Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum
Apprendre à dessiner ensemble!
Apprend à dessiner et à créer un manga grâce à la communauté du blog http://draw.eklablog.com qui te propose concours, tutoriaux et articles marrants ou sérieux. Attention, si t'es pas déjà inscrit: Un chou unijambiste risque de venir te voler ton goûter!
 
Apprendre à dessiner ensemble! Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Rodh et Ania, les amants de l'ombre ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum -> Partie Art -> Textes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Erane
Plume ambitieuse

Hors ligne

Inscrit le: 14 Sep 2010
Messages: 460
Spécialité: Scénario

MessagePosté le: Dim 8 Juil - 00:18 (2012)    Sujet du message: Rodh et Ania, les amants de l'ombre Répondre en citant

    Voici mon premier essai d'un vrai texte, correspondant à une version plus poussée du texte "le clan des loups". Soyez très vache, il est grand temps que je développe un style correct pour enfin attaquer "le monde d'Eleusia". Alors lâchez vous, critiquez tout ce qu'il faut (ne vous préoccuper pas des fautes d'orthographes, j'en fais mon affaire, ça soulagera un peu les critiques.)


Chapitre 1 
Jour de marché 
 
            C’était le jour du beau marché à la ville Ekitow. La grande place, cernée de maisons au style architecturale typique du nord du pays, avec leur colombage bien mis en valeur, ainsi que les rues environnantes, tout cela était transformé en mer de tissus bariolés aux formes tantôt géométriques, tantôt abstraites, protégeant les étales et leurs produits nombreux et variés. Tous les sens étaient grandement sollicités, les effluves des épices des plaines arides du Sundé portés par un souffle marin chatouillaient les narines et éveillaient l’appétit des passants, appétit qu’ils pouvaient satisfaire avec des succulentes espèces de fruits récoltés à la frontière de Drasyl, la légendaire forêt elfique. Au centre de la place, où se vendaient les articles les plus luxueux sous la surveillance d’une douzaine de gardes, les dames admiraient les soies de kapos, aussi légères qu'une brise et d’une douceur incomparable. Sur des tables voisines, fixés par des yeux féminins brillants, des bijoux dont la beauté n'était égalée que par leurs prix scintillaient dans la lumière du soleil de midi. Sur un étal proche, des dagues et épées finement ouvragées intéressaient quelques hommes soudainement délaissés par leur femme. Venant d’une rue joliment pavée, de joyeuses notes de musiques voletaient dans l’air, harmonieusement tirées par un groupe de luthier sur leurs instruments d’une grande finesse.
            L’ambiance du marché était féérique, et son opulence contrastait beaucoup avec la taille de la ville, tout à fait modeste. Mais cet évènement très particulier n’avait lieu qu’une fois l’an, et se déplaçait à travers tout le pays. Le Marché itinérant, parfois appelé le Marché des miracles devant la qualité de ses produits, était une vieille tradition des Terres Blanches, vieille de près de trois siècles. Il était né de l’initiative de quelques riches marchands de la capitale, voulant montrer l’image de luxe de leur ville, et surtout se trouver de nouveaux clients. Il était aussi marque de prospérité du pays, qui depuis la fin de la Grande Guerre cherchait à se faire connaître de par le monde.
            Soudain une forte clameur se fit entendre à travers tout le marché, malgré le tumulte ambiant déjà conséquent. Quelqu'un cria : « Au voleur ! Attrapez ce gosse ! »

            Sourire en coin et courant en zigzag à travers la foule, Rodh était suivi des cris indignés ded personnes bousculées et interrompues dans leurs discussions ou marchandages, ce qui le fit sourire encore d’avantage. La douzaine de gardes des étales de luxes à ses trousses n’entachait en rien son bonheur.
            Se heurtant à une foule trop dense, il changea de direction et sauta au dessus d’une table d’épices. Gêné dans son mouvement par le coffret qu’il tenait sous son bras, bien lourd de monnaie et qui avait eu le malheur d’être laissé un peu trop en évidence, il se réceptionna mal et renversa plusieurs bacs d’une poudre ocre. Il se releva, s'épousseta négligemment avant de reprendre sa course sous les jurons d’un marchand vociférant et d’une foule toussant - voir suffocant - au milieu d’un nuage des plus odorant et agressif pour le nez. Peu après il renversa un étale de produits frais, confectionnant une salade de fruits à même les pavés, que les hommes armés qui le talonnaient s’empressèrent de transformer en compote. Deux d’entre glissèrent et se retrouvèrent hors course.
            Malgré sa grande vigueur son agilité sans pareil, Rodh perdait du terrain car la foule dense lui faisait barrage, et son passage à travers créait un chemin libre pour ses poursuivants. Un bref regard en arrière le fit douter un instant de lui ; serait-ce son premier échec ?
            « Aie confiance en la chance » se dit-il comme à chaque fois qu’il se trouvait dans une situation délicate.
            Et la chance lui sourit, comme toujours. Rodh était bien quelqu’un de chanceux. Après tout, ce n’est pas n’importe quel gamin de treize ans qui peut exercer une activité de voleur depuis déjà longtemps sans la moindre erreur, ni même sauter sur le dos d’un cheval puis au dessus de la charrette de fruit qu’il tirait avant de se réceptionner avec la grâce d’un félin, tout cela sous les yeux éberlués du charretier. Dans un ultime geste de provocation à l’intention des gardes coincés entre la dense foule et l’attelage, il se saisit d’une pomme, en prit une bonne bouchée avant de disparaître hors de leur porté dans le chemin que le chargement avait tracé à travers les passants.
           

_________________
http://eleusia.e-monsite.com/


Dernière édition par Erane le Dim 8 Juil - 21:38 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 8 Juil - 00:18 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Nodoka Elric
Apprenti

Hors ligne

Inscrit le: 04 Nov 2011
Messages: 50
Spécialité: Dessin

MessagePosté le: Dim 8 Juil - 14:58 (2012)    Sujet du message: Rodh et Ania, les amants de l'ombre Répondre en citant

Oh mon dieu ! 
Je suis choquée ! 
Tu écris de mieux en mieux mon cher Erane-rane (mon petit frère adoré >O< <3  Yess!
J'ai beaucoup aimé déjà ta manière dont tu nous entre dans le contexte de l'histoire ^o^
J'adore le coup du voleur qui disparait ^^
En fait t'as trouvé le genre de fic que j'aime beaucoup ^^
Bref j'ai autre chose à faire donc je peux te dire que cela pour le moment ^^Allez tshuss ^^


Eloge    Sifflote
_________________
Tu peux me blesser, et m'insulter autant que tu veux. Mais crève si tu touches à un cheveux de mes amis...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Erane
Plume ambitieuse

Hors ligne

Inscrit le: 14 Sep 2010
Messages: 460
Spécialité: Scénario

MessagePosté le: Dim 8 Juil - 18:13 (2012)    Sujet du message: Rodh et Ania, les amants de l'ombre Répondre en citant

Hé, merci Nodo ;)

Suite et fin du chapitre 1, franchement tapée d'aujourd'hui :


          
Rodh courut jusqu’à sortir de la place et se réfugia dans l’ombre d’une ruelle étroite, déserte et peu accueillante. Piétinant une eau nauséabonde qui avait visiblement du mal à s’évacuer, et sentant fort l’urine, il alla récupérer son sac caché derrière une vielle caisse de bois vermoulue, l’ouvrit et y glissa le coffret. Puis il se s’introduit dans un passage proche, large de deux coudées tout au plus. En légère pente, il devait servir en majeur partie à l’évacuation des eaux de pluies, mais était bouché par un tas d’immondice à son autre extrémité.
            Ce goulet avait particulièrement intéressé le jeune garçon lors de son repérage la veille, les murs de paille et de terre des modestes bâtiments le formant avaient été rongés par le temps, les intempéries, le vent et le soleil, laissant le colombage suffisamment ressortir pour que, par endroit, on puisse y glisser le doigt sur la longueur d’une phalange. Rodh enfila une paire de gant achetée pour l’occasion afin de ne pas s’abîmer les mains, si précieuses dans son activité, car le risque d’échardes semblait important. Puis il commença à grimper, une main et un pied sur chaque mur.
            L’ascension lui fut aussi simple que de grimper à une échelle, bien que le bois fut humide voir pourri par endroit. Deux étages plus haut, il se hissa sur le toit presque plat, ce qui était très rare et montrait à quel point les bâtisseurs de cette maison avaient cherché à minimiser les coûts. Il s’en félicita. C’était bien la première fois que la pauvreté de certains s’avérait être une aubaine pour lui, lui qui préférait de loin la haute société, et surtout leurs richesses. Il s’allongea ensuite sur les tuiles moussues pour répartir son poids, le faitage ne devant plus être tout jeune et certainement pas prévu pour se balader dessus. Il hotta son sac et en sortit la caisse de l’étal à bijoux. Il se demandait encore comment il avait pu s’en approcher si facilement, ses vêtements, certes de facture correcte ne ressemblait en rien à ceux d’une personne bourge. Ce devait être son don à mettre les gens en confiance à la seule vue de son visage encore enfantin et souriant qui avait encore joué.
            Il soupesa le coffret, qu’il jugea ainsi comme une très bonne prise, sa meilleure d’ailleurs et sûrement bien assez pour qu’il puisse enfin placer la barre encore plus haut. Rodh le retourna entre ses mains, admira un instant la qualité de l’ouvrage, et s’intéressa au verrou. Dans sa pochette à outil, il se saisit d’un petit crochet métallique qu’il utilisait pour tester la complexité des rares verrous auxquels ils avait parfois affaire, et voir qinsi s’il pouvait l’ouvrir par lui-même ou s’il devait le détruire. Il était entrain de l’introduire dans le mécanisme lorsqu’il ressentit une très légère vibration se propageant dans la cassette. Sans réfléchir, il la rejeta loin de lui.
            Ce réflexe lui sauva la vie. En instant, le coffret fut recouvert d’étincelles le parcourant de part en autre, et parfois même s’aventurant sur le toit comme si elles recherchaient quelque choses, brûlant la moindre saleté sur leur passage. Puis elles se dirigèrent vers le verrou et disparurent à l’intérieur aussi soudainement qu’elles étaient apparues.
            Le cœur de Rodh battait la chamade sous l’effet de l’adrénaline, et ses yeux bleus abysses brillaient d’étonnement. « Un verrou magique » s’entendit-il dire à haute voix. Il comprenait désormais pourquoi le coffret fut si accessible, comme s’il était à offrir. C’était en effet un cadeau, mais un cadeau empoisonné. Cependant, ce qu’il ne comprenait pas, c’était comment cela pouvait encore être en circulation, car il y a plusieurs décennies, la magie avait été jugée dangereuse et discriminatoire par le roi lui-même, et son utilisation s’était vue interdite sauf si accord de la couronne. Tout ce qui s’en rapportait – ouvrages et objets enchantés - s’était vu confisqué et détruis. Il avait devant lui un rescapé de la  ‘’chasse aux sorcières’’, nom donné à cette période néfaste, et donc d’une très grande valeur. Malheureusement, sans la clé il ne valait plus grand-chose.
            « Il me faudra le détruire, sans le toucher », pensa le voleur en le ramassant et le remettant dans son sac, après en avoir sorti de quoi se sustenter. Il grignota, couché sur la toiture, regardant vers le sud et  contemplant l’étendu sans fin des plaines agricoles, piquetées de-ci de-là par de petits villages fermiers. D’où il était il ne voyait pas le sien mais ce fut dans une place similaire aux autres qu’il naquit, qu’il passa son enfance, et que désormais il s’apprêtait à quitter.
            Perdu dans ses pensées, Rodh attendit patiemment que le jour décline et que les ténèbres dévorent les plaines et la ville, là où sous l’éclat lunaire il se sentirait enfin à l’aise.

_________________
http://eleusia.e-monsite.com/


Dernière édition par Erane le Dim 8 Juil - 21:38 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ellia
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2011
Messages: 1 332
Spécialité: Dessin
Membre du Mois

MessagePosté le: Dim 8 Juil - 18:43 (2012)    Sujet du message: Rodh et Ania, les amants de l'ombre Répondre en citant

Yo!
Je te fais pas la critique pour le moment, parce que je vais pas avoir le temps. Alors je la ferai ce soir... Tu as laissé passer quelques fautes qui vont faire mon bonheur, mais t'en fait pas, corriger un texte comme ça est toujours un plaisir.
Bon, mais voilà. C'est un texte très travaillé, on le sent, et malgré les quelques erreurs, il reste très bon. Faut juste se relire encore une ou deux fois.

Nous y voilà

Citation:
La grande place, cernée de maisons au style architecturale typique du nord du pays, avec leur colombage fort bien mis en valeur, ainsi que les rues environnantes étaient transformées en mer de tissus bariolés aux formes tantôt géométriques, tantôt abstraites, protégeant les étales et leurs produits nombreux et variés.

Tellement long que ça en devient confus. J'ai mis un moment à comprendre que le sujet de "étaient" était "La grand place [...] ainsi que les rues.

Citation:
Touts les sens étaient grandement sollicités

Touts est un mot qui n'existe pas, et grandement fait un peu tache ici.

Citation:
des bijoux scintillaient dans la lumière du soleil de midi, dont la beauté n'était égalée que par leurs prix.

    des bijoux dont la beauté n'était égalée que par leurs prix scintillaient dans la lumière du soleil de midi.


Citation:
Sur une table proche

Ça fait deux fois table en peu de phrases.

Citation:
harmonieusement tirées par un groupe de luthier sur des instruments d’une grande finesse.

Les luthiers sont ceux qui fabriquent les instruments. Ils font de la pub pour leurs articles?

Citation:
son opulence contrastait grandement avec la taille de la ville

Ça fait deux fois grandement. Ce n'est pas un mot courant, alors il vaut mieux ne pas en abuser.

[quote]Le marché itinérant, parfois appelé le marché des miracles devant la qualité de ses produits[/quite]
Tu peux mettre des majuscules pour souligner le caractère unique du marché

Citation:
Il naquit de l’initiative de quelques riches marchands de la capitale

Faute de temps:
    Il était né de l’initiative de quelques riches marchands de la capitale


Citation:
qui depuis la fin de la grande guerre cherchait

Pareil tu peux mettre Grande Guerre.

Citation:
Soudain un fort vacarme éclata

Un fort vacarme? Correct mais pas super.

Citation:
Attraper ce gosse

Attrapez



Citation:
Rodh était suivis des cris indignés de personnes bousculés et interrompus

    Rodh était suivis des cris indignés des personnes bousculées et interrompues


Citation:
bien lourd de monnaie et qui eu le malheur d’être laissé un peu trop en évidence,

Faute de temps: qui avait eu

Citation:
renversa plusieurs bac d’une poudre ocre

    renversa plusieurs bacs d’une poudre ocre


Citation:
une foule toussant voir suffocant au milieu d’un nuage

    une foule toussant -voir suffocant- au milieu d’un nuage


Citation:
confectionnant une salade de fruit à même les pavés

    confectionnant une salade de fruits à même les pavés


Citation:
Un bref regard en arrière le fit douter un instant de lui, serait-ce son premier échec ?

    Un bref regard en arrière le fit douter un instant de lui; serait-ce son premier échec ?


Citation:
il se trouvait dans une situation quelque peu risquée.

Une situation critique?

Citation:
avant de disparaître de leur porté dans le sillon

Disparaitre de leur vue ou hors de leur portée, mais pas les deux.

Citation:
le chargement avait creusé.

Creusé dans quoi? On le sait, mais il faut le dire...


Voilà, fini pour la première partie!
_________________
"J'étais du mauvais côté du flingue, mais du bon côté de la pelle"
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
alim18
Plume grandissante

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2011
Messages: 215
Spécialité: Dessin et scénario

MessagePosté le: Dim 8 Juil - 23:15 (2012)    Sujet du message: Rodh et Ania, les amants de l'ombre Répondre en citant

Sympas comme texte à lire je me demandes si il y' a une suite?
Revenir en haut
Erane
Plume ambitieuse

Hors ligne

Inscrit le: 14 Sep 2010
Messages: 460
Spécialité: Scénario

MessagePosté le: Ven 13 Juil - 23:02 (2012)    Sujet du message: Rodh et Ania, les amants de l'ombre Répondre en citant

Chapitre 2 (début) : 
Vive les ivrognes 
                        Le soleil avait disparu loin derrière les plaines, et ses dernières lueurs s’étaient éteintes depuis longtemps lorsque Rodh se prépara à partir. Le jeune voleur enfila une tenue noire et des gants et défit sa queue de cheval maintenant ses longs cheveux aussi sombre que la nuit. Il les laissa un peu tomber tel un rideau sombre, protégeant ainsi en partie son visage du regard d’autrui. Cela lui obscurcissait la vue, mais l’obligeait ainsi à plus faire confiance à ses autres sens, bien plus utile la nuit. Ainsi drapé de ténèbres, il était près à devenir aussi insaisissable discret qu’une ombre.  
            La belle demi-lune dans un ciel presque sans nuage éclairait le décor suffisamment pour lui permettre de se mouvoir aisément, et pour ses yeux habitués à l’obscurité, l’éclat émeraude de l’astre de la nuit était même presque trop fort. Il était temps pour lui de partir, la surveillance autour de la cité devait être désormais moins importante que durant cette journée, décidemment très spéciale. Ce fut dans un monde totalement différent du jour, nimbé d’un halo verdâtre, qu’il entreprit silencieusement la descente de son perchoir.
            Il atterrit avec légèreté sur le sol et quitta rapidement la ruelle qui lui avait servie d’abri durant de longues heures, en longeant les murs pour éviter de marcher dans l’eau stagnant au centre du passage. Une fois dans une rue plus large, et surtout plus propre, il inspira profondément, soulagé de la présence d’un air bien plus pure qu’avant. A cette heure tardive, toutes les voies étaient vides, les seuls passant qu’il risquait de rencontrer étaient des ivrognes, des mendiants et des gardes. Mais même après avoir déjà subi plusieurs tentatives d’agression de la part des deux premiers, et échapper à quelques soldats, il ne pouvait dire le ou lesquels des trois étaient les plus dangereux. Il éviterait donc les trois.
            Il fila silencieusement dans la nuit, d’un pas si léger que malgré son ouïe plus qu’aux aguets, il n’entendait aucun son et il lui arrivait de se demander s’il touchait encore le sol. Soudain, son oreille détecta des lointain bruits de pas venant d’en face de lui. Un léger tintement métallique le renseigna sur qui il avait affaire : deux gardes, portant une cote de maille. Rodh bifurqua rapidement dans la ruelle la plus proche pour ne pas avoir à les croiser.
            Mal lui en fut, il choisit une impasse comme cachette. Si jamais les veilleurs jetaient un œil dans sa direction, même avec sa discrétion exceptionnelle, il ne passerait certainement pas inaperçu dans le cas d’une vérification poussée. Ces derniers approchaient, et son anxiété grimpa. Quand il fut certain qu’ils viendraient lui rendre une petite visite, il plongea se réfugier derrière un tas de mobilier abimé, après une série de tonneau. A l’odeur flottant dans l’air, il était juste à coté d’une taverne.
            Les gardes s’engagèrent dans la ruelle, et pour la première fois de sa vie de voleur, il implora la chance. Les deux hommes s’approchèrent de sa cachette, lorsque soudain un tas au sol se mit à se mouvoir et se releva. Rodh l’avait pris pour des déchets. Et ces déchets beuglèrent aux veilleurs :
            « A boire !!  Trinquons les amis », dit l’ivrogne en se relevant.
            Il tituba, rota un bon coup et s’affala sous le regard amusé des gardes. Ces derniers le remirent sur le coté du chemin à l’aide de coups de pieds énergiques, ce dernier grognant devant la nuisance. Puis ils firent demi-tour en riant.
            Le garçon retint son souffle jusqu’à ce qu’ils se soient suffisamment éloignés. Puis il soupira et évacua le stress accumulé pendant ces instants tendus. Décidément il n’était pas seulement chanceux, un dieu avait dû le prendre sous son aile.
 

            Ce fut sans aucuns autres incidents qu’il quitta la ville et entra dans la vaste campagne baignée du halo vert de la lune.

_________________
http://eleusia.e-monsite.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ellia
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2011
Messages: 1 332
Spécialité: Dessin
Membre du Mois

MessagePosté le: Sam 14 Juil - 09:27 (2012)    Sujet du message: Rodh et Ania, les amants de l'ombre Répondre en citant

J'ai fait ma nuit!
Bon, je zappe la deuxième partie du chap 1, mais je peux toujours te la faire une autre fois si tu veux.
Citation:
Il les laissa un peu tomber tel un rideau sombre,

Pourquoi "un peu"? L'a rien à faire là, à mon avis.

Citation:
éclairait le décor suffisamment pour lui permettre de se mouvoir

    éclairait suffisamment le décor pour lui permettre de se mouvoir.


Citation:
et pour ses yeux habitués à l’obscurité, l’éclat émeraude de l’astre de la nuit était même presque trop fort.

... Elle est verte la lune? Oô... Cool...
Il fait comment, le jour, s'il est si photosensible?

Citation:
, nimbé d’un halo verdâtre,

Ouais, elle est verte. Ça doit être glauque...

Citation:
Ces derniers le remirent sur le coté du chemin à l’aide de coups de pieds énergiques, ce dernier grognant devant la nuisance.

Y'a pas comme une répétition?

Voilà, ce sont les seules corrections concrètes que j'ai à apporter. Il y a quelques fautes des conjugaison, des er à la place de é, mais il y en a très peu.
D'un point de vue plus général, je trouve que ton écriture est encore un peu maladroite par moment. Les phrases pourraient être plus travaillées, particulièrement quand tu essaies de faire ressortir quelque chose de logique ou d'inhabituel (les "décidément", et ce genre de choses). Je ne peux pas vraiment corriger parce que je transformerais ton texte en l'un des mines, en le réécrivant à ma sauce, mais il faut que tu essaies de relire et de corriger tout ça.
Je pense que ça te passera à mesure que tu prendras plus d'assurance avec l'écriture (je faisais les mêmes fautes quand je me suis mise à l'écriture, moi aussi). Ce qu'il faut, c'est se relire, et toujours se demander si les phrases sont belles. Parce que c'est surtout ça, le problème; les phrases sont correctes, donc on ne peut pas les réécrire sans les modifier presque totalement (en gardant les mêmes mots clefs, mais en changeant la structure), mais elle ne sont pas jolies pour autant, et ça gâte un peu le plaisir de lire.

Voilà!
_________________
"J'étais du mauvais côté du flingue, mais du bon côté de la pelle"
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
lorie78
Petite plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 107
Spécialité: Scénario

MessagePosté le: Sam 14 Juil - 18:07 (2012)    Sujet du message: Rodh et Ania, les amants de l'ombre Répondre en citant

 ses sympas comme texte ! Tu sais..
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Erane
Plume ambitieuse

Hors ligne

Inscrit le: 14 Sep 2010
Messages: 460
Spécialité: Scénario

MessagePosté le: Sam 14 Juil - 18:54 (2012)    Sujet du message: Rodh et Ania, les amants de l'ombre Répondre en citant

Merci Ellia d'avoir accepté de perdre de ton temps pour te défouler sur moi :D

 --> Lorie78, tu es nouvelle donc on tolère encore un peu, mais fais attention aux messages trop courts (les monolignes) car ils ne sont pas acceptés sur ce forum.  Développe un peu ton message, tu verras, ça sera plus utile, et aussi plus agréable à voir pour les autres membres.


    Bon, n'étant pas du tout satisfait de la qualité actuelle de mon texte (je débute certes, mais pour progresser il faut savoir être dur avec sois même), je vais donc refaire le deuxième chapitre de A à Z.   En voilà le début, que je pense déjà de meilleur qualité :)
(aller, quelqu'un d'autre ce coup-ci ? )

            La nuit était tombée depuis de longues heures sur la région, tentant de la recouvrir de son manteau de ténèbres. Mais la vaste campagne lui résistait fièrement, nimbée de la lumière verte de la lune, qu’un ciel sans nuage ne pouvait arrêter. Là-haut, le joyau émeraude, anciennement appelé Tematopay la Forêt Céleste, étincelait fièrement dans le firmament et naviguait au cœur d’une trainée d’étoile qu’il ne quittait jamais, tel un navire porté par le courant. Une étoile filante passa.
            Etendu sur un toit, Rodh contemplait ce ciel féérique. Devant le spectacle de la nature, il se disait parfois que les choses les plus belles sont celles qu’elle nous offre, et que tous peuvent contempler. Pourquoi certaines personnes étaient-elles prêtes à dépenser une fortune pour un simple bijou, dont la beauté ne saurait jamais égaler l’état émerveillement qu’offre la vue des astres ? Peut-être qu’ils cherchaient tout simplement à prolonger cet instant de félicité durant le jour à l’aide de joyaux brillant comme les étoiles, et soulager ainsi leur attente jusqu’à la nuit prochaine.  
            C’est en cela que le garçon aux yeux brillant enviait les riches, et pourquoi il comptait bien le devenir. Il doutait cependant que ces derniers pensent de même, voulant avant tout se mettre en avant, s’afficher et se démarquer du reste de la société. Pour Rodh, ceux qui ne savaient baisser le regard sur les autres n’étaient pas dignes de le lever vers le ciel. C’est en cela que le garçon aux yeux tançant en voulait aux riches, et pourquoi il comptait bien les démunir !
            Il finit par sortir de ses tumultueuses pensées et retourna à sa contemplation. Une nouvelle étoile filante passa, allant plein sud vers sa prochaine destination.
            « La nuit est un paradis » songea-t-il, et ce fut sur ces mots qu’il se décida à repartir.
_________________
http://eleusia.e-monsite.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ellia
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2011
Messages: 1 332
Spécialité: Dessin
Membre du Mois

MessagePosté le: Sam 14 Juil - 19:13 (2012)    Sujet du message: Rodh et Ania, les amants de l'ombre Répondre en citant

Bon, je t'ai fait ta critique en directe que le chat, tu sais donc ce que je pense de cet extrait. Moi je te le dis, t'as moyen de faire de très bons textes, si tu ne passes pas à coté de cette étape essentielle que sont les relectures successives...
Au plaisir! (je dis ça mais on continue la discussion sur le chat alors...^^)
_________________
"J'étais du mauvais côté du flingue, mais du bon côté de la pelle"
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
lorie78
Petite plume

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2012
Messages: 107
Spécialité: Scénario

MessagePosté le: Sam 14 Juil - 19:57 (2012)    Sujet du message: Rodh et Ania, les amants de l'ombre Répondre en citant

merci pour le conseille Erane ! Tu sais..
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ellia
Plume virevoltante

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2011
Messages: 1 332
Spécialité: Dessin
Membre du Mois

MessagePosté le: Sam 14 Juil - 20:02 (2012)    Sujet du message: Rodh et Ania, les amants de l'ombre Répondre en citant

Dis lorie, je me pose une question existentielle, là... Tu te moques de Erane ou alors tu n'as rien à faire de ce qu'il te dit? Il t'explique qu'il ne faut pas faire de mono ligne, et tu le remercies par un mono ligne, un message qui en plus peut passer pour du flood (c'est à dire des messages sans importance ou sans rapport avec le sujet) aux yeux des modos? je veux pas jouer les roquets mais continue comme ça et tu auras toute l'équipe, Erane compris, à dos! les avertissements "gentils" qu'il te donnent ne sont pas à prendre à la rigolade. Il y a des consignes qui régissent le fo, et chacun doit les appliquer, sinon, ça serait la fête du slip!
_________________
"J'étais du mauvais côté du flingue, mais du bon côté de la pelle"
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:22 (2016)    Sujet du message: Rodh et Ania, les amants de l'ombre

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Apprendre à dessiner ensemble! Index du Forum -> Partie Art -> Textes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com