Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum
Apprendre à dessiner ensemble!
Apprend à dessiner et à créer un manga grâce à la communauté du blog http://draw.eklablog.com qui te propose concours, tutoriaux et articles marrants ou sérieux. Attention, si t'es pas déjà inscrit: Un chou unijambiste risque de venir te voler ton goûter!
 
Apprendre à dessiner ensemble! Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Pensées inaltérables ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum -> Partie Art -> Textes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aoi
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2011
Messages: 863
Spécialité: Scénario
Gagnant Dessin du Forum

MessagePosté le: Jeu 14 Juin - 16:03 (2012)    Sujet du message: Pensées inaltérables Répondre en citant

Je reviens avec des textes, deux pour le moment.
Il sera suivit par bien d'autres, et tout ce que j'espère, c'est que les messages passeront, que vous ne ressentirez pas seulement de l'indifférence, mais autre chose (pas de l'ennui non plus, hein :B )

Une fois encore, alors que la brume matinale s’engouffre dans sa chambre, un rayon de soleil caresse le visage de Tally. Elle se couvre la tête du bras, elle vient de s’endormir, ce n’est pas pour se lever déjà. Elle entend le son de son réveil s’insinuer dans ses oreilles. Contrainte, elle se lève, trainant des pieds, faisant tout pour retarder cette nouvelle journée. Une fois encore, elle veut être malade. Une fois encore, elle veut échapper à la routine. Une fois encore, elle a passé la nuit à pleurer au milieu de ses coussins. Echapper au harcèlement, serait-ce donc si dur ? Elle se voit encore, passant près de ses camardes à la sortie des cours, elle les entend rire ensemble, se donner rendez-vous le mercredi après la classe. Elle entend encore les piques qu’on lui lance, elle sent encore les coups de pieds reçus dans les tibias, et elle, elle serre les dents. 
Elle, elle retient ses larmes.
Elle, elle se bat. 
Elle, elle est brisée. 
En deux, en trois, en mille. 
Sous la douche, Tally entend encore les insultes fleurir, son frère qui tambourine à la porte de la salle de bain. Elle a besoin de ces quelques moments de répit. Parce que c’est les seuls pendant lesquels elle peut souffler. Elle sait ce qui arrivera, le matin, quand elle se présentera au collège à huit heures. Ses camarades l’encercleront, l’incendieront, feront pleuvoir les insultes. Elle rentrera sa tête dans ses épaules, se faisant aussi discrète que possible. Elle recevra un coup entre les omoplates, ou sur les jambes. Elle ne dira rien. Elle se mettra à courir. Vite, loin. Elle essayera de partir, de tout abandonner. Mais quelqu’un la rattrapera, la fera tomber. Elle ravalera encore un sanglot. On se paiera sa tête. Quelqu’un essaiera de lui porter un coup au visage. Elle se relèvera et ripostera. C’est là que le CPE arrivera, et que tout lui retombera dessus. Elle fait glisser la brosse sur ses cheveux, masquant son visage. Elle s’habille, prenant ce qui lui tombait sous la main. Depuis longtemps déjà qu’elle ne faisait plus attention à son apparence. Elle descend à la cuisine, salue sa mère, attrape un bout de pain, jette son sac sur son épaule droite, et claque la porte en sortant. La pluie tombe. Son visage mouillé masque les marques de ses larmes qu’elle laisse alors couler. 
Jamais Tally ne pourra revivre. 
Pas sans repenser à ces jours douloureux. 
Pas sans risquer de se briser encore. 
Pas sans risquer de tomber, sans se relever.

Pas sans risquer d’une fois encore, se faire harceler.




Ca t’amuse ? Ca t’amuse, dis moi? Dis-le-moi. Je veux seulement savoir pourquoi tu fais ça. Pourquoi ? Ca te fait rire, d’humilier, de trahir, d’enfoncer les gens ? Oui ? Et après, lorsque tu dois rendre des comptes, tu te plais à dire que ce n’était que pour plaisanter ? Mais qui est ce que tu fais rire, comme ça ? Toi ? Toi, et ? Tes amis, peut être ? C’est sur, ça vole haut. Trop haut pour qu’une fois encore, ça m’atteigne. Donc ça vous amuse, de ruiner des vies ? Oui, ruiner. Parfois, ça les tues. D’autres sont brisés. Mais il en reste encore, ceux qui ne vivent que pour la vengeance, qui ne sont plus qu’un cocon creux. Ca te plait, ce résultat ? Pas à moi. Moi, je me suis relevée, j’ai battis une forteresse solide. Je n’te laisserais plus faire, je n’te laisserais pas briser une autre âme. Peut être en as-tu détruis d’autres avant moi, mais c’est fini. Tu comprends ? C’est fini. Je ne te laisserais pas, plus, anéantir. Je ne pleurerais plus. Pas par la main de gens comme toi.




Elle tend un bras frêle en direction d’une femme. Celle-ci, d’un sec mouvement de tête, l’ignore, puis poursuit son chemin. Elle ouvre sa main, elle quémande juste de quoi se nourrir, mais on l’ignore, on l’efface de notre vue. Ses haillons couvrent à peine sont corps de fillette alors que la neige tombe. Elle se recroqueville sur elle-même, limite honteuse de son apparence, mais garde le bras tendu. Un homme passe, lui marche sur le pied. Elle ne sent rien ; il est gelé. Elle aurait pu le voir, si elle n’avait pas enfoui sa tête dans ses bras trop maigres, pour tenter malgré tout de se procurer un peu de chaleur. Un enfant passe, la montre du doigt, demandant à sa mère pourquoi elle est si… Si quoi, d’ailleurs ? « Maigre », peut être ? Non, ce mot là n’est pas suffisant, il ne décrit pas assez bien la situation. Elle est… squelettique, oui, c’est ça. Le garçon interroge sa génitrice, mais elle se contente de lui prendre le bras et de le tirer avec violence, l’éloignant, essayant du mieux qu’elle le pouvait de cacher la réalité à son gamin, si jeune. La fillette se lève, s’appuyant difficilement sur ce qu’elle pouvait, ne laissant reposer que peu son poids sur ses jambes , elle avance lentement, et sur son passage, les gens s’écartent, la fuient comme la peste. Elle veut laisser une larme s’échapper, mais depuis longtemps déjà, ses pleurs se sont taris, et pas une seule goutte ne sait se frayer un chemin sur ses joues creuses. Elle glisse, et tombe. Personne ne le voit. On entend un horrible craquement. Qui pour y faire attention ? Personne. Elle meurt, au milieu de la grande rue, mais personne ne s’en rend compte. Enfin, peut être que si, mais personne ne souhaite le voir. Une mendiante, une enfant, une fille, une âme en moins, mais qui ferait attention à la mort d’ une sale orpheline qui fait les poubelles, dans l’espoir de se nourrir ?

Alors ?
_________________


Dernière édition par Aoi le Dim 24 Juin - 17:42 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 14 Juin - 16:03 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Dol'
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2012
Messages: 25
Spécialité: Scénario

MessagePosté le: Jeu 14 Juin - 18:13 (2012)    Sujet du message: Pensées inaltérables Répondre en citant

Tu veux me faire pleurer, ou quoi ?
Ce qui est sur, c'est que ce n'est pas beau, ça ne peut pas l'être.
C'est un bloc de sentiments et d'émotions, et, une fois encore, par leurs caractères vrais, tes textes m'ont fait monter les larmes aux yeux.
Je peux pas te féliciter pour ça, donc bonne continuation.
_________________
Ecrire, c’est hurler en silence, sa peine, ses émotions, ses peurs et ses pleurs. Parce qu’écrire, c’est faire partager sans parler, faire comprendre sans entendre. Ecrire, c’est dire.
Revenir en haut
Enèlym
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2012
Messages: 45
Spécialité: Scénario

MessagePosté le: Sam 23 Juin - 18:03 (2012)    Sujet du message: Pensées inaltérables Répondre en citant

C'est si vrai...
Je connaissais une fille qui se faisait harcelée, pas à l'école, mais autour de chez elle... Je connais le résultat et je l'ai vu de mes propres yeux... Ses notes ont baissé suite à une dépression, elle ne s'entendait plus avec ses parents... Bref, cela lui a tout gâché !


Mon ressenti => Tristesse et colère.


Sinon bons textes Aoi. Continue comme ça !
_________________
~S'il ne te restait que trois mots à dire avant de mourir, te risquerais-tu à me dire "Je t'aime." ?~
Revenir en haut
Aoi
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2011
Messages: 863
Spécialité: Scénario
Gagnant Dessin du Forum

MessagePosté le: Mar 17 Juil - 10:42 (2012)    Sujet du message: Pensées inaltérables Répondre en citant

J'ai fait plusieurs fois le défi des 100thèmes, les textes que j'ai fait, sont ceux-ci.


Obscurité.
J’avance. Sans me soucier de l’obscurité alentour, je marche. Je ferme les yeux, pour ne pas voir le noir, et être ainsi plongée dans mon Univers. Obscur. Du plat de mes mains, j’effleure les murs qui éraflent parfois mes doigts, qui y font couler mon sang. Sans me soucier de la douleur, j’avance. Je me blesse dans l’obscurité, m’y enfonce. Je m’y engloutis, me noie. J’essaie d’en émerger, mais j’y suis comme liée. Une larme roule sur ma joue, que je ne peux essuyer. Je m’abime dans cet océan sombre. Le mien. Telle une perle de nacre, la larme se détache de mon visage, et roule. Elle se perd dans cette obscurité qu’est la mienne, et elle tombe dans le puits de mes pleurs, allant rejoindre les autres qui s’y sont égarées avant elle. Mes paupières se soulèvent, et me regard s’éloigne dans le noir, où je ne vois rien. Parfois, une lumière blanche caresse les murs, et m’enveloppe. Et la peur me saisit. Elle nait au creux de ma poitrine, grandit dans mon âme, s’y répand, s’y étend. L’obscurité n’est autre chose que mon monde, celui dans lequel j’ai choisit de vivre pour une raison simple. Si simple...




Savoir
Je veux juste savoir. Savoir pourquoi. Savoir si, un jour, j’ai pu penser par moi-même. Savoir pourquoi tu as disparu de ma vie, ainsi. Savoir pourquoi les larmes roulent encore sur mes joues, alors que je pensais avoir tourné la page. Savoir pourquoi ma vie n’est qu’une façade dressée sur un monde instable. Sur mon monde. Qui s’abime. M’abime. Et je pleure encore. Savoir pourquoi j’ai mal, toujours.  Savoir pourquoi j’entends ta voix qui résonne si douloureusement en moi. Savoir pourquoi je te déteste tant, toi. Au fond, je connais la raison qui me pousse à ne pas accepter ton pardon. J’ai mal, tu vois, j’ai si mal, et c’est à cause de toi. Le bruit de mes pleurs qui se répercutent me donne l’envie de crier, et, pourtant, mis à par  être triste, me désoler, je ne puis rien faire. Parce que je ne sais plus. J’ai oublié, tout comme toi, tu l’as fait pour moi. J’ai essayé de t’effacer de ma vie, papa. Mais tes appels incessants, tes appels si pressants ont failli me faire craquer. Je ne puis t’oublier, je n’y arrive pas, je ne sais le faire. J’ai voulu savoir. Je sais. Et maintenant, j’en suis désolée. C’était simple. Si simple…


 Larmes.

Pleure. Pleure, parce que c’est tout ce qu’il te reste à faire. Laisse tes larmes couler, tes larmes couler et entacher ta fierté.  Cette fierté qui, peu à peu, disparait. Ferme les yeux, plonge dans le noir, plonges-y et n’en ressors pas.  Blesse-toi dans ton amour-propre qui s’émousse. Tes pas cherchent à te guider, mais dans l’obscurité, ils s’heurtent à des impasses, et tu te frottes sans cesse à tes échecs. Sans répit, tu tombes. Lasse de t’écraser, tu t’enfonces, car plus jamais la perspective de te taire ne te paraitra la bonne. La dernière fois, cela t’a trop couté. Tu as perdu, et tu le sais. Jamais, jamais plus ta parole ne restera dans l’ombre de tes larmes. Pourtant, encore, tu pleures. Sèche tes larmes. Sèche tes larmes, économise-les, car c’est la dernière chose qu’il te reste.  Ton sang coule et s’égoutte, comme elles.  Il ne sert à rien, comme elles. Une larme roule sur ta joue. Relève-toi. Relève ton visage. Relève-le et écoute-moi. Ecoute-moi te conter tes échecs. Ecoute-moi te dire à quel point tu es pathétique. Ecoute-moi te conter l’horreur dans laquelle, toujours plus profondément, tu te blesses. Ecoute-moi te dire à quel point tes larmes ne sont qu’inutiles. Écoute-moi, je te dis. C’est simple. Si simple…
_________________
Revenir en haut
Lisa18
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 36
Spécialité: Dessin et scénario

MessagePosté le: Mar 17 Juil - 14:44 (2012)    Sujet du message: Pensées inaltérables Répondre en citant

jaime bient ton histoire
Revenir en haut
Aoi
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2011
Messages: 863
Spécialité: Scénario
Gagnant Dessin du Forum

MessagePosté le: Mar 17 Juil - 21:44 (2012)    Sujet du message: Pensées inaltérables Répondre en citant

Et moi, j'aime bien les commentaires bien écrits et constructifs
_________________
Revenir en haut
ellia
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2011
Messages: 1 332
Spécialité: Dessin
Membre du Mois

MessagePosté le: Mar 17 Juil - 21:50 (2012)    Sujet du message: Pensées inaltérables Répondre en citant

Ah oui, tu les aimes. Et c'est pour ça que tu en dispenses autant à droite et à gauche, sans compter, et avec tant de cœur, n'est-ce pas Aoi?
_________________
"J'étais du mauvais côté du flingue, mais du bon côté de la pelle"


Dernière édition par ellia le Mar 17 Juil - 21:53 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jikkyo
Petite plume

Hors ligne

Inscrit le: 05 Jan 2012
Messages: 195
Spécialité: Scénario

MessagePosté le: Mar 17 Juil - 21:52 (2012)    Sujet du message: Pensées inaltérables Répondre en citant

Eeeeeeeeeet ....... Que les paris commencent !!!!!
elli ouvre le match 1-0 en sa faveur, remise en jeu !!!
_________________
J'étais du bon coté du flingue, mais du mauvais coté de la pelle.
Revenir en haut
Dol'
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2012
Messages: 25
Spécialité: Scénario

MessagePosté le: Jeu 19 Juil - 13:23 (2012)    Sujet du message: Pensées inaltérables Répondre en citant

C'est pas pour dire, mais tu l'as pas volé, celui là, Aoi.
Ca va pas, d'être agressive comme ça ? oO T'es cinglée ?
Je comprends que ça te gave, mais elle, au moins, elle commente, mmh? Et elle n'est pas agressive.
Bref, tu as déjà eu ma critique...
_________________
Ecrire, c’est hurler en silence, sa peine, ses émotions, ses peurs et ses pleurs. Parce qu’écrire, c’est faire partager sans parler, faire comprendre sans entendre. Ecrire, c’est dire.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:14 (2016)    Sujet du message: Pensées inaltérables

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum -> Partie Art -> Textes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com