Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum
Apprendre à dessiner ensemble!
Apprend à dessiner et à créer un manga grâce à la communauté du blog http://draw.eklablog.com qui te propose concours, tutoriaux et articles marrants ou sérieux. Attention, si t'es pas déjà inscrit: Un chou unijambiste risque de venir te voler ton goûter!
 
Apprendre à dessiner ensemble! Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Rapboy ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum -> Partie Art -> Textes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Shippu-fan
Plume ambitieuse

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2011
Messages: 524
Spécialité: Dessin

MessagePosté le: Sam 9 Juin - 15:20 (2012)    Sujet du message: Rapboy Répondre en citant

                                       RAPBOY


01

« Ca commence par des questions sur le gouts que l’on aime, même si parfois nos limites nous freinnent. C’est la musique qui nous donne un son agréable, mais alors pourquoi est-elle aussi vulnérable ? En 3min à peine tu peux écouter un son, mais en 2 mois à peine tu peux sortir le tien. S’il est nul on ne te traitera même pas aussi bien qu’un chien. Pourvu que pour moi tout ce passe bien. »



Marshall se réveilla avec un goût amer dans sa bouche. Il se sentit ramolli jusqu’après avoir pris une douche froide. En descendant les escaliers il prit son manteau en fourrure  et s’exclama :

-          Maman on n’a plus d’eau chaude ! tout en fermant les lacets de ses chaussures légèrement ouvertes devant au niveau de la semelle.

Janette vêtu de sa robe de chambre  entendue les plaintes de son enfant et débarqua difficilement près de la salle à manger là ou son fils l’attendait. Ses cheveux blonds cachaient sa face rongée par la douleur et ses joues humides qui durant la nuit furent inondées par les larmes de la tristesse et du désespoir. Elle dit bonjour à son fils en lui donnant un bisous mouillé sur la joue et dit :

-          Ne t’inquiète pas pour ça . fit elle sans étant rassurée par sa propre réponse. J’irais chercher du travail aujourd’hui .

« Je vais chercher du travail aujourd’hui » était la phrase favorite de Janette, cependant dans le ghetto, il n’y avait pas grand-chose pour gagner sa vie , si ce n’est que d’être vendeur de crack ou de coke. Ce fut autrefois le travail de Jermaine, le père de Marshall, avant de finir dans le rap et de se faire tirer sur la poitrine lors d’un concert. Les tentatives des chirurgiens n’eurent pas raison de la balle profondément enfoncée  dans le corps de J-Rhymtes.  (J-Rhymtes fut son pseudo) . L’enterrement au sein de la pluie qui eu lieu il y a peine deux jours était dur à voir pour tous les MC,rivaux,  les frères, sœurs et propre famille de Jermaine. Marshall qui avait passé des moments inoubliables avec son père n’avait pas eu le courage d’aller à l’enterrement de celui qui lui a fait tant aimer la musique. Il lui avait toujours dit que la musique serait le seul jouet incassable des enfants. Enfin, avec lui il y eut du bon comme du mauvais.

La période la plus difficile fut celle à laquelle il vendait encore du crack. Jermaine se droguait lui-même ce qui accélérait sa mort s’il aurait vécu un peu plus longtemps.Ils mangeaient peut-être tous les jours mais pas à leur faim. A cette époque Marshall avait 7 ans. Ce mode de vie était tout à fait normal pour lui. Son père l’incitait   à écouter du rap. Pas n’importe lequel, le rap de Tupac, Biggie, Eminem ou encore 50 Cent. Jermaine lui disait que ces quatres là étaient ses ainés, ses frères qui ont du passer par le ghetto avant de devenir des  rappeurs. La famille avait de sérieux problèmes d’argents, mais ils vivaient encore dans la gaîté. Le ghetto était et serait leur dernière maison jusqu’à la fin de leur jours. Il leur manquait toujours quelque chose et avec la mort de Jermaine encore plus de choses manquaient. Ils manquaient tellement d’argent que Marshall ne put même pas se payer des études. La bonne période, celle ou Jermaine évoluait dans le rap game fut leur période de gloire car à ses moments là, J-rhymtes ne se droguait plus et touchait plus d’argent ce qu’il lui permit de nourrir sa famille et d’acheter une nouvelle maison. Cette nouvelle maison ils durent tout de même la vendre lorsque Jermaine mourut, pour payer les dettes qu’ils leur manquèrent avant de venir vivre dans le ghetto le plus dangereux de New York. Et c’est là qu’ils connurent la période la plus pire de leur existence. Même si à deux il mangeaient plus, ils ne mangeaient pas autant que lorsque Jermaine vécut et ne pouvaient pas manger tous les jours.

 La plus touchée dans cela fut évidemment Janette  qui avait laissé couler ses dernières larmes cette nuit. Même si elle eut Marshal à l’âge de 15 ans elle connut Jermaine qu’à 19 ans et se maria avec lui. Lorsqu’elle se rappella de bons souvenirs passés avec lui, ses mains moites lui firent tomber l’assiette ébréchée qu’elle tenait dans ces mains. Celle-ci tomba avec fracas sur le parquet. Aussitôt Marshall voulut ramasser les débris avec ses doigts mais sa mère l’en empêcha.

-          C’est bon. C’est rien. Fit-elle de sa voix douce.

Du haut de ses 18 ans Marshall passait ses journées à se la raconter et se promener au milieu des bouts de verres et d’autres encombres dangereux sur les trottoirs de son ghetto à New York. Sa violence et ses provocations le conduisait à des bagarres rudes. Malgré sa forte constitution il en perdait quelques unes qu’il prit pour un bon entrainement car à chaque nouveau combat il devint plus fort.

-          Je sors ce matin. Fit Marshall en se dirigeant à la porte d’entrée à deux pas de la cuisine. (Ils vivaient dans une toute petite maison un tout petit périmetre).

-          Reviens vite Marshall, c’est dangereux dehors ! lui rappela Janette avec autorité du haut de ses 33 ans.

Marshall n’eut pas le temps de l’écouter. La porte se referma avec fracas. L’hiver était très rude ici. La veste à la capuche en fourrure de Marshall le protégeait de la fraicheur du matin. Même avec le t-shirt qu’il portait en dessous il ne sentit pas comment le froid se baladait dans toutes les rues. D’un pas ferme il s’aventura dans une rue sombre avant de sortir près du quartier de Lebron son ami d’enfance. Normalement il serait parti chez lui en temps normal mais il avait prévu autre chose. Lester lui avait proposé de se ramener dans un nouveau repair secret qui fut autrefois une école primaire qu’ils ont « retapés » comme il disent pour en faire leur QG. Apparemment ils avaient organisés quelque chose de spécial rien que pour lui pour le réconforter de la mort de son père ce matin. Il accéléra le pas. Le rendez-vous était donné à 9 :30 précis. Enfin lorsqu’il s’arrêta devant un immeuble aux vitres cassées, aux parois crasseuses et fresque arrachée, il entendit de la musique à forte basse . Il n’eut aucun doute c’était bel et bien le QG.Sans plus attendre, il entra.







_________________
D.R.A.W


Dernière édition par Shippu-fan le Sam 9 Juin - 16:34 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 9 Juin - 15:20 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Aoi
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2011
Messages: 863
Spécialité: Scénario
Gagnant Dessin du Forum

MessagePosté le: Sam 9 Juin - 16:12 (2012)    Sujet du message: Rapboy Répondre en citant

Alors, alors...
Que dire ?
Déjà, tu t'es amélioré, c'est sûr. C'est beaucoup plus mieux que ce que tu faisais avant, plus détaillé et tout le blabla.
Par contre, je me demande si tu t'es relu, parce que y a des phrases un peu chelous. Qui veulent rien dire, mais qu'on peut comprendre quand même, en partie du moins.
Euh, Jermaine, cey pas un prénom de bonne-femme, par hasard, plus que de bonhomme? Question
Enfin voila, bonne continuation !
_________________
Revenir en haut
Young_Shipp
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2011
Messages: 7
Spécialité: Scénario

MessagePosté le: Mar 19 Juin - 19:14 (2012)    Sujet du message: Rapboy Répondre en citant

S'lut ;)

Ouesh je ne savais pas que tu savais écrire comme ça :)
Mais vue le commentaire précédent c'est que tu dois être devenu très bon ^^

Alors l'idée me plait beaucoup, parce que, comme tu le sais je suis un grand fan de rap et ça , ça initie très bien leur vie, leur souffrance...etc... J'aimerais beaucoup avoir la suite.

Sinon il y a vraiment très peu de fautes et tu t'en es bien sortis pour décrire le plus exactement les différentes scènes.

Bref c'est un bon texte pour moi filles-nous la suite ^^
Revenir en haut
Jikkyo
Petite plume

Hors ligne

Inscrit le: 05 Jan 2012
Messages: 195
Spécialité: Scénario

MessagePosté le: Mar 19 Juin - 21:54 (2012)    Sujet du message: Rapboy Répondre en citant

Lu' Shippu,


Jamais lu tes autres textes alors je peux pas dire si tu t'es amélioré mais y'a pas mal de phrase qui veulent rien dire ^^'. Des fois on comprend mais c'est pas forcément agréable a la lecture :/.
ex : "il se sentit ramolli jusqu'après avoir pris une douche froide"
"légèrement ouvertes devant au niveau de la semelle"
"fit elle sans étant rassurée par sa propre réponse"  
--> ça te choque pas a la lecture ? Je les cites pas toutes car en te relisant elles devraient te sauter aux yeux.


Pour les chiffres essayes de les écrire en lettres. "3min" "2 mois"


Quelques soucis de conjugaison des fois.


Tes phrases entre parenthèses, ce serait quand même mieux si tu réussissais à les introduire sans.


Bref, relis toi, car je pense que c'est facilement repérable ! 


Pour l'histoire, c'est original après on verra ou tu nous emmènes avec la suite car évidemment ça peut pas se juger en une seule partie !
Courage pour la suite !
_________________
J'étais du bon coté du flingue, mais du mauvais coté de la pelle.
Revenir en haut
Shippu-fan
Plume ambitieuse

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2011
Messages: 524
Spécialité: Dessin

MessagePosté le: Mar 24 Juil - 14:46 (2012)    Sujet du message: Rapboy Répondre en citant

02

Lorsqu'il entra dans l'ancien préau plongé dans l'obscurité et les casiers en métal alignés contre les murs laissant les traces de l'incendie qui avaient provoqué les dommages de l'immeuble, il ne put se retenir de penser pourquoi celui-ci fut brûlé. Il ferma les yeux et se dirigea jusqu'au milieu de la salle. Une odeur désagréable de cramé lui chatouillait les narines et la sueur de son front tombait en goutte sur les carrelages devenus soudains si brûlants sous ses chaussures. Il entendait des cris, des cris  de souffrance. Plus de 400 adolescents courraient partout pour échapper aux flammes qui embrasaient tout ce qui était sur leur passage. Il aperçu leurs ombres à travers les flammes. Au tour de lui, toutes les paroies tombérent en cendres, d'autres tinrent le coup et furent totalement noircis. Les fenêtres étaient ouvertes et une légère bris aggrava la situation et les flammes devinrent plus nombreuses, plus grandes plus ravageuses. la salle était plus brûlante que jamais. Le feu s'éleva au plus haut et se changea en tornade. Marshall se positionnait au milieu de celle-ci. Malgré la chaleur, il avait froid dans le dos. Soudain, la tornade de feu se déchira violemment. Les flammes  devinrent de petites étoiles brillantes à ses yeux, on aurait dit plutôt des lucioles scintillantes. La fraîcheur se rapprochait derrière son dos et Marshall eut de plus en plus froid. il gelait, sa tête ne pu le supporter.
- Marshall !!! cria Lester derrière lui.
Marshall ouvrit les yeux, tout cela n'était alors qu'un rêve...Ou un songe, ou une vision dans le passé...En tout cas il ne savait pas ce qu'il se passait et était tout pâle. Lester  lui colla quelques claques afin qu'il se ressesisse. Marshall ne se sentait pas bien et fut pris de vertiges. Finalement, il tomba dans les pommes.

Lorsqu'il ouvrit de nouveau les yeux, il se trouvait à un étage supérieur entouré de tous ses amis: Lester, Booke, Roger, Mikel, Djeez et Trevon
Il entendit beaucoup de bruit et de la musique. Il avait chaud et transpirait de partout.
- He mec ça va  ou pas ? demanda Lester
- Yeah man i'm fine... fit Marshall d'une voix très cassée , presque éteinte.
Aidé par Trevon et Lester il se releva et pu enfin voir là ou il se trouvait. C'était la fête organisée rien que pour lui pour le réconforter de la mort de son père. Il y avait tout le monde, toutes les bandes de ses territoires* conquerris dans le  ghetto. Les anciens bancs étaient tous réunis et formaient une sorte de scène. Dessus, deux jeunes hommes se livraient un clash sur un des sons de Docteur Dre. La foule était histérique. Enfin il compris, la fête en question n'était en faite qu'un rassemblement afin que tout le monde puisse raper, clasher et chanter. Mikel lui tendit un micro. Dans le bruit insupportable de la musique et de le foule histérique il lui dit :
- Tiens tu monteras sur scène, je te ferais jouer un son et rape, dis ce que tu as dans le coeur exprime toute ta rage! C'est l'unique occasion de vider ton sac, parce que je sais que tu as encore mal là. fit-il en pointant son index sur son coeur. Marshall fut ému de ce qu'avaient fait ses amis pour lui. Sans plus attendre il  remercia ses amis et se dirigea d'un pas ferme sur scène tout en prenant un baind e foule...
_________________
D.R.A.W
Revenir en haut
ChibiDevil
L'Equipe

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2012
Messages: 888
Spécialité: Dessin et scénario

MessagePosté le: Mar 24 Juil - 17:34 (2012)    Sujet du message: Rapboy Répondre en citant

Salut ! ^^
Je viens juste de lire ton premier chapitre et je le trouve super bien écrit (à part les quelques phrases que Jik' a cité) et je lu le 2° dans la foulé (toujours aussi bien écrit ^^)
Je ne te dirais donc qu'une chose : je ne suis pas sûre que "ressesisse" s'écrit comme ça ^^' (j'ai pas vérifié mais je te le dis quand même)
Sinon, continue comme ça ! C'est super !  Yeah!
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Shippu-fan
Plume ambitieuse

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2011
Messages: 524
Spécialité: Dessin

MessagePosté le: Lun 30 Juil - 12:00 (2012)    Sujet du message: Rapboy Répondre en citant

Ahhhh :) :)


Merci beaucoup ChibiDevil :D
Gagné!
Je crois que l'on ne m'a jamais fait un commentaire aussi gentil, pour ,moi c'est une grande victoire :DDDD
Merci aussi au commentaires précédents. J'avais oublié ;) Je vais atten,dre un peu plus de com' pour le chapitre trois :))
_________________
D.R.A.W
Revenir en haut
mokham
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2011
Messages: 709
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Sam 25 Aoû - 18:47 (2012)    Sujet du message: Rapboy Répondre en citant

je m’attaque à ton texte ;)
Premièrement, je rejoins Aoi. tu t'es amélioré, bravo ;)
 j'aime bien l'idée de faire une citation au début( je le fais souvent et j'aime bien cette façon), elle permet de capter l'intention du lecteur et de le citer à poursuivre la lecture du chapitre. la ça parle du rap alors ça convient de faire des rims ^^

Citation:



Pourvu que pour moi tout ce passe bien. »



Pourvu que pour moi tout se passe bien. »

Citation:



Jermaine lui disait que ces quatres là



Jermaine lui disait que ces quatre-là

Citation:



la balle profondément enfoncée  dans le corps de J-Rhymtes.  (J-Rhymtes fut son pseudo) .



la balle profondément enfoncée  dans le corps de J-Rhymtes, son nom de scène. ( je ne sais pas si on parle de pseudo pour les rapeurs)

Citation:



Il leur manquait toujours quelque chose et avec la mort de Jermaine encore plus de choses manquaient. Ils manquaient tellement d’argent que Marshall ne put même pas se payer des études.



cette phrase me parait bizarre et il y a la répétition du mot " manque"( trois fois, ça fait trop). tu peut l'écrire comme ça( juste une proposition rapide) si tu veux: Il leur manquait toujours quelque chose, mais le plus dure c'était la mort de Jermaine laissant un grand vide dans cette famille . L'argent ne suffisait pas et Marshall ne put même pas se payer des études.

Citation:



Même si à deux il mangeaient plus, ils ne mangeaient pas autant que lorsque Jermaine vécut et ne pouvaient pas manger tous les jours.



le même cas, trois fois le verbe " manger".  il faut trouver comment arranger ça en trouvant plus de verbe mis à part " manger" ou reformuler carrément cette phrase.

Citation:



Normalement, il serait parti chez lui en temps normal mais il avait prévu autre chose.



encore une fois des répétitions. enlève le premier mot. c'est mieux comme ça: Il serait parti chez lui en temps normal mais il avait prévu autre chose.

C'est tout pour aujourd'hui( la chaleur I'm dead! ), la fin n'as pas trop de suspens, mais ça nous pousse un peu à savoir ce qu'ils font faire dans ce QG.
je lirais le 2éme chapitre demain et je te donnerais mon avis.
_________________
Revenir en haut
Himari
Plume ambitieuse

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2012
Messages: 408
Spécialité: Dessin
Membre du Mois

MessagePosté le: Dim 26 Aoû - 18:59 (2012)    Sujet du message: Rapboy Répondre en citant

Personne n'est passé avant moi ? Bizarre ^^
Bon bai J'ai lu le premier chapitre et ça m'a bien plus tu présente les personnage, le passer
et tout le tralala. Tu aurais put plus développer dans le détails chaque personnage, mais bon
comme tu l'a fait ça convient tout aussi bien ^^

Bon je passe au deuxième chapitre.

Citation:
Lorsqu'il entra dans l'ancien préau plongé dans l'obscurité et les casiers en métal alignés contre les murs laissant les traces de l'incendie qui avaient provoqué les dommages de l'immeuble, il ne put se retenir de penser pourquoi celui-ci fut brûlé.


Lorsqu'il entra dans l'ancien préau plongé dans l'obscurité, les casiers en métal qui était alignés contre les murs, laissant des traces de l'incendie qui avaient provoqué les dommages dans l'immeuble, il ne put se retenir de penser pourquoi celui-ci fut brûlé.


Citation:
Il ferma les yeux et se dirigea jusqu'au milieu de la salle.


Il s'est dirigé jusqu'au milieu de la salle les yeux fermé ? Oo"

Citation:
Une odeur désagréable de cramé lui chatouillait les narines et la sueur de son front tombait en goutte sur les carrelages devenus soudains si brûlants sous ses chaussures.


Une odeur désagréable de cramé lui chatouillait les narines, la sueur de son front tombait en goutte sur le carrelages devenus soudains si brûlants sous ses chaussures.

 
Citation:
Plus de 400 adolescents courraient partout pour échapper aux flammes qui embrasaient tout ce qui était sur leur passage.


Plus de 400 adolescents courraient partout pour échapper aux flammes qui embrasaient tout ce qui était sur son passage.


Citation:
Au tour de lui, toutes les paroies tombérent en cendres, d'autres tinrent le coup et furent totalement noircis. Les fenêtres étaient ouvertes et une légère bris aggrava la situation et les flammes devinrent plus nombreuses, plus grandes plus ravageuses. la salle était plus brûlante que jamais.



Au tour de lui, toutes les paroies tombaient en cendres, d'autres tenèrent le coup et furent totalement noircis. Les fenêtres étaient ouvertes et une légère brise aggrava la situation, les flammes devinrent plus nombreuses, plus grandes plus ravageuses.La salle était plus brûlante que jamais.

Citation:
Sans plus attendre il  remercia ses amis et se dirigea d'un pas ferme sur scène tout en prenant un baind e foule...


Sans plus attendre il les remercia  et se dirigea d'un pas ferme sur scène tout en prenant un baind e foule...

Voilà ^^ Pas de suspens à la fin je trouve sa dommage....Mais bon ! Ont est pas obligé d'en faire à
chaque fois ! ^^ Bon c'est tous ce que j'avais à te dire ;) Bonne continuation et à la prochaine critique !

_________________
Un chou unijambiste risque de venir te voler ton goûter!
Revenir en haut
Shippu-fan
Plume ambitieuse

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2011
Messages: 524
Spécialité: Dessin

MessagePosté le: Lun 27 Aoû - 13:01 (2012)    Sujet du message: Rapboy Répondre en citant

Merci beaucoup à tous , j'aitout lu attentivement et là j'espère que ça passera propre ;) PS Himari dans ta correction la toute première phrase ce ne serait pas plutôt étaient *o* ? Et en reponse à ta question, beh en faite il s'y est dirigé par hasard quoi enfin là j'ai décris en tant que simple spectateur xD ^^ Je vais essayer d'introduire un suspens ne vous inquiétez pas pour ça j'en mettrai assez ...^^




CHAPITRE 3 :


Arrivé sur scene, Marshall se sentit envahi. Il aurait bien aimé se tirer sans même se retourner...Mais il ne pouvait pas...Pourquoi ? Eh bien c'était la seule chance de vider son sac une bonne fois pour toute. Il allait raper pour son père, pour sa mère, pour Mikel , pour Lester et tous les autres.A coté de lui se tenait le dj qui n'attendait que son signal pour faire jouer le son. Au moins 400 adolescents se tenaient debout sous la tribune des lamentations . Au fond ces gars là ils étaient comme lui, certains ont même connu un passé encore pire. La lumière des spots à l'autre bout de la salle l’éblouirent et le firent oublier toutes ces pensées. Il devait commencer... Toutes les lumières furent éteintes. L’obscurité totale. Cela motiva Marshall. Le disque du dj était sur le point de terminer sa lecture. Comprenant le manque de confiance en sois, terminait par un freestyle de scratch. Ses longues dreadlocks cachèrent son impatience et sa frustration. Marshall s’avança jusqu'au bout de la scène sous la lumière blanche lancé par celle du spot au dessus  de sa tête. elle était blanche comme la neige de dehors. Mais cette fois il n'avait plus froid. Il ferma les yeux. Et là comme toute à l'heure, il revit des flammes devastratrices. Après s'être changés en tornade de feu et déchirées en 400 lucioles il vit à travers elles mille souffrances dont les siennes et celles de ses amis. Alors qu'il fut troublé par ce songe, la disque se mit à tourner et le Dj entamait sa minute de scratching, puis il fit enchaîner le song. UN grosse basse fit trembler le bâtiment entier et le doux song du piano et de la guitare envoûtait le public qui aussitôt tomaient sous le charme de la musique jouée. Mais tout cela prit une autre tournure, ils commencèrent à huer Marshall et à le traiter de tous les noms :
- Va te coucher si tu ne sais rien faire !
- T'appeles ça raper mec ? Attends t'es pas sérieux là enfoiré !
- Arrêtte de dormir
Il subit d'autres insultes de ce genre. Pui Mikel de sa grosse voie dit :
- Marshall, fait péter le son là !
Marshall n'entendit que la musique, plus la musique avançait plus il y avait des lucioles de souffrances ( je les ai bâtisée comme ça)et plus il eut mal au coeur. Lorsqu'il entendit le message Mikel il comprit ce qui restait à faire. Tout en gardant les yeux fermés et concentrées sur les lucioles il commença à raper


- Je n'ai pas peur d'être pauvre mon père était un dealer de crack
Victime de moqueries mes disputes finissaient en frappes
Chez moi il y avait pas de micro ondes on faisait tout à la main
Et même sur mon calbute tu peux voire les traces des mains de ma mère que je traitais comme un chien
Je ne voyais pas l'amour autour de moi je ne voyais que le problème du manque de pain
Mon père je ne le connaissait que quand il sâgissait de parler de rap
Sinon,il agissait dans le plus gros secret il fermait sa trappe
C'est dans cette trappe que j'aurais voulu me noyer
Mais je n'étais qu'un chien un salle pitbull qui le collait au mollet
Et j'ai remarqué que je n'étais qu'un gros boulet un poids pour ce papa involntaire
Donc j'aboyais et réclamais ma petite balle de chance, mais elle n'était pas dans mon inventaire.
Je regrette encore le jour ou j'ai enfoncé mes potos dans le satané-mercredi
Ce pétarouchnoc' de match de basket je n'aurais pas du le perdre
résultat je me fais tabassé par toute l'équipe au point d'être dead
Mais je m'en fou parce que d'autres ont eu plus de pertes
Ils n'ont pas seulement perdu le gout de la victoire mais aussi leurs repaires


Sous ces paroles touchantes tout le monde resta bouche-be. Le Dj fit arrêter le disque et ses scratchs. Seuls les yeux furent actifs et laissaient couler les larmes des brutes es plus costauds. Ce que Marshall rapait c'est ce qu'il voyait dans les lucioles. Chaque luciole représentait la douleur de chaque personnes dans la salle. Son coeur était en sang pendant que la sueur couvrait son front. Le public reprit son rôle et hurla :


- J'EN VEUX ENBCORE FAIT PÊTER LE SOOOOOOON !
C'est ec que Marshall décida de faire. Sur un son plus dyanique et violent il fit éclatter la son :


- Mais aujourd'hui c'est pas hier c'est ni demain
C'est ma mini seconde de rage et d'envie de gagner mon pain
Je me fiche des morts j'les laisse crever en cadavre dehors
Moi je vis et je vis ma vie à fond
Je me fiche des gens qui veulent me prendre pour un con
Mais ce qui ne tue pa srend plus fort 
C'est pour ça que chui comme Vegta ou Son Goku
Les mitraillettes que tu sors de ta bouchent son gore
Mais je reponds avec les pouvoirs des coups les plus forts
C'est ceux de la rage et de l'envie de percer alors qui peut m'arreter 
Oui qui peut me stopper ?
Je fais pêter le son parce que c'est lui qui nous détruit !


Sur le coup des hurlements de rage et de joie chamboulèrent tout l'immeuble. Marshall était là il se faisait sentir par tous. Tout le public se sentit mieux, il se sentit guéris. Il méprisèrent la tristesse à présent. En rappant de telle sorte il avait éclaté les  lucioles de souffrance une par une , balayant ainsi toute douleur de toute personne. A présent la basse qui en fit que d'agrandir les lucioles de souffrance allait être anéanti. (Vous serz ce que je veux dire par là au cours des chapitres). A présent aucune luciole ne faisait plsu sentir. Marshsll rouvrit les yeux. Au moment ou toutes les lucioles furent éclatées le son de la musique s'éteint. Le jeuen rapeur brillait sous les jets des projecteurs comme dans un concert de pro. Il leva les bras et cria :
- J'ai le gout de la victoire !!!! Vous m'entendez , j'ai le gout de la victoire !!! Celui qui a le même goût devra crier à se casser la voix !
Aussitôt , les adolescents se mirent à hurler de toute leur force au point de briser les vitres. Alors que la fraîcheur était censé entrer, la chaleur prit place dans le bâtiment et le cramé s'installa dans toute narine. Marshall transpirait comme un fou. Les cris s’éteignirent.A l'autre bout de la salle , Marshall reconnut une petite étincelle qui se transforma très vite en flammes dévastatrices, comme dans son songe. Les ados commencèrent à se pousser et se gifler et criaient . Tous se dirigeaient vers la porte. D'autres mirent fin à leurs jours en se jetant par la fenêtre. Marshall ne put pas distinguer si cela était un songe ou la réalitée, mais les en attendant le sflammes prirent de plsu en plsu place tout en brûlant tout ce qui vit ou qui est sur son passage. Sa bande d'amis étaient avec la plus part des autres ados en bas de l'immeuble, hors , aussi fou que cela puisse être, les flammes dominaient cette partie du bâtiment. Tous furent brûlés vifs.  399 ados étaient pris au piège et ne pouvaient se défaire des flammes. Ils couraient partout à la recherche d'issues, d'autres se cachaient dans les casiers. Mais aucun d'entre eux ne put survivre. Lester qui était resté en haut tenta de sauver Marshall du haut de la seine. Celui-ci n'avait pas l'air terrifié bien au contraire il ne se serait pas gêné de sauter dedans. Il ne savait pas ce qui se tramait il se croyait dans ses songes. De quelques pas Lester le rejoint et lui parlait :
- Réveille-toi satané-mercredi !
Marshall ne compris pas, il le regardait comme si c'était un extraterrestres, alors que lester était agité et paniqué lui était calme comme si rien ne se passait. Lester se prit une grosse patate en pleine figure et de ce fait il tomba au milieu des flammes et mourut. Ce qui était étrange c'est que autour de Mrashall les flammes ne se propageaient pas. Plus étonnant encore, Marshall sentit une grosse fraîcheur l'envahir derrière son dos. Puis des mains glacées le saisirent. Marshall se retourna :
- Qui est-tu ?
L'homme masqué et vêtu de noir le fixa et répondit :
- La tristesse, je ne te laisserais-pas continuer, allez je t'emmaines avec-moi !


Alors, il le pris par le coup et se fraya un chemin au milieu des flammes ans même que celles-ci ne l'atteignent. A chaque pas , celles-ci reculaient et une distance de 5 m les séparait. Une fois sortis , un camion les attendait, et Marshall fut ligoté et embarqué dans la remorque. Il reconnut trois autres personnes dont deux très cautauds. Tous étaient vétus de noir te masqués.Il lui rappelaient un groupe...Malgré le fait qu'il ait été aussi bailloné, il ne se rendait toujours pas compte de ce qu'il se passait. Les hommes noirs s'étaient rassemblés et complotais quelque choses en anglais.un d'eux vint vers lui avec une matraque et l’assomma  Puis  les portes furent fermés et le s'e alla. Derrière lui, l’immeuble tomba en cendres pour de bon, emportant avec lui 400 enfants...
_________________
D.R.A.W
Revenir en haut
Himari
Plume ambitieuse

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2012
Messages: 408
Spécialité: Dessin
Membre du Mois

MessagePosté le: Mar 28 Aoû - 13:29 (2012)    Sujet du message: Rapboy Répondre en citant

Bon je revient pour une nouvelle critique ^^ c’est partie !

Citation:
Alors qu'il fut troublé par ce songe, la disque se mit à tourner et le Dj entamait sa minute de scratching, puis il fit enchaîner le song.


Alors qu'il fut troublé par ce songe, le disque se mit à tourner et le Dj entamait sa minute de scratching, puis il fit enchaîner le song.

Citation:
Lorsqu'il entendit le message Mikel il comprit ce qui restait à faire. Tout en gardant les yeux fermés et concentrées sur les lucioles il commença à raper


Lorsqu'il entendit le message Mikel il comprit ce qui lui restait à faire. Tout en gardant les yeux fermés et concentrées sur les lucioles, il commença à raper.

Citation:
Seuls les yeux furent actifs et laissaient couler les larmes des brutes es plus costauds.


Cette phrase est bizarre et je n'ai pas vraiment compris son sens..... ^^"

[quote]Son coeur était en sang pendant que la sueur couvrait son front. [quote]

Son coeur était en sang pendant que la sueur recouvrait peu à peu son front.

Citation:
C'est ec que Marshall décida de faire. Sur un son plus dyanique et violent il fit éclatter la son :


C'est ce que Marshall décida de faire. Sur un son plus dynamique et plus violent que la dernière fois, il fit éclater la son :

Citation:
Mais ce qui ne tue pa srend plus fort


Mais ce qui ne tue pas rend plus fort

Citation:
Marshall était là il se faisait sentir par tous.


C'est quoi cette phrase ?! X)

Citation:
(Vous serz ce que je veux dire par là au cours des chapitres). A présent aucune luciole ne faisait plsu sentir.


(Vous serez ce que je veux dire, au cours des chapitres). A présent aucune luciole ne faisait resentir.

Citation:
Le jeuen rapeur brillait sous les jets des projecteurs comme dans un concert de pro.


Le jeune rapeur brillait sous les jets des projecteurs comme dans un concert de pro.

Citation:
Marshall ne put pas distinguer si cela était un songe ou la réalitée, mais les en attendant le sflammes prirent de plsu en plsu place tout en brûlant tout ce qui vit ou qui est sur son passage.


Marshall ne put pas distinguer si cela était un songe ou la réalités, mais en voyant toute ces flammes qui  prirent de plus en plus place, brûlant tout ce qui étais sur son passage,il resta figé.

Citation:
De quelques pas Lester le rejoint et lui parlait :
- Réveille-toi satané-mercredi !


De quelques pas Lester le rejoint et lui dit :
- Réveille-toi ......satané-mercredi !

Citation:
Alors, il le pris par le coup et se fraya un chemin au milieu des flammes ans même que celles-ci ne l'atteignent. A chaque pas , celles-ci reculaient et une distance de 5 m les séparait. Une fois sortis , un camion les attendait, et Marshall fut ligoté et embarqué dans la remorque. Il reconnut trois autres personnes dont deux très cautauds. Tous étaient vétus de noir te masqués.Il lui rappelaient un groupe...Malgré le fait qu'il ait été aussi bailloné, il ne se rendait toujours pas compte de ce qu'il se passait. Les hommes noirs s'étaient rassemblés et complotais quelque choses en anglais.un d'eux vint vers lui avec une matraque et l’assomma  Puis  les portes furent fermés et le s'e alla. Derrière lui, l’immeuble tomba en cendres pour de bon, emportant avec lui 400 enfants...


Alors, il le pris par le coup et se fraya un chemin au milieu des flammes avant même que celles-ci ne l'atteignent. A chaque pas , celles-ci reculaient et une distance de 5 m les séparait. Une fois sortis , un camion les attendait, et Marshall fut ligoté et embarqué dans la remorque. Il reconnut trois autres personnes dont deux très costauds. Tous étaient vêtus de noir et étais masqués.Il lui rappelaient un groupe...Malgré le fait qu'il ait été aussi bailloné, il ne se rendait toujours pas compte de ce qu'il se passait. Les hommes noirs s'étaient rassemblés et complotais quelque choses en anglais.L'un d'eux vint vers lui avec une matraque et l’assomma  Puis  les portes se refermèrent et ils s'en allèrent. Derrière lui, l’immeuble tomba en cendres pour de bon, emportant avec lui 400 enfants...


Bon c'est un peu le fouillis dans ce dernier paragraphe, ont ne sait pas bien qu'es ce qui se passe, ni le pourquoi ni le comment de la chose.....
Je me demande même si tu ne l'a pas fait exprès pour que l'on soient dans le même états d'esprits que ton personnage principale......
J'attends ta réponse ;)

Bon sinon comme d'habitude j'aime bien ^^ Malgré le dernier passage un peu fouillis, l'action commence à arriver et l'on veut savoir la suite !
Bonne continuation !

_________________
Un chou unijambiste risque de venir te voler ton goûter!
Revenir en haut
Shippu-fan
Plume ambitieuse

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2011
Messages: 524
Spécialité: Dessin

MessagePosté le: Mer 29 Aoû - 11:28 (2012)    Sujet du message: Rapboy Répondre en citant

Effectivement HImari, c'est fait expres. Vous l'aurez remarqué ce chapitre-ci est totalement différent des autres. Certes j'ai déjà beaucoup plus de fautes ...Heheh >< mais, le style d'écriture est très différent. C'est le chapitre ou on commence à se poser tous des questions .Eh bien c'est ainsi que Marshall réagis. Pour le 4ième chapitre vous trouverez toutes les réponses requises et ej retrouverais evidemment le m^me style que les deux preimiers chapitres .
Voilà sur- ce je vous laisse et merci pour la critique ;)
_________________
D.R.A.W
Revenir en haut
ChibiDevil
L'Equipe

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2012
Messages: 888
Spécialité: Dessin et scénario

MessagePosté le: Sam 1 Sep - 00:22 (2012)    Sujet du message: Rapboy Répondre en citant

Me voilà pour une nouvelle critique de texte  Yeah!
Mais d'abord, je dois dire que j'adore ton texte !!!  Yess!  Il est vraiment super ! Vivement la suite !  Happy!!
Enfin, bref, la reine de l'orthographe entre en scène !  Gwahahaha




Arrivé sur scène, Marshall se sentit envahi. Il aurait bien aimé se tirer sans même se retourner...Mais il ne pouvait pas...Pourquoi ? Eh bien, c'était la seule chance de vider son sac une bonne fois pour toute. Il allait raper pour son père, pour sa mère, pour Mikel , pour Lester et tous les autres. A côté de lui se tenait le dj qui n'attendait que son signal pour faire jouer le son. Au moins 400 adolescents se tenaient debout sous la tribune des lamentations . Au fond, ces gars-ils étaient comme lui. Certains ont même connu un passé encore pire. La lumière des spots à l'autre bout de la salle l’éblouit (c'est la lumière qui l'éblouit ^^) et le fit (pareil) oublier toutes ces pensées. Il devait commencer... Toutes les lumières furent éteintes ("s'éteignirent" conviendrait mieux). L’obscurité fut totale. Cela motiva Marshall. Le disque du dj était sur le point de terminer sa lecture. Comprenant le manque de confiance en sois, terminait par un freestyle de scratch. Ses longues dreadlocks cachèrent son impatience et sa frustration. Marshall s’avança jusqu'au bout de la scène sous la lumière blanche lancée par celle du spot au dessus  de sa tête. elle était blanche comme la neige de dehors, mais, cette fois, il n'avait plus froid. Il ferma les yeux. Et là, comme toute à l'heure, il revit des flammes devastatrices. Après s'être changées en tornade de feu et déchirées en 400 lucioles, il vit à travers elles mille souffrances dont les siennes et celles de ses amis. Alors qu'il fut troublé par ce songe, le disque se mit à tourner et le Dj entama sa minute de scratching, puis il fit enchaîner le song. Une grosse basse fit trembler le bâtiment entier et le doux song du piano et de la guitare envoûtait le public qui, aussitôt, tombait sous le charme de la musique jouée. Mais tout cela prit une autre tournure, ils commencèrent à huer Marshall et à le traiter de tous les noms :
- Va te coucher si tu ne sais rien faire !
- T'appelle ça raper, mec ? Attends, t'es pas sérieux là ! Enfoiré !
- Arrête de dormir !
Il subit d'autres insultes de ce genre, puis, Mikel, de sa grosse voie, dit :
- Marshall, fais péter le son, là !
Marshall n'entendit que la musique, plus la musique (ça fait répétition, là ^^ tu devrais remplacer le 2ème par "elle") avançait, plus il y avait des lucioles de souffrances ( je les ai bâtisée comme ça)et plus il eut mal au coeur. Lorsqu'il entendit le message de Mikel, il comprit ce qui lui restait à faire. Tout en gardant les yeux fermés et concentrées sur les lucioles, il commença à raper.




- Je n'ai pas peur d'être pauvre, mon père était un dealer de crack
Victime de moqueries, mes disputes finissaient en frappes
Chez moi, il y avait pas de micro-ondes, on faisait tout à la main
Et même sur mon calbute, tu peux voire les traces des mains de ma mère que je traitais comme un chien
Je ne voyais pas l'amour autour de moi, je ne voyais que le problème du manque de pain
Mon père, je ne le connaissais que quand il s'agissait de parler de rap
Sinon, il agissait dans le plus gros (là, j'aurai remplacé par "grand") secret, il fermait sa trappe
C'est dans cette trappe que j'aurais voulu me noyer
Mais je n'étais qu'un chien, un sale pitbull qui le collait au mollet
Et j'ai remarqué que je n'étais qu'un gros boulet, un poids pour ce papa involontaire
Donc, j'aboyais et réclamais ma petite balle de chance, mais elle n'était pas dans mon inventaire.
Je regrette encore le jour ou j'ai enfoncé mes potos (ce n'était pas "photos" que tu voulais mettre, là ?) dans le satané-mercredi
Ce pétarouchnoc' de match de basket, je n'aurais pas du le perdre
Résultat, je me fais tabasser par toute l'équipe au point d'être dead
Mais je m'en fou parce que d'autres ont eu plus de pertes
Ils n'ont pas seulement perdu le goût de la victoire mais aussi leurs repaires




Sous ces paroles touchantes, tout le monde resta bouche-bée. Le Dj fit arrêter le disque et ses scratchs. Seuls les yeux furent actifs et laissaient couler les larmes des brutes les plus costauds. Ce que Marshall rapait, c'est ce qu'il voyait dans les lucioles. Chaque luciole représentait la douleur de chaque personnes dans la salle. Son coeur était en sang pendant que la sueur couvrait son front. Le public reprit son rôle et hurla :




- J'EN VEUX ENBCORE ! FAIS PÊTER LE SOOOOOOON !
C'est ce que Marshall décida de faire. Sur un son plus dynamique et violent, il fit éclater le son :




- Mais aujourd'hui, c'est pas hier c'est ni demain
C'est ma mini seconde de rage et d'envie de gagner mon pain
Je me fiche des morts, j'les laisse crever en cadavre dehors
Moi je vis et je vis ma vie à fond
Je me fiche des gens qui veulent me prendre pour un con
Mais ce qui ne tue pas rend plus fort 
C'est pour ça que j'suis comme Vegta ou Son Goku
Les mitraillettes que tu sors de ta bouchent sont gore
Mais je répond avec les pouvoirs des coups les plus forts
C'est ceux de la rage et de l'envie de percer alors qui peuvent m'arrêter 
Oui, qui peut me stopper ?
Je fais pêter le son parce que c'est lui qui nous détruit !




Sur le coup, des hurlements de rage et de joie chamboulèrent tout l'immeuble. Marshall était là et il se faisait sentir par tous. Tout le public se sentit mieux, il se sentait guéris. Ils méprisaient la tristesse, à présent. En rappant de telle sorte, il avait éclaté les  lucioles de souffrance une par une , balayant ainsi toute douleur de toute personne. A présent, la basse qui ne fit que d'agrandir les lucioles de souffrance allait être anéanti. (Vous serz ce que je veux dire par là au cours des chapitres). A présent, aucune luciole ne se faisait plus sentir. Marshall rouvrit les yeux. Au moment où toutes les lucioles furent éclatées, le son de la musique s'éteignit. Le jeune rapeur brillait sous les jets des projecteurs comme dans un concert de pro. Il leva les bras et cria :
- J'ai le goût de la victoire !!!! Vous m'entendez ? J'ai le goût de la victoire !!! Celui qui a le même goût devra crier à se casser la voix !
Aussitôt , les adolescents se mirent à hurler de toute leur force, au point de briser les vitres. Alors que la fraîcheur était censée entrer, la chaleur prit place dans le bâtiment et le cramé (c'est mieux de mettre : "l'odeur de brûlé") s'installa dans toute narine. Marshall transpirait comme un fou. Les cris s’éteignirent. A l'autre bout de la salle , Marshall reconnut une petite étincelle qui se transforma très vite en flammes dévastatrices, comme dans son songe. Les ados commencèrent à se pousser, se gifler et crier. Tous se dirigeaient vers la porte. D'autres mirent fin à leurs jours en se jetant par la fenêtre. Marshall ne put pas distinguer si cela était un songe ou la réalitée, mais, les en attendant, les flammes prirent de plus en plus de place, tout en brûlant tout ce qui vit ou qui était sur son passage. Sa bande d'amis étaient avec la plupart des autres ados en bas de l'immeuble, hors , aussi fou que cela puisse être, les flammes dominaient cette partie du bâtiment. Tous furent brûlés vifs.  399 ados étaient pris au piège et ne pouvaient se défaire des flammes. Ils couraient partout à la recherche d'issues, d'autres se cachaient dans les casiers. Mais aucun d'entre eux ne put survivre. Lester, qui était resté en haut, tenta de sauver Marshall du haut de la scène. Celui-ci n'avait pas l'air terrifié. Bien au contraire, il ne se serait pas gêné de sauter dedans. Il ne savait pas ce qui se tramait. Il se croyait dans ses songes. De quelques pas, Lester le rejoignit et lui dit (c'est plus approprié ^^) :
- Réveille-toi ! satané-mercredi !
Marshall ne compris pas. Il le regardait comme s'il était un extraterrestres. Alors que lester s'agitait et paniquait, lui était calme comme si rien ne se passait. Lester se prit une grosse patate en pleine figure et, de ce fait, il tomba au milieu des flammes et mourut. Ce qui était étrange c'est qu'autour de Marshall, les flammes ne se propageaient pas. Plus étonnant encore, Marshall (c'est mieux de remplacer par "il" sinon ça fait répétition) sentit une grosse ("grande" conviendrait mieux) fraîcheur l'envahir derrière (remplace par "dans", c'est mieux ^^) son dos. Puis, des mains glacées le saisirent. Marshall se retourna :
- Qui est-tu ?
L'homme masqué et vêtu de noir le fixa et répondit :
- La tristesse, je ne te laisserais pas continuer ! Allez ! Je t'emmène avec moi ! (j'ai enlevé les tirets, ils n'ont rien à faire là ^^)




Alors, il le prit par le coup et se fraya un chemin au milieu des flammes sans même que celles-ci ne l'atteignent. A chaque pas , celles-ci (attention, répétition ! remplace par "elles", ici ^^) reculaient et une distance de 5 m les séparaient. Une fois sortis , un camion les attendait. et Marshall fut ligoté et embarqué dans la remorque. Il reconnut trois autres personnes dont deux très cautauds. Tous étaient vétus de noir et masqués. Ils lui rappelaient un groupe...Malgré le fait qu'il ait été aussi bailloné, il ne se rendait toujours pas compte de ce qu'il se passait. Les hommes noirs s'étaient rassemblés et complotaient quelque choses en anglais. L'un d'eux vint vers lui avec une matraque et l’assomma. (je réécris cette phrase ^^-->) Puis, les portes se fermèrent et le camion s'en alla. Derrière lui, l’immeuble tombait en cendres pour de bon, emportant avec lui 400 enfants...





Ensuite, il y a ce passage qui me gène :


"Comprenant le manque de confiance en sois, terminait par un freestyle de scratch. Ses longues dreadlocks cachèrent son impatience et sa frustration."


Si j'ai bien compris la 1ère phrase, alors je l'écrirais comme ça : "Comprenant le manque de confiance en soie de Marshall, le Dj termina par un freestyle de scratch."
Ensuite, dans la 2ème phrase, ce sont les dreads du Dj ou de Marshall ?




Et j'ai remarqué que tu as beaucoup de mal avec le placement des virgules ^^ regarde bien, j'en ai ajouté et j'ai aussi transformé des virgules en points et des points en virgules alors soit très attentif ^^
Voilà, sinon, c'est tout bon  Sifflote  Continue comme ça et vivement la suite !  Yess!
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Princess-Mimiko Millanium
Plume grandissante

Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2011
Messages: 216
Spécialité: Scénario

MessagePosté le: Sam 1 Sep - 16:07 (2012)    Sujet du message: Rapboy Répondre en citant

Je viens de lire enfin tout tes textes que j'ai pris il y a quelques jours donc maintenant je te poste ma critique qui fait tout simplement plus de 3 pages recto/verso sur feuilles de classeurs.  xD C'est un projet en rapport avec la musique à ce que je vois déjà sur le titre, hein ? Le rap plus précisément, n'est-ce pas ?

Aller premier texte. Bon déjà sur ta première phrase, tu as déjà fait une faute "gouts". Enlève-moi ce "s" surtout que c'est au singulier et met moi un accent circonflexe sur le "u". Ensuite je trouve que ça ait bizarre que tu es mis "Marshall se réveilla avec un goût amer dans
sa bouche", j'aurai mis "Marshall se réveilla avec un goût amer dans la bouche."La phrase d’après ça ne va pas du tout. >_< Je crois que Jikkyo t’as fait la même remarque aussi. Celle d’après non plus "[…] légèrement ouverte devant au niveau de la semelle." Ce n’est pas joli. Correction => "Tout en fermant les lacets de ses chaussures usées par le temps. "
De "La bonne période" à "nouvelle maison", ça ne va pas du tout. Il y a répétition de "période" puis ta phrase est mal formulée et trop longue. Retravaille là.
Coupe également la phrase suivante en deux. En fait, tu veux tout déballer dans une même phrase et tu te mélange les pinceaux par la suite. Apprend à faire des temps de pause. Voila ce que je te conseil => "Cette nouvelle maison ils durent tout de même la vendre lorsque Jermaine mourut, pour pouvoir ensuite rembourser les dettes accumulées avant de venir vivre dans le ghetto le plus dangereux de New York."
Répétition de "mangeaient" et met moi un "s" à "il". Ton "vécut" me chiffonne, j'aurai mis à la place "était toujours dans ce monde".
My god, Janette à 33 ans et a eu son premier enfant à 15 ans. O.O (ça me rappelle ma mère tiens. xD)
"Lorsqu'elle se rappelle de bons souvenirs passés avec lui, ses mains moites lui firent tomber l'assiette qu'elle tenait dans ces mains." => Heu... Ya pas un petit problème ? xD Puis tu as fait un faute. "Dans ses mains." car ce sont les siennes.
J'ai remarqué aussi que tu aimais beaucoup mettre à la fin de la phrase du personnage  "fit-il" ou encore "fit-elle". Change de verbe de parole. Puis ta phrase entre parenthèse na va pas du tout et contient une répétition de "petit". Encore "fracas", tu l'aimes bien ce mot aussi. xD "Aux paroisses crasseuse et fresque arrachée." C'est pas plutôt "presque".
Aaaah ! Enfin je vois la fin du chapitre. xD Mon dieu, j'en ai deux autres à critiquer, j'vais mourir. MDR
Bon que dire, ben ton texte est vraiment pas mal dans l'ensemble mais relis-toi le + possible pour déjà éviter les fautes, les maladresses au niveau des répétition puis aussi coupe tes phrase en deux car elles sont souvent trop longues. Voili Voilou. Allez, j'attaque le deuxième texte. Pourvu qu'il ne soit pas aussi long. (Je te poste ma critique plut tard. :))
_________________
Citation : "La nuit la plus sombre à toujours une fin lumineuse"



~ The elegant princess of your somber secrets ~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
hinata31
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2011
Messages: 1 723
Spécialité: Scénario
Membre du Mois

MessagePosté le: Mer 19 Sep - 20:50 (2012)    Sujet du message: Rapboy Répondre en citant

Salut ship-ship! désolé pour le retard! 8D

Alors, déjà, il y a une grosse amélioration! :D

Pas mal de fautes, utilises le correcteur d'orthographe pour avoir plus d'aide ;)
Attention aux répétitions! 
Tu restes trop sur un passage de l'histoire, ça traine, c'est lent, ça casse le rythme et nous donne moins de plaisir à lire la suite ^^

"
Je ne voyais pas l'amour autour de moi je ne voyais que le problème du manque de pain"

Il faudrait la modifier, elle est un peu maladroite :s

Quand il rap au début, personnellement je ne savais pas qu'à ce moment là il avait commencé son "show". Donc rajoute une petite phrase avant  du genre: "il ouvra la bouche et commença à raper" ...

Dernière chose! Relies-toi ! ;)

Bonne chance pour la suite ! =)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:52 (2016)    Sujet du message: Rapboy

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum -> Partie Art -> Textes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com