi-tour et retourna près de l’autel en courant.



-C’est vrai ! J’ai oublié que dans cette partie de la forêt, je risquais de faire exploser mes tympans et en plus pour arranger les choses je ne comprends rien il y a tellement de sons mélangés. Mais je dois y arriver sinon je n’ose pas imaginer ce qui pourrait arriver à Rosie. D’autres personnes avant moi ont réussi à passer, donc je devrais y arriver. Aller j’essaye encore une fois.  

            Mais le même résultat s’ensuivit, il réessayait encore et encore, mais à chaque fois c’était la même chose sauf que le son se fit de plus en plus fort, à tel point que si Denis y allait encore une fois il risquait fort de devenir sourd. Notre adolescent à l’issue de sa énième tentative se massait la tempe, pour l’instant il entendait encore, enfin il croit, mais il a attrapé un énorme mal de crâne. Et dit sous le coup de l’énervement :  
 
-Mais c’est quoi ce cirque ! Franchement comment on peut repérer des sons si on n’y comprend rien ! Celui qui a fait cette énigme aurait du réfléchir cela ne fait pas de mal de temps en temps, grogna-t-il puis à ces mots il reçut comme un éclair de génie, mais oui, j’ai compris, jamais il n’a était question de l’ouïe, c’est moi qui avait déduis cela à cause du nom de la forêt, le sens mit à l’épreuve est plutôt le sens… le sens de la réflexion ! C’est pour ça qu’il y a ces énigmes, il faut donc trouver la réponse puis mettre les cercles et voilà. Je vais devoir les prendre une par une, heureusement que j’ai de la mémoire. Alors, alors… Hum petit et rapide qui fait un bruit saccadé pour se nourrir… Je suis entouré par une partie de son nom et Mars l’adorait car il annonçait la pluie c’est la première énigme. Mars ça me dit quelque chose… Mais oui ! s’écria-t-il en tapant son poing contre sa main. Lena m’avait dit quelque chose là-dessus, je suis presque sur qu’elle parlait d’un oiseau. Entouré par une partie de son nom : arbre non ce n’est pas ça, je crois que l’oiseau dont Lena parlait a un rapport avec une couleur, voyons voir je suis entouré par… réfléchissa-t-il en regardant autour de lui, du VERT ! Donc il y a vert et ensuite des bruits saccadés pour se nourrir et c’est un oiseau. Euh… je crois déjà avoir vu ce type d’oiseau et si je me souviens bien c’est… c’est… UN PIVERT ! Oui c’est ça, il faut que je regarde s’il y a un pivert sur l’un des cercles, il fouilla et en sortit un avec un oiseau qui ressemblait à l’animal qu’il cherchait, voilà donc je mets celui-ci dans le creux et tac, dit-il en mettant le premier dans l’emplacement prévu, et de un. Bon la deuxième dit qu’elle aide Mère Nature à s’épanouir, qu’elle fait la taille d’un insecte et qu’elle est dirigée par une Reine et que sans elle on ne pourrait pas se nourrir. Hum… Alors, alors, Mère Nature a un rapport avec les plantes, fleurs etc… Je suppose que c’est un insecte, alors quel insecte est dirigé par une Reine : les fourmis, termites et abeilles… Et si elle aide la nature à s’épanouir ça doit être un insecte polinisateur, donc je suis presque sur que c’est… que c’est… UNE ABEILLE, BIEN SUR ! Faut que je vérifie, et voilà un cercle avec une abeille, cria-t-il avec enthousiasme, et de deux. J’y suis presque, plus que deux. La troisième parlait d’un objet qui était source de vie, mais qui n’est plus qu’une chose inutile et qui au sol lorsqu’on marche dessus cela fait du bruit et on se fait remarquer. Alors un objet par terre qui fait du bruit quand on marche dessus… Et bien …C’est compliqué, dit-il en faisant les cent pas.  
 
          Il continuait ainsi en réfléchissant à voix basse sans faire attention aux feuilles et aux branches qui jonchaient le sol. Puis il y eu un Crac et notre jeune garçon s’arrêta, baissa les yeux vers ses pieds et remarquât qu’il avait marché sur une branche, il resta quelques secondes à contemplait cette branche apparemment banale puis un sourire commença à s’esquisser sur son visage et se dirigea en toute hâte vers l’autel de marbre puis chercha quelque chose dans le tas de cercles. Quelques minutes plus tard, il lança d’un ton triomphant en prenant un d’eux qui représentait…  
 
-Une branche c’était ça ! Aller et de trois. Plus qu’une. Alors la dernière parlée du printemps et de l’automne, cette chose est de diverses couleurs et elle peut être une source de nourriture pour certains êtres vivants. Je pense que le truc le plus important est de retenir le printemps et l’automne. Alors, alors… marmonna-t-il, puis leva les yeux avec un sourire. Mais c’est plus facile que j e ne le croyais, je pensais que la dernière serait plus dure que ça. A l’automne c’est bien sur la tombée du feuillage des arbres et au printemps c’est le retour des feuilles.   
 
Il prit le cercle avec une feuille dessiné dessus et se prépara à le mettre dans le dernier emplacement puis hésita :


-Euh… J’espère que j’ai raison, sinon je ne pourrais sortir de cette forêt et Rosie risque de mourir... Pff, je ne vais pas hésiter maintenant, je dois me faire confiance. Aller, trois… deux… un… et zéro ! dit-il.  
 
Il attendit avec appréhension, il espérait qu’il ne s’était pas trompé, et soudain il entendit : TAC TAC TAC TAC, BBBBZZZZZZZZZ, CRAC, PSSSSSHH. Et une lumière apparut devant lui.  
 
Après ces étranges sons une voix résonna dans la forêt entière elle disait :  

-Bravo aventurier, tu as réussi l’épreuve. Les quatre sons qui gouvernent cette forêt sont ceux du pivert qui tape dans l’arbre pour se nourrir, de l’abeille qui vole, de la branche qui craque et de la feuille qui tombe au sol. Maintenant approche toi de la lumière et va vers le Mont Golem j’espère que tu trouveras ce que tu cherches. Mais attention cela deviendra de plus en plus difficile. Au revoir aventurier, que la chance soit avec toi.  
 
 
         Puis la voix se tut, Denis lui était bouche bée devant la lumière qui venait d’apparaître. Ensuite il se dirigea vers la lumière et une fois qu’il toucha celle-ci, il avait l’impression qu’il prenait une douche glacée, il eut juste le temps de jeter un dernier coup d’œil à la forêt, puis il disparut. Le jeune adolescent n’avait même pas eu le temps de remarquer qu’il avait disparu qu’il eut déjà les pieds sur terre.  
          Il regarda autour de lui, il voyait que la verdure était remplacée par des roches et de la terre. L’adolescent jeta un coup d’œil à sa carte et vit qu’il ne restait plus beaucoup de kilomètre pour arriver au Grand Ravin Argenté. Et il se mit en route.  


Toujours personne à l'horizon ^^'
J'ai besoin de critiques. Gwahahaha





[les doubles post sont interdit, penses à éditer tes messages - Enilorak]
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:54 (2016)    Sujet du message: Spirit of the Moon

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum -> Partie Art -> Textes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com