Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum
Apprendre à dessiner ensemble!
Apprend à dessiner et à créer un manga grâce à la communauté du blog http://draw.eklablog.com qui te propose concours, tutoriaux et articles marrants ou sérieux. Attention, si t'es pas déjà inscrit: Un chou unijambiste risque de venir te voler ton goûter!
 
Apprendre à dessiner ensemble! Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Sans voir le ciel. ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum -> Partie Art -> Textes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Enèlym
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2012
Messages: 45
Spécialité: Scénario

MessagePosté le: Dim 24 Juin - 18:12 (2012)    Sujet du message: Sans voir le ciel. Répondre en citant

Hellow'
Tadahh!  Et me voici, pour la première fois, avec le début d'une de mes histoire. 


 
Brynn courait. Si une branche surgissait, elle se baissait ; si une racine dépassait, elle sautait.
“ On va l’avoir, cette sale petite braconnière !” Jura une voix masculine juste derrière.
“ Je ne crois pas.” Murmura la jeune fille entre ses dents.
Brynn serrait l’écureuil qu’elle venait de tuer de plus en plus fort. Elle connaissait cette foret par cœur. Elle y avait grandi. Chaque arbre lui était familier. Pas loin, l’adolescente savait qu’il y avait une falaise. Son salut. Sa seule chance d’échapper à cette bande de malfrats.
Soudain, le sol s’arrêta. Net. Sans préavis. Si Brynn ne connaissait pas cet endroit aussi bien, elle se serait brisée le cou, quinze mètres plus bas.
“Alors ma biche, on cours plus ? Dit l’un des trois hommes.
- Le lapin est pris dans le collet on dirait.” Renchérit un autre.
Brynn respira un grand coup et dit:
“ L’oiseau sait voler.”
Elle sauta.


La vitesse pouvait être grisante à un autre moment, là, elle était plutôt terrifiante pour Brynn. Elle porta la main à sa ceinture et la referma sur une corde. Un grappin improvisé à vrai dire. Dans un geste répété maintes fois (mais, bien sûr, dans d’autres conditions) la jeune fille lança son outil de fortune.
Il se coinça dans un interstice de la paroi abrupte.
Désespérément accrochée à la corde, Brynn était maintenant suspendue à environ cinq mètres du sol.
“ Pffiou, il s’en est fallut de peu pour que je me reconvertisse en cadavre moi.” Dit-elle à haute voix.
Entendre le son de sa propre voix semblait si rassurant dans ces moments critiques…
Brynn tendit l’oreille.
Mais le gémissement de la corde était rarement une bonne chose !
“ Ah !”
Battant des bras et des jambes, espérant refermer ses mains sur quelque chose, elle tombait. Inexorablement.
Le choc fut rude. Brynn crut tout d’abord que tous les os de son corps sans exceptions étaient brisés. Elle se releva difficilement et tâta son bras droit… Rien. Le gauche… Pareil. Elle pouvait bouger son cou, ses jambes et ses pieds normalement. La jeune fille se leva et évalua la situation. C’était certain, il fallait remonter en haut de la falaise… Mais si les hommes étaient toujours là ? Brynn en doutait mais mieux valait une fille trop prudente qu’un fille morte, non ?
Levant les yeux vers le ciel , l’adolescente observa le soleil. Il restait environ une heure avant son couché. Autant attendre le lendemain pour repartir et retourner à son arbre favoris. Celui où elle avait élu domicile, si l'on pouvait dire ça comme ça…
Il y avait seize ans de cela, Brynn était née en pleine révolution. Les habitants de Noli’ary, sa ville natale, s’étaient offusqué du gouvernement actuel, mené par un Roi ayant pris sa tête illégalement. Le tyran étouffa aisément cette révolte. Pour symbolisé sa victoire et aussi pour affirmer son pouvoir, il fit installé un ciel artificiel. Il avait pour but de rester le même: la nuit sans étoiles et le jour plein de nuage. Aucune personne née après son installation ne connaissait ni l'apparence du vrai ciel, ni sa couleur. Ce faux ciel était fait pour masquer la symbolique de l’Espoir.
Et c’est plutôt efficace. Pensait la jeune fille, allongée sur le sol, son visage présenté a l’étendue immense au dessus d’elle.
En ayant eut mare de cette tyrannie, les parents de Brynn avaient quitté Noli’ary dix ans plus tôt. Leur fille, entourée d’une couverture, dans leurs bras, endormie. La mère mourut quelques semaines plus tard, d’une maladie. Quand au père, il avait disparut deux ans après. Laissant la fillette dépourvue de protection. Dans cette forêt.
Un larme coula sur la joue de la jeune fille et se perdit dans ses cheveux cuivrés, étendus en corolle autour de son visage halé par le soleil. Ses parents… Brynn n’y avait pas pensé depuis si longtemps !
Les petit pas furtifs d’un animal, une branche qui craque… C ‘est entourée de tous ces bruits infimes, spécifiques à la forêt, que Brynn s’endormit.


Les premiers rayons du soleils effleurérent la peau de Brynn. Ils n'étaient pas chauds, mais froids, et arrachèrent des frissons à l’adolescente. Elle se leva et manga une de ces fines lamelles de viandes séchée qu’elle portait toujours sur elle. L’écureuil qui lui avait valu sa course effrénée, pendait toujours à sa ceinture.
Elle attacha ses cheveux en une longue natte pour ne pas être gênée, et commença à escalader la parois de la falaise. Il y avait pas mal de prises et crevasses, l’ascension était aisée pour Brynn. Au bout de pas mal de temps, elle se retrouva nez à nez avec le bout en fer de son grappin artisanal. Elle le pris et l’accrocha à sa ceinture. Après une petite heure d’escalade la jeune fille arriva enfin en haut. Elle essuya son pantalon de toile, enleva machinalement la crasse qui s’était glissée sous ses ongles, et se mit en marche vers son arbre. Il était situé à proximité d’une mare d’eau claire et potable, ses feuilles nombreuses et ses branches solides la protégeaient du vent. Cet arbre était simplement parfait.
En arrivant, Brynn jetta un coup d'œil pour s’assurer qu’il n’y avait personne.
Pff… Je deviens parano ! Quand les trois homme lui étaient tombés dessus, Brynn n’avait rien vu venir. Autant ne pas réitérer l’expérience.
Elle attrapa une branche et grimpa. A environ deux, trois mètres du sol, il y avait son sac de couchage. Confectionné avec un petit matelas de branches entrelacées, de tissu volé et d’un peu de cordage (lui aussi dérobé), ce… “lit” était plutôt confortable mais procurait bien peu de chaleurs l’hiver.
Brynn monta encore un peu et entreposa les outils qui l’encombraient : le bout de corde cassé, le morceau de métal et un tas d’autres choses accrochés à sa ceinture.
Sa ceinture… Objet indispensable à sa survie. Elle pouvait tout y accrocher et de ce fait, transporter.
Sur une branche adjacente, Brynn étendit l’écureuil. Elle l’écorcherait plus tard.
“ Mmmh, j’ai bien mériter un petit bain.”
Elle redescendit de son perchoir, se laissant presque tomber. Le pas de l’adolescente était très gracieux et ne faisait aucun bruit. Arrivée devant la marre, Brynn enleva ses vêtement et détacha ses cheveux.
L’eau était froide. Elle y entra pourtant sans même frémir. L’eau lui arrivait maintenant aux épaules et ses cheveux longs flottaient autour d'elle. La jeune fille disparut en un instant sous l’eau et reparut une petite minute plus tard.
Il était encore tôt. Le soleil n’était levé que depuis quelques heures, on pouvait entendre les oiseaux chanter et…
Un bruit de chute retentit. Tout près de la marre.
Brynn sorti en trombe de l’eau et rassembla ses affaires. Elle enfila ses vêtement en vitesse (les trempant au passage) et se rapprocha très lentement de la source du bruit.
Un homme était étendu par terre, sur le ventre. Un peu de sang tachait son tee-shirt à l’endroit de ses omoplates.
“ Qui… qui êtes vous ?” Demanda Brynn, un peu angoissée.
Aucune réponse.



Voilà !
N’hésitez pas à commenter et critiquer.

_________________
~S'il ne te restait que trois mots à dire avant de mourir, te risquerais-tu à me dire "Je t'aime." ?~
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 24 Juin - 18:12 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Aoi
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2011
Messages: 863
Spécialité: Scénario
Gagnant Dessin du Forum

MessagePosté le: Dim 24 Juin - 18:28 (2012)    Sujet du message: Sans voir le ciel. Répondre en citant

Preum's !
Alors, alors.
Commençons par les points positifs :
L'histoire se lit assez bien, est accrocheuse. Tu plantes bien le décor de la vie de Brynn dans laquelle tu nous emmènes à travers tes mots.
Passons aux points négatifs :
Tu as quelques problèmes avec la conjugaison, non? (enfin, j'dis ça mais bon...) Pense à revoir les terminaisons de verbes en "-er" ( il fit installé -> il fit installer).
Dans les temps, aussi, c'est un peu gênant, parce que dans le début, j'ai du mal.
"Si une branche surgissait, elle se baissait ; si une racine dépassait, elle sautait."
Là. A ta place, j'aurais mit :
Si une branche surgissait, elle se baisserait, si une racine dépassait, elle sauterait.
Mais tout dépend en fait de ce que tu veux dire, parce que, normalement, les branches ne surgissent pas, elles sont déjà là, donc il faut changer de verbe, mais garer la conjugaison, ou, si la branche apparaît vraiment, faire comme j'ai mit.
Ensuite, il y a quelques répétitions qui me gênent, mais là, tout est une question de gout, malgré le fait que je trouve que quand tu parles du ciel, c'est lourd les répétitions d'"installer", même s'il est décliné.

Bref, c'est quand même un bon texte, hein, et j'aimerais beaucoup lire une suite.

(Si tu veux que je sois un peu plus dure, ou plus précise, dis le moi. Je sais pas trop comment faire avec les nouveaux)
_________________
Revenir en haut
Enèlym
Nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2012
Messages: 45
Spécialité: Scénario

MessagePosté le: Dim 24 Juin - 18:47 (2012)    Sujet du message: Sans voir le ciel. Répondre en citant


C'est vrai qu'il y à encore des fautes... Je ne l'ai relu que quelques fois et, changé le temps du récit car y'avait des petits problèmes si j'employait le présent... (Mais pourquoi j'ai fait ça O.O !?) Peu être devrais-je le remettre comme il était avant... Oui je vais sûrement faire ça  Argh


Sinon, soit DUUUUR  avec moi ! Nan, je blague mais ne soit pas trop gentille avec moi : plus je serai critiquée, plus je m'améliorerai ! Yeah!  


Sinon la suite (chap' 2) est presque terminée mais encore en cours... *Sais pas si elle arrête le chapitre là* Elle devrait arriver bientôt !   Happy!!  (<- voyez comme elle cour vers le fofo !)


_________________
~S'il ne te restait que trois mots à dire avant de mourir, te risquerais-tu à me dire "Je t'aime." ?~
Revenir en haut
Aoi
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2011
Messages: 863
Spécialité: Scénario
Gagnant Dessin du Forum

MessagePosté le: Dim 24 Juin - 18:49 (2012)    Sujet du message: Sans voir le ciel. Répondre en citant

Ah, oui, je sais ce que j'avais oublié.
Peut être que c'est un peu court, comme chapitre.
Et Brynn me semble un peu trop forte pour être une adolescente banale (suis je puis dire ça), elle a le ... syndrome de l’héroïne. On va dire.
_________________
Revenir en haut
ellia
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2011
Messages: 1 332
Spécialité: Dessin
Membre du Mois

MessagePosté le: Lun 25 Juin - 09:52 (2012)    Sujet du message: Sans voir le ciel. Répondre en citant

Yop, je viens te faire ma critique duuuuure comme tu en a demandé. Je plaisante. Je ne suis pas dure, je suis juste U.U
Comme l'a bien dit Aoi, tu as un bon style, mais il reste quelques petites choses à améliorer. Je suis plutôt spécialisé dans la correction de style d'écriture que de scénario, parce qu'on ne sait jamais ce que l'auteur a vraiment prévu pour ses personnages, mais même là, il y a encore un peu de boulot. Je commence de suite;

Citation:

Pas loin, l’adolescente savait qu’il y avait une falaise

    Plus loin, l’adolescente savait qu’il y avait une falaise

"il y avait une falaise" est trop banal. On ne sait pas si elle va se retrouver au pied ou au sommet de la falaise. Essaie d'exprimer ça en écrivant un truc du genre "une falaise jetait ses 100 mètres de granite vers le vide". Je sais que c'est très moche, mais je pense que tu aurais saisi l'idée.

Citation:

Si Brynn ne connaissait pas cet endroit aussi bien, elle se serait brisée le cou, quinze mètres plus bas.

Autant pour les 100 mètres, je repasserai.
    Si Brynn n'avait pas connu aussi bien cet endroit, elle se serait brisée le cou, quinze mètres plus bas.


Citation:

La vitesse pouvait être grisante à un autre moment, là, elle était plutôt terrifiante pour Brynn.

    La vitesse aurait pu être grisante à un autre moment, là, elle était plutôt terrifiante pour Brynn.


Si j'analyse la suite; Brynn (j'aime bien ce nom) lance son grappin durant sa chute, qui est très rapide, se rattrape et se retrouve suspendue à cinq mètres du sol. 15 - 5 = 10 n'est-ce pas? Ce qui veut donc dire que ton héroïne, en dix malheureux mettre, à le temps d'atteindre une vitesse folle dans sa course, d'avoir peur, et de se raccrocher à la falaise. C'est très peu, dix mètre. Si j'avais un papier et un crayon (et que je connaissais mes cours de physique) je pourrais te calculer la durée de sa chute, mais ça ne doit pas être bien long. Si on tient compte, en plus, de la longueur de sa corde, dont on va dire qu'elle fait trois mètre, ça veut dire qu'elle a réagit avant d'avoir parcouru sept mètres. même avec une bonne préparation, ça me semble dur, si elle n'avait pas sorti son grappin avant.
Ensuite, j'arrête avec les petites incohérences, mais ce genre de réception doit faire très mal. Tu te retrouves pendue à une corde qui te scie les mains, je n'ose pas imaginer la secousse qui doit à moitié t'arracher les épaules. Tu ne devrais pas passer ça sous le silence; ça nous rapprocherai de ton héroïne.

Citation:

Mais si les hommes étaient toujours là ?

Oui, justement! Ils sont où, et ils font quoi? 15 mètre, c'est pas énorme! Ils peuvent la voir, lui parler, l'insulter, lui balancer des caillasses, des flèches, entreprendre de descendre... Je ne vois pas pourquoi ils auraient abandonné si vite la partie.

Citation:

Il restait environ une heure avant son couché.

    Il restait environ une heure avant qu'il ne se couche.[/quote]

    Citation:
    Les habitants de Noli’ary, sa ville natale, s’étaient offusqué

    Offusquer, c'est trop faible comme mot. On ne se révolte pas parce qu'on est offusqué. Ils peuvent se soulever.

    Citation:
    Le tyran étouffa aisément cette révolte.

    Tu as commencé le récit de cette révolution au plus que parfait, ce qui est exactement ce qu'il faut pour raconter un élément passé dans un texte au passé. mais il faut continuer.
      Le tyran avait étouffé aisément cette révolte.


    Citation:
    En ayant eut mare de cette tyrannie, les parents de Brynn avaient quitté Noli’ary

    C'est un peu familier. Lassés par cette tyrannie,... J'imagine également qu'on ne quitte pas une tyrannie facilement. Il suffit de voir ce que ça donnait en URSS, et ce que ça donne en Corée du Nord. Je propose donc qu'ils aient fuit la ville, par une nuit sans lune et sans étoile, une nuit ordinaire, donc, il est un peu bête quand même ce roi, de leur fournir des occasion pareilles.

    Citation:
    entourée d’une couverture

    Usuellement, on dit enroulée dans une couverture, pour un petit enfant.

    Citation:
    La mère mourut quelques semaines plus tard, d’une maladie.

    [/list]La mère était morte quelques semaines plus tard des suites d'une maladie.[/list]
    On veut en savoir plus de cette maladie. est-ce qu'elle l'avait avant de fuir et que le voyage a eu raison d'elle? est-ce que ça a été une maladie aussi imprévue que fulgurante?

    Citation:
    Il y avait pas mal de prises et crevasses, l’ascension était aisée pour Brynn.

    Je te propose:
      Il y avait suffisamment de prises et de crevasse pour que l'ascension de Brynn soit aisée


    Citation:
    Au bout de pas mal de temps,

    Mais banni moi ce pas mal de ta narration enfin! ><

    Citation:
    ce… “lit” était plutôt confortable

    Si je peux te fournir un synonyme de lit: couchette

    [quote]Un peu de sang tachait son tee-shirt à l’endroit de ses omoplates.[:quote]
      Un peu de sang tachait son tee-shirt au niveau de/entre ses omoplates.


    Voilà! J'ai fini. Je me garde pour le moment de dire quoi que ce soit concernant la forme de l'histoire. je n'ai pas non plus corrigé les fautes d'orthographes, mais je peux faire celles que je vois si tu le veux. J'essaierai de suivre ton histoire tant que je squatterai ce fo. Si tu as des questions et des remarques concernant ma correction, n'hésite pas. Je ne suis pas toujours très claire.
    _________________
    "J'étais du mauvais côté du flingue, mais du bon côté de la pelle"


    Dernière édition par ellia le Lun 25 Juin - 14:32 (2012); édité 2 fois
    Revenir en haut
    Visiter le site web du posteur
    Enèlym
    Nouveau

    Hors ligne

    Inscrit le: 22 Juin 2012
    Messages: 45
    Spécialité: Scénario

    MessagePosté le: Sam 28 Juil - 16:33 (2012)    Sujet du message: Sans voir le ciel. Répondre en citant

    Bon, bah moi j'ai pas chaumé !


    Pendant mon absence de 1 moi (oui oui, j'étais partie...) j'ai TOUT changé ! Oubliez le chapitre que vous venez de lire, j'ai réécris tout le sénar' et par conséquence les chapitres déjà écrits.
    Il y aura en tout 6 (mini) chapitres.



    Je cours. Mes pieds s’engourdissent , mes jambes s’alourdissent. Je ne peux presque plus avancer. Mais pourtant, il le faut. Pour ma survie..
    Dans ma tête, mes pensées sont confuses. Par où dois-je aller ? Soudain, devant moi, une branche, je me baisses. Je manque de trébucher sur une racine. Dans mon déséquilibre, je lâche ce que je serres si fort dans mes bras. Derrière moi, les pas se rapprochent. Pas le temps de ramasser l’écureuil que je vient de laisser tomber.
    Sans un regard par terre, je jette mes denière force dans un sprint final. Un sprint final pour leur échaper.
    “On va l’avoir !” Cri un de mes deux poursuivants.
    Mes poumons sont en feu. Je ne sent plus mes membres tellement j’ai mal, mais je continus. Je continus pour ma petite soeur. Pour celle qui m’attend de l’autre côté de la forêt, le ventre vide. Usant de l’image de ma soeur gravée dans mon ésprit, j’accélère.
    Soudain, devant moi, le sol s’arrête. Net.
    Une falaise.
    J’essaie de stopper ma course mais mon élan est trop grand. Mes semelles crissent sur des petits cailloux., et , dans ce bruit sinistre, je tombe. Je tombe, et bientôt, je vais m’écraser, deux cent mètres plus bas.

    Les pensés et les émotions s’emmèlent, se succèdent et finissent par former un noeud.
    Interrogation.
    Est-ce déjà la fin ?
    Determination.
    Je dois vivre !
    Peur.
    Je vais mourir.
    Je bas de bras et des jambes. Ma mains se re ferme alors sur ma ceinture. Je tatonne vagement et trouve un grapin artisanal fait d’une vieillecorde et d’un crochet. Je l’agrippes et le lance. N’importe où. Désesperée.
    Douleure. Feu dans mes bras, mes épaules. J’ai l’impression que je vais m’évanouir. Je lève la tête, et la joie me submèrge: j’ai réussis. Le crochet est coincé dans un incerstice de la paroie abrupte. J’évalue à peu près à quelle distance je me trouve du sol. Deux mètres. Il était temps.
    Je choisis de me laisser tomber.
    Mes jambes faibles réceptionnent mal ma chute et je m’étale par terre. Je ne sais pas combien de temps je restes là, sans bougée, mais quand je me relèves enfin, le soleil entame sa course vers l’horizon. Je ma traine plutôt que ne marche vers un petit ruisseau à proximiter. Là je me rafraichie et examine mes blessures. Mes paumes sont pleines de cloques et d’égratignure, mon épaule est pratiquement déboitée et j’ai des bleus sur tout le corps.
    Je me mets en route, et en arrivant devant l’arbre où, ma soeur et moi avons établit notre campement, Meadow s’écrie:
    “Brynn ! Que s’est-il passé ?”
    Ma petite soeur saute de son perchoir et court vers moi.
    “C’est rien. J’ai juste chasser un peu trop près de la ville. Deux Exterminateurs m’ont vue et… Enfin bref, j’ai du sauter de la falaise.”
    Ma soeur parait horrifiée. Non parceque je m’étais jetté du haut d’une falaise, mais car les Exterminateurs m’avaient poursuivient.
    Ils sont au service du Roi et sont chargés de faire réspecter l’ordre. Chasser est interdit., le braconage un grave délit et Ils me traqueront. Jusqu’a ce qu’Ils me trouve.
    “Nous partirons demain, dis-je à Meadow. En attendant reprenons des forces.
    D’une bessace je sort un petit lapin. Un bébé. Il ne pèseras pas bien lourd sur notre estomac. Je m’excuse au près de ma petite soeur:
    “Je n’ai pas pu chasser bien longtemps et j’ai perdu un écureuil dans ma fuite…”
    Elle oche la tête et me prend le lapin des mains.
    Elle à les cheveux noirs et ses boucles lui tombent sur les épaules, des yeux verts éblouissants, des joues légèrement creuses… Une taille fine.
    Trop fine. Nous avons faim car cela fait déjà dix jours que l’on ne mange pas comme nous le voulons.
    C’est pour Meadow que je me bas pour survivre. Je la protège et lui rapporte à manger. Je sais que sans elle, je n’aurais pas le courage de faire tout ça. Sans elle, je m’allongerais par terre en attendant de m’endormir pour toujours.
    Meadow pose sa main sur mon épaule et examine mes blessure. Je lui dit que ça va aller et repousses sa main.
    “Assied toi et laisse moi faire”, m’ordonne-t-elle.
    Elle monte dans un des arbres qui nous entoure et j’obeis. Quelques instants plus tard, ma petite soeur descend de son perchoir. Elle me donne quelleques herbes que je frote sur mes paumes pour les ampoules et me fait un bandage pour maintenir mon épaule droite. Je la remercie et Meadow part s’occuper du lapin. Je m’allonge sur la pierre sur laquelle je suis assise.
    Depuis que je vis dans la forêt, donc depuis ma naissance, je n’ai jamais manquer de rien. Et puis un jour, not parents ont disparus. Enlevés par des Exterminateurs. Ce jour là, j’ai cru tout perdre, jusqu’a ce que je me rappelle qu’il me restait ma soeur. Elle est devenu tout pour moi.
    J’entends vaguement ma soeur quand elle m’appelle:
    “Brynn, tu peux me raconter l‘histoire sur la nuit ?
    - Encore ?”
    Elle aquièce. Elle a toujours aimé ce conte que j’avais inventé lors du temps où elle avait besoin d’une histoire pour s’endormir.
    Je me concentre, prends une voie douce et me lance:
    “Avant, il n’y avait pas que les oiseaux qui sachaient voler. Les hommes avaient, eux aussi, des ailes et ils taint libres. Leur Roi était bon et juste, et , chaques années, il organisait une fête. La fête de la Nuit. Lors de ce festival les habitants du village dansaient, chantaient mangeaient et buvaient tous ensemble.Pour cloturer les festivités, tout le monde s’envolait et se posait sur les nuages et y dormait. Ils se reposaient au milieu de ce bleu d’encre et de ces lumières si nombreuses que l’on ne pouvaient les compter. Au milieu de ce qu’autre fois, on appelait Nuit.”
    Meadow sourit. Elle lève la tête ,et, je sais qu’à travers la toile noire et oppaque qui masque le vrai ciel, Meadow imagine les étoiles.


    Il y à vingt ans –trois ans avant ma naissance- un homme avait pris la tête du pays illégalement, par le biais d’un coup d’état puissant. C’était un homme vile et cruel qui prenait plaisir à faire soufrir ses sujet. D’ailleur, pour affirmer son nouveau pouvoir, il avait transformer la terre. Rasant des villages pour les transformer en demeures secondaires, toutes plus gigantesques et hideuses les unes que les autres. Il avait également masqué ce que tous avaient connu: le ciel. Le masquant par un stratagème inventé par des chercheurs, il était désormait le jour gris et la nuit noir.
    La première fois que j’ai raconté cette histoire à Meadow, elle m’a demendé pourquoi nous ne voyons jamais les étoile ou les nuages. Après que je lui ai éxpliqué, elle a parut très triste. Depuis, son rêve est de voir le ciel. Le vrai.
    “A table !”
    Déjà ? J’ai du me perdre dans mes pensés plus longtemps que je ne le pensais. Je vais m’asseoir près de Meadow et du feu qu’elle a allumé. La chaleur pénètre mon corps et me fait du bien. Ma petite soeur me tend ma petite part de la lapin et demande, la bouche pleine:
    “Qu’est-ce qu’on va faire ?”
    Elle parle des Exterminateurs.
    “Demain, à l’aube, nous partons.”
    - Tu crois qu’il vont mettre du temps avant de commencer à nous pourchasser ?
    - Seulement le temps d’informer le Roi et d’engager les bonne personnes. Ils partirons surement dans la nuit mais devrons prendre le chemin qui descend de la fallaise, à trois kilomètres d’ici. Cela va pas mal les rallonger.
    Meadow ôche la tête pendant qu’elle mache sa dernière bouchée de viande pandant que j’attaque à peine la mienne. La chaire est tendre et croustillante. Délicieuse.
    Je lèche le dernier os et dit:
    - Je devrais te laisser faire la cuisine plus souvent.
    Elle sourit.
    “ Tu veux deux trois baies ?”
    Joigant le gèste à la parole, ma soeur apporte une poignée de baies rouges. Cette variétée est sucrée et celles-ci sont particulièrement bonnes, juteuses. Ma soeur me regarde et rit.
    “Tu as du jus sur le menton.”
    Je souris et passes ma main sur mon visage pour effacer les traces rouges.
    Quand le feu commence à s’éteindre, nous montons (moi aidée de Meadow) dans notre arbre. Je m’allonge sur une grosse branche et m’endors, quelques minutes plus tard.




    Désoler, pas eu le temps de corrigé les fautes... Naaaan!
    _________________
    ~S'il ne te restait que trois mots à dire avant de mourir, te risquerais-tu à me dire "Je t'aime." ?~
    Revenir en haut
    Lua
    Plume ambitieuse

    Hors ligne

    Inscrit le: 13 Juil 2012
    Messages: 401
    Spécialité: Dessin

    MessagePosté le: Sam 28 Juil - 16:59 (2012)    Sujet du message: Sans voir le ciel. Répondre en citant

    Super cette histoire !
    J'aime bien l'amour que Brynn a pour ça soeur.
    Bon les points négatis : les fautes d'orthographe. (c'est pas très grave).
    Par contre je ne comprends pas pourquoi Brynn sait qu'un méchant roi avait fait un ciel artificiel et avais rasé des villages entiers alors que ça s'est passé 3 ans avant sa naissance.
    Aussi on a pas beaucoup de détail sur ses parents.
    Autrement l'histoire est super je suis pressé de lire les prochains chapitres.
    _________________
    Je suis un fan de pokémon et ceci ne peut pas changer.
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:30 (2016)    Sujet du message: Sans voir le ciel.

    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum -> Partie Art -> Textes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
    Page 1 sur 1

     
    Sauter vers:  

    Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
    Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
    Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
    Traduction par : phpBB-fr.com